L’attente et l’ennui comme vecteurs d’utopie : « Detroit je t’aime »

« Detroit je t’aime » est le titre d’un webdocumentaire de Nora Mandray et Hélène Bienvenu, qui est actuellement en cours de réalisation. Il propose notamment d’étudier et de filmer le cas d’une ville en déshérence industrielle qui, ayant perdu une grande partie de sa population (de 1 030 000  au début des années 90 à 700 000 actuellement), se tourne vers des formes d’économie parallèle s’exprimant notamment au travers des jardins urbains ou du troc de biens et services. Le travail de ces réalisatrices se focalise tout particulièrement sur l’émergence de formes d’utopie, que la crise économique et ses corolaires (chômage, désertification urbaine, disparition de services publics etc.) ont contribué à façonner. La débrouille se construit autour des sentiments d’abandon et d’ennui, se forgeant ainsi au cœur d’un espace urbain pétri de paradoxes. D’un côté, des usines en friche et une gigantesque gare de Central Station totalement abandonnée. De l’autre, des habitants qui investissent ces lieux déserts pour reprendre à leur compte le crédo yippie des années 70 : Do It Yourself.

Ici l’attente est donc à la fois subie et conjurée. Comme le souligne Hélène Bienvenu dans une article du journal Le Monde : « Ce qu’il y a de bien avec les Detroiters, c’est qu’ils prennent les devants. Ils n’attendent pas que les supermarchés reviennent (car ils sont presque tous partis !), ils choisissent un espace vacant pour y planter un jardin communautaire sans demander l’avis de personne »

Detroit apparait comme l’exemple type d’un espace au sein duquel l’ennui social,  en tissant sa toile au sein de « l’organisme urbain », détermine les habitants à réinventer des jeux sociaux contestant l’organisation capitaliste que les partis politiques et les gouvernements ne cessent de maintenir en soins palliatifs. Les Detroiters sont d’ores et déjà passées outre cet acharnement thérapeutique. Plus globalement, cet exemple nous conforte dans l’idée que l’attente doit être appréhendée comme un temps dynamique et fécond. Comme le remarquait d’ailleurs Boris Vian : « Méfiez-vous des paresseux qui ont des passions… Ils y pensent tout le temps qu’ils se reposent« 

Le blog : http://detroitjetaime.com/fr

Le projet du webdocumentaire : http://www.kickstarter.com/projects/detroitjetaime/detroit-je-taime

(1) http://detroitjetaime.com/fr/2012/07/20/detroit-you-love-it-or-you-leave-it-not-article-published-by-le-monde-english-translation/#.UDgTXaOa8YI