Colloque international « territoires de l’attente » (9-11 décembre 2014 – appel à communications)

Du 9 au 11 décembre 2014 se tiendra à l’université de La Rochelle le colloque terminal du programme ANR TERRIAT.

« Sociétés, mobilités, déplacements : « les territoires de l’attente dans les mondes américains (XIXe – XXe siècles) »

Ci-dessous, voici l’appel à contributions.

Appel à contributions

 

Les phénomènes de mobilité et de déplacement s’affirment comme des caractéristiques majeures de nos sociétés contemporaines. Pour autant, loin d’être fluides, homogènes ou linéaires, ces déplacements sont ponctués de temps, plus ou moins longs, d’attente. Qu’ils aient pour origine des raisons techniques, administratives ou politiques, de tels moments trouvent bien souvent une traduction spatiale : des territoires accueillent ces sociétés en attente.

Ce colloque, qui vient clore le projet ANR TERRIAT (« sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de l’attente », 2011-2014), souhaite examiner ces territoires de l’attente et la multiplicité de formes qu’ils revêtent, en établir leurs dimensions, comprendre leurs statuts juridiques, leurs articulations avec l’espace environnant, leurs temporalités spécifiques, ainsi que la variété des jeux économiques et sociaux qui s’y déploient.

Pour une telle enquête, les mondes américains, nés du déplacement (volontaire ou forcé) de populations d’origines diverses qui ont marqué de leur empreinte les territoires qu’elles se sont appropriées, s’offrent comme un terrain d’étude particulièrement adapté. Longtemps terre de refuge pour les persécutés de toutes confessions, puis Eldorado rêvé pour des millions d’immigrants, le continent américain est aujourd’hui encore le théâtre de nombreux déplacements humains : migrants quittant (ou fuyant) les campagnes pour des villes tentaculaires, clandestins franchissant les murs de la peur, réfugiés climatiques s’entassant dans des camps de la sécheresse ou des installations précaires (comme après Katrina). Ces déplacements, quelque soit leur origine, ont engendré des temps d’attente, donnant également naissance à des lieux spécifiques  ou à des territoires inattendus (hôtelleries d’immigrants, pont du navire, ports d’arrivée du Nouveau Monde, camps de sans terre ou de la sécheresse, favelas…). Aujourd’hui, à l’image de nombreuses régions du monde, le continent américain connaît de nouveaux phénomènes de mobilité et de déplacement, qui engendrent d’autres territoires de l’attente, dont il convient aussi de prendre la mesure et de définir les spécificités. Près des frontières, où des dispositifs empêchent la traversée des clandestins (murs, barbelés, zones d’attente dans les aéroports), dans les immenses métropoles nées des nouvelles et gigantesques vagues de migrations urbaines, imposant de nouvelles formes spatiales de l’attente, comme les autoroutes urbaines embouteillées, où une véritable économie de l’attente prend forme (des vendeurs à la sauvette proposent boissons et aliments aux conducteurs embouteillés)…

Les études inspirées des Mobilities turn n’ont souvent pas suffisamment pris en compte le fait que l’attente puisse être « un état de la mobilité ». En nous appuyant sur la démarche de l’« exceptionnel normal », expérimentée par la micro-histoire, à savoir que l’exception nous renseigne sur la norme, l’ambition affirmée est que l’analyse de l’attente nous informe sur le mouvement. Mais notre propos serait incomplet si en filigrane de cette question d’une attente au sein de la mobilité, ne surgissait pas également une mise en perspective de ce phénomène avec son « territoire ». En effet, le choix de ce terme apparaît pleinement justifié, bien qu’il faille également définir en quoi il y a territoire et qu’est-ce qu’un « territoire de l’attente ». S’il est assez aisé d’identifier des « lieux d’attente », à savoir des dispositifs architecturaux conçus pour la mise en attente temporaire des personnes en déplacement (camps de réfugiés ou de migrants, centres de rétention, lazarets…), la mise en évidence de « territoires de l’attente » est plus complexe, puisqu’il s’agit de lire la façon dont un espace se transforme et se façonne, temporairement, pour accueillir ou réguler une situation d’attente, alors que cette dernière n’avait été que peu ou pas appréhendée par les acteurs eux-mêmes. C’est au regard de cette ubiquité que le terme « territoire » prend tout son sens. L’attente devient ainsi un prisme permettant de questionner et d’éprouver le territoire, et inversement.

Ce colloque international vise à poursuivre le travail mené depuis maintenant près de quatre ans dans le cadre du projet ANR Terriat (http://terriat.hypotheses.org/), et se veut plus particulièrement l’occasion d’élargir les réflexions menées par les chercheurs du projet, en accueillant des enseignants-chercheurs, docteurs et doctorants intéressés par ces problématiques et aptes à apporter des éclairages et des réflexions nouvelles autour des thèmes suivants :

1.     Attentes et territoires de l’attente : définitions et interactions.

Entre l’attente constatée par le chercheur et l’attente vécue par les acteurs, comment alors interroger l’attente ou les attentes ? Comment la singularité de la composition spatio-temporelle de l’attente est-elle éprouvée par les acteurs ? Nomment-ils ces moments ? Et si oui, comment ? En revanche, s’ils ne les nomment pas, peut-on observer un comportement social et spatial différent de l’ordinaire ? L’enjeu est donc de comprendre le passage d’un niveau à l’autre, de l’attente constatée aux attentes vécues (et parfois non nécessairement perçues comme telles), et d’interroger leurs interactions avec l’espace pour donner forme aux territoires de l’attente.

2.     Pratiques sociales et jeux spatiaux au sein des territoires de l’attente

Il s’agira ici de s’interroger sur l’ordinaire des jours ou des heures dans un territoire de l’attente : quelles activités sociales ou économiques naissent dans ces lieux confinés où est éprouvée l’expérience d’un « temps élastique » ? Entre la prostitution et la vente ambulante, il importera de décrire et comprendre les formes spatiales de la « débrouillardise » (getting by). Il s’agira aussi de prendre la mesure du désœuvrement social. Comment vit-on et gère-t-on administrativement ce désœuvrement ? Quels sont les dispositifs techniques et les règlements qui permettent ou encadrent l’attente sur ces territoires ?

3.     Les identités sociales et culturelles à l’épreuve des territoires de l’attente

Un pan important du questionnement concernera l’étude des transformations sociales et culturelles à l’œuvre dans ces territoires de l’attente. Même si un sentiment d’incertitude domine, des identités nouvelles peuvent pourtant prendre forme dans ces territoires, ce qui remet en question une comparaison trop rapidement évoquée avec des « non-lieux ». Ces identités n’effacent pas nécessairement les identités antérieures, mais sont au contraire une ressource supplémentaire dans laquelle viennent puiser les individus en fonction de leurs besoins, et des stratégies sociales qu’ils définissent pour faire face à ce temps incertain. Il s’agira donc de décrire la variété des identités qui naissent dans le partage de l’attente en un lieu confiné, par des individus qui ne se connaissent pas nécessairement, mais qui sont soudain liés par une communauté de destin.

4.     Mémoire, patrimoine et muséalisation des territoires de l’attente

Ces territoires de l’attente induisant souvent une reformulation d’un rapport individuel et social au temps, ainsi que de nouvelles définitions identitaires, se pose la question du sens à attribuer à la mémoire (individuelle et sociale) des lieux et territoires de l’attente ? Comment ces mémoires sont-elles intégrées dans les projets de muséalisation – comme, par exemple, pour les hôtelleries d’immigrants ? Comment, à l’inverse, la muséalisation ou la patrimonialisation de l’attente sert-elle à la constructions d’identités personnelles et collectives ?

Les propositions de communication (2 pages maximum) seront à adresser avant le 15 mai 2014. Elles peuvent être rédigées en français, anglais, espagnol ou portugais. Les auteurs doivent également joindre (sur le même fichier) un curriculum vitae, avec une courte présentation de leurs recherches, ne dépassant pas lui non plus une page.

Le conseil scientifique se réunira début juin pour les examiner (réponses transmises pour le 15 juin 2014).

Les auteurs des communications retenues seront invités à faire parvenir le texte sur lequel reposera leur intervention pour le 30 octobre 2014.

 

Les propositions doivent être envoyées aux adresses mails suivantes :

laurent.vidal@univ-lr.fr

berietg@gmail.com

alain.musset@ehess.fr

dominique.vidal@univ-paris-diderot.fr

 

 

Organisateurs : Laurent Vidal, Alain Musset, Grégory Bériet, Dominique Vidal

 

Conseil scientifique :

– Yves Bergeron (Historien, UQAM – Canada)

– Grégory Bériet (Historien, Univ. de Guyane)

– Maria Isabel de Jesus Chrysostomo (Géographe, UFV – Brésil)

– Fraya Frehse (Sociologue, USP – Brésil)

– Paulo César da Costa Gomes (Géographe, UFRJ, Brésil)

– Nancy Green (historienne, EHESS)

– Alain Musset (Géographe, EHESS)

– Didier Poton (Historien, Univ. de La Rochelle)

– Dominique Vidal (Sociologue, Univ. de Paris VII)

– Laurent Vidal (Historien, Univ. de La Rochelle)

Appel.English

Appel.Español

Appel.Français

Appel.Português

Les camps de migrants : une réalité australienne

En juillet dernier, dans la petite république insulaire de Nauru, au large des côtes australiennes, des émigrants ont incendié un centre de détention (detention facilities) et s’en sont évadés, protestant contre les conditions d’internement mises en place par le gouvernement australien pour réguler les venues d’étrangers(1).

aw-Nauru-detention-centre--20121121234214329711-620x349

Si ce fait divers est aussi vite reparti qu’il n’était venu, il a mis en avant, suffisamment longtemps pour que l’on s’y intéresse, la question migratoire australienne. Pour répondre aux nombreuses arrivées illégales, le gouvernement australien autorise l’internement des migrants entrés illégalement dans le pays par le Migration Act de 1958. Dans les années 90, sous l’impulsion de Paul Keating, deviennent passibles d’internement toutes les personnes n’ayant pas de visa valide, dans l’attente d’une régularisation de la situation, ou bien le retour dans le pays d’origine.

010459-120922-inquirer-nauru

Il existe de nombreux camps sur le territoire australien, connus sous différentes appellations :

– les Immigration Detention Centres (IDCs), construits tout au long du 20ème siècle, voire du début du 21ème siècle (Maribyrnong à Melbourne, 1966 ; Wickham Point à Darwin, 2010 ; Yongah Hill près de Northam en Australie-Occidentale, 2012) ;

Baxtersign

– les Immigration Residential Housing Centers où certaines familles en attente d’autorisation peuvent vivre dans des conditions décentes (Perth, Sydney, Port Augusta) ;

– les Immigration Transit Accommodation Centres, ouverts plus récemment (le Brisbane Immigration Transit Accommodation date de novembre 2007 tandis que le Melbourne Immigration Transit Accommodation en juin 2008), dont le but est de maintenir à court terme les émigrants les moins à-risques ;Manus_Island_regional_processing_facility_2012

– les Alternatives Places of Detention (APOD) sont des lieux capables d’accueillir toute personne en situation d’immigration. Cela peut être des hôtels, des écoles, des hôpitaux (on les trouve plutôt à Darwin, Inverbrackie, Leonora, Christmas Island) ;

800px-Woomera-irpc

– enfin les Pacific Solution Facilities, ouverts en 2001 suite à la politique de Pacific solutions du gouvernement australien, consistant à ouvrir des centres de rétention sur les micro-îles autour de l’Australie (dont Nauru, mais aussi Manus Island en Papouasie Nouvelle-Guinée). Ces centres ont pour la plupart été fermés en 2007-2008, mais rouverts au cours des années 2010.

Cette petite présentation des différents types de centres de rétention nous permet de penser la mise en attente des migrants en Australie. En suivant la proposition de Laurent Vidal, il apparaît que ces centres sont en grande partie des lieux de l’attente, c’est-à-dire des dispositifs spécialement conçus et construits pour la mise en attente temporaire de populations en déplacement. Les camps sont construits avec des objectifs précis, avec des infrastructures particulières. Dans de rares cas, des établissements spéciaux sont construits pour permettre de meilleurs conditions de vie.

 800px-Northern_Immigration_Detention_Facility_in_April_2010

Le but est véritablement de restreindre le nombre d’arrivées sur le territoire australien, mais aussi de sélectionner, de faire un tri parmi les émigrants en situation irrégulière en attente de visa (la majeure partie des arrivants viennent de l’Afghanistan). L’évolution de la volonté de filtrer l’immigration aussi nous conduit à penser la mise en attente, car si la majeure partie des camps se trouvent sur le sol australien, la Pacific Solution  conduit à la création de centre de détention sur des îles de plus en plus éloignées (Manus Island se trouve à plus de 3000 km de Sydney). Certes elle s’est interrompue en 2007, mais connait un regain d’intérêt depuis quelques années. Cette politique perdure et surtout se justifie comme faisant partie intégrante de l’identité politique australienne – il suffit de regarder le site australien de l’immigration, qui répertorie les différents camps(2) -, car certaines associations critiquent cet internement forcé. Il serait intéressant, en plus de comprendre la mise en attente à l’intérieur de ces camps, de travailler sur les émigrants, leurs motivations et leurs ressentis.

800px-Asylum_seekers_on_the_roof_of_Villawood_Immigration_Detention_Centre_2

Les questions sont multiples, et cet article ne cherche pas donner une réponse à toutes, mais plutôt de lancer la réflexion et la possibilité d’une plus large étude.

NOTES

(1) Lien pour l’article du monde : http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/07/20/emeutes-et-evasions-dans-un-centre-de-retention-australien-sur-l-ile-de-nauru_3450564_3216.html

(2) http://www.immi.gov.au/managing-australias-borders/detention/about/

Compte rendu des ateliers « Écrire les territoires de l’attente » (Congrès de l’Association Internationale de Littérature Comparée, Paris – 22 et 23 juillet)

20130723_142107Les ateliers « Writing waiting territories », coordonnés par Micéala Symington et Laurent Vidal, et qui se sont tenus au cours du congrès AILC-ICLA organisé par l’Université Paris-Sorbonne IV, ont permis d’appréhender plusieurs problématiques liées aux territoires de l’attente. Le lien avec la littérature renvoie aux spécificités de la vie dans ces territoires, aux nouvelles identités que l’on trouve à l’intérieur de ces « entre-deux » et dont les romans ont été les témoins et les acteurs bien avant les sciences sociales. Les attentes exceptionnelles ou quotidiennes y sont décrites, d’où l’enjeu de saisir assez de sources pour entrevoir une écriture des territoires de l’attente.

Le premier atelier s’est intéressé à l’écriture des « middle passages », de ces frontières et traversées qui peuplent la littérature. Dans cette optique, il est apparu évident que c’est au cours des déplacements que l’attente nait. Le territoire devient à la fois géographique et temporel, un lieu où le temps ne bouge pas et ne change pas. Mais il est aussi personnel, puisque le temps dépend de la façon dont nous attendons (Jonathan Hart). Mais comme l’expliqua Jean Bessière, penser les territoires de l’attente, c’est poser la question de la recomposition des deux notions et de leur usage. C’est aussi mettre en avant la propriété historique des territoires de l’attente ; cela appelle à mettre en évidence le double jeu temporel et spatial, le déplacement amenant à une double attente. L’exposé de Maria Luiza Berwanger da Silva abonda en ce sens et présente le territoire de l’enfant dans la littérature et la culture brésilienne comme un lieu de double attente, à la fois remémoration mélancolique d’un côté et renversement de cette mémoire de l’autre.20130723_142746

Le deuxième atelier a placé au cœur des réflexions les lieux de l’attente. L’aéroport, par exemple, est source de questionnements, d’interrogations sur sa fonction première. Pour Erica Durante, ce « non-lieu » comme le définit Marc Augé doit conserver une image de mobilité dans le sens où il n’est que transitoire et une image de solitude. C’est dans ce sens que les romans (voire même les films, comme le montre Ana Filipa Prata en parlant du Voyage au Portugal de Sérgio Tréfaut) utilisent l’aéroport comme lieu transitoire. Les passagers attendent de ce lieu qu’il soit transitoire et bref. Mais quand les situations imprévisibles modifient la fonction du lieu, l’attente n’est plus vécue de la même manière. Comme en écho à son intervention, John Boening expliqua la raison de ce changement de perception par la présentation d’une archéologie de l’aéroport. Il amène à reconsidérer l’architecture même de ces lieux pour comprendre la manière dont ils ont été pensés. La présence des « duty-free » n’est pas anodine, cela dans le but d’amener à rendre lucrative l’attente et de rendre la fonction de l’aéroport encore plus transitoire, quotidienne.

Dans la continuité du deuxième atelier et de la représentation du lieu, les échanges se sont concentrés sur écrire le confinement en attente. Les camps répondent à des volontés politiques, des objectifs particuliers. Il doit servir un but. Dans le cas d’Auschwitz (à travers le récit de Primo Levi et d’autres témoins), il est prévu pour l’extermination de masse, le travail forcé n’est que secondaire. L’intention n’est pas d’asservir pour produire de la matière, mais bien d’éradiquer les personnes (Evelyn Cobley). Les camps qu’ils soient dans l’Italie du Nord de Marisa Madieri ou dans l’Israël de David Grossman répondent à des besoins différents, celui d’accueillir les réfugiés. Ils sont surtout les témoignages d’une histoire parfois méconnue et oubliée, à qui seule la littérature peut redonner vie (Marianna Daganutti). Enfin Fiona McIntosh-Varjabédian nous présenta les champs de bataille comme autant de territoires de l’attente, par le biais des auteurs antiques, où l’incertitude y est rendue de manière dramatique.

20130723_150747En guise de conclusion, mais aussi d’ouverture à d’autres réflexions, le dernier atelier porta sur la représentation des territoires de l’attente. Cette dernière n’est pas vécue de la même façon en fonction de la culture d’origine. C’est le cas de la fiction de Hong-Kong, que nous présenta Au Chung To. Son statut particulier de ville coloniale a longtemps influencé la littérature locale, plutôt tournée vers l’Ouest et les puissances européennes. La perception du temps et de l’espace s’en trouva dès lors modifiée. Cela se retrouve dans la recherche biographique, comme le démontra Joanny Moulin. La biographie comme non-fiction, comme forme littéraire, est à la frontière entre la littérature et la recherche scientifique. Enfin, Maria Isabel de Jesus Chrysostomo et Laurent Vidal ont présenté une ébauche de recherches sur la musique et la littérature. À la fin du 19ème naissent dans quatre villes des Amériques (la Nouvelle-Orléans, Rio, La Havane, Buenos Aires) quatre styles musicaux contemporains (jazz, salsa, rumba, tango) similaires dans le rythme bien qu’aucun échange ne se soit fait entre eux. Ces musiques viennent des migrants (qui ont tous des influences communes) et sont le reflet d’une double attente : quotidienne (l’attente du travail) et eschatologique (le retour au pays). Mais comment rendre compte de ces formes musicales, sachant qu’aucune source n’y fait référence ? Il faut s’appuyer sur la littérature qui parfois malheureusement ne mentionne ces naissances qu’a posteriori.

Colóquio Internacional “Territórios da Espera: Sociedades, Mobilidades e Deslocamentos (5º encontro do ANR TERRIAT)

Colóquio Internacional Territórios da Espera: Sociedades, Mobilidades e Deslocamentos foi realizado entre os dias 10 a 14 de junho de 2013, nas cidades do Rio de Janeiro (RJ) e Viçosa (MG), por ocasião do 5º encontro do ANR TERRIAT. Este encontro se diferenciou dos anteriores por não contar apenas com a presença dos integrantes do mencionado projeto.

Nessa edição foram realizados dois convites. O primeiro deles destinado a alguns estudiosos que gentilmente aceitaram participar do evento na condição de debatedores. São eles: Fania Fridman (UFRJ), Ana Daou (UFRJ), Vincent Berdoulay (Univ. de Pau), Rafael Winter Ribeiro (UFRJ), Ulysses da Cunha Baggio (UFV) e Eduardo José Maia Pereira (UFV). Esse convite teve por objetivo possibilitar que os estudos desenvolvidos pelo grupo contassem com a apreciação, críticas e sugestões de membros externos.

O outro convite, por seu turno, foi direcionado a alguns pesquisadores que desenvolvem temáticas afins aos trabalhos realizados no âmbito do ANR TERRIAT. Dessa forma, a intenção era a de que eles apresentassem os resultados de suas investigações, buscando articulá-los aos territórios da espera. Nesse rol de convidados estavam: Letícia Parente (UFRJ), Thiago Rocha (UFRJ), Alex Gomes dos Prazeres (UFRJ), Everton Pereira da Silva (URFJ), Wagner Junior Souza de Andrade (UFRJ), Dayana Coêlho (UFV) e Higor Mozart (UFV).

 

O início das atividades: Rio de Janeiro (10 a 12 de junho)

 

Os trabalhos tiveram início na Universidade Federal do Rio de Janeiro (UFRJ), quando o professor Laurent Vidal apresentou 10 proposições que expressam como os territórios da espera são concebidos nos estudos elaborados pelo grupo – essas proposições, ainda em versão provisória, podem ser consultadas aqui. Logo em seguida, houve um momento em que os pesquisadores convidados exibiram suas análises sobre as propostas apresentadas por Laurent Vidal. A coordenação ficou sob a responsabilidade do professor Paulo Cesar da Costa Gomes (UFRJ). 

Momento de diálogo entre os presentes – 10/06/13 (UFRJ)
Momento de diálogo entre os presentes – 10/06/13 (UFRJ)

À tarde, iniciaram-se as conferências. Dominique Vidal apresentou uma reflexão sobre os desafios colocados para os sociólogos no que diz respeito às abordagens realizadas em torno dos territórios da espera. Já Maria Isabel de Jesus Chrysostomo discorreu sobre o trabalho – que desenvolve em parceria com Laurent Vidal – a respeito das primeiras estruturas existentes criadas para o abrigo temporário de imigrantes, tais como: barcos, armazéns e hospedarias. Thiago Rocha, por sua vez, apresentou suas considerações sobre as representações da espera na música nordestina. Raimundo Arrais (UFRN), em sua fala, demonstrou os pontos de contato entre os campos da seca no nordeste e a questão da espera. Por fim, a professora Letícia Parente e seus orientandos discutiram sobre como o trabalho dos ambulantes na Avenida Perimetral (RJ) poderia ser compreendido a partir dos territórios da espera.

A coordenação ficou sob a responsabilidade do professor Alain Musset (EHESS) e as atividades desse dia se encerram com um debate no qual os interessados realizaram comentários e/ou questionamentos endereçados aos conferencistas.

O dia seguinte, 11, foi reservado para a realização de dois trabalhos de campo. Pela manhã, sob a coordenação do professor Luiz Reznik (UERJ), o grupo conheceu o Centro de Memória da Imigração da Ilha das Flores, situado no lugar que antes abrigava a Hospedaria de Imigrantes Ilha das Flores (1879-1966), primeira hospedaria do Brasil com essa finalidade. Essa foi uma oportunidade para compreender algumas das particularidades de uma instituição que recebia imigrantes provenientes do porto do Rio de Janeiro. Tratava-se, portanto, de um área no qual os indivíduos, em deslocamento, aguardavam até que fossem destinado às fazendas. Com efeito, o grupo pode refletir sobre o funcionamento das hospedarias de imigrantes enquanto territórios da espera – temática discutida por Isabel Chrysostomo e Laurent Vidal.

Grupo acompanha as explicações sobre a história da Hospedaria de Imigrantes Ilha das Flores – 11/06/13
Grupo acompanha as explicações sobre a história da Hospedaria de Imigrantes Ilha das Flores – 11/06/13
Trabalho de Campo no Centro de Memória da Imigração da Ilha das Flores – 11/06/13
Trabalho de Campo no Centro de Memória da Imigração da Ilha das Flores – 11/06/13

Já na parte da tarde, a proposta gravitou em torno da observação da territorialidade dos ambulantes na Avenida Perimetral (RJ). Este trabalho foi coordenado pela professora Letícia Parente e conduzido por Alex Gomes dos Prazeres, Everton Pereira da Silva e Wagner Junior Souza de Andrade, estudantes de geografia da UFRJ. Na ocasião, foi possível observar algumas das estratégias utilizadas pelos ambulantes que vendem seus produtos (balas, água, biscoitos, etc), na avenida em supramencionada. Destaca-se que foi possível estabelecer um diálogo com alguns dos ambulantes que se encontravam na Avenida Perimetral, o que tornou a experiência mais fecunda e esclarecedora. Entre outras observações, a partir deste trabalho de campo foi possível identificar a existência de um certo vínculo entre duas esperas. Explica-se: com a finalidade de incrementarem suas vendas, os ambulantes aguardam pelo momento em que a espera dos motoristas se inicia. Em outras palavras: enquanto os motoristas esperam pela morte do engarrafamento, os ambulantes esperam pelo nascimento do mesmo.

Atividade de campo na Avenida Perimetral – 11/06/13
Atividade de campo na Avenida Perimetral – 11/06/13
Alguns dos produtos vendidos pelos ambulantes – 11/06/13
Alguns dos produtos vendidos pelos ambulantes – 11/06/13

 

É hora de viajar (e de vivenciar a espera): Viçosa (12 a 14 de junho)

 

Do Rio de Janeiro a Viçosa: foi este o trajeto que o grupo realizou pela manhã e em boa parte da tarde do dia 12. Foram aproximadamente 7 horas em deslocamento, em condição de espera. Ironicamente, a espera no ônibus durou mais do que o previsto.

Na parte da noite, já na Universidade Federal de Viçosa, as atividades foram iniciadas pela conferência de abertura realizada por Alain Musset (EHESS), intitulada: “Habitar os territórios da espera: uma dimensão esquecida da Geografia Social?”. Na oportunidade, o professor teceu reflexões com a finalidade de reunir elementos que ajudassem a responder essa indagação. Entre os exemplos mencionados, ele se debruçou sobre as espera vivenciada pelos ambulantes na Cidade do México. O professor Paulo Cesar da Costa Gomes (UFRJ), prossegui o debate e, entre outras questões, trouxe à tona os seguintes temas: a espera nos espaços públicos e a espetacularização da espera.  Em seguida passou-se a palavra para os dois debatedores da noite: Ulysses da Cunha Baggio e Eduardo José Pereira Maia. Ambos teceram suas reflexões e dirigiram importantes contribuições aos trabalhos apresentados.

Mesa de Abertura – 12/06/13
Mesa de Abertura (UFV) – 12/06/13
Participantes acompanham as apresentações – 12/06/13
Participantes acompanham as apresentações (UFV) – 12/06/13

No dia seguinte, pela manhã, foram realizados dois trabalhos de campo. O primeiro deles, em Nova Viçosa, um bairro da periferia da cidade. Sob a condução de Dayana Coêlho e coordenação de Isabel Chrysostomo e do professor Laurent Vidal, discutiu-se sobre como o nascimento e o desenvolvimento desta periferia dialogam com a questão da espera.

Trabalho de campo em Nova Viçosa – 13/06/13
Trabalho de campo em Nova Viçosa – 13/06/13

De Nova Viçosa, o grupo se dirigiu para o Buieié, uma área quilombola da cidade. Neste trabalho – conduzido pelas professoras Isabel Chrysostomo, Janete Regina de Oliveira (UFV) e por Higor Mozart – travou-se uma discussão centrada nos seguintes itens: formação dos quilombos da região; gênese da comunidade quilombola do Buieié; luta pelo reconhecimento do território quilombola. Com isto, buscou-se refletir em que medida a dimensão da espera estaria presente na história da área em foco.

Trabalho de campo no Buieié – 13/06/13
Trabalho de campo no Buieié – 13/06/13

Já no período noturno, houve o lançamento de livros e os autores fizeram um breve comentário sobre as suas obras. O professor Laurent teceu alguns comentários sobre As Lágrimas do Rio – Os últimos dias de uma capital; Paulo Cesar da Costa Gomes, por sua vez, apresentou sua obra O lugar do Olhar – Elementos para uma Geografia da Visibilidade; já a professora Fraya Frehse discorreu sobre o livro Ô da Rua – O Transeunte e o Advento da Modernidade em São Paulo.

Após este momento, em sua conferência, Fraya Frehse refletiu sobre como os territórios da espera podem ser visualizados na rua, tendo como ponto de partida a cidade de São Paulo.  Em seguida, Grégory Beriet conduziu sua exposição tecendo uma diálogo entre a espera e a problemática dos corpos em situação de quarentena.  Higor Mozart, por sua vez, apresentou algumas considerações sobre como a questão da espera e da esperança estaria presente nos discursos associados à Política de Imigração e Colonização em Minas Gerais no final do século XIX.  Por fim, Dayana Coêlho pontuou sobre os distintos usos, escalas e temporalidades da espera a partir do bairro Nova Viçosa.

Mesa de encerramento do evento – 13/06/13
Mesa de encerramento do evento (UFV) – 13/06/13

Após as três falas, abriu-se espaço que os presentes fizessem suas reflexões e indagações. Por fim, coube ao professor Laurent Vidal encerrar o evento. Em sua fala ele agradeceu aos participantes e destacou que o colóquio se constitui em um momento profícuo de interlocução entre diferentes ideias.

No dia 14, chegou a hora de fazer o caminho inverso: de Viçosa ao Rio de Janeiro. A bagagem estava mais cheia do que antes! Cheia de informações, pois este foi um encontro em que as pesquisas do grupo se fortaleceram mediante críticas, questionamentos e reflexões elaborados pelos membros internos e externos. Foram contribuições de peso, definitivamente. 

Foto do grupo reunido em Viçosa (MG)
Grupo reunido em Viçosa (MG)

Higor Mozart e Dayana Coêlho.

 

 

Colloque international « Territórios da espera » (Rio de Janeiro – Viçosa, 10-14 juin 2013)

Veuillez trouver ci-joint l’affiche et le dépliant du colloque international, qui correspond à la V° rencontre de l’ANR TERRIAT, qui se tiendra entre Rio de Janeiro et Viçosa (Brésil) du 10 au 14 juin 2013.

cartaz_

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Folder1 (mais leve)Folder2 (mais leve)

Vient de paraître, aux éditions Diaphane,  le catalogue de l’exposition du photographe Assaf Shoshan, intitulée : « Territoires de l’attente ». Des textes de Laurent Vidal, Gil Pasternak et Ellie Armon Azoulay accompagnent la sélection photographique. Une présentation est accessible sur le lien suivant :

http://www.diaphane-editions.com/index.php?page=catalogue

Couv Assaf une

 

Web documentaire – De l’autre côté

Association Osons Savoir

Le site internet de Courrier International héberge de nombreux liens menant à des web documentaires. L’un d’eux, intitulé De l’autre côté, est le fruit d’un projet ambitieux mené par l’association Osons Savoir . Ce dernier, divisé en quatre épisodes, a pour objectif d’éclairer et d’informer l’opinion publique au sujet des politiques migratoires européennes. L’enquête,  menée en France et au sein de pays clefs pour la mise en place de politiques migratoires en Europe (Italie, Grèce, Turquie), cherche à mettre en exergue les dispositifs de contrôle mis en place pour réguler la mobilité des migrants.

Web documentaire – De l’Autre Côté

Épisode I : Lampedusa, symbole d’une démesure

Épisode II : Le contrôle des corps

Épisode III : La peur des autres

Épisode IV : Pour un droit à la mobilité

Lien Courrier International : http://www.courrierinternational.com/webdoc/dlac

Lien Osons Savoir : http://osons-savoir.com/

 

 

Simon Balloud

Doctorant allocataire en histoire contemporaine Université de La Rochelle Université du Québec à Montréal

More Posts

Territorios de la espara : Movilidad, Migraciones, Desplazamientos : petit bilan du colloque international de Mexico (UAM, 4-5 octobre)

Le colloque international Territorios de la espara : Movilidad, Migraciones, Desplazamientos qui s’est tenu à l’UAM de Mexico (4-5 octobre), a permis une réflexion dense sur la pluralité des régimes d’attente et le caractère protéiformes des territoires dans lesquels se jouent les « entre-deux » de la mobilité. La dimension pluridisciplinaire des travaux s’est manifestée notamment par une appréhension à la fois pratique et théorique, corporelle et symbolique de l’attente. Ainsi, plusieurs intervenants se sont appuyés sur les travaux de Michel Foucault (Javier Avila, Edgar Ávalos Soto) pour souligner la dimension biopolitique de l’attente. Les territoires de l’attente s’établissent comme des espaces privilégiés de sujétion en vue d’un dressage hygiénique et social des corps. D’autres intervenants ont en revanche privilégié l’aspect subversif des territoires de l’attente. Ainsi, Alicia Lindon a très justement souligné que les territoires de l’attente se formaient parfois dans les interstices de la société, pour mieux résister à l’accélération productiviste des sociétés urbaines. Alain Musset quant à lui a privilégié la notion « d’habiter[1] », pour montrer que les personnes mises – de gré ou de force – au sein de ces territoires de transit se montrent également capable de se les réapproprier. La dimension eschatologique de l’attente a également été évoquée par le biais des communications d’Alejandro Olarte et Ana Maria Fernández Poncela, ayant chacun à leur manière rappelé que l’attente se conjugue au futur. Il reste que les territoires de l’attente se nichent également au cœur de la littérature, pour mieux dévoiler la réalité sociale extrêmement sombre des migrants de Tijuana par exemple (Mario Bassols).

La matérialité de ces territoires fut bien entendu au cœur des communications. Nancy Green a ainsi souligné que ces derniers ont été pendant longtemps occultés par l’histoire des migrations. C’est cette « chaine manquante » que constituent les lieux de passage que l’ANR Terriat se propose de combler. Comme en écho à son intervention, Margarita Theesz Poschner proposa une analyse des expériences de l’attente dans les camps de réfugiés hongrois après la Seconde Guerre mondiale. Mais les territoires de l’attente se caractérisent également par leur dualité. Il y a ainsi ceux qui partent dans l’attente d’un monde meilleur et ceux qui restent. Ce fut le sens de l’intervention de Rocio Quintal López, qui s’attacha à décrire le désordre des familles mayas du Yucatan, face à la recrudescence du Sida provoquée notamment par l’émigration des hommes en direction des Etats-Unis. En ce sens, les territoires de l’attente sont également des lieux d’acculturation, ce qui suppose une approche psychosociale du phénomène (Magdalena Varelo Macedo). Ce phénomène d’acculturation ne peut se comprendre sans une appréhension globale et parfois paradoxale des expériences de l’attente. En effet, certains espaces se posent explicitement comme des lieux de coercition ; tel est le cas des hospices d’immigrants (hospedarias de emigrantes) du XIXe siècle étudiés par Isabel Chrysostomo et Laurent Vidal. Dans le même temps, ces derniers se présentent comme des lieux de conditionnement à la modernité, incarnés notamment par les protocoles de médicalisation. Autre lieu, autres mœurs, le métro de Mexico étudié par Miguel Ángel Aguilar renferme bien des paradoxes. Ce dernier déploie toute une série de répressions formelle (caméras de surveillance, policiers etc.) et informelle (foule, harcèlement sexuel, bruit etc.), cependant il apparait comme un lieu d’interaction et d’acculturation urbaine essentielle. On peut également évoquer la situation des femmes migrantes de Santiago du Chili étudiée par Veronica Correa, pour soutenir l’idée que l’attente apparait comme une source essentielle de socialisation, voire dans ce cas précis d’une forme de réappropriation féministe de son destin.

En définitive, ce colloque s’est révélé extrêmement fécond. Il faut ici remercier le travail d’organisation de Ramón Alvardo, Sergio Perez et Alain Musset. En mobilisant des chercheurs dans l’ensemble des disciplines de sciences humaines et sociales, en mêlant des approches théorique et empirique, ils ont permis d’enrichir et d’affiner considérablement les problématiques inhérentes au projet ANR Terriat.



[1] Olivier Lazarroti, Habiter : la condition géographique, Paris, Belin (Mappemonde), 2006.

Compte-rendu de la 3ème journée d’études ANR TERRIAT « Jalons pour un ouvrage de synthèse » (4 juillet 2012)

 

Présents : N. Green, M. Symington, D. Vidal, A. Dewaele, V. Correa, L. Vidal, T. Plançon, S. Balloud, A. Chesnel, D. Poton, D. Jarak, T. Rocha, P. Gomes, R. Lucas, I. Chrysostomo, T. Peixoto, B. Van Ruymbeke, T. Villerbu, G. Bériet, A. Martig, L. Maffre.

Excusé : A. Musset

1. Après des informations générales sur les activités et publications à venir, la matinée a été consacrée à un tour de table des différents cas d’étude en cours d’analyse.

 

G. Bériet (historien) : La quarantaine comme dispositif

D. Poton (historien): Les « îles d’attente » : territorialisation insulaire des huguenots « fugitifs » dans l’Atlantique.

Avertissement : L’édit de Fontainebleau interdit aux protestants français (sauf les pasteurs qui sont bannis) de sortir du royaume de France. Cette loi doit être replacée dans un ensemble législatif qui dès les années 1660 entend strictement contrôler les sorties du royaume, les marins étant particulièrement surveillés par les autorités (police, armée, justice). Or dans quelques provinces (Normandie, Aunis, Saintonge) beaucoup de marins sont de confession réformée. Ce contexte politique introduit une dimension particulière à l’émigration des huguenots : la clandestinité du départ et  d’une partie variable du voyage selon les routes empruntées et les conditions internationales du moment.

Les îles : un territoire d’attente subie. Les îles du littoral atlantique sont des lieux d’embarquement privilégiés car elles possèdent trois atouts pour le « fugitif » :

–      Un contrôle moindre que dans les ports continentaux. La mise en fortification (Vauban) et le renforcement et mise en cohérence de la surveillance militaire du littoral (garnisons, milices-gardes-côte) est postérieure à la grande vague des départs.

–      Une nature désertique et changeante favorisant la cache (marais, dunes, estran etc.)

–      La possibilité d’embarquer dans un navire « de passage » (pour des capitaines compte tenu de l’ampleur du mouvement, le « fugitif » s’avère plus un complément de revenus qu’un « réfugié » à sauver par solidarité confessionnelle)

  • Dans les îles où résident des protestants (Ré, Oléron par ex.) ces derniers sont à la fois des « fugitifs » mais aussi des « passeurs » qui mettent leur expérience de l’île et leurs connaissances maritimes (havres, marées, météorologie, routes empruntées par les navires, relations professionnelles avec des équipages étrangers etc…) au service de coreligionnaires du continent.
  • Mais, l’île est pour des centaines (milliers ?) de  « fugitifs »

–      Une « l’île-prison » : ex. des citadelles d’Oléron, de Ré, de Belle-Île ou le Château d’If pour les condamnés aux galères particulièrement « opiniâtres ».

–      Une « l’île-sépulture » : ex. de « fugitifs » abandonnés sur des îlots de Bretagne après avoir été dépouillés) ou victimes de naufrage de navires pris dans la tempête (ex. Martinique, mars 1686)

Les îles : un territoire d’attente-opportunité ou attente-ressources. Les îles du littoral atlantique peuvent entrer comme dans la catégorie du territoire d’attente-opportunité (opportunité d’embarquement). Mais, il me semble plus pertinent de placer dans cette catégorie l’ « île d’accueil » qui va prendre la forme plutôt d’un « archipel d’accueil » dans le cas des marins, marchands, artisans composant les équipages de navires qui décident dans la vingtaine d’années qui précèdent la révocation de l’édit de Nantes de rester dans les îles françaises du monde caraïbéen avec lesquelles les ports de la métropole sont en relation. Le nombre de ces « désertions » croît au cours des années 1670 pour attendre un pic dans les premières années de la décennie 1680. A partir de 1685, beaucoup auront quitté ces îles pour se rendre dans les îles anglaises, néerlandaises (flux difficile à évaluer) et dans les colonies anglaises d’Amérique, l’espoir de revenir dans leurs provinces natales tombe avec l’édit de Fontainebleau.

Ces îles « d’accueil » peuvent être classées dans être classées dans la catégorie des territoires « d’attente-opportunité »   car :

–      Ces hommes arrivent en plein cycle de croissance des Antilles françaises qui doit beaucoup à la proximité du système néerlandais d’exploitation et de production agricole

–      Ces hommes s’insèrent dans le commerce maritime entre les îles françaises, néerlandaises et anglaises. Pour des hommes qui ne souhaitent pas rentrer en métropole, ce commerce a besoin de navires et d’équipages. Pour ces centaines de marins, c’est une opportunité professionnelle d’autant que bon nombre d’entre eux ont acquis une expérience maritime qui leur donne les connaissances et les compétences recherchées par les armateurs et capitaines français engagés dans l’interlope mais par aussi les compagnies de commerce néerlandaises et anglaises.

  • La sédentarisation des « fugitifs » dans les colonies anglaises et néerlandaises d’Amérique a pour origine une décision politique : la révocation de l’édit de Nantes.

 « d’attente-ressources » car :

–      Ces hommes ont construit des réseaux dans cet archipel d’accueil

–      Ces hommes ont fait émerger des flux qui se sont pérennisés avec le temps

–      Ces hommes ont acquis des expériences maritimes, commerciales, financières

  • Ressources : atouts individuels et collectifs pour mécanisme d’intégration professionnelle dans les sociétés portuaires anglaises (New York)

Les îles : « attente rêvée »

 Les îles représentent des moments attendus d’escale dans bon nombre de voyages transatlantiques. Pour les « fugitifs » elles sont des refuges. Elles peuvent être aussi des lieux de rédemption :

–      La recherche d’un pasteur pour « faire réparation » d’une abjuration consentie avant le départ (ex. Relations d’Etienne Serre et Lettres Pastorales de Jurieu)

–      Un lieu de rédemption (ex. Elie Néau au Château d’If)

  • Relire les relations de fugitifs, déportés pour extraire les représentations des îles

 

B. Van Ruymbeke (historien): La déportation des Acadiens : leur mise en quarantaine sur des bateaux ou des îles

A. Martig (anthropologue) : Les campements de sans-terre au Brésil

I. Chrysostomo (géographe) : l’évolution des dispositifs d’accueil des immigrants à Rio au cours du 19° siècle

J’ai découvert que les premières structures utilisées étaient celles utilisées pour la quarantaine des esclaves (dans les années 1820) – c’est le résultat d’une improvisation.

La discussion sur la manière d’organiser un espace pour l’accueil des immigrants commence dès les années 1830 : on invente des dépôts, qui sont un mélange entre prison et hôpital. Mais à ce moment-là, il n’y a que quelques milliers d’immigrants qui arrivent chaque année.

Quand les premières épidémies arrivent, dans les années 1840, on réutilise des lazarets ou des hôpitaux… souvent situés sur les îles de la baie de Guanabara.

Avec la très forte augmentation du flux d’immigrants à Rio, à la fin des années 1870, la question est à nouveau posée. C’est à ce moment-là qu’est créée l’hospedaria (hôtellerie) des immigrants de l’île das Flores (en 1883) qui comprend un bâtiment pour les services administratifs, un hôpital pour soigner les malades, une zone de quarantaine, mais aussi un bureau pour le placement des immigrants.

En même temps, je regarde comment se diffuse au Brésil le modèle de l’hospedaria (surtout dans les ports d’arrivée)

Je regarde aussi comment à l’intérieur du territoire, un autre réseau prend forme : le long des voies de chemin de fer, c’est à dire les voies par lesquelles les immigrants pénètrent dans le territoire, des dépôts sont créés pour l’accueil temporaire des immigrants (pour l’instant je travaille sur la région de Minas Gerais pour essayer de cartographier ce réseau).

J’ai observé que les Etats de Rio, São Paulo et Minas Gerais se livrent une véritable guerre pour l’accueil des immigrants. La présence d’hospedarias et de dépôts joue un rôle dans cette compétition géoéconomique.

R. Lucas (Littérature) : les espaces d’attente des émigrantes pour le Brésil dans la littérature ; la misère sexuelle des immigrants.

P. Gomes (géographe) : les corps en attente dans les trains de banlieue de Rio de Janeiro

T. Rocha (géographe) : la représentation de l’attente dans les paroles de chansons populaires du Nordeste au Brésil

D. Jarak (Civilisation) : La vie dans les conventillos de Buenos Aires à la fin du XIX siècle. Entre le passé (d’immigrant) et le futur (de créole), l’espace pesant du présent

Dans ce travail nous allons nous plonger dans la quotidienneté des habitants des quelques « conventillos » de Buenos Aires à la fin du XIX siècle. Pour cela, nous allons étudier quelques journaux de l’époque (notamment lors de l’épidémie de fièvre jaune en 1871 et les mois qui ont précédé la grève des locataires du 1907), les rapports de la police, mais aussi quelques pièces de théâtre (les « sainetes ») crées par les mêmes gens qui subissaient l’apesanteur de l’attente…l’attente d’une vie et d’un destin meilleur.

T. Peixoto (architecture) : la favela comme lieu d’attente

A. Chesnel (histoire) : la minorité tsigane à Séville

S. Balloud (histoire) : patrimonialisation des objets de l’attente (les postes frontières)

T. Plançon (histoire et littérature) : les camps de déplacés dans la littérature américaine du XXe siècle

V. Correa (géographe) : Trajectoires de migrantes en attente à Santiago

A. Dewaele (géographe) : L’attente des migrantes dans un refuge de Tijuana

La « línea », ou ligne frontalière entre le Mexique et les Etats-Unis, devient depuis les années 1990 de plus en plus difficile et périlleuse à franchir, en particulier au niveau de Tijuana.  Cette ville constituait depuis les années 1950 une porte d’entrée au rêve américain,  un véritable sas d’attente des migrants en transit. Ainsi, les flux de migrants mexicains venant du Sud se sont ralentis, et les routes migratoires se sont déplacées plus à l’Est, vers le désert du Sonora et les alentours d’El Sásabe et d’Agua Prieta. Tijuana voit passer désormais plus de « deportados » que de migrants en transit, qu’on appelle aussi « transmigrants ». Ces refoulés ont souvent vécu plus de dix ans aux Etats-Unis, sans papiers, et ont construit leur nouvelle vie « del otro lado ».
    Mon étude ethnographique s’est centrée sur un refuge pour femmes migrantes de Tijuana, tenu par la congrégation des Scalabrinis, l’Instituto Madre Assunta. Plus des trois quarts des migrantes reçues sont des « deportadas » qui séjournent en moyenne 16 jours dans ce lieu calme et reposant. Ce temps d’attente leur permet de définir et de préparer la suite de leur parcours: retenter la traversée clandestine de la frontière ou retourner temporairement ou définitivement dans leur lieu d’origine au Mexique. Les expériences de l’attente de ces femmes en transit renvoie à la fois à leurs expériences du temps et de l’espace hors et dans le refuge, ainsi qu’aux interactions entre migrantes. Cette migration subie est souvent considérée comme l’occasion de prendre un nouveau départ, surtout lorsque les migrantes ont purgé une peine carcérale sur le sol américain, pour des délits divers. Ces migrantes, qui se trouvent dans une situation de grande vulnérabilité, tentent d’ « aller de l’avant », malgré la douloureuse séparation du reste de leur famille.

D. Vidal (sociologie) : l’attente du métro et du train à São Paulo (séquençage de l’attente ; sa dimension genrée) ; la narration de soi dans les salle d’attente de services administratifs pour les domestiques.

Deux références utiles pour mener à bien ces enquêtes :

Donna Goldstein, Laughter out of place : race, class, violence, and sexuality in a Rio shantytown. Préface de Nancy Scheper-Hughes et Philippe Bourgois. Berkeley and Los Angeles, University of California Press (California Series in Public Anthropology; 9), 2003

Javier Auyero, « Patients of the State. An ethnographic account of poor people’s waiting », Latin American Research Review, vol. 46, n°1, 2011. Il contient notamment une bibliographie très intéressante.

M. Symington (littérature) : Les territoires d’attente de l’émigrant irlandais dans la littérature ; le roman d’aéroport.

N. Green (histoire) : les catégories mobilités/attente dans une perspective des débats sur la transnationalisme et les migrations

Un ouvrage utile : Susan J. Matt, Homesickness: an American Story, Oxford University Press, 2011. Le chapitre 5 porte sur l’immigration

L. Vidal (histoire) : les hôtelleries d’immigrants comme territoire de l’attente ; des musiques nées dans les territoires de l’attente (jazz, tango, samba, rumba).

Voir les papiers postés sur le blog : http://terriat.hypotheses.org/246  et http://terriat.hypotheses.org/403

2. L’après-midi a été consacrée à une première réflexion autour du livre de synthèse.

Passer des cas d’études à l’ouvrage de synthèse, voilà tout l’enjeu de la discussion.

L’idée est de faire de l’ouvrage non pas une collection de cas d’études, mais un ensemble cohérent autour de thématiques complémentaires.

Il s’agissait donc de soumettre à la discussion une ébauche de plan, mais aussi une méthode de travail et un calendrier.

Ebauche de plan :

L’ouvrage s’articule en 5 principales parties : Généalogie et enjeux des situations d’attente ; quand l’attente définit le territoire ; pratiques sociales et jeux spatiaux dans les territoires de l’attente ; des identités (sociales et culturelles) nées dans les territoires de l’attente ; patrimonialisation et muséalisation des territoires de l’attente.

 Une partie est composée d’articles de synthèse (le nombre reste à définir dans chacune – entre 2 et 4) d’environ 10 à 15 pages, et de cas d’études – qui peuvent être présentés sous forme d’encadrés (1 page maxi) ou de petits articles (entre 2 et 5 pages maxi).

Le plan est déposé sur une dropbox pour être amendé, étoffé…

Méthode :

Chaque partie est coordonnée par 2 ou 3 personnes. Les coordonateurs définissent l’intitulé et le nombre exact des articles de synthèse, et veillent à l’attribution des articles et cas d’étude à un ou deux rédacteurs.

Le ou les rédacteurs d’un article de synthèse adresse(nt) ½ page à 1 page de résumé aux coordonateurs de partie.

Calendrier :

Juillet 2012 – mise en ligne du projet de plan sur la dropbox, et propositions d’ajouts… Distribution des coordinations de parties – les coordinateurs prennent contact avec les auteurs potentiels des articles et cas d’étude (discussion autour des contenus…).

Octobre 2012 – lors de la IVème journée d’études à Mexico, distribution des articles de synthèse et cas d’études. Mise en ligne progressive sur le blog des cas d’études.

Printemps 2013 – pour la Vème journée d’études, présentation et discussion des premières ébauches d’articles de synthèse.

Automne 2013 – pour la VIème journée d’études (au Brésil), suite des présentations et discussions.

Printemps 2014 – Réception définitive des articles de synthèse et cas d’étude. Préparation des chapeaux de parties.

Eté 2014 – Envoi de l’ouvrage à l’éditeur.

3. Dans la deuxième partie de l’après-midi, Laurent Maffre a présenté sa bande-dessinée « Demain, demain » et commenté le webdocumentaire « 127 rue de la Garenne : Le bidonville de la Folie, Nanterre » (http://bidonville-nanterre.arte.tv/). Entre 1950 et 1971, le bidonville de la Folie, à Nanterre, a accueilli jusqu’à 10 000 personnes, pour l’essentiel venues d’Algérie et du Maroc pour travailler dans le bâtiment ou l’automobile, en attente d’un logement.

Les files d’attente devant l’unique fontaine pour les corvées d’eau, les files d’attente dans les services administratifs, l’installation dans la durée et le refus de la police de laisser construire en dur, les petites combines pour tuer le temps… tout cela est évoqué par Laurent Maffre qui offre ici un excellent cas d’étude.

3ème journée d’études (4 juillet 2012) : « Jalons pour un ouvrage de synthèse »

La troisième journée d’études de l’ANR TERRIAT (« Jalons pour un ouvrage de synthèse ») aura lieu le mercredi 4 juillet 2012 à l’Université de La Rochelle, CRHIA, 4 juillet 2012 (Salle de Réunion – FLASH 2)

Après une année et demi de travail, cette journée d’études permettra de faire le point sur les différents travaux en cours, et d’envisager la forme que pourra prendre l’ouvrage de synthèse qui doit paraître pour 2014.

10h30 : Informations générales (L. Vidal, A. Musset)
11h-12h30 : Etat des lieux des différentes recherches (individuelles) et activités (collectives) en cours (doctorants et enseignants-chercheurs)

14h-16h : « Vers un ouvrage de synthèse ». Discussion générale sur le plan et les grandes orientations de l’ouvrage.

16h15 : 17h30 : Alain Musset présente Laurent Maffre, auteur de la bande-dessinée « Demain, demain » (Actes Sud, 2012), en présence de Thomas Gabison (Actes Sud).

Liste des participants de l’ANR : Grégory Bériet, Alain Musset, Nancy L. Green, Didier Poton, Tangi Villerbu, Miceala Symington, Rémy Lucas, Grégory Corps, André Chesnel, Raimundo Pereira Alencar Arrais, Maria Isabel de Jesus Chrysostomo, Tania Regina de Luca, Paulo César da Costa Gomes, Bertrand van Ruymbeke, Diego Jarak Dominique Vidal, Ambre Dewaele, Veronica Correa, Adele Sutre, Julie Hernandez, Lucile Médina, Alexis Martig, Thiago Rocha, Thomas Plancon, Leticia Parente Ribeiro, Simon Balloud, Fraya Frehse, Yves Bergeron, Alicia Lindon, Rebecca Kobrin, Erica Durante.

Participation colloque

Laurent Vidal et Maria Isabel de Jesus Chrysostomo ont présenté, dans le cadre du colloque « Brazil in Global Context, 1870 – 1930 » (International Research Conference. Institute for Latin American Studies. Freie Universität Berlin (27-29 octobre 2011), une communication intitulée : « As hospedarias de imigrantes. Um dispositivo esquecido no caminho da emigração para o Brasil (1880’s – 1930’s) »

Voici, en portugais, l’introduction.
« A partir dos anos 1880, o Brasil instala, ao longo de suas costas, « dispositivos » (Agamben ) administrativos, técnicos e territoriais para o controle e a triagem dos novos imigrantes. Do sul ao norte, são várias hospedarias de imigrantes que surgem : Ilha das Flores (Casa dos Imigrantes do Rio de Janeiro), Santos, São Paulo, Juiz de Fora (Hospedaria Horta Barbosa), Campinas, Pinheiro (Rio de Janeiro), Vitória (Hospedaria da Pedra d’Água), Alfredo Chaves (Espírito Santo), Saco do Padre Inácio (Florianópolis), Outeiro (Belém-Pará).
Até hoje a historiografia voltada para a questão da imigração europeia nas Américas prestou pouco atenção a estes dispositivos numa perspectiva comparada, nem a sua significação num contexto de abertura internacional entre os países envolvidos no tráfego de imigrantes: ora, quase todas são contemporâneas. Deste ponto de vista, estas hospedarias aparecem como um lugar de transmutação, limiar moderno que transforma a condição de emigrante na de imigrantes.
O objetivo deste artigo é refletir sobre o surgimento e organização destes dispositivos no momento de transformação do Brasil em país de imigrantes (1880-1910). Procuramos focalizar nosso olhar sobre a evolução das formas espaciais destes dispositivos: a chegada dos primeiros colonos, nos anos 1820-30 (quando o Estado Imperial recrutava diretamente a mão de obra na Europa com auxílio das elites econômicas ), até o grande movimento de imigração espontânea, que conheceu um surto entre os anos de 1880 e 1910. Discutimos a criação dos hospitais, lazaretos e depósitos que vão adaptar uma parte de suas estruturas para receber transitoriamente os primeiros colonos, até a invenção de uma forma mais acabada para a recepção dos emigrantes: a hospedaria. A questão que se coloca é como foram pensados os aparatos físicos voltados para a administração do corpo.
Num primeiro momento, evidenciaremos a gênese, institucional e espacial das primeiras estruturas destinadas a receber os colonos (1830’s – 1860’s), e definiremos suas missões; num segundo momento, que corresponde ao aumento do ritmo e do volume da imigração europeia, apresentaremos a invenção e difusão das hospedarias no território brasileiro (1870’s – 1920’s) ; e por fim, num terceiro momento, interpretaremos o papel destas « ilhas de espera » na construção da sociedade brasileira da Belle Epoque.
Não pretendemos esgotar a discussão sobre a política de imigração e colonização europeia no Brasil, mas sim entender como foi evoluindo as propostas de acolhimento para os imigrantes recém-chegados, identificando as formas institucionais e espaciais que foram pensadas ao longo do século XIX. »

Quel lieu pour un musée de l’immigration ? L’exemple du Canada

Le 7 février 2011, le ministre Peter MacKay, ministre de la Défense nationale et ministre de la Porte d’entrée de l’Atlantique, au nom du ministre du Patrimoine canadien et des langues officielles, était à Halifax (Nouvelle Ecosse) pour annoncer l’ouverture officielle du Musée canadien de l’immigration du quai 21 (ou Pier 21). Ce lieu d’entrée de plus d’un million d’immigrants, réfugiés, épouses de guerre, enfants et personnes déplacés, entre 1928 et 1971, est désormais le musée canadien de l’immigration (http://www.quai21.ca/).

Montréal se pose la question, comme en témoigne cet article de Jean-Christophe Laurent dans La Presse (18 juin 2011) :

« Paris en a un. Melbourne en a un. New York en a un. Buenos Aires en a un. Halifax en a un. Pourquoi pas ici?
Cette question, Dolores Sandoval se la pose sans arrêt depuis 2007. Et aujourd’hui, plus que jamais, elle en est convaincue: Montréal a besoin d’un musée de l’immigration. Dans le meilleur des scénarios, elle sait même où il devrait s’installer: dans l’ancien Planétarium. Le projet est en branle. Il reste à convaincre la Ville.
«Au départ, je voulais faire quelque chose sur l’histoire des Noirs au Québec, explique l’ancienne professeure de 73 ans, présidente et fondatrice de l’organisation Angélique-DaCosta. Mais on s’est rendu compte que ce n’était pas suffisant, qu’il fallait quelque chose de beaucoup plus large.»
Mme Sandoval est assez critique quand on aborde le sujet de l’immigration. Pour cette descendante d’esclaves qui a travaillé près de 30 ans à l’Université du Vermont, il est clair que la société canadienne en général, et québécoise en particulier, peut faire beaucoup mieux, notamment en ce qui concerne l’intégration.
Selon Mme Sandoval, le Québec a malheureusement tendance à «tenir ses immigrés pour acquis»: il les laisse souvent à eux-mêmes après avoir tout fait pour les attirer. «Beaucoup se sentent laissés pour compte», dit-elle.
«On m’a toujours dit que, sur ce plan, le Canada était en avance sur les États-Unis, mais en fait nous sommes en retard. Regardez Montréal. C’est une ville blanche. Tous les conseils d’administration sont blancs. Même le service des incendies est blanc: il n’y a que sept représentants de minorités visibles, dont seulement deux Noirs. Sans parler des programmes scolaires, qui abordent à peine l’apport des immigrés. Pourtant, ils ont contribué à la société et continuent de le faire. Et pas seulement en ouvrant des restaurants…»
Mme Sandoval estime que son projet réglerait une partie du problème. Car l’intégration passe avant tout par la compréhension, et donc par l’éducation.
Son Musée-observatoire de l’immigration (MOI) serait donc au coeur d’un complexe plus vaste, qui intégrerait aussi un centre d’archives, une bibliothèque, un théâtre, une école pour apprendre la langue de la société d’accueil ainsi que des habitations à loyer modique pour les nouveaux arrivants, un peu à la manière des YMCA. Idéalement, cette «cité ethnique» (ethnocity) se déploierait autour de l’ancien Planétarium, qui abriterait le musée.

Un lieu convoité

Mme Sandoval sait qu’elle n’est pas la seule à convoiter ce bâtiment singulier qui se cherche une nouvelle vocation. L’ETS et l’Université McGill souhaitent notamment en faire le centre névralgique de leur Quartier de l’innovation, un projet collectif qui comprendrait des logements, des commerces, des lieux de savoir et plusieurs entreprises de la nouvelle économie.
Mme Sandoval sait aussi que ses concurrents ont une longueur d’avance: l’idée du Quartier de l’innovation circule depuis plus d’un an, et le projet a été sérieusement étudié, subventions à l’appui. Mais elle croit fermement que ce secteur en mutation devrait être consacré à l’éducation publique plutôt qu’aux projets privés.
Pour ce qui est de financer les activités du musée, outre les subventions, la dame compte essentiellement sur le mécénat et les commandites. «Il y a un potentiel infini de ce côté. Si le mot se passe, il y aura de l’argent. Tout ce qu’il faut, c’est quelqu’un qui veut avoir son nom sur le bâtiment. D’ailleurs, j’ai déjà quelques personnes en tête.»
Mais la question demeure: un lieu tangible, entièrement consacré à l’immigration, est-il la solution à un problème, disons, plus abstrait?

«Solution plus souple»

Le Centre d’histoire de Montréal est partiellement de cet avis. Le petit musée du Vieux-Montréal, qui se consacre à la mémoire des Montréalais, caresse un projet similaire, à cette différence que l’immigration serait abordée par des expositions temporaires. «Une solution plus souple peut répondre mieux qu’une grosse institution», croit son directeur, Jean-François Leclerc, qui a justement rencontré à ce sujet le Conseil interculturel de la Ville, cette semaine.
«Le Centre d’histoire? Mais il ne touche que Montréal! rétorque Dolores Sandoval. Notre projet à nous serait sur le Québec tout entier, et forcément sur le Canada. Et puis ce serait un lieu vivant, actif, pas seulement un musée d’histoire.»
Mme Sandoval et son organisation se donnent l’été pour préparer la prochaine offensive. Une rencontre avec le maire est prévue, et une proposition formelle devrait être soumise à l’automne à la Ville – qui n’a toujours pas pris de décision en ce qui concerne le Planétarium. Dossier à suivre. »

Alors, quoi ? Après Grosse Île (station de quarantaine, où est aujourd’hui installé le mémorial des Irlandais), après Halifax, ce serait le tour de Montréal ? Je ne cherche pas à savoir s’il faut trois musées de l’immigration au Canada. Je constate simplement qu’à Halifax et à Grosse Ile, l’évidence historique a imposé le choix d’un lieu directement lié à l’immigration, d’un territoire où des hommes, des femmes et des enfants ont attendu, vécu, souffert… Ici, le lieu présume le sens. A Montréal, un planétarium désaffecté ne peut susciter une telle prédisposition psychologique.

2e journée d’étude : D’Europe aux Amériques, les territoires de l’attente de l’émigrant (XVIIIe – XXe siècles)

 

 

2ème journée d’étude

D’Europe aux Amériques : les territoires de l’attente de l’émigrant

23 novembre 2011

EHESS

190-198 avenue de France  –  75013 Paris

salle 1, RdC, bât. Le France

Cette deuxième journée d’étude de l’ANR TERRIAT sera consacrée à l’observation des territoires de l’attente ponctuant le parcours des émigrants européens dans leurs déplacements vers les Amériques.

Dans une historiographie longtemps marquée par la question de l’installation (voire l’assimilation) des migrants dans le pays d’accueil, plus récemment préoccupée par la variété des parcours et rythmes à l’œuvre dans ces déplacements, ces territoires de l’attente ont peu retenu l’attention. Or il s’agit de s’interroger sur les “temps morts” qui s’insèrent dans ces trajets et les formes spatiales qu’ils revêtent. Quels sont les usages sociaux qui prennent forme dans ces espaces dédiés (spécifiquement ou non) à la mise en attente des populations en déplacement ?

Lors de cette journée, nous envisageons, à titre expérimental, de distinguer ces territoires selon leur statut – les territoires publics (le port de départ et d’arrivée, la station d’immigrants) pensés entièrement ou partiellement pour cette mise en attente ; les territoires privés (les auberges et hôtels, le pont du navire) qui accueillent de manière transitoire et inattendue des populations en déplacement, sans jamais avoir été pensés pour cela.

La matinée sera consacrée à l’analyse comparée des formes d’attente dans ces territoires (publics ou privés). Observe-t-on selon le statut des contraintes différentes ? La comparaison avec les pratiques actuelles des migrants et clandestins pourra être bienvenue.

L’après-midi, la question des sources mobilisera notre attention : plus que jamais, pour une telle enquête, l’invention des sources est une démarche essentielle dans le travail de recherche. L’apport des autres expériences disciplinaires, sur des migrants, réfugiés, exilés, clandestins…, sera ici d’une grande utilité. L’apport de la fiction, également…

09h30 – 12h30 : Formes sociales de l’attente et statuts juridiques des territoires

Table-ronde, animée par Laurent Vidal (Professeur, Université de La Rochelle, CRHIA) et Nancy Green (Directrice d’études, EHESS, CRH)

en présence de : Grégory Bériet, André Chesnel, Veronica Correa, Grégory Corps, Ambre Dewaele, Rémy Lucas, Alain Musset, Didier Poton, Mycéala Symington, Bertrand Van Ruymbeke, Adèle Sutre, Dominique Vidal, Tangi Villerbu.

14h-16h : Les sources d’étude des territoires de l’attente des émigrants

Table-ronde, animée par Laurent Vidal (Professeur, Université de La Rochelle, CRHIA) et Nancy Green (Directrice d’études, EHESS, CRH)

en présence de : Grégory Bériet, André Chesnel, Veronica Correa, Grégory Corps, Ambre Dewaele, Rémy Lucas, Alain Musset, Didier Poton, Mycéala Symington, Bertrand Van Ruymbeke, Adèle Sutre, Dominique Vidal, Tangi Villerbu.

16h-17h : Assaf Shoshan (artiste, vidéaste, photographe) – filmer les territoires de l’attente