L’attente de la terre promise

1/ Union Railroad Depot à Jacksonville, Floride, 1921.

Des hommes, surtout des hommes, quelques rares familles aussi, tout endimanchés, dans la salle d’attente de la gare de Jacksonville : ils attendent le train pour le nord; New York, Chicago, Detroit.
Le coût élevé du voyage en train oblige souvent les hommes à partir les premiers, le temps de mettre de côté de quoi payer le voyage à toute la famille, un temps qui se compte souvent en années…

Cette photo ne montre pas que l’attente du train pour la grande ville industrielle du nord. Il y a aussi, l’attente de la terre promise, qui mobilise tout un imaginaire, et qui met en mouvement, fait quitter ce sud sinistré pour un nord aux mains pleines de promesses. Mais il y a aussi, imperceptible et pourtant si présente, marquant de toute sa gravité les regards et les poses, l’attente inquiète des retrouvailles avec la famille, retrouvailles dont on ne sait trop quand elles pourront avoir lieu.

2/ Dans une série de peintures, réalisées en 1940, Jacob Lawrence a rendu compte de la migration des noirs vers le nord. Cette fois, le mouvement qui emmène les noirs du sud (Saint-Louis) vers le nord (Chicago et New York), est mis en avant. Ici, plus d’attente, simplement, une sorte d’implacable chaîne industrielle qui semble happer et broyer tous ceux qui s’y pressent.

3/ Entre le mouvement et l’attente, le train et la gare pour la terre promise…



Citer ce billet
Laurent Vidal (2011, 22 août). L’attente de la terre promise. TERRIAT. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/upnw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search