Sur les musiques nées dans les territoires de l’attente (1)

La Nouvelle Orléans – Congo Square
Rio de Janeiro – Pedra do Sal

Dans deux villes noires, des lieux à l’écart : une place à proximité du French Quarter; un morne près du marché aux esclaves de Rio.

Le soir souvent ou le dimanche parfois, des esclaves et des noirs libres se retrouvent pour prier. Percussions, chants et danses évoquent des dieux venus d’Afrique, invoquent un retour dans la terre de leurs ancêtres, une libération – ici, l’attente est d’ordre eschatologique.

Bientôt, naîtront le jazz et la samba, musiques dont les origines sont étroitement liées à ces territoires de l’attente.

A Congo Square, on danse la Bamboula (un tableau d’Honoré Gamin, exposé au Musée du Nouveau Monde de La Rochelle, nous donne une belle idée de l’intensité émotionnelle de ces rencontres nocturnes)