Colloque international « territoires de l’attente » (9-11 décembre 2014 – appel à communications)

Du 9 au 11 décembre 2014 se tiendra à l’université de La Rochelle le colloque terminal du programme ANR TERRIAT.

« Sociétés, mobilités, déplacements : « les territoires de l’attente dans les mondes américains (XIXe – XXe siècles) »

Ci-dessous, voici l’appel à contributions.

Appel à contributions

 

Les phénomènes de mobilité et de déplacement s’affirment comme des caractéristiques majeures de nos sociétés contemporaines. Pour autant, loin d’être fluides, homogènes ou linéaires, ces déplacements sont ponctués de temps, plus ou moins longs, d’attente. Qu’ils aient pour origine des raisons techniques, administratives ou politiques, de tels moments trouvent bien souvent une traduction spatiale : des territoires accueillent ces sociétés en attente.

Ce colloque, qui vient clore le projet ANR TERRIAT (« sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de l’attente », 2011-2014), souhaite examiner ces territoires de l’attente et la multiplicité de formes qu’ils revêtent, en établir leurs dimensions, comprendre leurs statuts juridiques, leurs articulations avec l’espace environnant, leurs temporalités spécifiques, ainsi que la variété des jeux économiques et sociaux qui s’y déploient.

Pour une telle enquête, les mondes américains, nés du déplacement (volontaire ou forcé) de populations d’origines diverses qui ont marqué de leur empreinte les territoires qu’elles se sont appropriées, s’offrent comme un terrain d’étude particulièrement adapté. Longtemps terre de refuge pour les persécutés de toutes confessions, puis Eldorado rêvé pour des millions d’immigrants, le continent américain est aujourd’hui encore le théâtre de nombreux déplacements humains : migrants quittant (ou fuyant) les campagnes pour des villes tentaculaires, clandestins franchissant les murs de la peur, réfugiés climatiques s’entassant dans des camps de la sécheresse ou des installations précaires (comme après Katrina). Ces déplacements, quelque soit leur origine, ont engendré des temps d’attente, donnant également naissance à des lieux spécifiques  ou à des territoires inattendus (hôtelleries d’immigrants, pont du navire, ports d’arrivée du Nouveau Monde, camps de sans terre ou de la sécheresse, favelas…). Aujourd’hui, à l’image de nombreuses régions du monde, le continent américain connaît de nouveaux phénomènes de mobilité et de déplacement, qui engendrent d’autres territoires de l’attente, dont il convient aussi de prendre la mesure et de définir les spécificités. Près des frontières, où des dispositifs empêchent la traversée des clandestins (murs, barbelés, zones d’attente dans les aéroports), dans les immenses métropoles nées des nouvelles et gigantesques vagues de migrations urbaines, imposant de nouvelles formes spatiales de l’attente, comme les autoroutes urbaines embouteillées, où une véritable économie de l’attente prend forme (des vendeurs à la sauvette proposent boissons et aliments aux conducteurs embouteillés)…

Les études inspirées des Mobilities turn n’ont souvent pas suffisamment pris en compte le fait que l’attente puisse être « un état de la mobilité ». En nous appuyant sur la démarche de l’« exceptionnel normal », expérimentée par la micro-histoire, à savoir que l’exception nous renseigne sur la norme, l’ambition affirmée est que l’analyse de l’attente nous informe sur le mouvement. Mais notre propos serait incomplet si en filigrane de cette question d’une attente au sein de la mobilité, ne surgissait pas également une mise en perspective de ce phénomène avec son « territoire ». En effet, le choix de ce terme apparaît pleinement justifié, bien qu’il faille également définir en quoi il y a territoire et qu’est-ce qu’un « territoire de l’attente ». S’il est assez aisé d’identifier des « lieux d’attente », à savoir des dispositifs architecturaux conçus pour la mise en attente temporaire des personnes en déplacement (camps de réfugiés ou de migrants, centres de rétention, lazarets…), la mise en évidence de « territoires de l’attente » est plus complexe, puisqu’il s’agit de lire la façon dont un espace se transforme et se façonne, temporairement, pour accueillir ou réguler une situation d’attente, alors que cette dernière n’avait été que peu ou pas appréhendée par les acteurs eux-mêmes. C’est au regard de cette ubiquité que le terme « territoire » prend tout son sens. L’attente devient ainsi un prisme permettant de questionner et d’éprouver le territoire, et inversement.

Ce colloque international vise à poursuivre le travail mené depuis maintenant près de quatre ans dans le cadre du projet ANR Terriat (http://terriat.hypotheses.org/), et se veut plus particulièrement l’occasion d’élargir les réflexions menées par les chercheurs du projet, en accueillant des enseignants-chercheurs, docteurs et doctorants intéressés par ces problématiques et aptes à apporter des éclairages et des réflexions nouvelles autour des thèmes suivants :

1.     Attentes et territoires de l’attente : définitions et interactions.

Entre l’attente constatée par le chercheur et l’attente vécue par les acteurs, comment alors interroger l’attente ou les attentes ? Comment la singularité de la composition spatio-temporelle de l’attente est-elle éprouvée par les acteurs ? Nomment-ils ces moments ? Et si oui, comment ? En revanche, s’ils ne les nomment pas, peut-on observer un comportement social et spatial différent de l’ordinaire ? L’enjeu est donc de comprendre le passage d’un niveau à l’autre, de l’attente constatée aux attentes vécues (et parfois non nécessairement perçues comme telles), et d’interroger leurs interactions avec l’espace pour donner forme aux territoires de l’attente.

2.     Pratiques sociales et jeux spatiaux au sein des territoires de l’attente

Il s’agira ici de s’interroger sur l’ordinaire des jours ou des heures dans un territoire de l’attente : quelles activités sociales ou économiques naissent dans ces lieux confinés où est éprouvée l’expérience d’un « temps élastique » ? Entre la prostitution et la vente ambulante, il importera de décrire et comprendre les formes spatiales de la « débrouillardise » (getting by). Il s’agira aussi de prendre la mesure du désœuvrement social. Comment vit-on et gère-t-on administrativement ce désœuvrement ? Quels sont les dispositifs techniques et les règlements qui permettent ou encadrent l’attente sur ces territoires ?

3.     Les identités sociales et culturelles à l’épreuve des territoires de l’attente

Un pan important du questionnement concernera l’étude des transformations sociales et culturelles à l’œuvre dans ces territoires de l’attente. Même si un sentiment d’incertitude domine, des identités nouvelles peuvent pourtant prendre forme dans ces territoires, ce qui remet en question une comparaison trop rapidement évoquée avec des « non-lieux ». Ces identités n’effacent pas nécessairement les identités antérieures, mais sont au contraire une ressource supplémentaire dans laquelle viennent puiser les individus en fonction de leurs besoins, et des stratégies sociales qu’ils définissent pour faire face à ce temps incertain. Il s’agira donc de décrire la variété des identités qui naissent dans le partage de l’attente en un lieu confiné, par des individus qui ne se connaissent pas nécessairement, mais qui sont soudain liés par une communauté de destin.

4.     Mémoire, patrimoine et muséalisation des territoires de l’attente

Ces territoires de l’attente induisant souvent une reformulation d’un rapport individuel et social au temps, ainsi que de nouvelles définitions identitaires, se pose la question du sens à attribuer à la mémoire (individuelle et sociale) des lieux et territoires de l’attente ? Comment ces mémoires sont-elles intégrées dans les projets de muséalisation – comme, par exemple, pour les hôtelleries d’immigrants ? Comment, à l’inverse, la muséalisation ou la patrimonialisation de l’attente sert-elle à la constructions d’identités personnelles et collectives ?

Les propositions de communication (2 pages maximum) seront à adresser avant le 15 mai 2014. Elles peuvent être rédigées en français, anglais, espagnol ou portugais. Les auteurs doivent également joindre (sur le même fichier) un curriculum vitae, avec une courte présentation de leurs recherches, ne dépassant pas lui non plus une page.

Le conseil scientifique se réunira début juin pour les examiner (réponses transmises pour le 15 juin 2014).

Les auteurs des communications retenues seront invités à faire parvenir le texte sur lequel reposera leur intervention pour le 30 octobre 2014.

 

Les propositions doivent être envoyées aux adresses mails suivantes :

laurent.vidal@univ-lr.fr

berietg@gmail.com

alain.musset@ehess.fr

dominique.vidal@univ-paris-diderot.fr

 

 

Organisateurs : Laurent Vidal, Alain Musset, Grégory Bériet, Dominique Vidal

 

Conseil scientifique :

– Yves Bergeron (Historien, UQAM – Canada)

– Grégory Bériet (Historien, Univ. de Guyane)

– Maria Isabel de Jesus Chrysostomo (Géographe, UFV – Brésil)

– Fraya Frehse (Sociologue, USP – Brésil)

– Paulo César da Costa Gomes (Géographe, UFRJ, Brésil)

– Nancy Green (historienne, EHESS)

– Alain Musset (Géographe, EHESS)

– Didier Poton (Historien, Univ. de La Rochelle)

– Dominique Vidal (Sociologue, Univ. de Paris VII)

– Laurent Vidal (Historien, Univ. de La Rochelle)

Appel.English

Appel.Español

Appel.Français

Appel.Português

Compte rendu des ateliers « Écrire les territoires de l’attente » (Congrès de l’Association Internationale de Littérature Comparée, Paris – 22 et 23 juillet)

20130723_142107Les ateliers « Writing waiting territories », coordonnés par Micéala Symington et Laurent Vidal, et qui se sont tenus au cours du congrès AILC-ICLA organisé par l’Université Paris-Sorbonne IV, ont permis d’appréhender plusieurs problématiques liées aux territoires de l’attente. Le lien avec la littérature renvoie aux spécificités de la vie dans ces territoires, aux nouvelles identités que l’on trouve à l’intérieur de ces « entre-deux » et dont les romans ont été les témoins et les acteurs bien avant les sciences sociales. Les attentes exceptionnelles ou quotidiennes y sont décrites, d’où l’enjeu de saisir assez de sources pour entrevoir une écriture des territoires de l’attente.

Le premier atelier s’est intéressé à l’écriture des « middle passages », de ces frontières et traversées qui peuplent la littérature. Dans cette optique, il est apparu évident que c’est au cours des déplacements que l’attente nait. Le territoire devient à la fois géographique et temporel, un lieu où le temps ne bouge pas et ne change pas. Mais il est aussi personnel, puisque le temps dépend de la façon dont nous attendons (Jonathan Hart). Mais comme l’expliqua Jean Bessière, penser les territoires de l’attente, c’est poser la question de la recomposition des deux notions et de leur usage. C’est aussi mettre en avant la propriété historique des territoires de l’attente ; cela appelle à mettre en évidence le double jeu temporel et spatial, le déplacement amenant à une double attente. L’exposé de Maria Luiza Berwanger da Silva abonda en ce sens et présente le territoire de l’enfant dans la littérature et la culture brésilienne comme un lieu de double attente, à la fois remémoration mélancolique d’un côté et renversement de cette mémoire de l’autre.20130723_142746

Le deuxième atelier a placé au cœur des réflexions les lieux de l’attente. L’aéroport, par exemple, est source de questionnements, d’interrogations sur sa fonction première. Pour Erica Durante, ce « non-lieu » comme le définit Marc Augé doit conserver une image de mobilité dans le sens où il n’est que transitoire et une image de solitude. C’est dans ce sens que les romans (voire même les films, comme le montre Ana Filipa Prata en parlant du Voyage au Portugal de Sérgio Tréfaut) utilisent l’aéroport comme lieu transitoire. Les passagers attendent de ce lieu qu’il soit transitoire et bref. Mais quand les situations imprévisibles modifient la fonction du lieu, l’attente n’est plus vécue de la même manière. Comme en écho à son intervention, John Boening expliqua la raison de ce changement de perception par la présentation d’une archéologie de l’aéroport. Il amène à reconsidérer l’architecture même de ces lieux pour comprendre la manière dont ils ont été pensés. La présence des « duty-free » n’est pas anodine, cela dans le but d’amener à rendre lucrative l’attente et de rendre la fonction de l’aéroport encore plus transitoire, quotidienne.

Dans la continuité du deuxième atelier et de la représentation du lieu, les échanges se sont concentrés sur écrire le confinement en attente. Les camps répondent à des volontés politiques, des objectifs particuliers. Il doit servir un but. Dans le cas d’Auschwitz (à travers le récit de Primo Levi et d’autres témoins), il est prévu pour l’extermination de masse, le travail forcé n’est que secondaire. L’intention n’est pas d’asservir pour produire de la matière, mais bien d’éradiquer les personnes (Evelyn Cobley). Les camps qu’ils soient dans l’Italie du Nord de Marisa Madieri ou dans l’Israël de David Grossman répondent à des besoins différents, celui d’accueillir les réfugiés. Ils sont surtout les témoignages d’une histoire parfois méconnue et oubliée, à qui seule la littérature peut redonner vie (Marianna Daganutti). Enfin Fiona McIntosh-Varjabédian nous présenta les champs de bataille comme autant de territoires de l’attente, par le biais des auteurs antiques, où l’incertitude y est rendue de manière dramatique.

20130723_150747En guise de conclusion, mais aussi d’ouverture à d’autres réflexions, le dernier atelier porta sur la représentation des territoires de l’attente. Cette dernière n’est pas vécue de la même façon en fonction de la culture d’origine. C’est le cas de la fiction de Hong-Kong, que nous présenta Au Chung To. Son statut particulier de ville coloniale a longtemps influencé la littérature locale, plutôt tournée vers l’Ouest et les puissances européennes. La perception du temps et de l’espace s’en trouva dès lors modifiée. Cela se retrouve dans la recherche biographique, comme le démontra Joanny Moulin. La biographie comme non-fiction, comme forme littéraire, est à la frontière entre la littérature et la recherche scientifique. Enfin, Maria Isabel de Jesus Chrysostomo et Laurent Vidal ont présenté une ébauche de recherches sur la musique et la littérature. À la fin du 19ème naissent dans quatre villes des Amériques (la Nouvelle-Orléans, Rio, La Havane, Buenos Aires) quatre styles musicaux contemporains (jazz, salsa, rumba, tango) similaires dans le rythme bien qu’aucun échange ne se soit fait entre eux. Ces musiques viennent des migrants (qui ont tous des influences communes) et sont le reflet d’une double attente : quotidienne (l’attente du travail) et eschatologique (le retour au pays). Mais comment rendre compte de ces formes musicales, sachant qu’aucune source n’y fait référence ? Il faut s’appuyer sur la littérature qui parfois malheureusement ne mentionne ces naissances qu’a posteriori.

Territorios de la espara : Movilidad, Migraciones, Desplazamientos : petit bilan du colloque international de Mexico (UAM, 4-5 octobre)

Le colloque international Territorios de la espara : Movilidad, Migraciones, Desplazamientos qui s’est tenu à l’UAM de Mexico (4-5 octobre), a permis une réflexion dense sur la pluralité des régimes d’attente et le caractère protéiformes des territoires dans lesquels se jouent les « entre-deux » de la mobilité. La dimension pluridisciplinaire des travaux s’est manifestée notamment par une appréhension à la fois pratique et théorique, corporelle et symbolique de l’attente. Ainsi, plusieurs intervenants se sont appuyés sur les travaux de Michel Foucault (Javier Avila, Edgar Ávalos Soto) pour souligner la dimension biopolitique de l’attente. Les territoires de l’attente s’établissent comme des espaces privilégiés de sujétion en vue d’un dressage hygiénique et social des corps. D’autres intervenants ont en revanche privilégié l’aspect subversif des territoires de l’attente. Ainsi, Alicia Lindon a très justement souligné que les territoires de l’attente se formaient parfois dans les interstices de la société, pour mieux résister à l’accélération productiviste des sociétés urbaines. Alain Musset quant à lui a privilégié la notion « d’habiter[1] », pour montrer que les personnes mises – de gré ou de force – au sein de ces territoires de transit se montrent également capable de se les réapproprier. La dimension eschatologique de l’attente a également été évoquée par le biais des communications d’Alejandro Olarte et Ana Maria Fernández Poncela, ayant chacun à leur manière rappelé que l’attente se conjugue au futur. Il reste que les territoires de l’attente se nichent également au cœur de la littérature, pour mieux dévoiler la réalité sociale extrêmement sombre des migrants de Tijuana par exemple (Mario Bassols).

La matérialité de ces territoires fut bien entendu au cœur des communications. Nancy Green a ainsi souligné que ces derniers ont été pendant longtemps occultés par l’histoire des migrations. C’est cette « chaine manquante » que constituent les lieux de passage que l’ANR Terriat se propose de combler. Comme en écho à son intervention, Margarita Theesz Poschner proposa une analyse des expériences de l’attente dans les camps de réfugiés hongrois après la Seconde Guerre mondiale. Mais les territoires de l’attente se caractérisent également par leur dualité. Il y a ainsi ceux qui partent dans l’attente d’un monde meilleur et ceux qui restent. Ce fut le sens de l’intervention de Rocio Quintal López, qui s’attacha à décrire le désordre des familles mayas du Yucatan, face à la recrudescence du Sida provoquée notamment par l’émigration des hommes en direction des Etats-Unis. En ce sens, les territoires de l’attente sont également des lieux d’acculturation, ce qui suppose une approche psychosociale du phénomène (Magdalena Varelo Macedo). Ce phénomène d’acculturation ne peut se comprendre sans une appréhension globale et parfois paradoxale des expériences de l’attente. En effet, certains espaces se posent explicitement comme des lieux de coercition ; tel est le cas des hospices d’immigrants (hospedarias de emigrantes) du XIXe siècle étudiés par Isabel Chrysostomo et Laurent Vidal. Dans le même temps, ces derniers se présentent comme des lieux de conditionnement à la modernité, incarnés notamment par les protocoles de médicalisation. Autre lieu, autres mœurs, le métro de Mexico étudié par Miguel Ángel Aguilar renferme bien des paradoxes. Ce dernier déploie toute une série de répressions formelle (caméras de surveillance, policiers etc.) et informelle (foule, harcèlement sexuel, bruit etc.), cependant il apparait comme un lieu d’interaction et d’acculturation urbaine essentielle. On peut également évoquer la situation des femmes migrantes de Santiago du Chili étudiée par Veronica Correa, pour soutenir l’idée que l’attente apparait comme une source essentielle de socialisation, voire dans ce cas précis d’une forme de réappropriation féministe de son destin.

En définitive, ce colloque s’est révélé extrêmement fécond. Il faut ici remercier le travail d’organisation de Ramón Alvardo, Sergio Perez et Alain Musset. En mobilisant des chercheurs dans l’ensemble des disciplines de sciences humaines et sociales, en mêlant des approches théorique et empirique, ils ont permis d’enrichir et d’affiner considérablement les problématiques inhérentes au projet ANR Terriat.



[1] Olivier Lazarroti, Habiter : la condition géographique, Paris, Belin (Mappemonde), 2006.

« Vestiges des frontières européennes«  : vers la patrimonialisation des territoires de l’attente ?

« Il n’est pas de limite, de frontière, de garde-fou que l’on puisse imposer au temps »

Morgan Sportès, extrait de Solitudes

                                                                                       

             Cette réflexion est basée sur une série de photos intitulée « Vestiges des frontières européennes« , réalisée par le photographe Joseph Schulz. Ce dernier a voulu saisir les restes abandonnés aux frontières des pays européens, incarnés ici par les postes frontières[1].

            Le phénomène de mondialisation, avec comme conséquence principale une augmentation et une accélération des échanges de toutes natures, semble entraîner une irrémédiable ouverture des frontières. Ces dernières sont devenues, principalement d’un point de vue économique, un obstacle à la mise en place d’échanges internationaux. Les mots « frontière«  et « développement«  s’avèrent être devenus de parfaits antonymes. L’exemple qui illustre le mieux ce processus est l’Union Européenne, notamment à travers l’espace Schengen mis en place à partir de 1985, puis appliqué à l’échelle européenne en 1997 par le traité d’Amsterdam. Les frontières, véritables expressions physiques des politiques étatiques, n’ont plus leur place dans un espace européen qui favorise la libre circulation des biens et des personnes. Cependant, on constate qu’elles n’ont pas été supprimées mais seulement repoussées à la marge de l’Europe. Symbole du déplacement des frontières européennes, l’île italienne de Lampedusa en mer Méditerranée accueille chaque jour des dizaines de migrants venus notamment d’Afrique.

            La disparition des frontières au sein même de l’Europe a eu un impact sur l’aménagement du territoire des différents pays membres. Pour les villes frontalières, elles représentaient la garantie d’une activité économique rendue pérenne par la fréquentation constante de ces dernières par les populations en mouvement. La disparition de celles-ci a entrainé une dévitalisation du tissu économique et l’abandon d’un grand nombre de bâtiments publics dédié au contrôle des voyages transfrontaliers. Il s’agit surtout des postes frontières, entités emblématiques de la politique de contrôle mise en place par les états européens avant l’introduction d’une politique basée sur le libre-échange.

            Ces édifices n’ont plus de fonction. Véritables bâtiments fantômes, ils gisent ici et là comme les cicatrices apparentes d’une ancienne blessure et leur unique présence suffit à rappeler la présence passée d’une frontière. Ce patrimoine bâti est aussi et surtout le témoin d’expériences humaines, individuelles ou collectives, dans un contexte de transition spatiale et humaine. Celui-ci est particulièrement créateur d’attente pour les hommes et femmes qui l’expérimentent. Attente du contrôle douanier, angoisse du refus, cette transition spatiale est aussi une transition psychologique. Le corps cesse d’être en mouvement et laisse place à l’attente de l’autorisation de retrouver cet état premier. C’est donc un espace de contrainte où le corps ne jouit pas d’une totale liberté de mouvement. Ce « temps mort«  dans un processus de mobilité peut être facteur d’altération, par exemple sur l’imaginaire et les représentations d’un espace qui va être éprouvé après cette transition.

            La présence de ces bâtiments à l’abandon pose la question de la patrimonialisation des témoins de politiques étatiques passées. À l’image des récentes politiques mises en place pour la conservation du patrimoine industriel, on peut s’interroger sur la manière de mettre en valeur ce patrimoine bâti, expression de  l’architecture moderne et postmoderne. Depuis quelques années en Europe, les frontières sont devenues un support artistique, comme en témoigne la « frontière artistique du monde« . Cette œuvre réalisée par le sculpteur allemand J. Dörflinger en 2006, érige quelques vingt-deux sculptures de 8 m de haut qui représentent des figures du jeu de tarot entre Constance en Allemagne et Kreuzlingen en Suisse, en remplacement d’un grillage long de 220 mètres.

 

La « frontière artistique du monde«  réalisée par Joannes Dörflinger

Source : http://www.bodensee-woche.de/tarot-stele-der-weltweit-ersten-kunstgrenze-wird-internationaler-preis-010309-2594/

 

            Qu’elles soient physiques ou virtuelles, les frontières sont en mutation permanente car elles restent associées aux différentes politiques gouvernementales. La mondialisation ne les efface pas autant qu’on pourrait le croire, elle ne fait que les repousser ou les modifier. On assiste à des restructurations territoriales qui font émerger de nouveaux espaces transfrontaliers. Ces derniers sont autant de terrains de recherche pour tenter de comprendre les différentes logiques qui s’y opèrent. L’étude des frontières transcende l’histoire politique, elle s’intègre tout autant dans l’histoire socio-culturelle.

            Il y a eu des premières expériences de valorisation d’espaces transfrontaliers dans les années 1990, notamment avec l’exposition « L’homme et les Alpes« , réalisée par le Musée dauphinois de Grenoble en 1992. Depuis, d’autres projets dédiés à des territoires transfrontaliers, « conçus dans une optique résolument transnationale et reposant souvent sur la notion de frontière comme barrière mais aussi comme lieu d’échanges«  ont été mis en place[2]. Citons l’exemple du musée de la vie frontalière à Godewaersvelde, à la frontière franco-belge. Cependant, ces tentatives ne s’attardent pas réellement sur la question des rapports homme/territoire frontalier. Elles se penchent davantage sur les activités humaines (douanes, contrebandes, etc.) liées à ce dernier.

            La question patrimoniale doit donc être un corollaire à l’étude des territoires de l’attente. Il s’agit d’identifier ces derniers et de s’interroger sur le rôle qu’ils peuvent jouer sur le territoire. Dans le cas des frontières, la série de photos de Joseph Schulz nous révèle qu’il existe un grand nombre de bâtiments dédiés à la régulation et au contrôle des frontières en Europe, qui sont aujourd’hui à l’abandon. Peut-on envisager la conservation et la patrimonialisation de ces derniers ? Si oui, de quelle manière ? Nous pensons qu’à cette fin, il serait utile et pertinent de s’inspirer de l’exemple du patrimoine industriel. De nombreuses associations, comme l’Association québécoise pour le patrimoine industriel, militent et œuvrent pour une politique de conservation et de mise en valeur de ce patrimoine à caractère historique[3].

 

 

Simon Balloud

Doctorat I Histoire

Université de La Rochelle

Université du Québec à Montréal

 


[1] http://www.laboiteverte.fr/vestiges-des-frontieres-europeennes/

[2] JOLY Marie-Hélène, « Les musées d’histoire et l’Europe« , in Direction des musées de France, Publics et projets culturels. Un enjeu des musées en Europe, collection Patrimoines et Sociétés, L’Harmattan, 2000, p.44

[3] http://www.aqpi.qc.ca/

 

Repères bibliographiques :

A.-L. AMILHAT SZARY & FOURNY M.-C., (dir.): Après les frontières, avec la frontière. Nouvelles dynamiques transfrontalières en Europe, La Tour d’Aigues, Ed. de l’Aube, 2006, 170 p.

JOLY Marie-Hélène, « Les musées d’histoire et l’Europe« , in Direction des musées de France, Publics et projets culturels. Un enjeu des musées en Europe, collection Patrimoines et Sociétés, L’Harmattan, 2000, pp.38-52.

 

Annexes :

Photographies de Joseph Schulz intitulées « Vestiges de l’Europe« .

Source : http://www.laboiteverte.fr/vestiges-des-frontieres-europeennes/

 

Simon Balloud

Doctorant allocataire en histoire contemporaine Université de La Rochelle Université du Québec à Montréal

More Posts

La mort et l’ennui : une attente instantanée

« Peut-être ne suis-je pas la seule personne en ce bas monde à s’ennuyer » Sherlock Holmes [à propos de Moriarty], in. Sherlock, Saison 1, épisode 3, BBC.

L’histoire des récits d’expériences en quarantaine renvoient souvent à des images de terreur, d’angoisse, de mort et d’effroi. Le lazaret demeure une expérience durant laquelle l’attente prend parfois une tournure délétère. Les suppliques des médecins de marine constatant, presque impuissants, la mort imminente de certains patients attestent de ce sentiment morbide, de ce récit où l’individu, dont le corps se trouve aux prises avec des dispositifs coercitifs face auxquels sa vie semble comme suspendue, dérisoire, attend le moment où enfin il pourra s’affranchir de son statut de patient. Pourtant, sans exclure le caractère anxiogène de l’expérience de quarantaine, il existe un trait significatif qu’il convient également de ne pas occulter : l’ennui. Au sein des lazarets, la pesanteur des procédures imprime des sensations diffuses sur le psychisme et l’organisme des patients. Il faut s’occuper, se distraire, réinventer voire recréer des formes de vie et d’activités normées. C’est au prix de la réinvention de normes que les personnes en quarantaine peuvent également se réapproprier leur identité. Dans cette configuration, l’ennui peut faciliter l’aiguisement des sens, la faculté d’observation, et favoriser l’acquisition d’un certain art de jouir :

« Je végétais ainsi quatorze jours, me couchant tôt, me levant tard, restant le plus longtemps possible à ma toilette et à mes repas, fumant beaucoup, observant plus que jamais […] tuant le temps de mon mieux, habitué à ma nouvelle existence, sans épouvante, sans étonnement, et même sans curiosité, attendant qu’on voulût bien m’éclairer sur mon crime et sur ma peine, rêvant éveillé, rêvant endormi, lisant quelquefois, jouant au piquet avec Floribomba quand je n’avais rien de mieux à faire et riant, chantant, goguenardant plus que jamais, lorsque Vincenzo vint me dire qu’un médecin m’attendait1. »

Tuer le temps avant que ce dernier ne vous tue. L’iconographie des lazarets peine souvent à représenter cette dimension psychosomatique de la station médicale. Quelques photographies néanmoins, à l’instar de celle présente ci-dessous, atteste de la pénibilité du temps et de son étirement. Ici, c’est par la lisibilité de la souffrance de ce soldat américain, stationné dans un lazaret flottant et victime de fièvre jaune, que se fige l’attente.

Cette mise en perspective du récit et de la photographie, de l’écrit a posteriori et de l’instantané, nous conduit à questionner cette expérience de la quarantaine en la mettant en perspective avec le texte de Gaston Bachelard L’intuition de l’instant.

En effet, dans ce dernier, Bachelard pose notamment la difficulté du rapport entre la mémoire de l’instant et la durée de ce dernier : « C’est par l’élection aussi insignifiante que celle d’un Président de la République que nous localisons avec rapidité et précision tel souvenir intime, n’est-ce point la preuve que nous n’avons pas conservé la moindre trace des durées défuntes ? La mémoire, gardienne du temps, ne garde que l’instant ; elle ne conserve rien, absolument rien, de notre sensation compliquée et factice qu’est la durée2. ». Si le récit de la quarantaine semble prendre en considération cette notion de durée, Bachelard nous rappelle à juste titre que la durée du récit ne correspond sans doute en rien à celle de la réalité. Le simple fait de dire « tuer le temps » – expression utilisée par l’auteur du récit cité auparavant – atteste à n’en pas douter de ce paradoxe : trois mots qui sous-tendent explicitement une durée extrêmement longue et accablante. Dès lors, l’image peut ici apporter un élément d’information et de sensation supplémentaire. Cette dernière, en ne présentant qu’une représentation brève, un moment d’existence de quelques centièmes de secondes, parvient parfois à imprimer une pesanteur de l’attente que les mots peinent à rendre intelligible. Dans la photo représentant ce patient souffrant de fièvre jaune durant la guerre hispano-américaine, l’attente se dessine dans la posture corporelle. L’homme apparaît ici statufié, et c’est précisément cette léthargie qui nous donne à penser la lenteur de son supplice. L’attente n’est donc pas qu’une affaire de durée, car celle-ci se trouve assujettie à des cadences dont l’appréciation reste éminemment subjective. Le territoire de la quarantaine nous montre également que cette notion et ses corollaires (ennui, peur, distraction…) peuvent se figer. Tout autant qu’une affaire de durée, l’attente s’imprime, se décrit et se photographie à travers des rythmes existentiels : « un individu pris dans la somme de ses qualités et de son devenir correspond à une harmonie de rythmes temporels3. » Il nous semble qu’ici, les analyses de Bachelard permettent de mieux appréhender l’étude textuelle et iconographique des expériences de quarantaine.

  1. Mes Prisons, à Madame Anna G…, Revue Suisse et chronique littéraire, tome XIII, 1850, pp. 85-86.
  2.  Bachelard, Gaston, L’intuition de l’instant suivi de L’Introduction à la poétique de Bachelard, Paris, Editions Gonthier, 1971 [1932], p. 35.
  3. Ibidem, p. 68.

Le phénomène de l’acampamento au Brésil : occupation du territoire, attente de la terre et reconnaissance sociale…

SourceURL:file://localhost/Users/alexismartig/Desktop/Recherche/ANR-TERRIAT/Blog_TERRIAT_A.Martig.doc

 

Alexis Martig,

Docteur en Anthropologie

ATER, Département d’Anthropologie – CREA, Université Lumière Lyon2.

 

Ce texte vise à s’interroger quant à la possibilité de penser le phénomène de l’occupation sous la forme de l’acampamento[1] au Brésil en tant qu’un « territoire de l’attente ». Il fait suite à l’intervention de Laurent Vidal et sa présentation du programme ANR « TERRIAT » au sein du laboratoire du Centre de Recherches et d’Etudes Anthropologiques (CREA) à Lyon, et reprend quelques aspects évoqués lors de cette intervention ainsi que certains éléments de l’article « Sociabilidades, mobilidades, deslocamentos : os territorios da espera. O caso dos mundos americanos ( de ontem à hoje) » de la revue Confins.

En effet, différents éléments de l’intervention de L. Vidal, ainsi que de l’article nous paraissent être particulièrement intéressants pour penser l’objet acampamento au Brésil. Nous ne prétendons pas ici produire un article ou une réflexion systématisée s’appuyant sur une recherche de terrain explicitement basée autour d’acampamentos. Il s’agira plus modestement de nous inspirer d’une connaissance issue de recherches de terrain menées auprès de populations rurales et du Mouvement des travailleurs ruraux Sans Terre du Brésil (MST), durant lesquelles nous avons pu visiter des acampamentos et nous entretenir avec des personnes vivants ou ayant vécu dans des acampamentos.

Le phénomène de l’occupation au Brésil : la forme acampamento

Malgré l’existence d’une politique officielle depuis la loi Estatuto da Terra en 1964, toutes les lois successives de réforme agraire sont loin d’avoir été poussées jusqu’au terme de leur pleine et entière réalisation.

Officiellement, c’est le rôle de l’Instituto Nacional da Colonização e da Reforma Agrária (INCRA) de déterminer les grandes propriétés qui sont laissées en friche, ou insuffisamment mises en valeur. Selon les termes de la Constitution, elles tombent dès lors sous le coup d’une expropriation car considérées comme « improductives ». Face à l’absence d’initiatives de l’INCRA, l’objectif principal du MST, comme d’autres mouvements sociaux, est de faire pression sur le gouvernement pour que la réforme agraire soit effective à travers la réalisation de véritables politiques publiques. Pour ce faire, le MST a recours à différentes pratiques parmi lesquelles celles qui ont permis la territorialisation du mouvement au niveau national : les acampamentos, des campements qui visent essentiellement à accélérer les mesures officielles d’installation des familles paysannes sur les terres des grandes fazendas à exproprier en attirant l’attention de la société. Une fois les terres redistribuées, les acampamentos se transforment alors en assentamentos : les communautés de la réforme agraire.

Pratique d’occupation utilisée dès les années cinquante par des mobilisations paysannes, les acampamentos nécessitent une forte organisation : il faut déterminer des lieux dans les grandes exploitations qui peuvent faire l’objet d’une occupation à un moment donné. De plus, les « campements » sont extrêmement précaires, très difficiles à vivre et à supporter : parfois sans eau, les baraques sont faites avec des branchages et des bâches de plastique noir. Sorte de squat rural, il s’agit d’une prise de gage obligeant les autorités officielles à prendre en compte cette démarche et à se décider à mettre en application réelle des mesures de réforme agraire sous la forme d’assentamentos.

Ce qui est à l’origine du provisoire peut cependant souvent durer longtemps. Ainsi, parmi les différents assentamentos que j’ai eu l’occasion de visiter les phases d’acampamento ont en moyenne duré entre trois et cinq ans. Pendant le temps de l’occupation, les acampados[2] sont exposés aux propriétaires terriens qui, se sentant menacés d’invasion, prennent parfois des « précautions » et recrutent des milices privées armées appelées jagunços ou pistoleiros, ce qui résulte souvent par des conflits et des morts.

En ce qu’il vise à interpeller l’INCRA en accord avec la Constitution fédérale brésilienne, le phénomène d’occupation sous la forme d’acampamento nous semble particulièrement illustratif de la « situation  liminaire » dans laquelle se situent les travailleurs ruraux brésiliens revendiquant cette terre. Véritable marginalisation économique et sociale, cette situation se caractérise par un défaut d’accès à la terre dû à l’absence de politiques publiques légalement garanties par le statut de citoyen.

À travers la dénonciation du non-respect de la Constitution et l’inaction politique en leur faveur, les occupations sous la forme d’acampamento réalisées par des travailleurs ruraux brésiliens donnent à voir les limites de la citoyenneté. En effet, malgré l’égalité légalement permise par le fait que les travailleurs ruraux sont des citoyens comme les autres, à laquelle s’ajoute l’affirmation de la Constitution brésilienne permettant la redistribution d’une terre ne remplissant pas une fonction sociale, les travailleurs ruraux brésiliens sont contraints de réaliser des occupations de terres pour « espérer » un accès à la terre. Ce défaut de citoyenneté effective s’explique historiquement par la construction symbolique des populations rurales de l’intérieur du Brésil, à laquelle s’ajoute aujourd’hui la construction dans certains médias à grande diffusion des « Sem Terra[3] », comme des « autres » au sein du Brésil[4]. L’acampamento est donc le substrat qui permet de dénoncer l’inaction politique aux yeux de tous, et premièrement aux yeux du gouvernement et de l’INCRA. Dans l’article « Histoires de campements », l’anthropologue Lygia Sigaud décrit les campements comme la forme obligée de la revendication de la réforme agraire au Brésil, permettant à la revendication de la redistribution foncière de se doter d’une légitimité à la fois individualisée et institutionnalisée[5].

Dès lors, l’acampamento devient une sorte de mise en attente volontaire motivée par une aspiration à une amélioration des conditions de vie des sujets engagés dans l’occupation. L’organisation et la mobilisation des travailleurs ruraux dans des  acampamentos du MST, ainsi que d’autres mouvements sociaux – comme les « Sem Teto »[6] – ou d’autres syndicats urbains, vise à donner une forte visibilité à des personnes qui situent symboliquement et socialement à la marge de la société et de l’exercice de la citoyenneté.

Attente de terre, occupation et processus de reconnaissance…

En ce qu’il se caractérise par une situation d’attente concrétisée par l’occupation d’un espace pour dénoncer et corriger une inégalité sociale à travers la redistribution de terres, l’acampamento est particulièrement illustratif des imbrications entre les enjeux spatiaux et sociaux. L’accès à un espace propre, à la possession d’une terre au sein du territoire national brésilien relève en effet d’un enjeu social et symbolique particulièrement fort. Ainsi, la « terre » est ici un véritable symbole d’indépendance pour des personnes ayant souvent vécu et/ou s’étant construites dans la dépendance des grands propriétaires terriens, à la fois en termes d’accès à la terre, d’indépendance économique mais aussi sur le plan de la construction de la subjectivité de ces personnes à travers l’assujettissement à la domination personnalisée[7].

Lygia Sigaud montre en effet comment les occupations sous la forme de campements du MST sont pour les travailleurs ruraux une manière de se projeter comme un paysan qui ne soit pas assujetti à un patron. De même, dans Projets, paris, hésitations : notes sur trois plantations en situation d’incertitude, Benoît De l’Estoile et Claudio Pinheiro soulignent combien l’opportunité de l’accès à la terre à travers une occupation s’inscrit « en contraste avec ce qui était pour la majorité de la population un « destin » tracé d’avance, quasi-immémorial…»[8] Ce à quoi les auteurs ajoutent que la possibilité de réforme agraire est pour certains synonyme de « liberté », et serait la fin de « l’esclavage » en ce qu’elle offre une nouvelle option : devenir petits propriétaires indépendants, éventuellement regroupés en coopérative de petits producteurs. Ainsi nombre d’interlocuteurs ont exprimé aux chercheurs les espoirs d’une vie meilleure assimilée à une impression d’ouverture de l’espace des possibles. Si l’entrée dans les campements est bien évidemment liée à plusieurs facteurs, le désir de disposer d’une terre afin de travailler pour soi-même reste la motivation la plus explicite[9]. Avant l’apparition des campements, le fait de pouvoir travailler pour soi impliquait structurellement le travail pour un patron. Les campements offrent une nouvelle possibilité : travailler pour soi-même, sans la subordination à un patron. C’est là le sens principal que les travailleurs ruraux impliqués dans les occupations donnent à l’expression réforme agraire : « J’ai voulu avoir mon terrain, pour y travailler et pour éviter à mes fils d’être assujettis à tous ces patrons »[10].

En résumé, il semble donc que l’acampamento cristallise l’attente et l’ouverture d’un possible donnant lieu à des processus de reconnaissance à la fois au niveau des sujets, mais aussi au niveau de la reconnaissance par la société de la question de la réforme agraire comme d’un problème public relevant de l’intérêt de tous. L’enjeu de la lutte du MST étant de rendre légitime la réforme agraire aux yeux des membres de la société en montrant qu’il s’agit d’un problème concernant toute la société, et non pas d’une somme de problèmes privés qui ne justifieraient pas une intervention sous la forme de politique publique.

Dans cet entre-deux[11] spatial et social, une autre perception du temps est permise par l’aspect « inespéré » de la remise en cause d’une situation longtemps perçue comme inéluctable.

L’expérience de l’occupation sous la forme de l’acampamento permet de rompre avec une vision du temps fermé, homogène et ouvre une brèche vers un temps des possibles – d’« un autre monde (est) possible » – au sein duquel vont s’expérimenter de nouvelles valeurs. Le projet du MST dépasse en effet largement la réforme agraire et est littéralement révolutionnaire dans le sens où il vise à construire une nouvelle société, constituée d’hommes et de femmes nouveaux. Et l’acampamento est un des premiers espaces où s’expérimentent ces valeurs – telle que la solidarité au sein du travail par exemple – permettant de (trans)former les hommes et femmes de la nouvelle société. Les activités développées au sein des acampamentos par le MST, et au sein desquelles les acampados peuvent expérimenter les valeurs du mouvement social, peuvent prendre des formes variées telle que la réalisation de « grupo de jovens[12] » mettant en scène des pièces de théâtre, ou jouant des morceaux de musique…et créent du lien collectif autour du statut de « Sem Terra ». Ce lien reste cependant assez dépendant des trajectoires des personnes constitutives des différents acampamentos et de leur proximité passée ou non. Les campements ne regroupent pas seulement des travailleurs ruraux, mais également des gens qui avaient abandonné cette activité, ou des personnes qui avaient une activité en ville.

« …le moment de l’occupation a été un moment qui a beaucoup marqué, tout le monde comme ça à l’aube qui descend des camions, avant qui monte dans les camions en chantant des musiques, en chantant l’hymne du mouvement et le petit drapeau rouge…et nous sommes arrivés dans la terre, nous avons couché la grille et nous sommes rentrés en file chantant les musiques criant les mots d’ordre le drapeau tendu…»[13]

Le lien collectif autour du statut de « Sem Terra » est aussi permis par la réalisation d’activités et l’usage d’objets inhérents à l’esthétique du MST : l’emblématique drapeau rouge marqué du logo du MST et quasi-systématiquement érigé, les casquettes et autres T-shirts portés par les acampados, les chansons, poèmes et ou pièces de théâtre jouées pendant l’acte d’occupation ou une fois les personnes installées…S’ajoute à cela des mises en scènes, dénommées mística, visant à remémorer les figures de lutte de la mémoire revendiquée par le MST et exprimer les idéaux du mouvement social. Renforçant leur mémoire chez les acampados, les noms de ces figures de lutte – Lampião[14], Antônio Conselheiro[15], Zumbi[16], Che… – sont souvent donnés aux acampamentos ou à des groupes de personnes formés au sein de ces derniers. Se tissent alors des liens permettant des identifications entre les différentes expériences subjectives de lutte des travailleurs ruraux et la mémoire revendiquée par le MST. Quand elle est couronnée de succès et que des liens sont faits entre l’expérience subjective de la lutte par les travailleurs ruraux et les luttes de la mémoire revendiquée par le MST, l’expérience de l’acampamento peut ainsi réellement altérer la perception de soi des travailleurs ruraux et les inscrire dans des processus de reconnaissance et de reconquête de soi au sens d’Ashis Nandy.

En leur permettant de s’affirmer comme « Sem Terra », le MST donne ainsi l’opportunité aux travailleurs ruraux de sortir d’une position sociale subalterne et de s’affirmer en tant que sujets politiques porteurs du message du mouvement social. Suite à cette expérience, la lutte peut s’arrêter à la possession de la terre le nouveau propriétaire étant satisfait de cette conquête, mais elle peut aussi se prolonger d’un investissement significatif dans les activités de la lutte politique du MST.

« Territoire de l’attente », cet entre-deux spatial et social qu’est l’acampamento nous semble donc être à la fois un lieu de négociation et un espace particulièrement intéressant pour comprendre les enjeux d’une mobilisation politique en termes de reconnaissance sociale à la fois au niveau des sujets (Honneth) ainsi qu’en termes de politiques publiques (Fraser).

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

 

CHAMORRO Sergio, FAJOLLES David, GAUTIE Jérôme, GOMEZ Hernán et SIGAUD Lygia, « Histoires de campements », in Cahiers du Brésil contemporain, n° 43/44, 2001, p. 31-70.

COMPARATO Bruno Konder, L’action politique des sans-terre au Brésil, Paris, L’Harmattan, 2004.

ERNANDEZ Marcelo, ROSA Marcelo, SIGAUD Lygia, « Occupações de terra, acampamentos e demandas ao Estado : uma análise em perspective comparada », in NEIBURG Federico et SIGAUD Lygia (dir.), Brasil em perspectiva, Rio de Janeiro, 7Letras, 2010, p. 85-119.

ERNANDEZ Marcelo, ROSA Marcelo, SIGAUD Lygia, Ocupações e acampamentos. Sociogênese das mobilizações por reforma agrária no Brasil, Rio de Janeiro, Garamond, 2010.

ESTOILE Benoît de L’, et SIGAUD Lygia, « Les transformations sociales au Nordeste : regards croisés », Cahiers du Brésil contemporain, n° 43/44, 2001, p. 5-15.

ESTOILE Benoît de L’, et PINHEIRO Claudio, « Projets, paris, hésitations : notes sur trois plantations en situation d’incertitude », Cahiers du Brésil contemporain, n° 43/44, 2001, p. 71-124.

FRANCO Maria Sylvia de Carvalho, Homens livres na ordem escravocrata, (1969) São Paulo, Fundação Editora da UNESP, 1997.

FRASER Nancy, Qu’est ce que la justice sociale, reconnaissance et redistribution, Paris, La Découverte 2005.

HONNETH Axel, La lutte pour la reconnaissance, (1992), Paris, Les Éditions du Cerf, 2008.

NANDY Ashis, L’ennemi intime. Perte de soi et retour à soi sous le colonialisme, (1984), Paris, Fayard, 2007.

SPIVAK Gayatri Chakravorty, Les subalternes peuvent-elles parler ?, (1988), Paris, Éditions Amsterdam, 2009.

VIDAL Laurent, MUSSET Alain et VIDAL Dominique, « Sociedades, mobilidades, deslocamentos : os territórios da espera. O caso dos mundos americanos (de ontem à hoje) », in revue Confins, 2011, n°13.


[1] Littéralement, « le campement ».

[2] Habitants de l’acampamento.

[3] « Sans Terre ».

[4] À ce sujet lire Bruno Konder Comparato, L’action politique des Sans Terre au Brésil, Paris, L’Harmattan, 2004.

[5] Sergio Chamorro, David Fajolles, Jérôme Gautie, Hernán Gomez et Lygia Sigaud, « Histoires de campements », in Benoît de l’Estoile et Lygia Sigaud (dir.) Les transformations sociales au Nordeste : regards croisés, Cahiers du Brésil Contemporain, 2001, n°43-44, p. 31.

[6] À ce sujet regarder le documentaire Comuna présentant une occupation conjointe du MST et d’un mouvement social urbain dans la périphérie de la ville de Fortaleza, dans le Nordeste du Brésil. Lien vers le documentaire : http://amisdessansterre.blogspot.com/2011/03/comuna.html

[7] À ce sujet lire Maria Sylvia de Carvalho Franco, Homens livres na ordem escravocrata, (1969) São Paulo, Fundação Editora da UNESP, 1997.

[8] Benoît de l’Estoile et Claudio Pinheiro, « Projets, paris, hésitations : notes sur trois plantations en situation d’incertitude », in Benoît de l’Estoile et Lygia Sigaud (dir.) Les transformations sociales au Nordeste : regards croisés, Cahiers du Brésil Contemporain, 2001, n°43-44, p. 72.

[9] Ibid, p. 56-62.

[10] Ibid, p. 56.

[11] Cf. Laurent Vidal, Alain Musset et Dominique Vidal, « Sociedades, mobilidades, deslocamentos : os territórios da espera. O caso dos mundos americanos (de ontem à hoje) », in revue Confins, 2011, n°13.

[12] Groupe de jeunes.

[13] Extrait d’un entretien réalisé avec un habitant de l’assentamento São Sebastião de Utinga, Bahia, Brésil.

[14] Lampião est une figure de mouvements de bandits d’honneur apparus dans le Nordeste du Brésil entre la fin du dix-neuvième siècle et la moitié du vingtième siècle.

[15] Antônio Conselheiro fut le meneur d’un mouvement messianico-religieux à la fin du dix-neuvième siècle.

[16] Zumbi fut le meneur de luttes d’esclaves marrons au seizième siècle.

La présence tsigane aux Etats-Unis et au Canada (XIXème – XXème siècle)

La question de la présence tsigane en Amérique du Nord apparaît intéressante à mettre en perspective dans le cadre du projet de recherche collectif TERRIAT sur les territoires de l’attente. En effet, la migration de l’Europe vers les Etats-Unis et le Canada, loin d’être linéaire, comporte de nombreux temps d’arrêt qui ne sont pas de simples temps morts dans le parcours migratoire mais participent pleinement au processus d’appropriation territoriale. Dans les années 1850, des Tsiganes s’embarquent aux côtés d’autres migrants européens et attendent alors dans les ports de départ. Les archives départementales de Gironde, que j’ai eu l’occasion d’étudier au cours de mon master, révèlent que les autorités du port de Bordeaux délivraient exceptionnellement des autorisations de stationner aux abords du port pour des Tsiganes s’apprêtant à partir outre-Atlantique, alors même qu’un arrêté municipal interdisait le stationnement de voitures servant de logement aux Bohémiens. L’exceptionnalité juridique crée alors un territoire spécifique, marqué par l’attente mais aussi l’espoir d’un départ prochain. Cette attente dans les ports de départ peut être volontaire, comme ici dans le cadre des grandes vagues migratoires du XIXème et du début du XXème siècle, mais elle peut aussi être forcée. Mon mémoire m’a notamment amenée à étudier le cas particulier d’une tentative de déportation des Bohémiens du Pays basque en Louisiane. Le préfet des Basses-Pyrénées ordonna en décembre 1802 l’arrestation de tous les Bohémiens de la région. Plus de cinq cents personnes, majoritairement des femmes et des enfants, furent ainsi faits prisonniers, dispersés sur tout le territoire français et enfermés dans des prisons et dépôts de mendicité. La déportation en Louisiane n’eut jamais lieu mais les lieux de détention devinrent au fil du temps des territoires d’attente que les familles se sont appropriés peu à peu, à tel point que certains, à leur libération, demandent à y rester.

Le temps de la traversée est aussi un temps d’attente fait d’incertitudes. Incertitudes qui ne prennent pas fin lorsque les migrants posent le pied sur le sol américain puisque commence une nouvelle attente, celle de l’admission. Concernant les familles tsiganes, les archives d’Ellis Island –et notamment les dossiers de seconde admission étudiés par Sheila et Matt  Salo[1]– permettent d’entrevoir à quoi ressemblait l’attente de ces familles à Ellis Island. Un article du New York Times du 12 février 1905 évoque d’ailleurs les conditions de vie des migrants attendant d’être admis sur le sol américain et cite la présence de Tsiganes hongrois, publiant même une photographie d’une de ces familles[2]. Mais, pour certains Tsiganes, l’attente peut être plus mouvementée : Rena C. Gropper rapporte dans Gypsies in the city qu’une famille tsigane qui se voit refuser l’entrée sur le territoire américain est renvoyée en Europe d’où elle est à nouveau renvoyée aux Etats-Unis au motif que ses membres n’ont pas de papiers d’identité attestant de leur nationalité[3]. L’attente n’est ici plus identifiée à un espace particulier mais à un mouvement de va-et-vient entre deux pays, ce qu’Ilsen About évoque à travers son étude de familles tsiganes « à cheval sur la frontière » entre France, Italie et Suisse[4].

Des années 1880 aux années 1925, les familles tsiganes aux Etats-Unis perpétuent leur mode de vie itinérant. Se créent alors des territoires de l’attente, attente entre deux rencontres familiales, attente pour trouver un terrain libre où installer le campement. Puis, dans les années 1930, ces familles se sédentarisent progressivement. Le développement des engins motorisés nuit au commerce des chevaux qu’ils pratiquent, la crise de 1929 les touche également, les privant de nombreux clients pour leurs activités de divertissements et de bonne aventure, l’urbanisation croissante réduit considérablement le nombre de terrains libres où installer un campement. Cette sédentarisation plus ou moins contrainte, se traduit dans un premier temps par l’apparition de quartiers précaires à la lisière des villes, dans l’attente de pouvoir s’installer plus durablement. À New York, dans le Queens, le quartier de Maspeth est un quartier majoritairement tsigane et constitué principalement de cabanes issues de pratiques d’auto-construction. Ce quartier a une fonction de transition entre le mode de vie itinérant et la sédentarisation dans de grands centres urbains. Mais, dans l’attente de meilleures conditions de vie, les familles Tsiganes s’approprient les lieux, ce qui fait dire à Rena C. Gropper que « l’arrondissement du Queens connaît un afflux de Tsiganes qui a pour conséquence de transformer ce petit avant-poste de la présence tsigane en un territoire tsigane de première importance et reconnu comme tel »[5].

La présence tsigane aux Etats-Unis et au Canada me paraît donc pouvoir apporter un éclairage intéressant à la question des territoires de l’attente dans le cadre du projet de recherche TERRIAT. L’expérience de la migration comme celle de l’installation sur le continent américain de familles tsiganes sont constituées en grande partie de ces espaces interstitiels qualifiés de territoires de l’attente et cette problématique apparaît essentielle à la compréhension de leur inscription territoriale.


[1] Sheila Salo et Matt Salo, « Gypsy Immigration to the United States », Papers from the Sixth and Seventh Annual Meetings, Gypsy Lore Society, North American Chapter, New York, Gypsy Lore Society, 1986, p. 85-96.

[2] « Four years of progress at Ellis Island », New York Times, 12 février 1905.

[3] Rena C. Gropper, Gypsies in the city, Princeton, The Darwin Press, 1975.

 [4] Ilsen About, « De la libre circulation au contrôle permanent. Les autorités françaises face aux mobilités tsiganes transfrontalières, 1860-1930 », Cultures & Conflits, n° 76, 2009, p. 15-36.

 [5] Rena C. Gropper, Gypsies in the city, op.cit. traduit par mes soins.

Sur les musiques nées dans les territoires de l’attente (2)

Tout comme le jazz et la samba, dont nous avons parlé, tout comme le tango de Buenos Aires dont nous parlerons peut-être bientôt, la rumba naît dans les territoires de l’attente.

Nous sommes à Cuba, au XIXe siècle, et plus particulièrement à La Havane et Matanzas. Dans les patios des solares (immeubles populaires), sur les docks du port, les travailleurs noirs se réunissent pour chanter et prier, accompagnés de percussions. Tout est bon pour scander le rythme : tiroirs des armoires, cageots de morue, caisses de voiles des navires, boîtes de cigares, frappées à mains nues ou au moyen de petites cuillères en bois (cucharas), mais aussi, bien entendu, congas.

Cet extrait de documentaire cubain de 1978 nous en donne une belle illustration :

Les « nanas » dans l’attente : Le cas des immigrantes latino-américaines à Santiago du Chili

Je voudrais, dans ce texte, partager quelques notes et informations obtenues pendant le travail de terrain réalisé pour ma thèse, en mars et avril de l’année 2011. Mon propos sera de montrer un des territoires de l’attente que compte la ville de Santiago (du Chili), localisé dans le secteur centre-est, zone privilégiée (où vivent des personnes à hauts revenus). C’est un territoire qui naît et se reproduit dans l’objectif d’accueillir la population immigrante, principalement latino-américaine, qui est arrivée dans la capitale ces deux dernières décennies à la recherche de nouvelles opportunités de travail. Je parle ici du Centro Integrado de Atencion al Migrante (Centre Intégré de l’Assistance au Migrant), plus connu comme CIAMI ou Maison d’Accueil, qui fait partie de l’Institut Catholique Chilien de Migration (INCAMI). Cette organisation m’a « ouvert ses portes» pour participer comme volontaire et ainsi, avec leur consentement, développer un travail ethnographique pour ma thèse. Mon objectif, dans ces lignes, est de décrire le travail que cette institution réalise, et d’exposer les aspects qui m’ont amené à la caractériser comme un territoire d’attente à l’intérieur de cette grande métropole.

CIAMI naît en 2002 sous le soutien de la Congrégation des Missionnaires Scalabrinianos (qui aide les immigrants et réfugiés de 25 pays localisés en Afrique, Asie, Europe et Amérique), dans le but de répondre à la croissante demande de services de formation et d’insertion sociale de l’immigrante[1]. Jusqu’à présent, il existe 22 490 inscrites ce qui représente 35,6% du total de femmes immigrantes qui vivent dans la Région Métropolitaine[2].

L’organisation réalise différentes activités pour l’aide de la femme immigrante – principalement péruviennes, colombiennes, boliviennes, équatoriennes, haïtiennes, dominicaines – qui arrivent au pays dans des conditions très précaires et dans l’urgence de trouver un emploi. Les principaux axes développés par CIAMI sont : bourse de l’emploi, fondamentalement comme intermédiaire entre les employeurs et les employées domestique (voir photographie Nº1) ; service de cantine ; service d’hébergement provisoire (maximum un mois) ; stages de formation des femmes de ménage, ce qui inclut des cours de gastronomie, de cuisine, de formation religieuse, des conseils administratifs pour la régularisation; et assistance psychologique.

Photographie Nº1. Bourse d’emploi CIAMI. Centre d’insertion professionnelle, comme intermédiaire entre employeurs et employées de maison

Source personnelle, photo prise en mars, 2011. Santiago, Chili.

Voici la dynamique de fonctionnement de cette institution. La majorité des femmes immigrantes accueillies viennent au CIAMI dès qu’elles arrivent à la capitale, car c’est un point d’ancrage central dans la première étape de résidence. Elles connaissent l’institution à travers leur réseau amical et familial. En grande partie, il s’agit de femmes seules qui laissent leurs familles – maris et enfants dans leurs pays d’origine -, avec l’engagement de trouver un travail et de leur envoyer de l’argent le plus rapidement possible. Elles viennent au Chili avec des attentes importantes : pouvoir faire des économies et, dans un délai moyen (d’un minimum un an), retrouver leur famille, soit en les faisant venir au Chili ou en retournant dans leurs pays d’origine. De plus, certaines arrivent endettées à cause des hauts prix des moyens de transports (avion, car), du prix du visa et de la bourse de voyage. De plus, il y a des cas, où elles sont victimes des passeurs de frontières qui fournissent des faux documents.

Face à cette situation, CIAMI devient pour de nombreuses femmes immigrantes le premier contact avec la réalité chilienne, un lieu d’accueil et de sécurité, qui leur assure de trouver un logement, un emploi et, par la suite, de régulariser leurs situations de résidences (obtenir un visa de travail, administrativement appelé visa sujeta a contrato). Plusieurs d’entre elles décident de se loger à la Maison d’Accueil, les autres choisissent d’être hébergées chez un membre de la famille ou un(e) ami(e), cependant, à peine la journée commencée, autour des 10h du matin, elles se réunissent au centre dans l’attente d’une offre de travail.

Parallèlement, pendant la journée, les employeurs arrivent. Pour la plus part d’entre elles, ce sont des femmes chiliennes, provenant de secteurs socio-économiques moyens et hauts. Comme leurs future employées, elles sont sous une contrainte urgente : trouver une nana[3]. Une grande partie des patrons cherchent des puertas adentro[4], qui seront en charge du ménage de la maison, de la cuisine et de la garde des enfants des employeurs pendant qu’ils/elles travaillent. Plusieurs employeurs m’ont expliqué, qu’il serait impossible pour eux de travailler sans cette aide.

Une fois le rendez-vous (par téléphone) pris, les futurs patrons arrivent à CIAMI pour exprimer leurs besoins par rapport à la personne qu’ils cherchent. Ensuite, dans la cour du CIAMI, à haute voix, on annonce l’offre (voir la photographie Nº2). En troisième phase, les intéressées se présentent pour avoir un entretien personnel avec l’employeur (voir la photographie Nº5). Finalement, environ après d’une heure d’entretien, l’employeur choisit la personne plus appropriée pour le poste. Une fois que l’employeur a fait sa sélection, on demande à l’immigrante si elle est intéressée pour travailler avec cette personne.

Parmi les critères qui ont le plus de poids dans l’élection de l’employeur se trouvent : le fait d’être puertas adentro ou puertas afuera (la majorité des employeurs demande puertas adentro), le salaire (le CIAMI établit un minimum), l’empathie, l’expérience de travail, la langue (les haïtiennes ont plus de difficultés à être « élues » puisqu’elles ne parlent pas espagnol) et l’apparence physique (un rejet peut exister envers les plus jolies nanas car elles peuvent être considérées comme une « tentation » pour les maris ou les enfants des employeurs; de même pour celles qui sont noires, étant un nouveau groupe social dans le pays[5]).

Photographie Nº2 : Attentives à une offre d’emploi

Source personnelle. Photo prise en mars, 2011. Santiago, Chili

Photographie Nº3: Entretien de travail

Source personnelle. Photo prise en mars, 2011. Santiago, Chili

Si les étrangères ont de «la chance», elles peuvent trouver un emploi dans un intervalle de deux ou quatre jours; les autres, celles qui ont «moins de chance», peuvent rester dans l’attente entre une semaine et un mois. Si la personne n’a pas réussi à trouver un travail dans un délai d’un mois, les travailleurs du CIAMI lui recommanderont de baisser ses exigences par rapport au salaire et les caractéristiques de la famille. Celles qui préfèrent travailler avec des personnes âgées ou avec peu d’enfants auront plus de difficultés à trouver un emploi.

Selon ce que j’ai pu observer et ce que les travailleurs du CIAMI m’ont dit, il y a beaucoup d’immigrantes qui commencent à être plus exigeantes. Elles pensent que face à l’offre importante d’emplois, elles peuvent rendre plus flexibles les attentes des employeurs. Dans ce contexte, il est intéressant d’étudier comment dans cette attente pour trouver un travail, il existe une instance de socialisation entre les immigrantes (dans la cantine et la cour du CIAMI), où elles échangent des informations liées à ce qu’il faut demander à l’employeur et comment arriver à une meilleure négociation. Selon l’un des travailleurs du CIAMI, au début elles arrivent très ouvertes et flexibles, prêtes à accepter n’importe quelle offre, cependant, dès qu’elles commencent à échanger des conseils avec d’autres étrangères, les exigences des conditions de travail augmentent.

Par rapport au point antérieur, le CIAMI réalise un important travail de formation autour de sujets liés aux droits sociaux et du travail au Chili (salaire minimal, heures de travail, etc..) et des mécanismes existants pour les demander. De même, ils les préviennent quand ils observent qu’elles exigent plus que leur dû et que ça pourrait être un désavantage pour trouver un emploi. Cette recommandation se base sur le principe de rotation des employées de l’organisation, dont le but est de pouvoir aider les personnes pendant une courte période, quand l’immigrante traverse une situation de vulnérabilité extrême. Le CIAMI réalise quelques exceptions, en accueillant certaines personnes pour une période plus longue, particulièrement quand le motif du chômage est indépendant de leurs volontés.

Quelles activités réalisent-elles dans l’attente de trouver un emploi ? Elles attendent dans la cour de la maison, en se groupant par nationalité (Voir photographie N º 4). Dans ces moments, où le temps se dilate, elles en profitent pour se connaître les unes les autres, bavarder sur leur projet migratoire, les causes de leur émigration, leur situation familiale et économique, l’employeur qu’elles ont vu entrer au bureau … et surtout les diverses histoires et expériences qu’elles ont vécu comme femmes de ménages.

Photographie Nº4 : Soleil et ombre dans l’attente

Source: Réalisation propre. Photo prise en mars, 2011. Santiago, Chili

Pour « alléger » cette attente, le CIAMI propose des stages, en leur livrant un diplôme qui garantit leur formation d’employée de maison. Ce diplôme leur permettra de gagner la confiance de l’employeur. Voir les photographies suivantes.

Photographie Nº5 : Apprentissage de la cuisine

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili

Photographie Nº6 : comment bien faire un lit ?

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili

Photographie Nº7: Diplôme CIAMI

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili. Photographie anonyme

De plus, on leur offre un petit cours pour leur expliquer comment se comporter dans l’entretien personnel avec l’employeur.

Photographie N º 8 : comment devons-nous nous comporter dans un entretien? (Traduction de la photographie : avoir bonne présentation, saluer l’employeur, être sûres de soi, montrer une bonne éducation et attendre que l’employeur dise de s’asseoir)

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili

Elles peuvent profiter au CIAMI de déjeuner à très bas prix (900 pesos chiliens c’est-à-dire 1,30 euros).

Photographie Nº9 : Manger ensemble, crée le sourire

Source: Réalisation propre. Photo prise en Mars, 2011. Santiago, Chili

Quelques activités surgissent d’elles-mêmes, entre autres : couper et peigner les cheveux, tisser, coudre, dormir et regarder la télévision (qui se trouve dans une salle du CIAMI).

Photographie N º 10 : La transmission du savoir

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili

Photographie º11: Tuer le temps

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili.

Chacune vit différemment les périodes d’attente. La perception de cette expérience dépend de chaque immigrante, c’est un temps subjectif. Quand l’étape de recherche de travail a été accomplie, il arrive une deuxième étape d’attente, encore très difficile : la régularisation de leurs documents. Combien de temps doivent-elles attendre pour pouvoir obtenir un numéro d’identité nationale ? Où doivent-elles aller pour le demander ? Quelles procédures doivent-elles effectuer ? Comment et où cette attente est-elle vécue ? Ce sont quelques questions auxquelles j`espère répondre dans un prochain travail de terrain pour la thèse, dans un nouveau territoire de l’attente.

Pour lire le texte en espagnol


[1] CIAMI. Estudio Exploratorio sobre la inmigración femenina en Santiago de Chile. Santiago : Septiembre, 2010.

[2] D’après le total des étrangères au dernier recensement, 2002

[3] C’est le nom qui est attribué à l’employée domestique au Chili

[4] C’est l’expression qui est utilisée au Chili pour l’employée domestique qui habite dans le lieu de travail, à l’exception des dimanches

[5] Dans les cinq dernières années, on a observé l’arrivée d’une nouvelle population noire vers le Chili. Il s’agit des personnes provenant de la Colombie (des villes comme Palmira et Cali, et ses environs), Haïti (lors du tremblement de terre), République Dominicaine et nord du Pérou.

La quarantaine, territoire de l’attente : quelques réflexions épistémologiques (2)

Après six mois de recherches autour de la thématique de l’attente dans les zones de quarantaine de l’espace atlantique, il apparaît important de dresser un bilan historiographique et, surtout, de poser quelques orientations épistémologiques. En effet, si le lien entre sentiment d’attente et claustration sanitaire apparaît évident, il n’en demeure pas moins que celui-ci n’a été que très sporadiquement étudié par les historiens. La quarantaine et les différents lazarets qui jonchent les villes-ports de l’espace atlantique demeurent des objets d’études relevant essentiellement de l’histoire maritime et épidémiologique. Certains auteurs évoquent tout de même les implications politico-diplomatiques de l’attente dans les procédures de quarantaine, à l’instar de John Booker dans son ouvrage Maritime Quarantine : the British Expérience 1650-1900. Néanmoins, la question des conditions d’attente, des sentiments divers et variés qui traversent les populations, notamment les plus pauvres, au sein d’espaces sanitaires de plus en plus sophistiqués _ et déshumanisés ? _ ne semblent pas constituer des éléments d’analyse centraux dans l’historiographie des lazarets.

On trouve pourtant quelques textes évoquant cette dimension dramaturgique de la quarantaine. Le lazaret de Grosse Ile au Québec, qui servit de station de quarantaine pour des milliers d’émigrants entre 1832 et 1937, a fait l’objet d’analyses dans lesquelles la dimension socio-historique ne fut pas négligée. L’un des premiers à évoquer cet immense lazaret dans cette perspective fut Réjean Lemoine, qui n’hésita pas à le qualifier de « Cimetière des immigrants au XIXe siècle[1] ». Dans son Histoire populaire des Etats-Unis de 1492 à nos jours, Howard Zinn évoque également le récit morbide de plusieurs milliers d’émigrants irlandais dans le lazaret québécois : « Le 18 mai 1847, l’Urania, originaire de Cork, avec à son bord quelques centaines d’immigrants dont la plupart étaient malades ou mourant de la fièvre, fut mis en quarantaine à Grosse Isle. Il s’agissait du premier de ces navires infestés par les épidémies qui remontèrent cette année-là le Saint-Laurent […] L’équipage, que le désespoir avait abruti et rendu brutal, était paralysé par la peur de contracter la maladie. Les misérables passagers étaient incapables de se soutenir eux-mêmes ou d’accorder la moindre attention à leurs compagnons. Il arrivait qu’un quart, qu’un tiers, la moitié, voire la totalité des passagers fussent différents stades de la maladie. Les uns mourant, les autres déjà mort[2]. » L’hécatombe humaine qui fut celle des migrants irlandais stationnés à Grosse Ile en 1847 doit nous interpeller sur l’intérêt d’une étude historique des lazarets sous l’angle de l’attente en tant que processus de régulation politique des hommes et des choses.  On pense immédiatement ici à Michel Foucault et ses écrits sur la biopolitique. En effet, c’est bien entre le XVIIIe et le XIXe siècle que la quarantaine subit de profondes mutations techniques, conditionnant un redéploiement plus précis des procédures de gestion sanitaire des mobilités économique et sociale. De nombreux règlements et traités vont instaurer des durées et protocoles variant en fonction de la provenance du bateau, de sa marchandise etc. Par ailleurs, la généralisation des patentes de santé, documents destinés à attester de l’état sanitaire de l’équipage au départ du navire, tend à effacer le distinguo entre normal et exceptionnel, ou, pour reprendre l’expression de Giorgio Agamben : « l’opposition entre normes du droit et normes de réalisation du droit, entre la norme et son application concrète[3]. » En effet, c’est à cause de la normalisation des procédures de quarantaine que les émigrants irlandais de 1847 subissent une réclusion mortifère dans laquelle la santé publique apparaît supérieure à toute forme de dignité humaine. L’attente demeure ici un moyen commode de contrôler une menace épidémique, en transformant le migrant en agent pathogène. Il sera donc essentiel de mesurer la place des procédures de quarantaine dans la construction d’un imaginaire social vis-à-vis duquel l’émigrant est perçu comme une menace. L’étude iconographique de Patrice Bourdelais et André Dodin[4] intitulée Visages du choléra, peut nous éclairer sur les ressorts psychologiques qui conditionnent l’émergence d’un racialisme scientifique dans lequel les quarantaines portuaires ont joué un rôle significatif, dans le sens où elles ordonnancent de nouvelles frontières entre l’émigrant et le résident. Dans le même ordre d’idées, il convient également de se pencher sur les discours médiatiques autour de ces évènements, notamment dans la presse outre-atlantique, dont les écrits autour des lazarets de migrants se révèlent nombreux durant les épidémies de choléra qui jalonnent le XIXe siècle.

Dans les zones de quarantaine, l’attente constitue donc une technique d’expertise biopolitique. C’est autour de cette première dimension que notre étude a tenté de se constituer. Dès lors, la sophistication des lazarets (Grosse Ile, mais également Brest, ou encore Ellis Island), les stratégies de réclusion et l’intensification des protocoles de mise en station des navires et des hommes, constituent autant d’indices nous permettant de questionner cette juxtaposition des peurs primales et de la volonté croissante de rationalité technique dans la gestion des crises sanitaire et sociale[5]. Par ailleurs, cet élément ne doit pas éluder d’autres dimensions tout aussi essentielles. Ainsi, l’attente en zone de quarantaine rime aussi souvent avec ennui, puisque derrière les grandes tragédies migratoires des lazarets, se dissimulent des petites histoires d’équipages « bien portant » et tentant de « tuer le temps » avant que de pouvoir jouir des bienfaits de la terre ferme. Il faut également analyser comment les hiérarchies sociales peuvent être redistribuées dans les espaces de quarantaine. L’attente tend-t-elle à effacer certaines distinctions, favorise-t-elle également l’émergence de nouvelles solidarités, amitiés, amours ? Autant de questionnements sur lesquels les archives, quoique peu prolixes, fournissent néanmoins quelques pistes utiles pour l’historien.

Notre objet d’étude se situe donc à la croisée de l’histoire sociale et de l’histoire matérielle. En effet, les quarantaines sont des lieux, très divers au demeurant (navires, îles, bâtiments etc.) et de ce fait ces derniers peuvent être porteurs d’une histoire très spécifique, à l’instar des bâtiments de quarantaine d’Angel Island qui accueillirent un nombre considérable de migrants asiatiques venus tenter leur chance sur la côte pacifique des Etats-Unis. Cette donnée architecturale nous conduit également à élargir notre étude à d’autres formes de réclusion sanitaire. Ainsi, qu’en est-il des léproseries, nombreuses sur le continent américain. Ces lazarets sont en effet des quarantaines définitives pour leurs occupants, qui se voient ainsi enjoindre de se réinventer une vie, loin de ceux qui les rejettent. Très souvent dépeints comme des espaces moribonds, les léproseries peuvent également se révéler être des lieux de vie, voire de libération si l’on se fie au récit imaginaire de Jack London lorsque ce dernier visita la léproserie tahitienne de l’île de Molokaï[6].

Angel Station, Quarantine Station, 1925, photoprint, San Francisco Bay, NLM

Par ailleurs, le XIXe siècle se caractérise par une remise en cause médicale de la quarantaine. Les médecins, et plus particulièrement ceux qui exercent dans la marine, critiquent fortement la pertinence des procédures de lazarets, au motif que ces espaces ne feraient qu’aggraver la santé des équipages, en jetant indistinctement les hommes sains avec les malades. Par ailleurs, l’inefficacité des quarantaines face à certaines pathologies tropicales comme la fièvre jaune, conduit certains d’entre eux à  la conclusion que la plupart des maladies ont une origine infectieuse et non contagieuse, ceux qui rend l’usage des quarantaines inefficace. Il sera intéressant de mesurer la résonance de ce discours scientifique des deux côtés de l’atlantique ainsi que d’appréhender sa réception par les équipages maritimes tout au long du XIXe siècle, ces derniers étant souvent soumis au lazaret.

Enfin, notre analyse s’appuie également sur les événements épidémiologiques, en tant que ces derniers permettent à la fois une mise en récit des expériences de quarantaine, ainsi qu’une approche plus organique des expériences humaines au sein de ces espaces. De ce point de vue, les épidémies de fièvre jaune et de choléra constituent des phénomènes pathologiques privilégiés pour étudier les évolutions pratiques des quarantaines. De nombreuses études ont en effet souligné des divergences profondes entre les états et les villes dans les manières de gérer ces évènements. Il sera intéressant de prolonger cette étude en analysant plus précisément en quoi les pratiques de quarantaine structurent de nouveaux procédés de ségrégation des corps, et comment ces derniers peuvent éventuellement réagir à ces formes de traitement socio-sanitaire. Dans ce cas précis, les populations de soldats et de migrants constituent des archétypes privilégiés tant ces derniers __ pour des raisons différentes __ ont fait l’objet de procédures spécifiques d’isolement. De surcroît, soldats et migrants apparaissent prédisposés à la contraction de maladies endémiques. La galle, le typhus, la tuberculose ou encore dans certaines aires géographiques la fièvre jaune, constituent des maux récurrents et particulièrement mortifères. De plus, si les soins prodigués aux soldats restent de meilleure qualité que ceux dont bénéficient la majeure partie des émigrés, les modalités de quarantaine apparaissent dans un cas comme dans l’autre extrêmement préjudiciables, tant au niveau organique que psychologique. Cette dernière dimension se révèle d’ailleurs primordial pour aborder la question de l’attente et des sentiments que cette dernière peut éventuellement drainer. En effet, la quarantaine instille la crainte de la maladie dans le psychisme des personnes qui y sont assignées. Les médecins et chirurgiens de la marine constatent ainsi avec quelle efficacité  la pesanteur du temps influe sur la déliquescence des facultés mentales des équipages. Dans le même ordre d’idée, durant la guerre de Sécession américaine, les quarantaines ont souvent engendré des phénomènes de désertion et de mutineries au sein des troupes nordiste et sudiste. Ces évènements, souvent anecdotiques, méritent néanmoins notre attention dans le sens où ils trahissent des appréhensions sociales du temps, de même qu’ils remplissent __ du point de vue de l’historien __ ces durées en apparence « vides » des lazarets.

En définitive, étudier les quarantaines sous l’angle de l’attente consiste également à analyser les évolutions culturelle et économique de nos sociétés industrielles dans les techniques de rationalisation du temps. Non pas le temps « plein » de la production, largement étudiée, mais celui, plus négligé, de l’inertie. Comment la rétention en quarantaine est vécue par les populations : les émigrés qui espèrent enfin fouler le sol pour lequel ils ont tout abandonné ? Les soldats qui observent ou constatent leur état maladif après avoir survécu à des combats souvent violents ? Les équipages maritimes pour lesquels parfois le navire devient le lieu de la quarantaine, et qui ne peuvent rien faire d’autre que d’observer la côte qu’ils aimeraient tant fouler, si près en distance et pourtant si loin en temps ? Pour appréhender ces questions, il faudra notamment se révéler attentif à toute la littérature médicale, et plus particulièrement aux feuilles de clinique lesquels, par les informations symptomatologiques qu’elles distillent, nous informent sur l’état d’esprit des malades et leurs appréhensions corporelles de l’attente.

U.S Quarantine Station, Honolulu, Hawaï, Meningtis patient in bed, NLM

Je joins également à ce texte une première bibliographie, qui constitue le fruit d’un travail de recherche dont les bases sont désormais posées.

Biblio_Terriat_Quarantaine(1) 


[1] Lemoine, Réjean, « Grosse Île : cimetière des immigrants au XIXe siècle », Revue d’histoire du Québec, Vol 1, n°2, 1985, pp. 9-12.

[2] Témoignage d’époque, cité par Howard, Zinn, Une histoire populaire des Etats-Unis de 1492 à nos jours, Paris, Agone, 2002 [1980], pp. 262-263.

[3] Giorgio, Agamben, Etat d’exception : Homo sacer, II, 1, Paris, Seuil, 2003, p. 63.

[4] Patrice, Bourdelais & André, Dodin, Visages du choléra, Paris, Belin, 1987, pp. 92-93.

[5] Sur cette question, voir notamment les excellentes analyses de Dominique Chevé-Aicardi, Les corps de la contagion : Etude anthropologique des représentations iconographiques de la peste (XVIe-XXe siècles en Europe), thèse soutenue le 30 octobre 2003, sous la dir. de Gilles Boëtsch, Université de Marseille 3.

[6] London, Jack, « Koolau le lépreux », Histoire des îles, Paris, Phebus, 2007, pp. 47-66.

Terriat : Etat de l’art (1)

Vous trouverez dans le fichier pdf mis en ligne dans ce billet, une première mouture de la bibliographie du projet ANR Terriat. Le découpage thématique étant une entreprise délicate, Laurent Vidal m’a suggéré d’opter pour une articulation chronologique très simple, en deux parties, à savoir : 1. Sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de l’attente d’hier… 2. … à aujourd’hui. Je ferai en sorte de publier le plus régulièrement possible un état de l’art sur ce blog. Par ailleurs, il serait intéressant que chacun des auteurs de ce blog mettent à disposition une partie de leurs recherches bibliographiques et de leurs considérations épistémologiques. Le projet ANR Terriat étant pluridisciplinaire, la bibliographie générale ne peut que s’enrichir grandement d’une telle démarche. De plus, des présentations thématiques de recherche permettent de mettre en relief de façon plus pertinente les grandes tendances de la production scientifique en sciences humaines et sociales concernant les sociétés, les migrations et les processus identitaires qui se jouent dans des territoires de l’attente si protéiformes. Je posterai très prochainement un nouvel article à vocation épistémologique et historiographique autour des quarantaines, en espérant que celui-ci soit suivi ou précédé de beaucoup d’autres.

ANR_Territoires de l’Attente :_Bibliographie (1)

Territoires de l’attente et identités en transit : perspectives d’une étude du contact entre Tsiganes et sédentaires

Résumé de propositions de recherches

« Le voyage s’allonge et par moment il semble qu’il ne prendra fin qu’avec la vie :
on se sent une chose passive emportée sans pouvoir. »
[1] 

Introduction et définitions préliminaires

               La conception du « territoire » chez les Tsiganes diffère de la nôtre dans la mesure où ils n’en revendiquent pas la propriété. Ce territoire est une notion à la fois multiple et élastique : sa définition dépend de l’échelle géographique à laquelle on se place. À l’échelle locale, les campements de quelques familles, leur forme d’installation la plus courante, constituent des territoires de vie. Ils se distinguent des camps d’internement pendant la Seconde Guerre mondiale ou des camps de résistance (maquis) qui eux-mêmes différent de la « Zone des fortifs » parisienne, bien plus vaste et hétérogène. Ce territoire peut aussi être assimilé à une aire de déplacement plus large qui engloberait des mouvements annuels, choisis ou imposés, à l’échelle d’un ou de plusieurs pays. Dans son acception la plus vaste, une délimitation du territoire de ce peuple transnational peut se situer à l’échelle de ses déplacements historiques et concernerait alors l’ensemble du continent européen et moyen oriental, avec pour frontière ouest l’océan Atlantique longtemps considéré comme infranchissable par un peuple craignant la mer.

               La notion même d’« attente » varie en fonction des cultures et des situations. Si nos sociétés contemporaines la considèrent souvent comme une perte de temps ou comme un ralentissement néfaste imposé, les voyageurs (au sens large) peuvent en avoir une perception différente. Citons ces quelques mots du célèbre voyageur, extraits de l’Usage du monde : « Nous ne sommes pas juges du temps perdu »[2]. La définition de l’attente chez les Tsiganes est directement liée à leur mobilité réelle ou supposée ; c’est en effet sur une aire d’accueil que les familles attendent que leur bail soit reconduit ou attendent de repartir à la recherche d’un autre lieu de stationnement. On peut considérer différents types d’attente qui dépendent d’une part de l’échelle géographique ou territoriale à laquelle on se place et d’autre part de la durée d’attente. Espace et temps définiraient donc plusieurs niveaux d’attente : on peut par exemple définir une attente quotidienne à l’idée de savoir de quelle aire de stationnement à telle autre on va devoir se déplacer, mais aussi une attente imposée et de plus longue durée que constitue l’internement dans des camps ou en prison pendant la Seconde Guerre mondiale. Également, et à une plus grande échelle de temps, des attentes rythmées, ponctuées par les saisons (les activités saisonnières impliquent la semi-sédentarisation et une forme d’attente hivernale) ou encore des attentes cycliques ponctuées par les lois et leur lente adaptation à ce peuple. Au sens le plus large, il peut s’agir d’attentes de très longue durée liées à l’espérance, à l’échelle de plusieurs générations sur le territoire le plus large : attendre que les autorités leur permettent de vivre librement et attendre que les persécutions commises à leur encontre soient reconnues et officialisées.

1 – Permanences de l’attente de ces « identités en transit »

               La volonté pour certains de ne plus être perçus uniquement par l’intermédiaire de sources partielles et partiales, souvent « journalistiques », et que l’on s’intéresse à eux d’une manière plus objective est une constante de l’attente tsigane. L’aide précieuse et récente d’auteurs Tsiganes ou d’adoption permet de rompre avec la traditionnelle image négative du Tsigane « voleur de poule » et nous invite à mieux comprendre des comportements et une manière de vivre dévalorisée. Ce peuple a, tout au long de son périple d’Inde jusqu’à l’Ouest de l’Europe, été victime d’événements extérieurs et l’est encore aujourd’hui, comme le rappellent les incidents récents en Italie. Les guerres, l’esclavage (notamment dans les provinces moldaves et valaques au XIXe siècle), le conflit franco-prussien de 1870, les deux Guerres mondiales, etc. ponctuent et forcent leurs déplacements. Ces oubliés des manuels scolaires et des ouvrages de référence sur l’histoire des camps de la Seconde Guerre mondiale préfèrent bien souvent ignorer et oublier ce lourd passé que de témoigner. Pourtant, l’attente que le regard sédentaire, encore aujourd’hui trop souvent nourri de mépris, se transforme en curiosité puis en intérêt pour le sort qui leur a été réservé est lourde de sens et le combat est mené aujourd’hui pour un « devoir de mémoire ».

               Les grandes migrations historiques qui mènent les Tsiganes aux pays de la façade atlantique dès le XIVe siècle constituent une « attente mobile » et façonnent une délimitation du « territoire tsigane » singulière, sans frontières et à l’échelle du continent européen. Ce peuple transnational par excellence est donc purement européen. L’accueil initial des sédentaires, imprégné de curiosité et de bienveillance, se transforme progressivement en rejet de ces « originaux sans origine »[3] dont l’itinérance est soumise à un effort de survie. Apparaissent des attentes permanentes qui accompagnent la vie même de générations de Tsiganes : l’attente de pouvoir passer des frontières qui leur sont imposées, l’attente de se voir attribuer un lieu propice où s’établir, l’attente d’être accepté par les populations des pays traversés. Cet héritage de constante mobilité à une échelle vaste en termes de temps et d’espace invite à penser les Tsiganes comme des « identités en transit », le Voyage devenant l’un des marqueurs de l’appartenance au groupe tsigane. Ils se définissent justement par ce qu’ils ne sont pas, des Gadjé ou Payos qui, sédentaires, revendiquent leur propre territoire.

               Le stationnement sur une aire d’accueil peut être régulier, sur plusieurs années, puis subitement changer, il ne s’agit jamais d’un arrêt définitif. Le Tsigane qui se sédentarise garde un état d’esprit voyageur qui peut se concrétiser par une itinérance saisonnière ; mieux que la « sédentarisation », la « fixation » marque donc un arrêt provisoire. La notion d’« identité en transit » doit prendre en compte la diversité des cas de figure : tous les Tsiganes ne partagent pas la même histoire, et, alors que certains sont considérés comme des gens du voyage mobiles et sont de nationalité française de par leur passé (plusieurs générations sur le sol français), d’autres proviennent de vagues de migration plus récentes. Ainsi, les Roms de Roumanie, sédentaires en leur pays, n’aspirent pas à vivre en caravane une fois en France et y sont pourtant contraints, et les autorités qui les gèrent n’entrent pas dans les détails. Aussi, le voyage, même s’il n’est plus la raison d’être d’un peuple de nos jours souvent sédentaire, est pour les Tsiganes toujours d’actualité, qu’il soit imposé, nécessaire ou culturel. Aujourd’hui, l’identité de certains Tsiganes nous paraît pouvoir être qualifiée d’« identité en transit » alors que d’autres sont fortement enracinés, notamment en Espagne.

2 – Deux grands rythmes de l’attente tsigane

               Un grand rythme de l’attente tsigane est la mobilité saisonnière. Durant l’hiver, les conditions climatiques impliquent une gestion différente du temps et donc du temps accordé aux activités économiques. Les activités d’hiver sont différentes des activités d’été car elles dépendent souvent de la nature (cueillette, vigne, etc.). Passer l’hiver et attendre l’été sous-entend donc de savoir combler l’attente du séjour hivernal avec des activités économiques particulières : ce choix de semi-sédentarisation est aujourd’hui privilégié par de nombreuses familles. La pratique de certaines activités devenant incompatible avec la saison, il faut trouver des alternatives viables ayant pour base soit des appuis familiaux, soit un mélange de compétences. Ces activités créent un lien direct de contact et d’échanges avec les sédentaires et impliquent une flexibilité géographique réfléchie et stratégique qui devient régulière. Des circuits en découlent et permettent la survie du groupe et l’entretien de relations sociales avec la société sédentaire (avec les viticulteurs par exemple) et avec les autres groupes tsiganes. Il existe différents types de mobilité : le nomadisme (caractérisé par des mouvements géographiques réguliers rapprochés dans le temps et d’ampleur variée : internationale, régionale, départementale et locale) ; la semi-sédentarisation qui consiste en un séjour de plusieurs mois (souvent plus de six mois) en un même lieu ; la fixation (le séjour long immobilise pendant l’année des caravanes et conduit à l’installation dans un logement domicilié).

               Les Tsiganes se heurtent à un autre type d’attente cyclique. De tout temps, des obstacles législatifs contribuent à les maintenir dans une position marginale, en attente de davantage d’égalité : ils sont de véritables « étrangers de l’intérieur »[4]. Il s’agit d’une attente périodique, à l’échelle de plusieurs décennies, voire de plusieurs siècles, rythmée d’initiatives législatives variées imposée par des pouvoirs qui ne respectent pas ou tardent à appliquer leurs lois. Si la volonté des autorités de sédentariser ces « nomades » domine au cours des siècles, les gouvernements se sont heurtés à l’incroyable capacité d’adaptation de ce peuple et à la nécessité de mettre en place une législation visant à réguler une mobilité régulière. En France, la loi discriminatoire de 1912 témoigne de la difficulté des pouvoirs publics à accepter en tant que telle cette minorité ethnique, ce qui est également bien visible par exemple lorsque le gouvernement français interne des Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale.

3 – Les répétitions d’une attente quotidienne : des temps de latence

               Il faut signaler la multiplicité de « territoires de l’attente » tsigane ; du campement quotidien aux regroupements divers aux abords des grandes villes en passant par des campements de Résistants (maquis). L’attente dans des campements précaires en périphérie des grandes villes soulève de multiples problèmes notamment sanitaires. Les campements tsiganes revêtent donc des formes variées et provoquent des « temps de latence » : des pauses entre deux événements que constituent l’Arrivée et le Départ. Ces temps sont des temps de vie, temps d’attente et temps d’échanges avec les membres des sociétés environnantes : le groupe s’ouvre et se ferme aux sédentaires au gré des besoins. La notion même de temps chez les Tsiganes diffère de la nôtre : ils sont nombreux à ignorer leur âge et à y accorder peu d’importance, leur mémoire se limite à quelques générations, l’heure de la journée n’est pas prise en considération, seule est faite la distinction entre le jour et la nuit.

               Ces temps courts relèvent aussi d’attentes imposées : pendant la Seconde Guerre mondiale, l’attente forcée que constitue l’internement dans des camps et en prison témoigne de la collaboration de l’occupant et des autorités françaises. Ce sujet a longtemps été occulté et c’est seulement à partir des années 1990 que les historiens s’y intéressent. Les causes ne manquent pas : le désintérêt des sédentaires pour ce peuple, l’oubli, mais aussi le silence ; les victimes ne souhaitant pas en parler, la mémoire n’est pas conservée par écrit. Le lien au passé et à la mort entretenu par les Tsiganes est différent de celui des sédentaires et ces acteurs ont d’abord été hostiles à rétablir leur histoire. Si certains témoignages ont pu être des sources irremplaçables pour les chercheurs, l’étude de l’administration des camps d’internement est aussi riche en informations. Les emprisonnements sont donc des « temps d’attente quotidiens » imposés jusqu’à la fin de la guerre et même après, jusqu’en 1946.

               Si l’attente dans les camps d’internement est redoutable, elle protège certains Tsiganes de la déportation et de la prison. L’attente et le ressenti du quotidien en milieu carcéral pendant la Seconde Guerre mondiale en 1943 sont remarquablement décrits par Jan Yoors dans son chef-d’œuvre La Croisée des chemins : « Une fois la nuit tombée, on nous transporta dans une prison dont je n’ai jamais su le nom, un monstre de briques dont les milliers d’yeux luisaient dans l’obscurité. […] De temps en temps, je faisais le tour de ma cellule, je tâtonnais le long des murs rugueux qui marquaient les limites de mon nouvel univers. Il me semblait que j’étais là depuis une éternité. Des siècles s’étaient écoulés depuis que j’avais été un homme libre, marchant dans les rues, empruntant les transports publics, possédant des effets personnels. […] Pour échapper à la désolation et au vide de mon existence, une fois seul dans ma cellule, certain de ne plus être interrompu pendant quelques heures, je me réfugiais dans le passé et peu à peu projetais toute la passion de ma vie intérieure sur l’écran d’un improbable avenir. Dans ce havre de solitude, je parlais interminablement en romani, car même si personne ne pouvait lire dans mes pensées, je cherchais inconsciemment à dresser le plus de barrières possible entre mes différents niveaux de conscience. […] De fait, je dormis, quoique d’un sommeil exécrable. […] J’attendis. Puis je me rendormis, et ainsi de suite pendant je ne sais combien de temps, espérant à chacun de mes réveils apercevoir la lumière de l’aube. Mais elle ne venait jamais : il s’agissait sans doute d’une cellule souterraine où n’entrait pas le jour. Je n’avais jamais imaginé qu’on pût attendre si longtemps. Je ne connaissais plus l’alternance des jours et des nuits. J’avais faim, froid, soif, l’ennui me rendait fou. […] Je hurlais dans le vide, et jamais personne ne me répondait. Je me mis à compter quand même. Malgré tous mes efforts, je vivais désormais hors du temps » [5] .

Conclusion

               Cet essai est le résumé d’une tentative de définir les « territoires de l’attente » tsiganes à plusieurs échelles d’espace et de temps. Nous avons distingué cinq grandes tendances que sont les attentes de longue durée sur un vaste territoire (l’attente de reconnaissance et la mobilité à grande échelle avec l’attente de vivre mieux ailleurs), des rythmes d’attente à l’échelle du pays et des années, voire des décennies (le rythme des saisons et les cycles des lois), enfin des attentes quotidiennes, au jour le jour, sur un territoire délimité et de petite taille (différents types de campements dans différents contextes). Ces attentes sont historiquement inscrites dans les relations de contact entre ces « identités en transit » et la population englobante et façonnent certaines caractéristiques culturelles tsiganes mais aussi sédentaires : le rejet et l’interprétation du mythe tsigane dépendent directement de la vue quotidienne de groupes assimilés à des passifs improductifs et nourrissent une certaine conception de la tolérance et de l’égalité.

 


[1] MAILLART (Ella), Cette réalité que j’ai pourchassée, Zoe, Paris, 2006.

[2] BOUVIER (Nicolas), L’usage du monde, Droz, Paris, 1963, réed. 1999.

[3] L’expression est de AL-MATARY (Sarah), dans l’ouvrage sous la direction de MOUSSA (Sarga), Le Mythe des Bohémiens dans la littérature et les arts en Europe, L’Harmattan, Paris, 2008, p. 127.

[4] L’expression est de MISSAOUI (Lamia), Les étrangers de l’intérieur. Filières, trafics et xénophobie, Payot, Paris, 2003.

[5] YOORS (Jan), La Croisée des chemins, la guerre secrète des Tsiganes, 1940-1944, Phébus, Paris, 1971, édition française de 2005, p. 163-185.

Les territoires de l’attente : de quelques éléments de réflexion

Laurent Vidal
Historien – Professeur à l’université de La Rochelle
Directeur-adjoint du CRHIA (EA 1163)
Coordonateur de l’ANR TERRIAT

Texte présenté lors de la première journée d’étude de l’ANR TERRIAT
« Ecrire, décrire les lieux de l’attente et les identités en transit »
(Université de La Rochelle, 3 février 2011)

Pour citer ce texte : Laurent Vidal, « Les territoires de l’attente : de quelques éléments de réflexion » (http://terriat.hypotheses.org/)

Ce projet part d’un constat : les phénomènes de mobilité et de déplacement s’affirment comme des caractéristiques majeures de nos sociétés contemporaines. Pour autant, loin d’être fluides, homogènes ou linéaires, ces déplacements sont ponctués de temps, plus ou moins longs, d’attente. Qu’ils aient pour origine des raisons techniques, administratives ou politiques, de tels moments trouvent bien souvent une traduction spatiale : des territoires accueillent ces sociétés en attente.

Ce projet souhaite examiner ces territoires de l’attente et la multiplicité de formes qu’ils revêtent, en établir leurs dimensions, comprendre leurs statuts juridiques, leurs articulations avec l’espace environnant, leurs temporalités spécifiques, ainsi que la variété des jeux économiques et sociaux qui s’y déploient.

1. Définitions préalables

Commençons d’abord par la définition des termes. En français, nous trouvons un seul mot : « attente ». Il en va de même pour l’espagnol et le portugais : « espera ». Et ce mot, quelque soit la langue, recouvre deux sens nettement distincts – l’immobilité d’un côté, et l’espérance de l’autre. La langue anglaise offre en revanche une gamme bien plus large pour appréhender la variété des sens que peut recouvrir l’attente. On trouve pas moins de trois mots ou expressions :

–       To hold on: indique une coupure, un « temps mort », une suspension, un entre-deux, mais laisse entrevoir une promesse de reprise. Le fameux « please hold-on » (et l’on sait aujourd’hui qu’un on hold marketing se met en place).

–       To wait for : indique une projection, un but à atteindre, un horizon d’attente. L’attente renvoie ici à une prédisposition psychologique, à un affect. Elle crée une tension, projetant vers le but à atteindre. « Le mot “waitier” [est] une variante normande de “guaitier” en ancien français. Attendre, c’est aussi “guaitier” ou guetter » (Edwards).

–       Standstill : situation dans laquelle quelque chose arrête de bouger ou de se passer. (point mort). S’ajoute à cela aussi, une dimension juridique : délai suspensif dans les procédures juridiques.

Relevons que ces différentes définitions de l’attente contiennent en germe, de manière implicite ou explicite, des dimensions spatiales.

L’immobilité est nécessairement localisée : elle renvoie donc au lieu où se vit cette attente (qu’il soit clos, saturé ou contraignant). Ici, l’homme fait souvent l’expérience de la tyrannie de l’espace. L’espérance, quant à elle, se cristallise souvent autour d’un lieu désiré, imaginé, rêvé (depuis la fameuse cité de Dieu de Saint-Augustin, en passant par l’île d’utopie de Thomas More jusqu’aux avatars contemporains des pays d’abondance pour les migrants des pays pauvres). Ce lieu distant envahit le présent en le phagocytant en quelque sorte, c’est-à-dire en le vidant de sa substance temporelle et spatiale (Thomas Mann, évoquant un homme attendant la distribution hebdomadaire du courrier, notait : « On dit que l’attente est toujours longue. Mais elle est aussi bien ou même plus exactement courte, parce qu’elle dévore des quantités de temps, sans qu’on les vie, ni les utilise pour elles-mêmes. On pourrait dire que celui-qui-ne-fait-qu’attendre ressemble à un gros mangeur dont le tube digestif chasserait la nourriture en quantité sans en tirer la valeur nutritive »).

On mesure dès lors combien ces territoires de l’attente induisent ou contraignent des possibilités d’action : rêvés, ils engendrent la mobilité ; subis, ils imposent l’immobilité.

Si l’on détaille désormais de manière plus précise la notion de « territoire », non pas d’une façon générale, mais telle qu’elle est utilisée dans l’expression « territoires de l’attente », ces territoires apparaissent, au premier regard, sous deux formes nettement distinctes :

L’espace clos : il est séparé, distinct, possède une forte visibilité. Il est marqué par un usage social quasi exclusif qu’encadre un dispositif juridique spécifique. Il est pensé pour la mise en attente temporaire de groupes en déplacement – qu’il s’agisse de raisons administratives ou politiques, médicales ou humanitaires – mais aussi pour séparer les groupes en attente du reste de la société environnante. Citons ici : le lazaret, l’hospice d’immigrants, la zone d’attente, le camp d’exilés ou de réfugiés.

S’il fallait ici retenir une forme qui incarne ces territoires, ce pourrait être l’île (« objet nomade » Lestringant). En effet, dans un premier temps, ce sont les îles qui sont privilégiées pour l’installation de lazarets ou d’hospices d’immigrants. L’île présente l’avantage d’être spatialement distincte du continent. Elle crée donc l’illusion d’un territoire séparé, extérieur, sorte de sas pour trier les candidats à l’entrée sur le territoire national.

Et beaucoup de ces territoires clos de l’attente se vivent sur le mode de l’insularité. Ainsi le camp (de réfugiés, de transit) se présente-t-il et s’administre-t-il sous la forme d’une île, distincte juridiquement des règles de droit ordinaires. Aujourd’hui, les zones d’attente sont encore des fictions juridiques, puisqu’elles permettent de traiter une personne qui se trouve physiquement dans le pays comme si elle était à l’extérieur du pays.

– L’autre forme que prennent ces territoires, c’est celle d’un espace ouvert mais pourtant contraignant ou saturé : celui des clandestins ou des embouteillés, par exemple.

La situation de l’attente crée un usage inattendu de cet espace, qui vient se superposer (transitoirement) à son usage ordinaire. L’attente est l’une des modalités d’usage de ces espaces : elle ne les définit pas. Par ailleurs, elle n’est encadrée par aucun dispositif juridique spécifique.

Il est difficile de donner une liste exhaustive de ces formes territoriales plus ouvertes qui, pour un temps occasionnel ou répétitif, accueillent des groupes en attente : hier, l’auberge et le port, mais aussi le pont du navire de l’émigrant, aujourd’hui, la gare routière ou l’aéroport, le check point. Cela va des villes de frontière où les clandestins cherchent un moyen pour franchir le mur ou les barbelés, jusqu’à la voie rapide ou l’autoroute urbaine embouteillée ou la salle d’attente d’un service administratif, où naissent des solidarités éphémères et s’installe une économie de l’attente.

Si cette notion n’avait été quelque peu galvaudée, il serait possible d’inscrire cette analyse dans la perspective de l’étude des « espaces autres », les fameuses hétérotopies dont Michel Foucault signalait l’importance dès 1967, puisque bien souvent ce sont des espaces ordinaires qui pour un temps (d’attente) sont investis d’un autre sens, social et symbolique.

Tous ces territoires, clos ou ouverts, vivent l’attente sur le mode du transitoire. Et c’est justement dans ces transitions, dans ces entre-deux, que prennent forme, de manière inopinée, inattendue, des coalescences (pour reprendre ici un concept de Durkheim) : et ces coalescences, qui échappent la plupart du temps à toute tentative de contrôle,  définissent de nouvelles lectures de l’espace et de ses potentialités, de nouveaux rapports au temps, de nouvelles solidarités… en somme, de nouvelles identités.

Aujourd’hui, ces territoires de l’attente (en dehors des espaces embouteillés et des aéroports) sont majoritairement occupés par les hommes lents (Milton Santos), c’est-à-dire les pauvres de la planète, les exclus de la vitesse que la globalisation impose à tous et à toute chose. Evidemment, il ne s’agit pas d’opposer l’attente à la vitesse, ce serait une grave erreur. En revanche, dans ce monde globalisé, caractérisé par un « temps désorienté », les espaces de l’attente, nous l’avons dit, sont des lieux de reformulation du rapport au temps, et l’expérimentation d’un rythme spécifique dans le quotidien (cf. Essai de rythmanalyse d’Henri Lefebvre).

2. Un fait social total

L’attente, telle qu’elle se vit, se déroule, se pratique, dans les territoires de l’attente doit être appréciée comme un « fait social total ». Elle met en effet en jeu de multiples dimensions :

psychiques : l’attente peut être inhibitrice ou exaltante,

– physiologiques : l’attente s’expérimente à travers le corps : soit ce dernier est un mal nécessaire qu’il faut masquer, cacher – l’espace du clandestin – soit il est comprimé, maltraité, dans des espaces clos. L’expérience de l’attente est donc corporelle.

– sociales : l’attente est créatrice de coalescences, d’expériences sociales inattendues,

– économiques : des activités sont pensées en fonction des temps d’attente : vendeurs ambulants sur les autoroutes urbains embouteillées, aubergistes, passeurs… sans parler du « on hold marketing ».

juridiques : nous retrouvons ici le standstill, comme délai suspensif, ou la notion d’état d’exception (G. Agamben).

sensibles : l’attente provoque une autre perception du temps par l’appréciation de sa durée – celle-ci, nous rappelle Bergson, est du temps vécu, temps élastique qui s’étire, s’accélère ou se contracte selon les situations. Dans ces espaces confinés, passé, présent et futur sont définis d’une autre manière. En effet, loin d’être un temps mort, le temps de l’attente est un temps de réinvention de la temporalité : la situation de crise qui a conduit à la mise en attente oblige l’individu, le groupe, la communauté, à repenser les catégories de temps qui lui permettent d’agir sur le présent et de se projeter dans le futur.

culturelles : l’attente est aussi un moment d’acculturation,

géographiques : celui qui attend fait l’expérience de la tyrannie de l’espace, mais aussi d’une enclave d’inattendus et de métamorphoses.

politiques : dans les zones d’exception, le pouvoir s’exerce d’une autre manière, notamment par le contrôle des corps et du rythme quotidien.

De ce point de vue-là, rendre compte de l’attente, c’est dire ce qu’il se passe quand il ne se passe rien (ou qu’il n’est censé rien se passer), et ici je souhaiterais en profiter pour rappeler le nom de Jean Duvignaud auquel ce questionnement est redevable.

Mais il importe aussi de lever un doute sur un écueil possible. En effet, l’attente peut être une métaphore facile pour décrire bon nombre de situations sociales. Or, tout n’est pas attente, et tout n’est pas territoire de l’attente – attention à l’usage abusif de métaphores autour de l’attente ! Dans le cadre de ce projet, intitulé : « sociétés, mobilités, déplacements », les territoires de l’attente désignent spécifiquement les espaces destinés volontairement ou servant involontairement à la mise en attente de populations déplacées ou en déplacement. Il y a donc une dimension collective nécessaire (et même le clandestin n’est pas seul, puisqu’il va chercher à activer un réseau…).

En conclusion

Le défi est ici celui d’un changement de paradigme analytique. Aborder les territoires de l’attente, c’est prendre le parti d’un regard en creux, qui privilégie l’observation des situations liminaires, où s’éprouvent les limites de la société, de l’exercice du pouvoir d’Etat, aujourd’hui, les limites de la modernité. Mais n’oublions pas toutefois que ce regard nous place au centre de l’écart – en somme, où se fabriquent les sociétés, la modernité, les Etats.

J’insiste enfin sur 3 nécessités qui devraient nous guider :

– partir d’une définition opératoire restreinte de l’attente et des territoires de l’attente.

– toujours croiser les dimensions sociales et spatiales.

– adopter une démarche comparée dans le temps et l’espace, afin d’éviter le risque de la monographie. Car si notre démarche repose sur des cas d’étude (hier, l’on parlait des case studies, aujourd’hui, c’est la « casuistique » qui est à la mode – qu’importe !), ces derniers doivent prendre place dans une réflexion comparative.

La quarantaine, territoire de l’attente : quelques remarques épistémologiques (I)

Si le territoire de la quarantaine suscite peur et effroi dans les imaginaires sociaux, ce dernier reste néanmoins rarement appréhendé dans sa pluralité. En effet, la quarantaine revêt des formes et des acceptions très diverses : bâtiment, navire, cité, maison, prison, île etc. L’histoire de ce territoire __ à la fois pratique sanitaire et espace architectural (lazaret) __ est assez connue. On estime en effet que c’est au XIVe siècle, à la suite de l’épidémie de peste qui ravage un tiers de la population européenne, que certaines cités mettent en place des procédures d’isolement des populations à risque (étrangers, voyageurs, équipages maritimes), afin de prévenir ou limiter les risques de contagion. La quarantaine apparaît aussi liée de façon consubstantielle à cet « étrange étranger », figure autour de laquelle de nombreuses paniques épidémiques vont se constituer. La quarantaine a ceci d’ambigüe qu’elle est à la fois l’en-dedans (ce qui est censé nous protéger) et la mise au ban (ce qu’on cherche à éloigner de nous). Bazin, dans son récit de l’apparition du choléra à Paris en 1832, n’écrit pas autre chose lorsqu’il livre ses sensations sur les murmures et angoisses du peuple de la capitale : « On nous l’avait cependant annoncé bien longtemps à l’avance ; on nous avait fait suivre sur la carte sa marche rapide et menaçante. Le fléau voyageur n’était plus séparé de nous que par cette mer étroite qui nous ramène et nous remporte, avec la mobilité de ses flots, nos rois rétablis ou déchus […] Chaque minutie du régime préventif ramène incessamment la pensée sur le danger qu’on veut éviter. Le moyen, je vous prie, de ne pas se troubler, lorsqu’on vous recommande surtout d’être calme ? le moyen de ne pas trembler, quand on vous assure que la frayeur tue ? C’est l’action qui distrait ; mais toute l’action de ce moment se reportait sur l’horrible fléau. Chez soi, l’on avait à remplir toutes les prescriptions médicales. Il fallait empuantir sa maison pour la désinfectée, démeubler sa chambre pour l’assainir[1]. » La quarantaine propose donc une attente pesante, aussi bien pour celui qui s’y trouve que pour celui qui la perçoit quotidiennement, guettant avec angoisse le moment où cette dernière sera enfin levée. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles les autorités portuaires utilisent souvent les îles pour les installer[2]. L’insularité offre à l’œil du citadin un éloignement, gage de sécurité sanitaire accrue. Pour ceux qui y sont enfermés, en revanche, l’île peut accroître la détresse et la frayeur. Le territoire de la quarantaine dispense donc des formes d’attente réversibles. Pour les personnes placées aux lazarets, l’attente se manifeste par la proximité latente de la contagion et l’ennui profond que génère cette claustration. Pour les personnes qui se trouvent à l’extérieur, la quarantaine doit tenter d’apparaitre comme le territoire d’une gestion maitrisée de la menace épidémique. Il faut donc essayer au maximum de limiter les contacts entre ces deux espaces, même si certains exemples démontrent que la réalité est parfois plus alambiquée[3].

Étrangement, la thématique de l’attente dans les territoires de quarantaine n’a été que très peu abordée. Si l’histoire des lazarets ou celle des épidémies fait l’objet d’une abondante littérature en histoire et plus généralement en sciences sociales[4], le caractère organique de l’enfermement du corps dans un lazaret, les sentiments souvent exacerbés qui jalonnent l’histoire de ces lieux ainsi que la place prégnante du temps dans la structuration biopolitique de ces micro-sociétés, restent encore des champs d’exploration naissants pour les historiens. Les sources demeurent très éparses pour appréhender ces différentes thématiques. Néanmoins, les récits de voyage constituent un premier biais intéressant pour « soutirer » des informations sur les évènements qui se trament dans les lazarets. Par ailleurs, les archives judiciaires, ainsi que les correspondances entre les populations et les pouvoirs publics permettent de mieux saisir les effets du temps sur les représentations sociales des quarantaines. Cette série d’articles vise à rendre compte de l’avancement de mes recherches sur cette thématique des territoires de quarantaine comme lieu et récit d’une attente organique. Parmi les différents termes attenants à la notion d’attente, ceux d’ennui et de déréliction apparaissent d’emblée comme centraux. Néanmoins, en tant qu’élément inséré dans une géostratégie médicale, la quarantaine doit également être appréhendée dans une perspective qui déborde largement de son espace architectural. Nous cherchons donc à faire la proxémie de la quarantaine en s’inspirant ici de la définition donnée par l’éthologie au territoire, à savoir un « espace d’étendue variable dont un animal, un couple, un groupe interdit l’accès à ses congénères et parfois à d’autres espèces, pendant une période plus ou moins longue selon les activités qui y sont déployées[5]. »

Il reste que les territoires américains apparaissent également propices à l’étude des quarantaines comme lieu d’attente. La place de l’émigration et les considérations médicales du XIXe siècle autour de l’épidémiologie conditionnent des pratiques de régulations des hommes qui s’articulent autour de dispositifs de « sas ». Ces techniques mettent le migrant aux prises avec une temporalité pesante, durant laquelle ce dernier se voit surimposer différentes strates d’attente : celle du verdict médical, celle de la décision politique d’entrée sur le territoire, celle des soins etc. Il s’agit donc pour nous d’analyser ces « strates », de tenter de déterminer en quoi les dispositifs de quarantaine aux Amériques participent d’une déstructuration __ ou d’une restructuration __ de la physiologie du migrant, et de fait de son identité. Par ailleurs, si nos recherches se concentrent essentiellement sur le XIXe siècle, il demeure impossible de ne pas évoquer des quarantaines plus contemporaines, dans lesquelles l’attente fait l’objet de procédures biopolitiques extrêmement pesantes : Guantanamo et le statut juridique de detainees des terroristes présumés[6], le système des maquilladoras à la frontière mexicano-américaine[7], ou encore l’usage des quarantaines dans les stratégies politiques de la peur autour de l’émergence du bio-terrorisme. A travers une série de billets, je me propose donc de dresser sur ce blog un état informel de mes recherches autour de ces différents éléments. De plus, les « télescopages » entre l’histoire et l’actualité, nous conduiront à opérer un travail d’analyse critique plus ample, afin de démontrer d’une part l’utilité contemporaine de l’histoire, et d’autre part la profonde actualité d’un sujet tel que celui des territoires de l’attente.


[1] Anaïs de Raucou dit Bazin, Le choléra-morbus à Paris (1832), La Revue des ressources : L’étrange – XIXe siècle, pdf.

[2] Alison Bashford et Carolyn Strange, Isolation. Places and Practices of Exclusion, London/New-York, Routledge, 2003 ; Alison Bashford, Medicine at the Border: Disease, globalization and security, 1850 to the present, London/New-York, Palgrave, 2006

[3] John Booker, Maritime quarantine : the British experience, c.1650-1900, Aldershot, England ; Burlington, VT, Ashgate, coll. «The history of medicine in context», 2007

[4] Claire Carlin, Imagining Contagion In Early Modern Europe, Palgrave/MacMillan, Basingstoke, Palgrave/MacMillan, 2005 ; Annie Duprat, «David, de la polémique à la gloire. Autour du Saint Roch du bureau de la santé de Marseille (1780)», Sociétés et représentations, 2, 26 (2008); Carolyn Strange et Alison Bashford, Isolation. Places and Practices of Exclusion, London/New-York, Routledge, 2003  Dominique Aicardi-Chevé, Les corps de la contagion : étude anthropologique des représentations de la peste (XVIème-XXème siècles en Europe), Anthropologie biologique, Université de la Méditerranée – Aix Marseille II, 2003; Claire Hooker et Alison Bashford  , Contagion. Historical and Cultural Studies, London, Routledge, 2001

[5] http://www.cnrtl.fr/definition/territoire

[6] Giorgio Agamben, Homo sacer II, 1. État d’exception, Paris, Seuil, 2003

[7] http://www.geographie-sociale.org/mexique-usa-frontiere.htm