2e journée d’étude : D’Europe aux Amériques, les territoires de l’attente de l’émigrant (XVIIIe – XXe siècles)

 

 

2ème journée d’étude

D’Europe aux Amériques : les territoires de l’attente de l’émigrant

23 novembre 2011

EHESS

190-198 avenue de France  –  75013 Paris

salle 1, RdC, bât. Le France

Cette deuxième journée d’étude de l’ANR TERRIAT sera consacrée à l’observation des territoires de l’attente ponctuant le parcours des émigrants européens dans leurs déplacements vers les Amériques.

Dans une historiographie longtemps marquée par la question de l’installation (voire l’assimilation) des migrants dans le pays d’accueil, plus récemment préoccupée par la variété des parcours et rythmes à l’œuvre dans ces déplacements, ces territoires de l’attente ont peu retenu l’attention. Or il s’agit de s’interroger sur les “temps morts” qui s’insèrent dans ces trajets et les formes spatiales qu’ils revêtent. Quels sont les usages sociaux qui prennent forme dans ces espaces dédiés (spécifiquement ou non) à la mise en attente des populations en déplacement ?

Lors de cette journée, nous envisageons, à titre expérimental, de distinguer ces territoires selon leur statut – les territoires publics (le port de départ et d’arrivée, la station d’immigrants) pensés entièrement ou partiellement pour cette mise en attente ; les territoires privés (les auberges et hôtels, le pont du navire) qui accueillent de manière transitoire et inattendue des populations en déplacement, sans jamais avoir été pensés pour cela.

La matinée sera consacrée à l’analyse comparée des formes d’attente dans ces territoires (publics ou privés). Observe-t-on selon le statut des contraintes différentes ? La comparaison avec les pratiques actuelles des migrants et clandestins pourra être bienvenue.

L’après-midi, la question des sources mobilisera notre attention : plus que jamais, pour une telle enquête, l’invention des sources est une démarche essentielle dans le travail de recherche. L’apport des autres expériences disciplinaires, sur des migrants, réfugiés, exilés, clandestins…, sera ici d’une grande utilité. L’apport de la fiction, également…

09h30 – 12h30 : Formes sociales de l’attente et statuts juridiques des territoires

Table-ronde, animée par Laurent Vidal (Professeur, Université de La Rochelle, CRHIA) et Nancy Green (Directrice d’études, EHESS, CRH)

en présence de : Grégory Bériet, André Chesnel, Veronica Correa, Grégory Corps, Ambre Dewaele, Rémy Lucas, Alain Musset, Didier Poton, Mycéala Symington, Bertrand Van Ruymbeke, Adèle Sutre, Dominique Vidal, Tangi Villerbu.

14h-16h : Les sources d’étude des territoires de l’attente des émigrants

Table-ronde, animée par Laurent Vidal (Professeur, Université de La Rochelle, CRHIA) et Nancy Green (Directrice d’études, EHESS, CRH)

en présence de : Grégory Bériet, André Chesnel, Veronica Correa, Grégory Corps, Ambre Dewaele, Rémy Lucas, Alain Musset, Didier Poton, Mycéala Symington, Bertrand Van Ruymbeke, Adèle Sutre, Dominique Vidal, Tangi Villerbu.

16h-17h : Assaf Shoshan (artiste, vidéaste, photographe) – filmer les territoires de l’attente

La présence tsigane aux Etats-Unis et au Canada (XIXème – XXème siècle)

La question de la présence tsigane en Amérique du Nord apparaît intéressante à mettre en perspective dans le cadre du projet de recherche collectif TERRIAT sur les territoires de l’attente. En effet, la migration de l’Europe vers les Etats-Unis et le Canada, loin d’être linéaire, comporte de nombreux temps d’arrêt qui ne sont pas de simples temps morts dans le parcours migratoire mais participent pleinement au processus d’appropriation territoriale. Dans les années 1850, des Tsiganes s’embarquent aux côtés d’autres migrants européens et attendent alors dans les ports de départ. Les archives départementales de Gironde, que j’ai eu l’occasion d’étudier au cours de mon master, révèlent que les autorités du port de Bordeaux délivraient exceptionnellement des autorisations de stationner aux abords du port pour des Tsiganes s’apprêtant à partir outre-Atlantique, alors même qu’un arrêté municipal interdisait le stationnement de voitures servant de logement aux Bohémiens. L’exceptionnalité juridique crée alors un territoire spécifique, marqué par l’attente mais aussi l’espoir d’un départ prochain. Cette attente dans les ports de départ peut être volontaire, comme ici dans le cadre des grandes vagues migratoires du XIXème et du début du XXème siècle, mais elle peut aussi être forcée. Mon mémoire m’a notamment amenée à étudier le cas particulier d’une tentative de déportation des Bohémiens du Pays basque en Louisiane. Le préfet des Basses-Pyrénées ordonna en décembre 1802 l’arrestation de tous les Bohémiens de la région. Plus de cinq cents personnes, majoritairement des femmes et des enfants, furent ainsi faits prisonniers, dispersés sur tout le territoire français et enfermés dans des prisons et dépôts de mendicité. La déportation en Louisiane n’eut jamais lieu mais les lieux de détention devinrent au fil du temps des territoires d’attente que les familles se sont appropriés peu à peu, à tel point que certains, à leur libération, demandent à y rester.

Le temps de la traversée est aussi un temps d’attente fait d’incertitudes. Incertitudes qui ne prennent pas fin lorsque les migrants posent le pied sur le sol américain puisque commence une nouvelle attente, celle de l’admission. Concernant les familles tsiganes, les archives d’Ellis Island –et notamment les dossiers de seconde admission étudiés par Sheila et Matt  Salo[1]– permettent d’entrevoir à quoi ressemblait l’attente de ces familles à Ellis Island. Un article du New York Times du 12 février 1905 évoque d’ailleurs les conditions de vie des migrants attendant d’être admis sur le sol américain et cite la présence de Tsiganes hongrois, publiant même une photographie d’une de ces familles[2]. Mais, pour certains Tsiganes, l’attente peut être plus mouvementée : Rena C. Gropper rapporte dans Gypsies in the city qu’une famille tsigane qui se voit refuser l’entrée sur le territoire américain est renvoyée en Europe d’où elle est à nouveau renvoyée aux Etats-Unis au motif que ses membres n’ont pas de papiers d’identité attestant de leur nationalité[3]. L’attente n’est ici plus identifiée à un espace particulier mais à un mouvement de va-et-vient entre deux pays, ce qu’Ilsen About évoque à travers son étude de familles tsiganes « à cheval sur la frontière » entre France, Italie et Suisse[4].

Des années 1880 aux années 1925, les familles tsiganes aux Etats-Unis perpétuent leur mode de vie itinérant. Se créent alors des territoires de l’attente, attente entre deux rencontres familiales, attente pour trouver un terrain libre où installer le campement. Puis, dans les années 1930, ces familles se sédentarisent progressivement. Le développement des engins motorisés nuit au commerce des chevaux qu’ils pratiquent, la crise de 1929 les touche également, les privant de nombreux clients pour leurs activités de divertissements et de bonne aventure, l’urbanisation croissante réduit considérablement le nombre de terrains libres où installer un campement. Cette sédentarisation plus ou moins contrainte, se traduit dans un premier temps par l’apparition de quartiers précaires à la lisière des villes, dans l’attente de pouvoir s’installer plus durablement. À New York, dans le Queens, le quartier de Maspeth est un quartier majoritairement tsigane et constitué principalement de cabanes issues de pratiques d’auto-construction. Ce quartier a une fonction de transition entre le mode de vie itinérant et la sédentarisation dans de grands centres urbains. Mais, dans l’attente de meilleures conditions de vie, les familles Tsiganes s’approprient les lieux, ce qui fait dire à Rena C. Gropper que « l’arrondissement du Queens connaît un afflux de Tsiganes qui a pour conséquence de transformer ce petit avant-poste de la présence tsigane en un territoire tsigane de première importance et reconnu comme tel »[5].

La présence tsigane aux Etats-Unis et au Canada me paraît donc pouvoir apporter un éclairage intéressant à la question des territoires de l’attente dans le cadre du projet de recherche TERRIAT. L’expérience de la migration comme celle de l’installation sur le continent américain de familles tsiganes sont constituées en grande partie de ces espaces interstitiels qualifiés de territoires de l’attente et cette problématique apparaît essentielle à la compréhension de leur inscription territoriale.


[1] Sheila Salo et Matt Salo, « Gypsy Immigration to the United States », Papers from the Sixth and Seventh Annual Meetings, Gypsy Lore Society, North American Chapter, New York, Gypsy Lore Society, 1986, p. 85-96.

[2] « Four years of progress at Ellis Island », New York Times, 12 février 1905.

[3] Rena C. Gropper, Gypsies in the city, Princeton, The Darwin Press, 1975.

 [4] Ilsen About, « De la libre circulation au contrôle permanent. Les autorités françaises face aux mobilités tsiganes transfrontalières, 1860-1930 », Cultures & Conflits, n° 76, 2009, p. 15-36.

 [5] Rena C. Gropper, Gypsies in the city, op.cit. traduit par mes soins.

Conférence

Dans le cadre du 3° séminaire international « les villes, lieux d’histoire » (Université Fédérale de Viçosa – Brésil – 25 août 2011), Laurent Vidal a prononcé une conférence intitulée : « territórios da espera e música nas metrópoles americanas (1880’s – 1910’s) » [territoires de l’attente et musique dans les métropoles américaines].