Colloque international « territoires de l’attente » (9-11 décembre 2014 – appel à communications)

Du 9 au 11 décembre 2014 se tiendra à l’université de La Rochelle le colloque terminal du programme ANR TERRIAT.

« Sociétés, mobilités, déplacements : « les territoires de l’attente dans les mondes américains (XIXe – XXe siècles) »

Ci-dessous, voici l’appel à contributions.

Appel à contributions

 

Les phénomènes de mobilité et de déplacement s’affirment comme des caractéristiques majeures de nos sociétés contemporaines. Pour autant, loin d’être fluides, homogènes ou linéaires, ces déplacements sont ponctués de temps, plus ou moins longs, d’attente. Qu’ils aient pour origine des raisons techniques, administratives ou politiques, de tels moments trouvent bien souvent une traduction spatiale : des territoires accueillent ces sociétés en attente.

Ce colloque, qui vient clore le projet ANR TERRIAT (« sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de l’attente », 2011-2014), souhaite examiner ces territoires de l’attente et la multiplicité de formes qu’ils revêtent, en établir leurs dimensions, comprendre leurs statuts juridiques, leurs articulations avec l’espace environnant, leurs temporalités spécifiques, ainsi que la variété des jeux économiques et sociaux qui s’y déploient.

Pour une telle enquête, les mondes américains, nés du déplacement (volontaire ou forcé) de populations d’origines diverses qui ont marqué de leur empreinte les territoires qu’elles se sont appropriées, s’offrent comme un terrain d’étude particulièrement adapté. Longtemps terre de refuge pour les persécutés de toutes confessions, puis Eldorado rêvé pour des millions d’immigrants, le continent américain est aujourd’hui encore le théâtre de nombreux déplacements humains : migrants quittant (ou fuyant) les campagnes pour des villes tentaculaires, clandestins franchissant les murs de la peur, réfugiés climatiques s’entassant dans des camps de la sécheresse ou des installations précaires (comme après Katrina). Ces déplacements, quelque soit leur origine, ont engendré des temps d’attente, donnant également naissance à des lieux spécifiques  ou à des territoires inattendus (hôtelleries d’immigrants, pont du navire, ports d’arrivée du Nouveau Monde, camps de sans terre ou de la sécheresse, favelas…). Aujourd’hui, à l’image de nombreuses régions du monde, le continent américain connaît de nouveaux phénomènes de mobilité et de déplacement, qui engendrent d’autres territoires de l’attente, dont il convient aussi de prendre la mesure et de définir les spécificités. Près des frontières, où des dispositifs empêchent la traversée des clandestins (murs, barbelés, zones d’attente dans les aéroports), dans les immenses métropoles nées des nouvelles et gigantesques vagues de migrations urbaines, imposant de nouvelles formes spatiales de l’attente, comme les autoroutes urbaines embouteillées, où une véritable économie de l’attente prend forme (des vendeurs à la sauvette proposent boissons et aliments aux conducteurs embouteillés)…

Les études inspirées des Mobilities turn n’ont souvent pas suffisamment pris en compte le fait que l’attente puisse être « un état de la mobilité ». En nous appuyant sur la démarche de l’« exceptionnel normal », expérimentée par la micro-histoire, à savoir que l’exception nous renseigne sur la norme, l’ambition affirmée est que l’analyse de l’attente nous informe sur le mouvement. Mais notre propos serait incomplet si en filigrane de cette question d’une attente au sein de la mobilité, ne surgissait pas également une mise en perspective de ce phénomène avec son « territoire ». En effet, le choix de ce terme apparaît pleinement justifié, bien qu’il faille également définir en quoi il y a territoire et qu’est-ce qu’un « territoire de l’attente ». S’il est assez aisé d’identifier des « lieux d’attente », à savoir des dispositifs architecturaux conçus pour la mise en attente temporaire des personnes en déplacement (camps de réfugiés ou de migrants, centres de rétention, lazarets…), la mise en évidence de « territoires de l’attente » est plus complexe, puisqu’il s’agit de lire la façon dont un espace se transforme et se façonne, temporairement, pour accueillir ou réguler une situation d’attente, alors que cette dernière n’avait été que peu ou pas appréhendée par les acteurs eux-mêmes. C’est au regard de cette ubiquité que le terme « territoire » prend tout son sens. L’attente devient ainsi un prisme permettant de questionner et d’éprouver le territoire, et inversement.

Ce colloque international vise à poursuivre le travail mené depuis maintenant près de quatre ans dans le cadre du projet ANR Terriat (http://terriat.hypotheses.org/), et se veut plus particulièrement l’occasion d’élargir les réflexions menées par les chercheurs du projet, en accueillant des enseignants-chercheurs, docteurs et doctorants intéressés par ces problématiques et aptes à apporter des éclairages et des réflexions nouvelles autour des thèmes suivants :

1.     Attentes et territoires de l’attente : définitions et interactions.

Entre l’attente constatée par le chercheur et l’attente vécue par les acteurs, comment alors interroger l’attente ou les attentes ? Comment la singularité de la composition spatio-temporelle de l’attente est-elle éprouvée par les acteurs ? Nomment-ils ces moments ? Et si oui, comment ? En revanche, s’ils ne les nomment pas, peut-on observer un comportement social et spatial différent de l’ordinaire ? L’enjeu est donc de comprendre le passage d’un niveau à l’autre, de l’attente constatée aux attentes vécues (et parfois non nécessairement perçues comme telles), et d’interroger leurs interactions avec l’espace pour donner forme aux territoires de l’attente.

2.     Pratiques sociales et jeux spatiaux au sein des territoires de l’attente

Il s’agira ici de s’interroger sur l’ordinaire des jours ou des heures dans un territoire de l’attente : quelles activités sociales ou économiques naissent dans ces lieux confinés où est éprouvée l’expérience d’un « temps élastique » ? Entre la prostitution et la vente ambulante, il importera de décrire et comprendre les formes spatiales de la « débrouillardise » (getting by). Il s’agira aussi de prendre la mesure du désœuvrement social. Comment vit-on et gère-t-on administrativement ce désœuvrement ? Quels sont les dispositifs techniques et les règlements qui permettent ou encadrent l’attente sur ces territoires ?

3.     Les identités sociales et culturelles à l’épreuve des territoires de l’attente

Un pan important du questionnement concernera l’étude des transformations sociales et culturelles à l’œuvre dans ces territoires de l’attente. Même si un sentiment d’incertitude domine, des identités nouvelles peuvent pourtant prendre forme dans ces territoires, ce qui remet en question une comparaison trop rapidement évoquée avec des « non-lieux ». Ces identités n’effacent pas nécessairement les identités antérieures, mais sont au contraire une ressource supplémentaire dans laquelle viennent puiser les individus en fonction de leurs besoins, et des stratégies sociales qu’ils définissent pour faire face à ce temps incertain. Il s’agira donc de décrire la variété des identités qui naissent dans le partage de l’attente en un lieu confiné, par des individus qui ne se connaissent pas nécessairement, mais qui sont soudain liés par une communauté de destin.

4.     Mémoire, patrimoine et muséalisation des territoires de l’attente

Ces territoires de l’attente induisant souvent une reformulation d’un rapport individuel et social au temps, ainsi que de nouvelles définitions identitaires, se pose la question du sens à attribuer à la mémoire (individuelle et sociale) des lieux et territoires de l’attente ? Comment ces mémoires sont-elles intégrées dans les projets de muséalisation – comme, par exemple, pour les hôtelleries d’immigrants ? Comment, à l’inverse, la muséalisation ou la patrimonialisation de l’attente sert-elle à la constructions d’identités personnelles et collectives ?

Les propositions de communication (2 pages maximum) seront à adresser avant le 15 mai 2014. Elles peuvent être rédigées en français, anglais, espagnol ou portugais. Les auteurs doivent également joindre (sur le même fichier) un curriculum vitae, avec une courte présentation de leurs recherches, ne dépassant pas lui non plus une page.

Le conseil scientifique se réunira début juin pour les examiner (réponses transmises pour le 15 juin 2014).

Les auteurs des communications retenues seront invités à faire parvenir le texte sur lequel reposera leur intervention pour le 30 octobre 2014.

 

Les propositions doivent être envoyées aux adresses mails suivantes :

laurent.vidal@univ-lr.fr

berietg@gmail.com

alain.musset@ehess.fr

dominique.vidal@univ-paris-diderot.fr

 

 

Organisateurs : Laurent Vidal, Alain Musset, Grégory Bériet, Dominique Vidal

 

Conseil scientifique :

– Yves Bergeron (Historien, UQAM – Canada)

– Grégory Bériet (Historien, Univ. de Guyane)

– Maria Isabel de Jesus Chrysostomo (Géographe, UFV – Brésil)

– Fraya Frehse (Sociologue, USP – Brésil)

– Paulo César da Costa Gomes (Géographe, UFRJ, Brésil)

– Nancy Green (historienne, EHESS)

– Alain Musset (Géographe, EHESS)

– Didier Poton (Historien, Univ. de La Rochelle)

– Dominique Vidal (Sociologue, Univ. de Paris VII)

– Laurent Vidal (Historien, Univ. de La Rochelle)

Appel.English

Appel.Español

Appel.Français

Appel.Português

Compte rendu des ateliers « Écrire les territoires de l’attente » (Congrès de l’Association Internationale de Littérature Comparée, Paris – 22 et 23 juillet)

20130723_142107Les ateliers « Writing waiting territories », coordonnés par Micéala Symington et Laurent Vidal, et qui se sont tenus au cours du congrès AILC-ICLA organisé par l’Université Paris-Sorbonne IV, ont permis d’appréhender plusieurs problématiques liées aux territoires de l’attente. Le lien avec la littérature renvoie aux spécificités de la vie dans ces territoires, aux nouvelles identités que l’on trouve à l’intérieur de ces « entre-deux » et dont les romans ont été les témoins et les acteurs bien avant les sciences sociales. Les attentes exceptionnelles ou quotidiennes y sont décrites, d’où l’enjeu de saisir assez de sources pour entrevoir une écriture des territoires de l’attente.

Le premier atelier s’est intéressé à l’écriture des « middle passages », de ces frontières et traversées qui peuplent la littérature. Dans cette optique, il est apparu évident que c’est au cours des déplacements que l’attente nait. Le territoire devient à la fois géographique et temporel, un lieu où le temps ne bouge pas et ne change pas. Mais il est aussi personnel, puisque le temps dépend de la façon dont nous attendons (Jonathan Hart). Mais comme l’expliqua Jean Bessière, penser les territoires de l’attente, c’est poser la question de la recomposition des deux notions et de leur usage. C’est aussi mettre en avant la propriété historique des territoires de l’attente ; cela appelle à mettre en évidence le double jeu temporel et spatial, le déplacement amenant à une double attente. L’exposé de Maria Luiza Berwanger da Silva abonda en ce sens et présente le territoire de l’enfant dans la littérature et la culture brésilienne comme un lieu de double attente, à la fois remémoration mélancolique d’un côté et renversement de cette mémoire de l’autre.20130723_142746

Le deuxième atelier a placé au cœur des réflexions les lieux de l’attente. L’aéroport, par exemple, est source de questionnements, d’interrogations sur sa fonction première. Pour Erica Durante, ce « non-lieu » comme le définit Marc Augé doit conserver une image de mobilité dans le sens où il n’est que transitoire et une image de solitude. C’est dans ce sens que les romans (voire même les films, comme le montre Ana Filipa Prata en parlant du Voyage au Portugal de Sérgio Tréfaut) utilisent l’aéroport comme lieu transitoire. Les passagers attendent de ce lieu qu’il soit transitoire et bref. Mais quand les situations imprévisibles modifient la fonction du lieu, l’attente n’est plus vécue de la même manière. Comme en écho à son intervention, John Boening expliqua la raison de ce changement de perception par la présentation d’une archéologie de l’aéroport. Il amène à reconsidérer l’architecture même de ces lieux pour comprendre la manière dont ils ont été pensés. La présence des « duty-free » n’est pas anodine, cela dans le but d’amener à rendre lucrative l’attente et de rendre la fonction de l’aéroport encore plus transitoire, quotidienne.

Dans la continuité du deuxième atelier et de la représentation du lieu, les échanges se sont concentrés sur écrire le confinement en attente. Les camps répondent à des volontés politiques, des objectifs particuliers. Il doit servir un but. Dans le cas d’Auschwitz (à travers le récit de Primo Levi et d’autres témoins), il est prévu pour l’extermination de masse, le travail forcé n’est que secondaire. L’intention n’est pas d’asservir pour produire de la matière, mais bien d’éradiquer les personnes (Evelyn Cobley). Les camps qu’ils soient dans l’Italie du Nord de Marisa Madieri ou dans l’Israël de David Grossman répondent à des besoins différents, celui d’accueillir les réfugiés. Ils sont surtout les témoignages d’une histoire parfois méconnue et oubliée, à qui seule la littérature peut redonner vie (Marianna Daganutti). Enfin Fiona McIntosh-Varjabédian nous présenta les champs de bataille comme autant de territoires de l’attente, par le biais des auteurs antiques, où l’incertitude y est rendue de manière dramatique.

20130723_150747En guise de conclusion, mais aussi d’ouverture à d’autres réflexions, le dernier atelier porta sur la représentation des territoires de l’attente. Cette dernière n’est pas vécue de la même façon en fonction de la culture d’origine. C’est le cas de la fiction de Hong-Kong, que nous présenta Au Chung To. Son statut particulier de ville coloniale a longtemps influencé la littérature locale, plutôt tournée vers l’Ouest et les puissances européennes. La perception du temps et de l’espace s’en trouva dès lors modifiée. Cela se retrouve dans la recherche biographique, comme le démontra Joanny Moulin. La biographie comme non-fiction, comme forme littéraire, est à la frontière entre la littérature et la recherche scientifique. Enfin, Maria Isabel de Jesus Chrysostomo et Laurent Vidal ont présenté une ébauche de recherches sur la musique et la littérature. À la fin du 19ème naissent dans quatre villes des Amériques (la Nouvelle-Orléans, Rio, La Havane, Buenos Aires) quatre styles musicaux contemporains (jazz, salsa, rumba, tango) similaires dans le rythme bien qu’aucun échange ne se soit fait entre eux. Ces musiques viennent des migrants (qui ont tous des influences communes) et sont le reflet d’une double attente : quotidienne (l’attente du travail) et eschatologique (le retour au pays). Mais comment rendre compte de ces formes musicales, sachant qu’aucune source n’y fait référence ? Il faut s’appuyer sur la littérature qui parfois malheureusement ne mentionne ces naissances qu’a posteriori.

Colóquio Internacional “Territórios da Espera: Sociedades, Mobilidades e Deslocamentos (5º encontro do ANR TERRIAT)

Colóquio Internacional Territórios da Espera: Sociedades, Mobilidades e Deslocamentos foi realizado entre os dias 10 a 14 de junho de 2013, nas cidades do Rio de Janeiro (RJ) e Viçosa (MG), por ocasião do 5º encontro do ANR TERRIAT. Este encontro se diferenciou dos anteriores por não contar apenas com a presença dos integrantes do mencionado projeto.

Nessa edição foram realizados dois convites. O primeiro deles destinado a alguns estudiosos que gentilmente aceitaram participar do evento na condição de debatedores. São eles: Fania Fridman (UFRJ), Ana Daou (UFRJ), Vincent Berdoulay (Univ. de Pau), Rafael Winter Ribeiro (UFRJ), Ulysses da Cunha Baggio (UFV) e Eduardo José Maia Pereira (UFV). Esse convite teve por objetivo possibilitar que os estudos desenvolvidos pelo grupo contassem com a apreciação, críticas e sugestões de membros externos.

O outro convite, por seu turno, foi direcionado a alguns pesquisadores que desenvolvem temáticas afins aos trabalhos realizados no âmbito do ANR TERRIAT. Dessa forma, a intenção era a de que eles apresentassem os resultados de suas investigações, buscando articulá-los aos territórios da espera. Nesse rol de convidados estavam: Letícia Parente (UFRJ), Thiago Rocha (UFRJ), Alex Gomes dos Prazeres (UFRJ), Everton Pereira da Silva (URFJ), Wagner Junior Souza de Andrade (UFRJ), Dayana Coêlho (UFV) e Higor Mozart (UFV).

 

O início das atividades: Rio de Janeiro (10 a 12 de junho)

 

Os trabalhos tiveram início na Universidade Federal do Rio de Janeiro (UFRJ), quando o professor Laurent Vidal apresentou 10 proposições que expressam como os territórios da espera são concebidos nos estudos elaborados pelo grupo – essas proposições, ainda em versão provisória, podem ser consultadas aqui. Logo em seguida, houve um momento em que os pesquisadores convidados exibiram suas análises sobre as propostas apresentadas por Laurent Vidal. A coordenação ficou sob a responsabilidade do professor Paulo Cesar da Costa Gomes (UFRJ). 

Momento de diálogo entre os presentes – 10/06/13 (UFRJ)
Momento de diálogo entre os presentes – 10/06/13 (UFRJ)

À tarde, iniciaram-se as conferências. Dominique Vidal apresentou uma reflexão sobre os desafios colocados para os sociólogos no que diz respeito às abordagens realizadas em torno dos territórios da espera. Já Maria Isabel de Jesus Chrysostomo discorreu sobre o trabalho – que desenvolve em parceria com Laurent Vidal – a respeito das primeiras estruturas existentes criadas para o abrigo temporário de imigrantes, tais como: barcos, armazéns e hospedarias. Thiago Rocha, por sua vez, apresentou suas considerações sobre as representações da espera na música nordestina. Raimundo Arrais (UFRN), em sua fala, demonstrou os pontos de contato entre os campos da seca no nordeste e a questão da espera. Por fim, a professora Letícia Parente e seus orientandos discutiram sobre como o trabalho dos ambulantes na Avenida Perimetral (RJ) poderia ser compreendido a partir dos territórios da espera.

A coordenação ficou sob a responsabilidade do professor Alain Musset (EHESS) e as atividades desse dia se encerram com um debate no qual os interessados realizaram comentários e/ou questionamentos endereçados aos conferencistas.

O dia seguinte, 11, foi reservado para a realização de dois trabalhos de campo. Pela manhã, sob a coordenação do professor Luiz Reznik (UERJ), o grupo conheceu o Centro de Memória da Imigração da Ilha das Flores, situado no lugar que antes abrigava a Hospedaria de Imigrantes Ilha das Flores (1879-1966), primeira hospedaria do Brasil com essa finalidade. Essa foi uma oportunidade para compreender algumas das particularidades de uma instituição que recebia imigrantes provenientes do porto do Rio de Janeiro. Tratava-se, portanto, de um área no qual os indivíduos, em deslocamento, aguardavam até que fossem destinado às fazendas. Com efeito, o grupo pode refletir sobre o funcionamento das hospedarias de imigrantes enquanto territórios da espera – temática discutida por Isabel Chrysostomo e Laurent Vidal.

Grupo acompanha as explicações sobre a história da Hospedaria de Imigrantes Ilha das Flores – 11/06/13
Grupo acompanha as explicações sobre a história da Hospedaria de Imigrantes Ilha das Flores – 11/06/13
Trabalho de Campo no Centro de Memória da Imigração da Ilha das Flores – 11/06/13
Trabalho de Campo no Centro de Memória da Imigração da Ilha das Flores – 11/06/13

Já na parte da tarde, a proposta gravitou em torno da observação da territorialidade dos ambulantes na Avenida Perimetral (RJ). Este trabalho foi coordenado pela professora Letícia Parente e conduzido por Alex Gomes dos Prazeres, Everton Pereira da Silva e Wagner Junior Souza de Andrade, estudantes de geografia da UFRJ. Na ocasião, foi possível observar algumas das estratégias utilizadas pelos ambulantes que vendem seus produtos (balas, água, biscoitos, etc), na avenida em supramencionada. Destaca-se que foi possível estabelecer um diálogo com alguns dos ambulantes que se encontravam na Avenida Perimetral, o que tornou a experiência mais fecunda e esclarecedora. Entre outras observações, a partir deste trabalho de campo foi possível identificar a existência de um certo vínculo entre duas esperas. Explica-se: com a finalidade de incrementarem suas vendas, os ambulantes aguardam pelo momento em que a espera dos motoristas se inicia. Em outras palavras: enquanto os motoristas esperam pela morte do engarrafamento, os ambulantes esperam pelo nascimento do mesmo.

Atividade de campo na Avenida Perimetral – 11/06/13
Atividade de campo na Avenida Perimetral – 11/06/13
Alguns dos produtos vendidos pelos ambulantes – 11/06/13
Alguns dos produtos vendidos pelos ambulantes – 11/06/13

 

É hora de viajar (e de vivenciar a espera): Viçosa (12 a 14 de junho)

 

Do Rio de Janeiro a Viçosa: foi este o trajeto que o grupo realizou pela manhã e em boa parte da tarde do dia 12. Foram aproximadamente 7 horas em deslocamento, em condição de espera. Ironicamente, a espera no ônibus durou mais do que o previsto.

Na parte da noite, já na Universidade Federal de Viçosa, as atividades foram iniciadas pela conferência de abertura realizada por Alain Musset (EHESS), intitulada: “Habitar os territórios da espera: uma dimensão esquecida da Geografia Social?”. Na oportunidade, o professor teceu reflexões com a finalidade de reunir elementos que ajudassem a responder essa indagação. Entre os exemplos mencionados, ele se debruçou sobre as espera vivenciada pelos ambulantes na Cidade do México. O professor Paulo Cesar da Costa Gomes (UFRJ), prossegui o debate e, entre outras questões, trouxe à tona os seguintes temas: a espera nos espaços públicos e a espetacularização da espera.  Em seguida passou-se a palavra para os dois debatedores da noite: Ulysses da Cunha Baggio e Eduardo José Pereira Maia. Ambos teceram suas reflexões e dirigiram importantes contribuições aos trabalhos apresentados.

Mesa de Abertura – 12/06/13
Mesa de Abertura (UFV) – 12/06/13
Participantes acompanham as apresentações – 12/06/13
Participantes acompanham as apresentações (UFV) – 12/06/13

No dia seguinte, pela manhã, foram realizados dois trabalhos de campo. O primeiro deles, em Nova Viçosa, um bairro da periferia da cidade. Sob a condução de Dayana Coêlho e coordenação de Isabel Chrysostomo e do professor Laurent Vidal, discutiu-se sobre como o nascimento e o desenvolvimento desta periferia dialogam com a questão da espera.

Trabalho de campo em Nova Viçosa – 13/06/13
Trabalho de campo em Nova Viçosa – 13/06/13

De Nova Viçosa, o grupo se dirigiu para o Buieié, uma área quilombola da cidade. Neste trabalho – conduzido pelas professoras Isabel Chrysostomo, Janete Regina de Oliveira (UFV) e por Higor Mozart – travou-se uma discussão centrada nos seguintes itens: formação dos quilombos da região; gênese da comunidade quilombola do Buieié; luta pelo reconhecimento do território quilombola. Com isto, buscou-se refletir em que medida a dimensão da espera estaria presente na história da área em foco.

Trabalho de campo no Buieié – 13/06/13
Trabalho de campo no Buieié – 13/06/13

Já no período noturno, houve o lançamento de livros e os autores fizeram um breve comentário sobre as suas obras. O professor Laurent teceu alguns comentários sobre As Lágrimas do Rio – Os últimos dias de uma capital; Paulo Cesar da Costa Gomes, por sua vez, apresentou sua obra O lugar do Olhar – Elementos para uma Geografia da Visibilidade; já a professora Fraya Frehse discorreu sobre o livro Ô da Rua – O Transeunte e o Advento da Modernidade em São Paulo.

Após este momento, em sua conferência, Fraya Frehse refletiu sobre como os territórios da espera podem ser visualizados na rua, tendo como ponto de partida a cidade de São Paulo.  Em seguida, Grégory Beriet conduziu sua exposição tecendo uma diálogo entre a espera e a problemática dos corpos em situação de quarentena.  Higor Mozart, por sua vez, apresentou algumas considerações sobre como a questão da espera e da esperança estaria presente nos discursos associados à Política de Imigração e Colonização em Minas Gerais no final do século XIX.  Por fim, Dayana Coêlho pontuou sobre os distintos usos, escalas e temporalidades da espera a partir do bairro Nova Viçosa.

Mesa de encerramento do evento – 13/06/13
Mesa de encerramento do evento (UFV) – 13/06/13

Após as três falas, abriu-se espaço que os presentes fizessem suas reflexões e indagações. Por fim, coube ao professor Laurent Vidal encerrar o evento. Em sua fala ele agradeceu aos participantes e destacou que o colóquio se constitui em um momento profícuo de interlocução entre diferentes ideias.

No dia 14, chegou a hora de fazer o caminho inverso: de Viçosa ao Rio de Janeiro. A bagagem estava mais cheia do que antes! Cheia de informações, pois este foi um encontro em que as pesquisas do grupo se fortaleceram mediante críticas, questionamentos e reflexões elaborados pelos membros internos e externos. Foram contribuições de peso, definitivamente. 

Foto do grupo reunido em Viçosa (MG)
Grupo reunido em Viçosa (MG)

Higor Mozart e Dayana Coêlho.

 

 

Territorios de la espara : Movilidad, Migraciones, Desplazamientos : petit bilan du colloque international de Mexico (UAM, 4-5 octobre)

Le colloque international Territorios de la espara : Movilidad, Migraciones, Desplazamientos qui s’est tenu à l’UAM de Mexico (4-5 octobre), a permis une réflexion dense sur la pluralité des régimes d’attente et le caractère protéiformes des territoires dans lesquels se jouent les « entre-deux » de la mobilité. La dimension pluridisciplinaire des travaux s’est manifestée notamment par une appréhension à la fois pratique et théorique, corporelle et symbolique de l’attente. Ainsi, plusieurs intervenants se sont appuyés sur les travaux de Michel Foucault (Javier Avila, Edgar Ávalos Soto) pour souligner la dimension biopolitique de l’attente. Les territoires de l’attente s’établissent comme des espaces privilégiés de sujétion en vue d’un dressage hygiénique et social des corps. D’autres intervenants ont en revanche privilégié l’aspect subversif des territoires de l’attente. Ainsi, Alicia Lindon a très justement souligné que les territoires de l’attente se formaient parfois dans les interstices de la société, pour mieux résister à l’accélération productiviste des sociétés urbaines. Alain Musset quant à lui a privilégié la notion « d’habiter[1] », pour montrer que les personnes mises – de gré ou de force – au sein de ces territoires de transit se montrent également capable de se les réapproprier. La dimension eschatologique de l’attente a également été évoquée par le biais des communications d’Alejandro Olarte et Ana Maria Fernández Poncela, ayant chacun à leur manière rappelé que l’attente se conjugue au futur. Il reste que les territoires de l’attente se nichent également au cœur de la littérature, pour mieux dévoiler la réalité sociale extrêmement sombre des migrants de Tijuana par exemple (Mario Bassols).

La matérialité de ces territoires fut bien entendu au cœur des communications. Nancy Green a ainsi souligné que ces derniers ont été pendant longtemps occultés par l’histoire des migrations. C’est cette « chaine manquante » que constituent les lieux de passage que l’ANR Terriat se propose de combler. Comme en écho à son intervention, Margarita Theesz Poschner proposa une analyse des expériences de l’attente dans les camps de réfugiés hongrois après la Seconde Guerre mondiale. Mais les territoires de l’attente se caractérisent également par leur dualité. Il y a ainsi ceux qui partent dans l’attente d’un monde meilleur et ceux qui restent. Ce fut le sens de l’intervention de Rocio Quintal López, qui s’attacha à décrire le désordre des familles mayas du Yucatan, face à la recrudescence du Sida provoquée notamment par l’émigration des hommes en direction des Etats-Unis. En ce sens, les territoires de l’attente sont également des lieux d’acculturation, ce qui suppose une approche psychosociale du phénomène (Magdalena Varelo Macedo). Ce phénomène d’acculturation ne peut se comprendre sans une appréhension globale et parfois paradoxale des expériences de l’attente. En effet, certains espaces se posent explicitement comme des lieux de coercition ; tel est le cas des hospices d’immigrants (hospedarias de emigrantes) du XIXe siècle étudiés par Isabel Chrysostomo et Laurent Vidal. Dans le même temps, ces derniers se présentent comme des lieux de conditionnement à la modernité, incarnés notamment par les protocoles de médicalisation. Autre lieu, autres mœurs, le métro de Mexico étudié par Miguel Ángel Aguilar renferme bien des paradoxes. Ce dernier déploie toute une série de répressions formelle (caméras de surveillance, policiers etc.) et informelle (foule, harcèlement sexuel, bruit etc.), cependant il apparait comme un lieu d’interaction et d’acculturation urbaine essentielle. On peut également évoquer la situation des femmes migrantes de Santiago du Chili étudiée par Veronica Correa, pour soutenir l’idée que l’attente apparait comme une source essentielle de socialisation, voire dans ce cas précis d’une forme de réappropriation féministe de son destin.

En définitive, ce colloque s’est révélé extrêmement fécond. Il faut ici remercier le travail d’organisation de Ramón Alvardo, Sergio Perez et Alain Musset. En mobilisant des chercheurs dans l’ensemble des disciplines de sciences humaines et sociales, en mêlant des approches théorique et empirique, ils ont permis d’enrichir et d’affiner considérablement les problématiques inhérentes au projet ANR Terriat.



[1] Olivier Lazarroti, Habiter : la condition géographique, Paris, Belin (Mappemonde), 2006.

3ème journée d’études (4 juillet 2012) : « Jalons pour un ouvrage de synthèse »

La troisième journée d’études de l’ANR TERRIAT (« Jalons pour un ouvrage de synthèse ») aura lieu le mercredi 4 juillet 2012 à l’Université de La Rochelle, CRHIA, 4 juillet 2012 (Salle de Réunion – FLASH 2)

Après une année et demi de travail, cette journée d’études permettra de faire le point sur les différents travaux en cours, et d’envisager la forme que pourra prendre l’ouvrage de synthèse qui doit paraître pour 2014.

10h30 : Informations générales (L. Vidal, A. Musset)
11h-12h30 : Etat des lieux des différentes recherches (individuelles) et activités (collectives) en cours (doctorants et enseignants-chercheurs)

14h-16h : « Vers un ouvrage de synthèse ». Discussion générale sur le plan et les grandes orientations de l’ouvrage.

16h15 : 17h30 : Alain Musset présente Laurent Maffre, auteur de la bande-dessinée « Demain, demain » (Actes Sud, 2012), en présence de Thomas Gabison (Actes Sud).

Liste des participants de l’ANR : Grégory Bériet, Alain Musset, Nancy L. Green, Didier Poton, Tangi Villerbu, Miceala Symington, Rémy Lucas, Grégory Corps, André Chesnel, Raimundo Pereira Alencar Arrais, Maria Isabel de Jesus Chrysostomo, Tania Regina de Luca, Paulo César da Costa Gomes, Bertrand van Ruymbeke, Diego Jarak Dominique Vidal, Ambre Dewaele, Veronica Correa, Adele Sutre, Julie Hernandez, Lucile Médina, Alexis Martig, Thiago Rocha, Thomas Plancon, Leticia Parente Ribeiro, Simon Balloud, Fraya Frehse, Yves Bergeron, Alicia Lindon, Rebecca Kobrin, Erica Durante.

Les « nanas » dans l’attente : Le cas des immigrantes latino-américaines à Santiago du Chili

Je voudrais, dans ce texte, partager quelques notes et informations obtenues pendant le travail de terrain réalisé pour ma thèse, en mars et avril de l’année 2011. Mon propos sera de montrer un des territoires de l’attente que compte la ville de Santiago (du Chili), localisé dans le secteur centre-est, zone privilégiée (où vivent des personnes à hauts revenus). C’est un territoire qui naît et se reproduit dans l’objectif d’accueillir la population immigrante, principalement latino-américaine, qui est arrivée dans la capitale ces deux dernières décennies à la recherche de nouvelles opportunités de travail. Je parle ici du Centro Integrado de Atencion al Migrante (Centre Intégré de l’Assistance au Migrant), plus connu comme CIAMI ou Maison d’Accueil, qui fait partie de l’Institut Catholique Chilien de Migration (INCAMI). Cette organisation m’a « ouvert ses portes» pour participer comme volontaire et ainsi, avec leur consentement, développer un travail ethnographique pour ma thèse. Mon objectif, dans ces lignes, est de décrire le travail que cette institution réalise, et d’exposer les aspects qui m’ont amené à la caractériser comme un territoire d’attente à l’intérieur de cette grande métropole.

CIAMI naît en 2002 sous le soutien de la Congrégation des Missionnaires Scalabrinianos (qui aide les immigrants et réfugiés de 25 pays localisés en Afrique, Asie, Europe et Amérique), dans le but de répondre à la croissante demande de services de formation et d’insertion sociale de l’immigrante[1]. Jusqu’à présent, il existe 22 490 inscrites ce qui représente 35,6% du total de femmes immigrantes qui vivent dans la Région Métropolitaine[2].

L’organisation réalise différentes activités pour l’aide de la femme immigrante – principalement péruviennes, colombiennes, boliviennes, équatoriennes, haïtiennes, dominicaines – qui arrivent au pays dans des conditions très précaires et dans l’urgence de trouver un emploi. Les principaux axes développés par CIAMI sont : bourse de l’emploi, fondamentalement comme intermédiaire entre les employeurs et les employées domestique (voir photographie Nº1) ; service de cantine ; service d’hébergement provisoire (maximum un mois) ; stages de formation des femmes de ménage, ce qui inclut des cours de gastronomie, de cuisine, de formation religieuse, des conseils administratifs pour la régularisation; et assistance psychologique.

Photographie Nº1. Bourse d’emploi CIAMI. Centre d’insertion professionnelle, comme intermédiaire entre employeurs et employées de maison

Source personnelle, photo prise en mars, 2011. Santiago, Chili.

Voici la dynamique de fonctionnement de cette institution. La majorité des femmes immigrantes accueillies viennent au CIAMI dès qu’elles arrivent à la capitale, car c’est un point d’ancrage central dans la première étape de résidence. Elles connaissent l’institution à travers leur réseau amical et familial. En grande partie, il s’agit de femmes seules qui laissent leurs familles – maris et enfants dans leurs pays d’origine -, avec l’engagement de trouver un travail et de leur envoyer de l’argent le plus rapidement possible. Elles viennent au Chili avec des attentes importantes : pouvoir faire des économies et, dans un délai moyen (d’un minimum un an), retrouver leur famille, soit en les faisant venir au Chili ou en retournant dans leurs pays d’origine. De plus, certaines arrivent endettées à cause des hauts prix des moyens de transports (avion, car), du prix du visa et de la bourse de voyage. De plus, il y a des cas, où elles sont victimes des passeurs de frontières qui fournissent des faux documents.

Face à cette situation, CIAMI devient pour de nombreuses femmes immigrantes le premier contact avec la réalité chilienne, un lieu d’accueil et de sécurité, qui leur assure de trouver un logement, un emploi et, par la suite, de régulariser leurs situations de résidences (obtenir un visa de travail, administrativement appelé visa sujeta a contrato). Plusieurs d’entre elles décident de se loger à la Maison d’Accueil, les autres choisissent d’être hébergées chez un membre de la famille ou un(e) ami(e), cependant, à peine la journée commencée, autour des 10h du matin, elles se réunissent au centre dans l’attente d’une offre de travail.

Parallèlement, pendant la journée, les employeurs arrivent. Pour la plus part d’entre elles, ce sont des femmes chiliennes, provenant de secteurs socio-économiques moyens et hauts. Comme leurs future employées, elles sont sous une contrainte urgente : trouver une nana[3]. Une grande partie des patrons cherchent des puertas adentro[4], qui seront en charge du ménage de la maison, de la cuisine et de la garde des enfants des employeurs pendant qu’ils/elles travaillent. Plusieurs employeurs m’ont expliqué, qu’il serait impossible pour eux de travailler sans cette aide.

Une fois le rendez-vous (par téléphone) pris, les futurs patrons arrivent à CIAMI pour exprimer leurs besoins par rapport à la personne qu’ils cherchent. Ensuite, dans la cour du CIAMI, à haute voix, on annonce l’offre (voir la photographie Nº2). En troisième phase, les intéressées se présentent pour avoir un entretien personnel avec l’employeur (voir la photographie Nº5). Finalement, environ après d’une heure d’entretien, l’employeur choisit la personne plus appropriée pour le poste. Une fois que l’employeur a fait sa sélection, on demande à l’immigrante si elle est intéressée pour travailler avec cette personne.

Parmi les critères qui ont le plus de poids dans l’élection de l’employeur se trouvent : le fait d’être puertas adentro ou puertas afuera (la majorité des employeurs demande puertas adentro), le salaire (le CIAMI établit un minimum), l’empathie, l’expérience de travail, la langue (les haïtiennes ont plus de difficultés à être « élues » puisqu’elles ne parlent pas espagnol) et l’apparence physique (un rejet peut exister envers les plus jolies nanas car elles peuvent être considérées comme une « tentation » pour les maris ou les enfants des employeurs; de même pour celles qui sont noires, étant un nouveau groupe social dans le pays[5]).

Photographie Nº2 : Attentives à une offre d’emploi

Source personnelle. Photo prise en mars, 2011. Santiago, Chili

Photographie Nº3: Entretien de travail

Source personnelle. Photo prise en mars, 2011. Santiago, Chili

Si les étrangères ont de «la chance», elles peuvent trouver un emploi dans un intervalle de deux ou quatre jours; les autres, celles qui ont «moins de chance», peuvent rester dans l’attente entre une semaine et un mois. Si la personne n’a pas réussi à trouver un travail dans un délai d’un mois, les travailleurs du CIAMI lui recommanderont de baisser ses exigences par rapport au salaire et les caractéristiques de la famille. Celles qui préfèrent travailler avec des personnes âgées ou avec peu d’enfants auront plus de difficultés à trouver un emploi.

Selon ce que j’ai pu observer et ce que les travailleurs du CIAMI m’ont dit, il y a beaucoup d’immigrantes qui commencent à être plus exigeantes. Elles pensent que face à l’offre importante d’emplois, elles peuvent rendre plus flexibles les attentes des employeurs. Dans ce contexte, il est intéressant d’étudier comment dans cette attente pour trouver un travail, il existe une instance de socialisation entre les immigrantes (dans la cantine et la cour du CIAMI), où elles échangent des informations liées à ce qu’il faut demander à l’employeur et comment arriver à une meilleure négociation. Selon l’un des travailleurs du CIAMI, au début elles arrivent très ouvertes et flexibles, prêtes à accepter n’importe quelle offre, cependant, dès qu’elles commencent à échanger des conseils avec d’autres étrangères, les exigences des conditions de travail augmentent.

Par rapport au point antérieur, le CIAMI réalise un important travail de formation autour de sujets liés aux droits sociaux et du travail au Chili (salaire minimal, heures de travail, etc..) et des mécanismes existants pour les demander. De même, ils les préviennent quand ils observent qu’elles exigent plus que leur dû et que ça pourrait être un désavantage pour trouver un emploi. Cette recommandation se base sur le principe de rotation des employées de l’organisation, dont le but est de pouvoir aider les personnes pendant une courte période, quand l’immigrante traverse une situation de vulnérabilité extrême. Le CIAMI réalise quelques exceptions, en accueillant certaines personnes pour une période plus longue, particulièrement quand le motif du chômage est indépendant de leurs volontés.

Quelles activités réalisent-elles dans l’attente de trouver un emploi ? Elles attendent dans la cour de la maison, en se groupant par nationalité (Voir photographie N º 4). Dans ces moments, où le temps se dilate, elles en profitent pour se connaître les unes les autres, bavarder sur leur projet migratoire, les causes de leur émigration, leur situation familiale et économique, l’employeur qu’elles ont vu entrer au bureau … et surtout les diverses histoires et expériences qu’elles ont vécu comme femmes de ménages.

Photographie Nº4 : Soleil et ombre dans l’attente

Source: Réalisation propre. Photo prise en mars, 2011. Santiago, Chili

Pour « alléger » cette attente, le CIAMI propose des stages, en leur livrant un diplôme qui garantit leur formation d’employée de maison. Ce diplôme leur permettra de gagner la confiance de l’employeur. Voir les photographies suivantes.

Photographie Nº5 : Apprentissage de la cuisine

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili

Photographie Nº6 : comment bien faire un lit ?

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili

Photographie Nº7: Diplôme CIAMI

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili. Photographie anonyme

De plus, on leur offre un petit cours pour leur expliquer comment se comporter dans l’entretien personnel avec l’employeur.

Photographie N º 8 : comment devons-nous nous comporter dans un entretien? (Traduction de la photographie : avoir bonne présentation, saluer l’employeur, être sûres de soi, montrer une bonne éducation et attendre que l’employeur dise de s’asseoir)

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili

Elles peuvent profiter au CIAMI de déjeuner à très bas prix (900 pesos chiliens c’est-à-dire 1,30 euros).

Photographie Nº9 : Manger ensemble, crée le sourire

Source: Réalisation propre. Photo prise en Mars, 2011. Santiago, Chili

Quelques activités surgissent d’elles-mêmes, entre autres : couper et peigner les cheveux, tisser, coudre, dormir et regarder la télévision (qui se trouve dans une salle du CIAMI).

Photographie N º 10 : La transmission du savoir

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili

Photographie º11: Tuer le temps

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili.

Chacune vit différemment les périodes d’attente. La perception de cette expérience dépend de chaque immigrante, c’est un temps subjectif. Quand l’étape de recherche de travail a été accomplie, il arrive une deuxième étape d’attente, encore très difficile : la régularisation de leurs documents. Combien de temps doivent-elles attendre pour pouvoir obtenir un numéro d’identité nationale ? Où doivent-elles aller pour le demander ? Quelles procédures doivent-elles effectuer ? Comment et où cette attente est-elle vécue ? Ce sont quelques questions auxquelles j`espère répondre dans un prochain travail de terrain pour la thèse, dans un nouveau territoire de l’attente.

Pour lire le texte en espagnol


[1] CIAMI. Estudio Exploratorio sobre la inmigración femenina en Santiago de Chile. Santiago : Septiembre, 2010.

[2] D’après le total des étrangères au dernier recensement, 2002

[3] C’est le nom qui est attribué à l’employée domestique au Chili

[4] C’est l’expression qui est utilisée au Chili pour l’employée domestique qui habite dans le lieu de travail, à l’exception des dimanches

[5] Dans les cinq dernières années, on a observé l’arrivée d’une nouvelle population noire vers le Chili. Il s’agit des personnes provenant de la Colombie (des villes comme Palmira et Cali, et ses environs), Haïti (lors du tremblement de terre), République Dominicaine et nord du Pérou.