L’étrange géométrie d’une file d’attente

– Sendai (dans le Japon d’après tremblement de terre), 21 mars 2011. Des habitants font la queue pour la distribution d’eau. Au sol, une ligne blanche a été peinte, non pour délimiter la zone à ne pas franchir, mais au contraire pour tirer partie de l’espace et étirer le file. Vue du ciel, cette file impeccable a l’allure d’une farandole.

– Londres, 21 décembre 2010. Les chutes de neige ont bloqué l’aéroport d’Heathrow. Les voyageurs se précipitent vers la gare de Saint-Pancras dans l’espoir de prendre l’Eurostar. En quelques heures, une file d’un kilomètre de long se forme : s’enroulant dans la gare d’abord, puis se déroulant hors du bâtiment, tel le fil que tisse le ver à soie autour de lui, jusqu’à disparaître dans le cocon… et, chrysalide, renaître en papillon.

Cette métaphore de la chrysalide est à considérer à sa juste mesure : dans les territoires de l’attente, de nouvelles configurations spatiales prennent forme, qui donnent naissance ou permettent le déploiement de nouvelles pratiques sociales.

Laurent Vidal