« Vestiges des frontières européennes«  : vers la patrimonialisation des territoires de l’attente ?

« Il n’est pas de limite, de frontière, de garde-fou que l’on puisse imposer au temps »

Morgan Sportès, extrait de Solitudes

                                                                                       

             Cette réflexion est basée sur une série de photos intitulée « Vestiges des frontières européennes« , réalisée par le photographe Joseph Schulz. Ce dernier a voulu saisir les restes abandonnés aux frontières des pays européens, incarnés ici par les postes frontières[1].

            Le phénomène de mondialisation, avec comme conséquence principale une augmentation et une accélération des échanges de toutes natures, semble entraîner une irrémédiable ouverture des frontières. Ces dernières sont devenues, principalement d’un point de vue économique, un obstacle à la mise en place d’échanges internationaux. Les mots « frontière«  et « développement«  s’avèrent être devenus de parfaits antonymes. L’exemple qui illustre le mieux ce processus est l’Union Européenne, notamment à travers l’espace Schengen mis en place à partir de 1985, puis appliqué à l’échelle européenne en 1997 par le traité d’Amsterdam. Les frontières, véritables expressions physiques des politiques étatiques, n’ont plus leur place dans un espace européen qui favorise la libre circulation des biens et des personnes. Cependant, on constate qu’elles n’ont pas été supprimées mais seulement repoussées à la marge de l’Europe. Symbole du déplacement des frontières européennes, l’île italienne de Lampedusa en mer Méditerranée accueille chaque jour des dizaines de migrants venus notamment d’Afrique.

            La disparition des frontières au sein même de l’Europe a eu un impact sur l’aménagement du territoire des différents pays membres. Pour les villes frontalières, elles représentaient la garantie d’une activité économique rendue pérenne par la fréquentation constante de ces dernières par les populations en mouvement. La disparition de celles-ci a entrainé une dévitalisation du tissu économique et l’abandon d’un grand nombre de bâtiments publics dédié au contrôle des voyages transfrontaliers. Il s’agit surtout des postes frontières, entités emblématiques de la politique de contrôle mise en place par les états européens avant l’introduction d’une politique basée sur le libre-échange.

            Ces édifices n’ont plus de fonction. Véritables bâtiments fantômes, ils gisent ici et là comme les cicatrices apparentes d’une ancienne blessure et leur unique présence suffit à rappeler la présence passée d’une frontière. Ce patrimoine bâti est aussi et surtout le témoin d’expériences humaines, individuelles ou collectives, dans un contexte de transition spatiale et humaine. Celui-ci est particulièrement créateur d’attente pour les hommes et femmes qui l’expérimentent. Attente du contrôle douanier, angoisse du refus, cette transition spatiale est aussi une transition psychologique. Le corps cesse d’être en mouvement et laisse place à l’attente de l’autorisation de retrouver cet état premier. C’est donc un espace de contrainte où le corps ne jouit pas d’une totale liberté de mouvement. Ce « temps mort«  dans un processus de mobilité peut être facteur d’altération, par exemple sur l’imaginaire et les représentations d’un espace qui va être éprouvé après cette transition.

            La présence de ces bâtiments à l’abandon pose la question de la patrimonialisation des témoins de politiques étatiques passées. À l’image des récentes politiques mises en place pour la conservation du patrimoine industriel, on peut s’interroger sur la manière de mettre en valeur ce patrimoine bâti, expression de  l’architecture moderne et postmoderne. Depuis quelques années en Europe, les frontières sont devenues un support artistique, comme en témoigne la « frontière artistique du monde« . Cette œuvre réalisée par le sculpteur allemand J. Dörflinger en 2006, érige quelques vingt-deux sculptures de 8 m de haut qui représentent des figures du jeu de tarot entre Constance en Allemagne et Kreuzlingen en Suisse, en remplacement d’un grillage long de 220 mètres.

 

La « frontière artistique du monde«  réalisée par Joannes Dörflinger

Source : http://www.bodensee-woche.de/tarot-stele-der-weltweit-ersten-kunstgrenze-wird-internationaler-preis-010309-2594/

 

            Qu’elles soient physiques ou virtuelles, les frontières sont en mutation permanente car elles restent associées aux différentes politiques gouvernementales. La mondialisation ne les efface pas autant qu’on pourrait le croire, elle ne fait que les repousser ou les modifier. On assiste à des restructurations territoriales qui font émerger de nouveaux espaces transfrontaliers. Ces derniers sont autant de terrains de recherche pour tenter de comprendre les différentes logiques qui s’y opèrent. L’étude des frontières transcende l’histoire politique, elle s’intègre tout autant dans l’histoire socio-culturelle.

            Il y a eu des premières expériences de valorisation d’espaces transfrontaliers dans les années 1990, notamment avec l’exposition « L’homme et les Alpes« , réalisée par le Musée dauphinois de Grenoble en 1992. Depuis, d’autres projets dédiés à des territoires transfrontaliers, « conçus dans une optique résolument transnationale et reposant souvent sur la notion de frontière comme barrière mais aussi comme lieu d’échanges«  ont été mis en place[2]. Citons l’exemple du musée de la vie frontalière à Godewaersvelde, à la frontière franco-belge. Cependant, ces tentatives ne s’attardent pas réellement sur la question des rapports homme/territoire frontalier. Elles se penchent davantage sur les activités humaines (douanes, contrebandes, etc.) liées à ce dernier.

            La question patrimoniale doit donc être un corollaire à l’étude des territoires de l’attente. Il s’agit d’identifier ces derniers et de s’interroger sur le rôle qu’ils peuvent jouer sur le territoire. Dans le cas des frontières, la série de photos de Joseph Schulz nous révèle qu’il existe un grand nombre de bâtiments dédiés à la régulation et au contrôle des frontières en Europe, qui sont aujourd’hui à l’abandon. Peut-on envisager la conservation et la patrimonialisation de ces derniers ? Si oui, de quelle manière ? Nous pensons qu’à cette fin, il serait utile et pertinent de s’inspirer de l’exemple du patrimoine industriel. De nombreuses associations, comme l’Association québécoise pour le patrimoine industriel, militent et œuvrent pour une politique de conservation et de mise en valeur de ce patrimoine à caractère historique[3].

 

 

Simon Balloud

Doctorat I Histoire

Université de La Rochelle

Université du Québec à Montréal

 


[1] http://www.laboiteverte.fr/vestiges-des-frontieres-europeennes/

[2] JOLY Marie-Hélène, « Les musées d’histoire et l’Europe« , in Direction des musées de France, Publics et projets culturels. Un enjeu des musées en Europe, collection Patrimoines et Sociétés, L’Harmattan, 2000, p.44

[3] http://www.aqpi.qc.ca/

 

Repères bibliographiques :

A.-L. AMILHAT SZARY & FOURNY M.-C., (dir.): Après les frontières, avec la frontière. Nouvelles dynamiques transfrontalières en Europe, La Tour d’Aigues, Ed. de l’Aube, 2006, 170 p.

JOLY Marie-Hélène, « Les musées d’histoire et l’Europe« , in Direction des musées de France, Publics et projets culturels. Un enjeu des musées en Europe, collection Patrimoines et Sociétés, L’Harmattan, 2000, pp.38-52.

 

Annexes :

Photographies de Joseph Schulz intitulées « Vestiges de l’Europe« .

Source : http://www.laboiteverte.fr/vestiges-des-frontieres-europeennes/

 


Simon Balloud

Doctorant allocataire en histoire contemporaine Université de La Rochelle Université du Québec à Montréal

More Posts

Publié par

Simon Balloud

Doctorant allocataire en histoire contemporaine Université de La Rochelle Université du Québec à Montréal

Une réflexion au sujet de « « Vestiges des frontières européennes«  : vers la patrimonialisation des territoires de l’attente ? »

  1. Cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté en prenne plus rapidement connaissance, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypotheses.org.
    En espérant que ce billet suscite une dynamique de commentaires, nous vous remercions pour votre contribution.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *