Le phénomène de l’acampamento au Brésil : occupation du territoire, attente de la terre et reconnaissance sociale…

SourceURL:file://localhost/Users/alexismartig/Desktop/Recherche/ANR-TERRIAT/Blog_TERRIAT_A.Martig.doc

 

Alexis Martig,

Docteur en Anthropologie

ATER, Département d’Anthropologie – CREA, Université Lumière Lyon2.

 

Ce texte vise à s’interroger quant à la possibilité de penser le phénomène de l’occupation sous la forme de l’acampamento[1] au Brésil en tant qu’un « territoire de l’attente ». Il fait suite à l’intervention de Laurent Vidal et sa présentation du programme ANR « TERRIAT » au sein du laboratoire du Centre de Recherches et d’Etudes Anthropologiques (CREA) à Lyon, et reprend quelques aspects évoqués lors de cette intervention ainsi que certains éléments de l’article « Sociabilidades, mobilidades, deslocamentos : os territorios da espera. O caso dos mundos americanos ( de ontem à hoje) » de la revue Confins.

En effet, différents éléments de l’intervention de L. Vidal, ainsi que de l’article nous paraissent être particulièrement intéressants pour penser l’objet acampamento au Brésil. Nous ne prétendons pas ici produire un article ou une réflexion systématisée s’appuyant sur une recherche de terrain explicitement basée autour d’acampamentos. Il s’agira plus modestement de nous inspirer d’une connaissance issue de recherches de terrain menées auprès de populations rurales et du Mouvement des travailleurs ruraux Sans Terre du Brésil (MST), durant lesquelles nous avons pu visiter des acampamentos et nous entretenir avec des personnes vivants ou ayant vécu dans des acampamentos.

Le phénomène de l’occupation au Brésil : la forme acampamento

Malgré l’existence d’une politique officielle depuis la loi Estatuto da Terra en 1964, toutes les lois successives de réforme agraire sont loin d’avoir été poussées jusqu’au terme de leur pleine et entière réalisation.

Officiellement, c’est le rôle de l’Instituto Nacional da Colonização e da Reforma Agrária (INCRA) de déterminer les grandes propriétés qui sont laissées en friche, ou insuffisamment mises en valeur. Selon les termes de la Constitution, elles tombent dès lors sous le coup d’une expropriation car considérées comme « improductives ». Face à l’absence d’initiatives de l’INCRA, l’objectif principal du MST, comme d’autres mouvements sociaux, est de faire pression sur le gouvernement pour que la réforme agraire soit effective à travers la réalisation de véritables politiques publiques. Pour ce faire, le MST a recours à différentes pratiques parmi lesquelles celles qui ont permis la territorialisation du mouvement au niveau national : les acampamentos, des campements qui visent essentiellement à accélérer les mesures officielles d’installation des familles paysannes sur les terres des grandes fazendas à exproprier en attirant l’attention de la société. Une fois les terres redistribuées, les acampamentos se transforment alors en assentamentos : les communautés de la réforme agraire.

Pratique d’occupation utilisée dès les années cinquante par des mobilisations paysannes, les acampamentos nécessitent une forte organisation : il faut déterminer des lieux dans les grandes exploitations qui peuvent faire l’objet d’une occupation à un moment donné. De plus, les « campements » sont extrêmement précaires, très difficiles à vivre et à supporter : parfois sans eau, les baraques sont faites avec des branchages et des bâches de plastique noir. Sorte de squat rural, il s’agit d’une prise de gage obligeant les autorités officielles à prendre en compte cette démarche et à se décider à mettre en application réelle des mesures de réforme agraire sous la forme d’assentamentos.

Ce qui est à l’origine du provisoire peut cependant souvent durer longtemps. Ainsi, parmi les différents assentamentos que j’ai eu l’occasion de visiter les phases d’acampamento ont en moyenne duré entre trois et cinq ans. Pendant le temps de l’occupation, les acampados[2] sont exposés aux propriétaires terriens qui, se sentant menacés d’invasion, prennent parfois des « précautions » et recrutent des milices privées armées appelées jagunços ou pistoleiros, ce qui résulte souvent par des conflits et des morts.

En ce qu’il vise à interpeller l’INCRA en accord avec la Constitution fédérale brésilienne, le phénomène d’occupation sous la forme d’acampamento nous semble particulièrement illustratif de la « situation  liminaire » dans laquelle se situent les travailleurs ruraux brésiliens revendiquant cette terre. Véritable marginalisation économique et sociale, cette situation se caractérise par un défaut d’accès à la terre dû à l’absence de politiques publiques légalement garanties par le statut de citoyen.

À travers la dénonciation du non-respect de la Constitution et l’inaction politique en leur faveur, les occupations sous la forme d’acampamento réalisées par des travailleurs ruraux brésiliens donnent à voir les limites de la citoyenneté. En effet, malgré l’égalité légalement permise par le fait que les travailleurs ruraux sont des citoyens comme les autres, à laquelle s’ajoute l’affirmation de la Constitution brésilienne permettant la redistribution d’une terre ne remplissant pas une fonction sociale, les travailleurs ruraux brésiliens sont contraints de réaliser des occupations de terres pour « espérer » un accès à la terre. Ce défaut de citoyenneté effective s’explique historiquement par la construction symbolique des populations rurales de l’intérieur du Brésil, à laquelle s’ajoute aujourd’hui la construction dans certains médias à grande diffusion des « Sem Terra[3] », comme des « autres » au sein du Brésil[4]. L’acampamento est donc le substrat qui permet de dénoncer l’inaction politique aux yeux de tous, et premièrement aux yeux du gouvernement et de l’INCRA. Dans l’article « Histoires de campements », l’anthropologue Lygia Sigaud décrit les campements comme la forme obligée de la revendication de la réforme agraire au Brésil, permettant à la revendication de la redistribution foncière de se doter d’une légitimité à la fois individualisée et institutionnalisée[5].

Dès lors, l’acampamento devient une sorte de mise en attente volontaire motivée par une aspiration à une amélioration des conditions de vie des sujets engagés dans l’occupation. L’organisation et la mobilisation des travailleurs ruraux dans des  acampamentos du MST, ainsi que d’autres mouvements sociaux – comme les « Sem Teto »[6] – ou d’autres syndicats urbains, vise à donner une forte visibilité à des personnes qui situent symboliquement et socialement à la marge de la société et de l’exercice de la citoyenneté.

Attente de terre, occupation et processus de reconnaissance…

En ce qu’il se caractérise par une situation d’attente concrétisée par l’occupation d’un espace pour dénoncer et corriger une inégalité sociale à travers la redistribution de terres, l’acampamento est particulièrement illustratif des imbrications entre les enjeux spatiaux et sociaux. L’accès à un espace propre, à la possession d’une terre au sein du territoire national brésilien relève en effet d’un enjeu social et symbolique particulièrement fort. Ainsi, la « terre » est ici un véritable symbole d’indépendance pour des personnes ayant souvent vécu et/ou s’étant construites dans la dépendance des grands propriétaires terriens, à la fois en termes d’accès à la terre, d’indépendance économique mais aussi sur le plan de la construction de la subjectivité de ces personnes à travers l’assujettissement à la domination personnalisée[7].

Lygia Sigaud montre en effet comment les occupations sous la forme de campements du MST sont pour les travailleurs ruraux une manière de se projeter comme un paysan qui ne soit pas assujetti à un patron. De même, dans Projets, paris, hésitations : notes sur trois plantations en situation d’incertitude, Benoît De l’Estoile et Claudio Pinheiro soulignent combien l’opportunité de l’accès à la terre à travers une occupation s’inscrit « en contraste avec ce qui était pour la majorité de la population un « destin » tracé d’avance, quasi-immémorial…»[8] Ce à quoi les auteurs ajoutent que la possibilité de réforme agraire est pour certains synonyme de « liberté », et serait la fin de « l’esclavage » en ce qu’elle offre une nouvelle option : devenir petits propriétaires indépendants, éventuellement regroupés en coopérative de petits producteurs. Ainsi nombre d’interlocuteurs ont exprimé aux chercheurs les espoirs d’une vie meilleure assimilée à une impression d’ouverture de l’espace des possibles. Si l’entrée dans les campements est bien évidemment liée à plusieurs facteurs, le désir de disposer d’une terre afin de travailler pour soi-même reste la motivation la plus explicite[9]. Avant l’apparition des campements, le fait de pouvoir travailler pour soi impliquait structurellement le travail pour un patron. Les campements offrent une nouvelle possibilité : travailler pour soi-même, sans la subordination à un patron. C’est là le sens principal que les travailleurs ruraux impliqués dans les occupations donnent à l’expression réforme agraire : « J’ai voulu avoir mon terrain, pour y travailler et pour éviter à mes fils d’être assujettis à tous ces patrons »[10].

En résumé, il semble donc que l’acampamento cristallise l’attente et l’ouverture d’un possible donnant lieu à des processus de reconnaissance à la fois au niveau des sujets, mais aussi au niveau de la reconnaissance par la société de la question de la réforme agraire comme d’un problème public relevant de l’intérêt de tous. L’enjeu de la lutte du MST étant de rendre légitime la réforme agraire aux yeux des membres de la société en montrant qu’il s’agit d’un problème concernant toute la société, et non pas d’une somme de problèmes privés qui ne justifieraient pas une intervention sous la forme de politique publique.

Dans cet entre-deux[11] spatial et social, une autre perception du temps est permise par l’aspect « inespéré » de la remise en cause d’une situation longtemps perçue comme inéluctable.

L’expérience de l’occupation sous la forme de l’acampamento permet de rompre avec une vision du temps fermé, homogène et ouvre une brèche vers un temps des possibles – d’« un autre monde (est) possible » – au sein duquel vont s’expérimenter de nouvelles valeurs. Le projet du MST dépasse en effet largement la réforme agraire et est littéralement révolutionnaire dans le sens où il vise à construire une nouvelle société, constituée d’hommes et de femmes nouveaux. Et l’acampamento est un des premiers espaces où s’expérimentent ces valeurs – telle que la solidarité au sein du travail par exemple – permettant de (trans)former les hommes et femmes de la nouvelle société. Les activités développées au sein des acampamentos par le MST, et au sein desquelles les acampados peuvent expérimenter les valeurs du mouvement social, peuvent prendre des formes variées telle que la réalisation de « grupo de jovens[12] » mettant en scène des pièces de théâtre, ou jouant des morceaux de musique…et créent du lien collectif autour du statut de « Sem Terra ». Ce lien reste cependant assez dépendant des trajectoires des personnes constitutives des différents acampamentos et de leur proximité passée ou non. Les campements ne regroupent pas seulement des travailleurs ruraux, mais également des gens qui avaient abandonné cette activité, ou des personnes qui avaient une activité en ville.

« …le moment de l’occupation a été un moment qui a beaucoup marqué, tout le monde comme ça à l’aube qui descend des camions, avant qui monte dans les camions en chantant des musiques, en chantant l’hymne du mouvement et le petit drapeau rouge…et nous sommes arrivés dans la terre, nous avons couché la grille et nous sommes rentrés en file chantant les musiques criant les mots d’ordre le drapeau tendu…»[13]

Le lien collectif autour du statut de « Sem Terra » est aussi permis par la réalisation d’activités et l’usage d’objets inhérents à l’esthétique du MST : l’emblématique drapeau rouge marqué du logo du MST et quasi-systématiquement érigé, les casquettes et autres T-shirts portés par les acampados, les chansons, poèmes et ou pièces de théâtre jouées pendant l’acte d’occupation ou une fois les personnes installées…S’ajoute à cela des mises en scènes, dénommées mística, visant à remémorer les figures de lutte de la mémoire revendiquée par le MST et exprimer les idéaux du mouvement social. Renforçant leur mémoire chez les acampados, les noms de ces figures de lutte – Lampião[14], Antônio Conselheiro[15], Zumbi[16], Che… – sont souvent donnés aux acampamentos ou à des groupes de personnes formés au sein de ces derniers. Se tissent alors des liens permettant des identifications entre les différentes expériences subjectives de lutte des travailleurs ruraux et la mémoire revendiquée par le MST. Quand elle est couronnée de succès et que des liens sont faits entre l’expérience subjective de la lutte par les travailleurs ruraux et les luttes de la mémoire revendiquée par le MST, l’expérience de l’acampamento peut ainsi réellement altérer la perception de soi des travailleurs ruraux et les inscrire dans des processus de reconnaissance et de reconquête de soi au sens d’Ashis Nandy.

En leur permettant de s’affirmer comme « Sem Terra », le MST donne ainsi l’opportunité aux travailleurs ruraux de sortir d’une position sociale subalterne et de s’affirmer en tant que sujets politiques porteurs du message du mouvement social. Suite à cette expérience, la lutte peut s’arrêter à la possession de la terre le nouveau propriétaire étant satisfait de cette conquête, mais elle peut aussi se prolonger d’un investissement significatif dans les activités de la lutte politique du MST.

« Territoire de l’attente », cet entre-deux spatial et social qu’est l’acampamento nous semble donc être à la fois un lieu de négociation et un espace particulièrement intéressant pour comprendre les enjeux d’une mobilisation politique en termes de reconnaissance sociale à la fois au niveau des sujets (Honneth) ainsi qu’en termes de politiques publiques (Fraser).

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

 

CHAMORRO Sergio, FAJOLLES David, GAUTIE Jérôme, GOMEZ Hernán et SIGAUD Lygia, « Histoires de campements », in Cahiers du Brésil contemporain, n° 43/44, 2001, p. 31-70.

COMPARATO Bruno Konder, L’action politique des sans-terre au Brésil, Paris, L’Harmattan, 2004.

ERNANDEZ Marcelo, ROSA Marcelo, SIGAUD Lygia, « Occupações de terra, acampamentos e demandas ao Estado : uma análise em perspective comparada », in NEIBURG Federico et SIGAUD Lygia (dir.), Brasil em perspectiva, Rio de Janeiro, 7Letras, 2010, p. 85-119.

ERNANDEZ Marcelo, ROSA Marcelo, SIGAUD Lygia, Ocupações e acampamentos. Sociogênese das mobilizações por reforma agrária no Brasil, Rio de Janeiro, Garamond, 2010.

ESTOILE Benoît de L’, et SIGAUD Lygia, « Les transformations sociales au Nordeste : regards croisés », Cahiers du Brésil contemporain, n° 43/44, 2001, p. 5-15.

ESTOILE Benoît de L’, et PINHEIRO Claudio, « Projets, paris, hésitations : notes sur trois plantations en situation d’incertitude », Cahiers du Brésil contemporain, n° 43/44, 2001, p. 71-124.

FRANCO Maria Sylvia de Carvalho, Homens livres na ordem escravocrata, (1969) São Paulo, Fundação Editora da UNESP, 1997.

FRASER Nancy, Qu’est ce que la justice sociale, reconnaissance et redistribution, Paris, La Découverte 2005.

HONNETH Axel, La lutte pour la reconnaissance, (1992), Paris, Les Éditions du Cerf, 2008.

NANDY Ashis, L’ennemi intime. Perte de soi et retour à soi sous le colonialisme, (1984), Paris, Fayard, 2007.

SPIVAK Gayatri Chakravorty, Les subalternes peuvent-elles parler ?, (1988), Paris, Éditions Amsterdam, 2009.

VIDAL Laurent, MUSSET Alain et VIDAL Dominique, « Sociedades, mobilidades, deslocamentos : os territórios da espera. O caso dos mundos americanos (de ontem à hoje) », in revue Confins, 2011, n°13.


[1] Littéralement, « le campement ».

[2] Habitants de l’acampamento.

[3] « Sans Terre ».

[4] À ce sujet lire Bruno Konder Comparato, L’action politique des Sans Terre au Brésil, Paris, L’Harmattan, 2004.

[5] Sergio Chamorro, David Fajolles, Jérôme Gautie, Hernán Gomez et Lygia Sigaud, « Histoires de campements », in Benoît de l’Estoile et Lygia Sigaud (dir.) Les transformations sociales au Nordeste : regards croisés, Cahiers du Brésil Contemporain, 2001, n°43-44, p. 31.

[6] À ce sujet regarder le documentaire Comuna présentant une occupation conjointe du MST et d’un mouvement social urbain dans la périphérie de la ville de Fortaleza, dans le Nordeste du Brésil. Lien vers le documentaire : http://amisdessansterre.blogspot.com/2011/03/comuna.html

[7] À ce sujet lire Maria Sylvia de Carvalho Franco, Homens livres na ordem escravocrata, (1969) São Paulo, Fundação Editora da UNESP, 1997.

[8] Benoît de l’Estoile et Claudio Pinheiro, « Projets, paris, hésitations : notes sur trois plantations en situation d’incertitude », in Benoît de l’Estoile et Lygia Sigaud (dir.) Les transformations sociales au Nordeste : regards croisés, Cahiers du Brésil Contemporain, 2001, n°43-44, p. 72.

[9] Ibid, p. 56-62.

[10] Ibid, p. 56.

[11] Cf. Laurent Vidal, Alain Musset et Dominique Vidal, « Sociedades, mobilidades, deslocamentos : os territórios da espera. O caso dos mundos americanos (de ontem à hoje) », in revue Confins, 2011, n°13.

[12] Groupe de jeunes.

[13] Extrait d’un entretien réalisé avec un habitant de l’assentamento São Sebastião de Utinga, Bahia, Brésil.

[14] Lampião est une figure de mouvements de bandits d’honneur apparus dans le Nordeste du Brésil entre la fin du dix-neuvième siècle et la moitié du vingtième siècle.

[15] Antônio Conselheiro fut le meneur d’un mouvement messianico-religieux à la fin du dix-neuvième siècle.

[16] Zumbi fut le meneur de luttes d’esclaves marrons au seizième siècle.