Tatihou : le lazaret

Créé en 1720 pour protéger les côtes nord de la France d’une éventuelle propagation de la peste qui sévit à ce moment-là en Provence, le lazaret de Tatihou représente un exemple intéressant pour appréhender l’étude des quarantaines. Le fait qu’il se situe sur une île corrobore le fait que ces espaces constituent des lieux stratégiques en matière d’isolation sanitaire et de régulation sociale. L’île crée une barrière spatiale entre les habitants et la menace étrangère, en l’occurrence ici celle venue de la mer. De plus, la récurrence de l’usage des îles comme lieu de quarantaine finit par façonner un imaginaire social de ces espaces, dans lequel l’île renvoie au naufragé, au désert. La quarantaine, en figeant l’homme dans un lieu dont il ne peut théoriquement pas s’échapper, le mène aussi peut-être à l’introspection, une attente propice à une expérience où les sentiments, les méditations, se confrontent à la radicalité de l’isolement géographique mais également __ comme le pensait le philosophe Gilles Deleuze __ mythologique : « L’élan de l’homme qui l’entraine vers les îles reprend le double mouvement qui produit les îles en elles-mêmes. Rêver des îles, avec angoisse ou joie peu importe, c’est rêver qu’on se sépare, qu’on est déjà séparé, loin des continents, qu’on est seul et perdu __ ou bien c’est rêver qu’on repart à zéro, qu’on recrée, qu’on recommence1. ».

Ce court documentaire diffusé sur France 3 Normandie nous permet d’arpenter les lieux du lazaret de Tatihou et, par conséquent, de nous faire une idée du « quotidien de l’attente » dans cette île de quarantaine.

  1. Gilles Deleuze, « Causes et raisons des îles désertes », L’île déserte et autres textes : textes et entretiens 1953-1974, Paris, Editions de Minuit, 2002, p. 12. []

L’étrange géométrie d’une file d’attente

– Sendai (dans le Japon d’après tremblement de terre), 21 mars 2011. Des habitants font la queue pour la distribution d’eau. Au sol, une ligne blanche a été peinte, non pour délimiter la zone à ne pas franchir, mais au contraire pour tirer partie de l’espace et étirer le file. Vue du ciel, cette file impeccable a l’allure d’une farandole.

– Londres, 21 décembre 2010. Les chutes de neige ont bloqué l’aéroport d’Heathrow. Les voyageurs se précipitent vers la gare de Saint-Pancras dans l’espoir de prendre l’Eurostar. En quelques heures, une file d’un kilomètre de long se forme : s’enroulant dans la gare d’abord, puis se déroulant hors du bâtiment, tel le fil que tisse le ver à soie autour de lui, jusqu’à disparaître dans le cocon… et, chrysalide, renaître en papillon.

Cette métaphore de la chrysalide est à considérer à sa juste mesure : dans les territoires de l’attente, de nouvelles configurations spatiales prennent forme, qui donnent naissance ou permettent le déploiement de nouvelles pratiques sociales.

Laurent Vidal

CEUTA: Salle d’attente migratoire (incertaine) de l’Europe


CEUTA: Salle d’attente migratoire (incertaine) de l’Europe
envoyé par YNO_Report.

Un documentaire découvert par Laurent Vidal, qui semble parfaitement illustrer certaines problématiques de notre projet.

La présentation faite par les réalisateurs de la situation si particulière des migrants de CEUTA :

Située sur le continent africain, dans le nord du Maroc, Ceuta est une petite ville autonome espagnole située à 14 kilomètres à peine de la péninsule ibérique à vol d’oiseau. Pourtant, par son positionnement géographique et stratégique, Ceuta attire chaque année des milliers de migrants habités par l’espoir de mettre le pied en Europe. Malheureusement, pour les rares d’entre-eux parvenant à traverser le mur enclavant la ville, l’impossibilité de passer de l’autre côté du détroit Gibraltar – Ceuta ne faisant pas partie de l’espace Shengen – marque alors souvent le début d’une série de grandes désillusions. Plongée dans un recoin méconnu d’Europe.

Réalisation: YNO Report (Jonathan Millet / Loic H. Rechi)