D’Europe aux Amériques, les territoires d’attente de l’émigrant – compte-rendu de la deuxième journée d’études

Compte-rendu de la 2ème journée d’études (EHESS, 23 novembre 2011)

Résumé réalisé à partir des compte-rendus d’Antoine Robert et Mariya Chernikova (étudiants de Master 2 RIHMA – Université de La Rochelle).

Présents : Laurent Vidal, Alain Musset, Grégory Bériet, Dominique Vidal, Nancy Green, Tangi Villerbu, Didier Poton, Miceala Symington, Lucile Médina, Bertrand Van Ruymbeke, des doctorants Thiago Souza, Veronica Correa, André Chesnel, Grégory Corps, Ambre Dewaele, Mikael Dumont et des étudiants de master Maryia Chernikova, Anne Sheedy, Julie Guitard, Antoine Robert.

Le but de cette nouvelle journée d’études était de tester un questionnaire sur les territoires de l’attente à partir du cas d’études du parcours atlantique d’un émigrant, en réfléchissant aussi à la question des sources à mobiliser.

A l’appui de cette réflexion, le dessin d’un enfant juif de 13 ans, fuyant l’Allemagne nazie pour Montévidéo. Intitulé Von der alten Heimat zu der neuen Heimat (De l’ancienne maison à la nouvelle maison), il illustre un déplacement ponctué de nombreuses escales (Hambourg, Anvers, Le Havre, Lisbonne, Casablanca, Rio et Santos) – étonnante illustration des lieux et temps d’attente qui ponctuent le parcours de l’émigrant.

Rappelons que la notion d’attente telle qu’elle est envisagée sous la forme des territoires de l’attente relève de trois dimensions distinctes :

  1. l’attente subie – celle de l’émigrant qui dans son déplacement est obligé, pour des raisons techniques, administratives…, de faire un pause (elle est donc, dans un premier temps du moins, synonyme d’immobilité)
  2. l’attente rêvée : amenant les individus à se diriger vers un lieu désiré, elle suscite la mobilité.
  3. l’attente-opportunité ou attente-ressource, qui relève d’une lecture stratégique des situations d’attente pour développer une activité spécifique (ainsi le vendeur ambulant attendant un embouteillage).

Celle qui sera en jeu aujourd’hui est plutôt la première : l’attente-subie. Il s’agit de prendre la mesure de ce qui se passe, dans ces interstices, en termes de jeux sociaux, spatiaux et identitaires, et en quoi cela peut affecter/modifier le projet migratoire, le capital culturel…

*

Une première hypothèse de travail consiste à s’interroger sur le sens des territoires de l’attente dès lors qu’ils relèvent de la sphère du public ou de la sphère du privé : dans les territoires publics (à l’exemple du port de départ et d’arrivée, de la station d’immigrants), l’organisation sous-entend l’existence d’un système ordonné pour la circulation des flux migratoires. Quant aux territoires privés (à l’exemple des auberges et hôtels, du pont du navire), ils ne sont pas destinés, initialement, à l’accueil des émigrants – c’est donc un usage supplémentaire qui est effectué lors d’une situation d’attente. Cette distinction de statuts peut influer sur la perception des lieux par les passagers. Ils sont  parfois des lieux d’arnaque (notamment pour les lieux privés) ou d’angoisse (Ellis Island était surnommée : l’île des larmes).

La période d’attente avant de départ peut être hypothétiquement plus longue qu’après d’arrivée. Cela s’expliquera par le déplacement jusqu’au port (avec des arrêts dans des auberges, tenues par des tenanciers peu scrupuleux), l’attente de l’amarrage du navire, la préparation de l’accueil des passagers sur le navire, l’enregistrement et l’embarquement des bagages, le contrôle des documents des passagers et autres facteurs. Sur cette attente initiale, soulignons aussi le choc, technologique et sonore, que représente pour un migrant, notamment s’il est issu de milieu rural, l’arrivée dans un port. Cet événement vient en effet bouleverser sa culture du son (Alain Corbin). Le silence du port de Cork fut par exemple évoqué. Le temps de transit et d’attente, s’il est un temps d’adaptation, est aussi souvent un temps de réflexion et d’apprentissage sur soi-même.

En ce qui concerne le temps de la traversée, la difficulté est de mobiliser des sources susceptibles de nous renseigner, car celles-ci privilégient généralement le départ et l’arrivée, éclipsant souvent les étapes. D’où la nécessité de recourir à d’autres sources. C’est ici que la littérature peut s’avérer nécessaire pour mieux comprendre comment ces lieux étaient vécus, ressentis, par ces individus en transit. La littérature s’insérant dans les failles de l’histoire, elle constitue en cela une pièce importante pour révéler les émotions, l’ordinaire et le quotidien, les rêves et les angoisses des émigrants à bord des navires. Ajoutons à cela les correspondances, les journaux de bord ou les journaux intimes des émigrants, qui permettent d’approcher l’expérience vécue des traversées, l’organisation de  micro-territoires et micro-sociétés, l’émergence de solidarités entre les passagers passant par les mêmes épreuves, subissant parfois l’autorité d’un capitaine seul maître à bord.

L’approche sensorielle de la migration peut-être aussi poursuivie dans le port d’arrivée. Un immigrant arrivant dans une station ou hôtel d’immigrant se retrouvera au sein d’une atmosphère très bruyante, au milieu de milliers d’émigrants parlant des langues différentes.

Si aux Etats-Unis on parlera de « station », on utilisera plutôt le terme « auberge » du côté de Buenos Aires et d’hôtellerie (hospedaria) au Brésil. La première forme d’hôtellerie des immigrants apparaît en 1883 au Brésil. L’emploi du terme « hôtellerie » signifie que l’on dispose d’un lieu spécifiquement conçu pour l’accueil des immigrants : l’espace y est donc pensé et compartimenté en fonction des enjeux sociaux de l’accueil d’immigrants dans le pays.

*

Ces lieux, d’abord construits sur des îles (à l’exemple de l’Ilha das Flores, face à Rio), disposent de services administratifs (où sont réalisés les contrôles et relevés d’identités), de services médicaux (pour les contrôles sanitaires et la lutte contre les épidémies), mais aussi de dortoirs (car les gens y passent en moyenne une semaine), ainsi qu’une zone de quarantaine. A l’âge de la vapeur, la chaîne migratoire est constituée du train, du cargo vapeur et de l’hôtellerie d’immigrant, en bout de ligne : située à proximité d’un port et/ou d’une voie ferrée, dans la perspective d’un nouveau départ des immigrants vers l’intérieur des terres, elle témoigne d’une industrialisation du temps de transport.

Dans l’hospedaria de São Paulo, tous les immigrés passent par une désinfection – des corps et des vêtements. Ils passent ensuite par une inspection médicale réalisée un médecin et des infirmiers, avant d’être amenés dans une salle dans laquelle on fait l’appel et l’on récolte des informations sur eux (qui est la personne, d’où vient-elle, de quel bateau ?). Notons aussi que les immigrants doivent déposer leurs bagages à l’entrée de ce lieu, et qu’ils ne les récupéreront qu’au moment de partir. Cet élément est hautement symbolique, puisqu’ils auront souvent regroupé dans l’espace restreint de leur valise les biens matériels qu’ils considèrent comme les plus essentiels. Cette confiscation, justifiée par le contrôle sanitaire, achève en quelque sorte le processus de dépersonnalisation subie par le migrant au cours de son transit.

Après attribution au chef de famille d’une carte permettant de vivre une semaine au sein de l’hôtellerie, chaque famille reçoit des draps propres et bénéficie d’un certain nombre de repas. Des conférences sur l’emploi dans l’état sont ensuite organisées, et la famille ne pourra ressortir que lorsqu’un contrat de travail aura été signé en bonne et due forme (des plaintes pour séquestration sont d’ailleurs parfois déposées auprès de l’administration). La vie collective s’organise notamment dans la cours où l’on lave son linge, où on le fait sécher. Ces lieux d’abord prévus pour le passage deviennent donc des lieux de vie. Ceux qui ne devaient qu’y passer finissent parfois par les habiter.

Ces hôtelleries peuvent être considérées comme des lieux où les émigrants sont transformés en immigrants, des lieux ou l’on fabrique des immigrants désirables, de manière industrielle.

*

Les politiques publiques de l’attente  peuvent aussi être observées de nos jours dans les gares, mais aussi dans les aéroports, les stations de métro, de bus : ici, l’attente suppose l’organisation du mouvement, par la mise en œuvre d’un dispositif spécifique comprenant des agents, un ordonnancement spatial et une architecture adéquate.

Prendre le métro à São Paulo aux heures de pointe relève d’un art d’une certaine manière, avec des techniques du corps qui sont genrées, et diffèrent aussi en fonction de l’âge. Il y a des choses qu’on peut faire, qu’on ne peut pas faire, des façons d’en plaisanter ou de s’en plaindre. Elles renvoient à la façon dont est conçue la civilité au Brésil et comment les pouvoirs publics cherchent à normer les comportements d’attente. Dans le métro parisien, il faut « rester civil », au Brésil il faut « respecter » avec des variantes selon les villes. Selon les heures et les flux, des employés peuvent être là pour pousser les gens vers des endroits ou la concentration est moindre. Tout cela est pensé, réfléchi, avec des calculs du nombre de personnes au mètre carré à tel heure, en fonction du sentiment de confort, des normes internationales… Ces choses ne sont pas laissées au hasard. On peut aussi se questionner sur la possible formation des employés à la gestion de l’attente, de même que sur l’architecture de ces lieux et l’adaptation du mobilier urbain.

 *

On observe dans ces lieux une intériorisation du territoire par les individus en situation d’attente, en fonction de leur culture : le savoir migrer, qui peut être transmis entre individus, signifie l’acquisition d’un capital migratoire, qui inclut aussi l’expérience de l’attente. Ce capital qui permet de gérer le temps et le lieu, fait partie du capital culturel qui modèle notre rapport au temps et augmentera la capacité de l’individu à être, tel que Lazzarotti reprenant Foucault l’énonce, l’auteur de son lieu ou, dans le cas contraire, de le subir en permanence. La culture semble donc jouer un rôle essentiel dans le rapport à l’attente, sa gestion et son intériorisation.

Il importe également de porter une attention particulière aux questions d’échelle. Il semble en effet intéressant de descendre d’une échelle mezzo à une échelle micro pour comprendre la manière dont les interactions sociales prennent place dans ces lieux, la manière dont des micro-territoires sont constitués (Erving Goffman), et quels sont les facteurs intervenants dans les séparations ou les rapprochements entre les personnes. On note ainsi que des techniques existent pour organiser son lebensraum dans les lieux d’attente : poser ses bagages sur le siège voisin par exemple.

Un autre problème à soulever est celui du sens attribué au point de départ et au point d’arrivée. Les approches de la step migration (où points de départ et d’arrivée sont sans cesse réinventés par la modification du projet migratoire) invitent à relativiser la portée fondatrice de ces lieux et moments.

Ajoutons aussi, à l’échelle spatiale, celle de temporalité, et des appréciations culturelles de la durée : qu’est ce qui compte comme une attente ? « How long does it take » ? Combien de minutes faut-il pour que l’on considère quelque chose comme de l’attente ?

Autant de questions…

 



Citer ce billet
Laurent Vidal (2012, 1 juillet). D’Europe aux Amériques, les territoires d’attente de l’émigrant – compte-rendu de la deuxième journée d’études. TERRIAT. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/upoi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search