Compte-rendu de la 3ème journée d’études ANR TERRIAT « Jalons pour un ouvrage de synthèse » (4 juillet 2012)

 

Présents : N. Green, M. Symington, D. Vidal, A. Dewaele, V. Correa, L. Vidal, T. Plançon, S. Balloud, A. Chesnel, D. Poton, D. Jarak, T. Rocha, P. Gomes, R. Lucas, I. Chrysostomo, T. Peixoto, B. Van Ruymbeke, T. Villerbu, G. Bériet, A. Martig, L. Maffre.

Excusé : A. Musset

1. Après des informations générales sur les activités et publications à venir, la matinée a été consacrée à un tour de table des différents cas d’étude en cours d’analyse.

 

G. Bériet (historien) : La quarantaine comme dispositif

D. Poton (historien): Les « îles d’attente » : territorialisation insulaire des huguenots « fugitifs » dans l’Atlantique.

Avertissement : L’édit de Fontainebleau interdit aux protestants français (sauf les pasteurs qui sont bannis) de sortir du royaume de France. Cette loi doit être replacée dans un ensemble législatif qui dès les années 1660 entend strictement contrôler les sorties du royaume, les marins étant particulièrement surveillés par les autorités (police, armée, justice). Or dans quelques provinces (Normandie, Aunis, Saintonge) beaucoup de marins sont de confession réformée. Ce contexte politique introduit une dimension particulière à l’émigration des huguenots : la clandestinité du départ et  d’une partie variable du voyage selon les routes empruntées et les conditions internationales du moment.

Les îles : un territoire d’attente subie. Les îles du littoral atlantique sont des lieux d’embarquement privilégiés car elles possèdent trois atouts pour le « fugitif » :

–      Un contrôle moindre que dans les ports continentaux. La mise en fortification (Vauban) et le renforcement et mise en cohérence de la surveillance militaire du littoral (garnisons, milices-gardes-côte) est postérieure à la grande vague des départs.

–      Une nature désertique et changeante favorisant la cache (marais, dunes, estran etc.)

–      La possibilité d’embarquer dans un navire « de passage » (pour des capitaines compte tenu de l’ampleur du mouvement, le « fugitif » s’avère plus un complément de revenus qu’un « réfugié » à sauver par solidarité confessionnelle)

  • Dans les îles où résident des protestants (Ré, Oléron par ex.) ces derniers sont à la fois des « fugitifs » mais aussi des « passeurs » qui mettent leur expérience de l’île et leurs connaissances maritimes (havres, marées, météorologie, routes empruntées par les navires, relations professionnelles avec des équipages étrangers etc…) au service de coreligionnaires du continent.
  • Mais, l’île est pour des centaines (milliers ?) de  « fugitifs »

–      Une « l’île-prison » : ex. des citadelles d’Oléron, de Ré, de Belle-Île ou le Château d’If pour les condamnés aux galères particulièrement « opiniâtres ».

–      Une « l’île-sépulture » : ex. de « fugitifs » abandonnés sur des îlots de Bretagne après avoir été dépouillés) ou victimes de naufrage de navires pris dans la tempête (ex. Martinique, mars 1686)

Les îles : un territoire d’attente-opportunité ou attente-ressources. Les îles du littoral atlantique peuvent entrer comme dans la catégorie du territoire d’attente-opportunité (opportunité d’embarquement). Mais, il me semble plus pertinent de placer dans cette catégorie l’ « île d’accueil » qui va prendre la forme plutôt d’un « archipel d’accueil » dans le cas des marins, marchands, artisans composant les équipages de navires qui décident dans la vingtaine d’années qui précèdent la révocation de l’édit de Nantes de rester dans les îles françaises du monde caraïbéen avec lesquelles les ports de la métropole sont en relation. Le nombre de ces « désertions » croît au cours des années 1670 pour attendre un pic dans les premières années de la décennie 1680. A partir de 1685, beaucoup auront quitté ces îles pour se rendre dans les îles anglaises, néerlandaises (flux difficile à évaluer) et dans les colonies anglaises d’Amérique, l’espoir de revenir dans leurs provinces natales tombe avec l’édit de Fontainebleau.

Ces îles « d’accueil » peuvent être classées dans être classées dans la catégorie des territoires « d’attente-opportunité »   car :

–      Ces hommes arrivent en plein cycle de croissance des Antilles françaises qui doit beaucoup à la proximité du système néerlandais d’exploitation et de production agricole

–      Ces hommes s’insèrent dans le commerce maritime entre les îles françaises, néerlandaises et anglaises. Pour des hommes qui ne souhaitent pas rentrer en métropole, ce commerce a besoin de navires et d’équipages. Pour ces centaines de marins, c’est une opportunité professionnelle d’autant que bon nombre d’entre eux ont acquis une expérience maritime qui leur donne les connaissances et les compétences recherchées par les armateurs et capitaines français engagés dans l’interlope mais par aussi les compagnies de commerce néerlandaises et anglaises.

  • La sédentarisation des « fugitifs » dans les colonies anglaises et néerlandaises d’Amérique a pour origine une décision politique : la révocation de l’édit de Nantes.

 « d’attente-ressources » car :

–      Ces hommes ont construit des réseaux dans cet archipel d’accueil

–      Ces hommes ont fait émerger des flux qui se sont pérennisés avec le temps

–      Ces hommes ont acquis des expériences maritimes, commerciales, financières

  • Ressources : atouts individuels et collectifs pour mécanisme d’intégration professionnelle dans les sociétés portuaires anglaises (New York)

Les îles : « attente rêvée »

 Les îles représentent des moments attendus d’escale dans bon nombre de voyages transatlantiques. Pour les « fugitifs » elles sont des refuges. Elles peuvent être aussi des lieux de rédemption :

–      La recherche d’un pasteur pour « faire réparation » d’une abjuration consentie avant le départ (ex. Relations d’Etienne Serre et Lettres Pastorales de Jurieu)

–      Un lieu de rédemption (ex. Elie Néau au Château d’If)

  • Relire les relations de fugitifs, déportés pour extraire les représentations des îles

 

B. Van Ruymbeke (historien): La déportation des Acadiens : leur mise en quarantaine sur des bateaux ou des îles

A. Martig (anthropologue) : Les campements de sans-terre au Brésil

I. Chrysostomo (géographe) : l’évolution des dispositifs d’accueil des immigrants à Rio au cours du 19° siècle

J’ai découvert que les premières structures utilisées étaient celles utilisées pour la quarantaine des esclaves (dans les années 1820) – c’est le résultat d’une improvisation.

La discussion sur la manière d’organiser un espace pour l’accueil des immigrants commence dès les années 1830 : on invente des dépôts, qui sont un mélange entre prison et hôpital. Mais à ce moment-là, il n’y a que quelques milliers d’immigrants qui arrivent chaque année.

Quand les premières épidémies arrivent, dans les années 1840, on réutilise des lazarets ou des hôpitaux… souvent situés sur les îles de la baie de Guanabara.

Avec la très forte augmentation du flux d’immigrants à Rio, à la fin des années 1870, la question est à nouveau posée. C’est à ce moment-là qu’est créée l’hospedaria (hôtellerie) des immigrants de l’île das Flores (en 1883) qui comprend un bâtiment pour les services administratifs, un hôpital pour soigner les malades, une zone de quarantaine, mais aussi un bureau pour le placement des immigrants.

En même temps, je regarde comment se diffuse au Brésil le modèle de l’hospedaria (surtout dans les ports d’arrivée)

Je regarde aussi comment à l’intérieur du territoire, un autre réseau prend forme : le long des voies de chemin de fer, c’est à dire les voies par lesquelles les immigrants pénètrent dans le territoire, des dépôts sont créés pour l’accueil temporaire des immigrants (pour l’instant je travaille sur la région de Minas Gerais pour essayer de cartographier ce réseau).

J’ai observé que les Etats de Rio, São Paulo et Minas Gerais se livrent une véritable guerre pour l’accueil des immigrants. La présence d’hospedarias et de dépôts joue un rôle dans cette compétition géoéconomique.

R. Lucas (Littérature) : les espaces d’attente des émigrantes pour le Brésil dans la littérature ; la misère sexuelle des immigrants.

P. Gomes (géographe) : les corps en attente dans les trains de banlieue de Rio de Janeiro

T. Rocha (géographe) : la représentation de l’attente dans les paroles de chansons populaires du Nordeste au Brésil

D. Jarak (Civilisation) : La vie dans les conventillos de Buenos Aires à la fin du XIX siècle. Entre le passé (d’immigrant) et le futur (de créole), l’espace pesant du présent

Dans ce travail nous allons nous plonger dans la quotidienneté des habitants des quelques « conventillos » de Buenos Aires à la fin du XIX siècle. Pour cela, nous allons étudier quelques journaux de l’époque (notamment lors de l’épidémie de fièvre jaune en 1871 et les mois qui ont précédé la grève des locataires du 1907), les rapports de la police, mais aussi quelques pièces de théâtre (les « sainetes ») crées par les mêmes gens qui subissaient l’apesanteur de l’attente…l’attente d’une vie et d’un destin meilleur.

T. Peixoto (architecture) : la favela comme lieu d’attente

A. Chesnel (histoire) : la minorité tsigane à Séville

S. Balloud (histoire) : patrimonialisation des objets de l’attente (les postes frontières)

T. Plançon (histoire et littérature) : les camps de déplacés dans la littérature américaine du XXe siècle

V. Correa (géographe) : Trajectoires de migrantes en attente à Santiago

A. Dewaele (géographe) : L’attente des migrantes dans un refuge de Tijuana

La « línea », ou ligne frontalière entre le Mexique et les Etats-Unis, devient depuis les années 1990 de plus en plus difficile et périlleuse à franchir, en particulier au niveau de Tijuana.  Cette ville constituait depuis les années 1950 une porte d’entrée au rêve américain,  un véritable sas d’attente des migrants en transit. Ainsi, les flux de migrants mexicains venant du Sud se sont ralentis, et les routes migratoires se sont déplacées plus à l’Est, vers le désert du Sonora et les alentours d’El Sásabe et d’Agua Prieta. Tijuana voit passer désormais plus de « deportados » que de migrants en transit, qu’on appelle aussi « transmigrants ». Ces refoulés ont souvent vécu plus de dix ans aux Etats-Unis, sans papiers, et ont construit leur nouvelle vie « del otro lado ».
    Mon étude ethnographique s’est centrée sur un refuge pour femmes migrantes de Tijuana, tenu par la congrégation des Scalabrinis, l’Instituto Madre Assunta. Plus des trois quarts des migrantes reçues sont des « deportadas » qui séjournent en moyenne 16 jours dans ce lieu calme et reposant. Ce temps d’attente leur permet de définir et de préparer la suite de leur parcours: retenter la traversée clandestine de la frontière ou retourner temporairement ou définitivement dans leur lieu d’origine au Mexique. Les expériences de l’attente de ces femmes en transit renvoie à la fois à leurs expériences du temps et de l’espace hors et dans le refuge, ainsi qu’aux interactions entre migrantes. Cette migration subie est souvent considérée comme l’occasion de prendre un nouveau départ, surtout lorsque les migrantes ont purgé une peine carcérale sur le sol américain, pour des délits divers. Ces migrantes, qui se trouvent dans une situation de grande vulnérabilité, tentent d’ « aller de l’avant », malgré la douloureuse séparation du reste de leur famille.

D. Vidal (sociologie) : l’attente du métro et du train à São Paulo (séquençage de l’attente ; sa dimension genrée) ; la narration de soi dans les salle d’attente de services administratifs pour les domestiques.

Deux références utiles pour mener à bien ces enquêtes :

Donna Goldstein, Laughter out of place : race, class, violence, and sexuality in a Rio shantytown. Préface de Nancy Scheper-Hughes et Philippe Bourgois. Berkeley and Los Angeles, University of California Press (California Series in Public Anthropology; 9), 2003

Javier Auyero, « Patients of the State. An ethnographic account of poor people’s waiting », Latin American Research Review, vol. 46, n°1, 2011. Il contient notamment une bibliographie très intéressante.

M. Symington (littérature) : Les territoires d’attente de l’émigrant irlandais dans la littérature ; le roman d’aéroport.

N. Green (histoire) : les catégories mobilités/attente dans une perspective des débats sur la transnationalisme et les migrations

Un ouvrage utile : Susan J. Matt, Homesickness: an American Story, Oxford University Press, 2011. Le chapitre 5 porte sur l’immigration

L. Vidal (histoire) : les hôtelleries d’immigrants comme territoire de l’attente ; des musiques nées dans les territoires de l’attente (jazz, tango, samba, rumba).

Voir les papiers postés sur le blog : http://terriat.hypotheses.org/246  et http://terriat.hypotheses.org/403

2. L’après-midi a été consacrée à une première réflexion autour du livre de synthèse.

Passer des cas d’études à l’ouvrage de synthèse, voilà tout l’enjeu de la discussion.

L’idée est de faire de l’ouvrage non pas une collection de cas d’études, mais un ensemble cohérent autour de thématiques complémentaires.

Il s’agissait donc de soumettre à la discussion une ébauche de plan, mais aussi une méthode de travail et un calendrier.

Ebauche de plan :

L’ouvrage s’articule en 5 principales parties : Généalogie et enjeux des situations d’attente ; quand l’attente définit le territoire ; pratiques sociales et jeux spatiaux dans les territoires de l’attente ; des identités (sociales et culturelles) nées dans les territoires de l’attente ; patrimonialisation et muséalisation des territoires de l’attente.

 Une partie est composée d’articles de synthèse (le nombre reste à définir dans chacune – entre 2 et 4) d’environ 10 à 15 pages, et de cas d’études – qui peuvent être présentés sous forme d’encadrés (1 page maxi) ou de petits articles (entre 2 et 5 pages maxi).

Le plan est déposé sur une dropbox pour être amendé, étoffé…

Méthode :

Chaque partie est coordonnée par 2 ou 3 personnes. Les coordonateurs définissent l’intitulé et le nombre exact des articles de synthèse, et veillent à l’attribution des articles et cas d’étude à un ou deux rédacteurs.

Le ou les rédacteurs d’un article de synthèse adresse(nt) ½ page à 1 page de résumé aux coordonateurs de partie.

Calendrier :

Juillet 2012 – mise en ligne du projet de plan sur la dropbox, et propositions d’ajouts… Distribution des coordinations de parties – les coordinateurs prennent contact avec les auteurs potentiels des articles et cas d’étude (discussion autour des contenus…).

Octobre 2012 – lors de la IVème journée d’études à Mexico, distribution des articles de synthèse et cas d’études. Mise en ligne progressive sur le blog des cas d’études.

Printemps 2013 – pour la Vème journée d’études, présentation et discussion des premières ébauches d’articles de synthèse.

Automne 2013 – pour la VIème journée d’études (au Brésil), suite des présentations et discussions.

Printemps 2014 – Réception définitive des articles de synthèse et cas d’étude. Préparation des chapeaux de parties.

Eté 2014 – Envoi de l’ouvrage à l’éditeur.

3. Dans la deuxième partie de l’après-midi, Laurent Maffre a présenté sa bande-dessinée « Demain, demain » et commenté le webdocumentaire « 127 rue de la Garenne : Le bidonville de la Folie, Nanterre » (http://bidonville-nanterre.arte.tv/). Entre 1950 et 1971, le bidonville de la Folie, à Nanterre, a accueilli jusqu’à 10 000 personnes, pour l’essentiel venues d’Algérie et du Maroc pour travailler dans le bâtiment ou l’automobile, en attente d’un logement.

Les files d’attente devant l’unique fontaine pour les corvées d’eau, les files d’attente dans les services administratifs, l’installation dans la durée et le refus de la police de laisser construire en dur, les petites combines pour tuer le temps… tout cela est évoqué par Laurent Maffre qui offre ici un excellent cas d’étude.

2e journée d’étude : D’Europe aux Amériques, les territoires de l’attente de l’émigrant (XVIIIe – XXe siècles)

 

 

2ème journée d’étude

D’Europe aux Amériques : les territoires de l’attente de l’émigrant

23 novembre 2011

EHESS

190-198 avenue de France  –  75013 Paris

salle 1, RdC, bât. Le France

Cette deuxième journée d’étude de l’ANR TERRIAT sera consacrée à l’observation des territoires de l’attente ponctuant le parcours des émigrants européens dans leurs déplacements vers les Amériques.

Dans une historiographie longtemps marquée par la question de l’installation (voire l’assimilation) des migrants dans le pays d’accueil, plus récemment préoccupée par la variété des parcours et rythmes à l’œuvre dans ces déplacements, ces territoires de l’attente ont peu retenu l’attention. Or il s’agit de s’interroger sur les “temps morts” qui s’insèrent dans ces trajets et les formes spatiales qu’ils revêtent. Quels sont les usages sociaux qui prennent forme dans ces espaces dédiés (spécifiquement ou non) à la mise en attente des populations en déplacement ?

Lors de cette journée, nous envisageons, à titre expérimental, de distinguer ces territoires selon leur statut – les territoires publics (le port de départ et d’arrivée, la station d’immigrants) pensés entièrement ou partiellement pour cette mise en attente ; les territoires privés (les auberges et hôtels, le pont du navire) qui accueillent de manière transitoire et inattendue des populations en déplacement, sans jamais avoir été pensés pour cela.

La matinée sera consacrée à l’analyse comparée des formes d’attente dans ces territoires (publics ou privés). Observe-t-on selon le statut des contraintes différentes ? La comparaison avec les pratiques actuelles des migrants et clandestins pourra être bienvenue.

L’après-midi, la question des sources mobilisera notre attention : plus que jamais, pour une telle enquête, l’invention des sources est une démarche essentielle dans le travail de recherche. L’apport des autres expériences disciplinaires, sur des migrants, réfugiés, exilés, clandestins…, sera ici d’une grande utilité. L’apport de la fiction, également…

09h30 – 12h30 : Formes sociales de l’attente et statuts juridiques des territoires

Table-ronde, animée par Laurent Vidal (Professeur, Université de La Rochelle, CRHIA) et Nancy Green (Directrice d’études, EHESS, CRH)

en présence de : Grégory Bériet, André Chesnel, Veronica Correa, Grégory Corps, Ambre Dewaele, Rémy Lucas, Alain Musset, Didier Poton, Mycéala Symington, Bertrand Van Ruymbeke, Adèle Sutre, Dominique Vidal, Tangi Villerbu.

14h-16h : Les sources d’étude des territoires de l’attente des émigrants

Table-ronde, animée par Laurent Vidal (Professeur, Université de La Rochelle, CRHIA) et Nancy Green (Directrice d’études, EHESS, CRH)

en présence de : Grégory Bériet, André Chesnel, Veronica Correa, Grégory Corps, Ambre Dewaele, Rémy Lucas, Alain Musset, Didier Poton, Mycéala Symington, Bertrand Van Ruymbeke, Adèle Sutre, Dominique Vidal, Tangi Villerbu.

16h-17h : Assaf Shoshan (artiste, vidéaste, photographe) – filmer les territoires de l’attente

La quarantaine, territoire de l’attente : quelques réflexions épistémologiques (2)

Après six mois de recherches autour de la thématique de l’attente dans les zones de quarantaine de l’espace atlantique, il apparaît important de dresser un bilan historiographique et, surtout, de poser quelques orientations épistémologiques. En effet, si le lien entre sentiment d’attente et claustration sanitaire apparaît évident, il n’en demeure pas moins que celui-ci n’a été que très sporadiquement étudié par les historiens. La quarantaine et les différents lazarets qui jonchent les villes-ports de l’espace atlantique demeurent des objets d’études relevant essentiellement de l’histoire maritime et épidémiologique. Certains auteurs évoquent tout de même les implications politico-diplomatiques de l’attente dans les procédures de quarantaine, à l’instar de John Booker dans son ouvrage Maritime Quarantine : the British Expérience 1650-1900. Néanmoins, la question des conditions d’attente, des sentiments divers et variés qui traversent les populations, notamment les plus pauvres, au sein d’espaces sanitaires de plus en plus sophistiqués _ et déshumanisés ? _ ne semblent pas constituer des éléments d’analyse centraux dans l’historiographie des lazarets.

On trouve pourtant quelques textes évoquant cette dimension dramaturgique de la quarantaine. Le lazaret de Grosse Ile au Québec, qui servit de station de quarantaine pour des milliers d’émigrants entre 1832 et 1937, a fait l’objet d’analyses dans lesquelles la dimension socio-historique ne fut pas négligée. L’un des premiers à évoquer cet immense lazaret dans cette perspective fut Réjean Lemoine, qui n’hésita pas à le qualifier de « Cimetière des immigrants au XIXe siècle[1] ». Dans son Histoire populaire des Etats-Unis de 1492 à nos jours, Howard Zinn évoque également le récit morbide de plusieurs milliers d’émigrants irlandais dans le lazaret québécois : « Le 18 mai 1847, l’Urania, originaire de Cork, avec à son bord quelques centaines d’immigrants dont la plupart étaient malades ou mourant de la fièvre, fut mis en quarantaine à Grosse Isle. Il s’agissait du premier de ces navires infestés par les épidémies qui remontèrent cette année-là le Saint-Laurent […] L’équipage, que le désespoir avait abruti et rendu brutal, était paralysé par la peur de contracter la maladie. Les misérables passagers étaient incapables de se soutenir eux-mêmes ou d’accorder la moindre attention à leurs compagnons. Il arrivait qu’un quart, qu’un tiers, la moitié, voire la totalité des passagers fussent différents stades de la maladie. Les uns mourant, les autres déjà mort[2]. » L’hécatombe humaine qui fut celle des migrants irlandais stationnés à Grosse Ile en 1847 doit nous interpeller sur l’intérêt d’une étude historique des lazarets sous l’angle de l’attente en tant que processus de régulation politique des hommes et des choses.  On pense immédiatement ici à Michel Foucault et ses écrits sur la biopolitique. En effet, c’est bien entre le XVIIIe et le XIXe siècle que la quarantaine subit de profondes mutations techniques, conditionnant un redéploiement plus précis des procédures de gestion sanitaire des mobilités économique et sociale. De nombreux règlements et traités vont instaurer des durées et protocoles variant en fonction de la provenance du bateau, de sa marchandise etc. Par ailleurs, la généralisation des patentes de santé, documents destinés à attester de l’état sanitaire de l’équipage au départ du navire, tend à effacer le distinguo entre normal et exceptionnel, ou, pour reprendre l’expression de Giorgio Agamben : « l’opposition entre normes du droit et normes de réalisation du droit, entre la norme et son application concrète[3]. » En effet, c’est à cause de la normalisation des procédures de quarantaine que les émigrants irlandais de 1847 subissent une réclusion mortifère dans laquelle la santé publique apparaît supérieure à toute forme de dignité humaine. L’attente demeure ici un moyen commode de contrôler une menace épidémique, en transformant le migrant en agent pathogène. Il sera donc essentiel de mesurer la place des procédures de quarantaine dans la construction d’un imaginaire social vis-à-vis duquel l’émigrant est perçu comme une menace. L’étude iconographique de Patrice Bourdelais et André Dodin[4] intitulée Visages du choléra, peut nous éclairer sur les ressorts psychologiques qui conditionnent l’émergence d’un racialisme scientifique dans lequel les quarantaines portuaires ont joué un rôle significatif, dans le sens où elles ordonnancent de nouvelles frontières entre l’émigrant et le résident. Dans le même ordre d’idées, il convient également de se pencher sur les discours médiatiques autour de ces évènements, notamment dans la presse outre-atlantique, dont les écrits autour des lazarets de migrants se révèlent nombreux durant les épidémies de choléra qui jalonnent le XIXe siècle.

Dans les zones de quarantaine, l’attente constitue donc une technique d’expertise biopolitique. C’est autour de cette première dimension que notre étude a tenté de se constituer. Dès lors, la sophistication des lazarets (Grosse Ile, mais également Brest, ou encore Ellis Island), les stratégies de réclusion et l’intensification des protocoles de mise en station des navires et des hommes, constituent autant d’indices nous permettant de questionner cette juxtaposition des peurs primales et de la volonté croissante de rationalité technique dans la gestion des crises sanitaire et sociale[5]. Par ailleurs, cet élément ne doit pas éluder d’autres dimensions tout aussi essentielles. Ainsi, l’attente en zone de quarantaine rime aussi souvent avec ennui, puisque derrière les grandes tragédies migratoires des lazarets, se dissimulent des petites histoires d’équipages « bien portant » et tentant de « tuer le temps » avant que de pouvoir jouir des bienfaits de la terre ferme. Il faut également analyser comment les hiérarchies sociales peuvent être redistribuées dans les espaces de quarantaine. L’attente tend-t-elle à effacer certaines distinctions, favorise-t-elle également l’émergence de nouvelles solidarités, amitiés, amours ? Autant de questionnements sur lesquels les archives, quoique peu prolixes, fournissent néanmoins quelques pistes utiles pour l’historien.

Notre objet d’étude se situe donc à la croisée de l’histoire sociale et de l’histoire matérielle. En effet, les quarantaines sont des lieux, très divers au demeurant (navires, îles, bâtiments etc.) et de ce fait ces derniers peuvent être porteurs d’une histoire très spécifique, à l’instar des bâtiments de quarantaine d’Angel Island qui accueillirent un nombre considérable de migrants asiatiques venus tenter leur chance sur la côte pacifique des Etats-Unis. Cette donnée architecturale nous conduit également à élargir notre étude à d’autres formes de réclusion sanitaire. Ainsi, qu’en est-il des léproseries, nombreuses sur le continent américain. Ces lazarets sont en effet des quarantaines définitives pour leurs occupants, qui se voient ainsi enjoindre de se réinventer une vie, loin de ceux qui les rejettent. Très souvent dépeints comme des espaces moribonds, les léproseries peuvent également se révéler être des lieux de vie, voire de libération si l’on se fie au récit imaginaire de Jack London lorsque ce dernier visita la léproserie tahitienne de l’île de Molokaï[6].

Angel Station, Quarantine Station, 1925, photoprint, San Francisco Bay, NLM

Par ailleurs, le XIXe siècle se caractérise par une remise en cause médicale de la quarantaine. Les médecins, et plus particulièrement ceux qui exercent dans la marine, critiquent fortement la pertinence des procédures de lazarets, au motif que ces espaces ne feraient qu’aggraver la santé des équipages, en jetant indistinctement les hommes sains avec les malades. Par ailleurs, l’inefficacité des quarantaines face à certaines pathologies tropicales comme la fièvre jaune, conduit certains d’entre eux à  la conclusion que la plupart des maladies ont une origine infectieuse et non contagieuse, ceux qui rend l’usage des quarantaines inefficace. Il sera intéressant de mesurer la résonance de ce discours scientifique des deux côtés de l’atlantique ainsi que d’appréhender sa réception par les équipages maritimes tout au long du XIXe siècle, ces derniers étant souvent soumis au lazaret.

Enfin, notre analyse s’appuie également sur les événements épidémiologiques, en tant que ces derniers permettent à la fois une mise en récit des expériences de quarantaine, ainsi qu’une approche plus organique des expériences humaines au sein de ces espaces. De ce point de vue, les épidémies de fièvre jaune et de choléra constituent des phénomènes pathologiques privilégiés pour étudier les évolutions pratiques des quarantaines. De nombreuses études ont en effet souligné des divergences profondes entre les états et les villes dans les manières de gérer ces évènements. Il sera intéressant de prolonger cette étude en analysant plus précisément en quoi les pratiques de quarantaine structurent de nouveaux procédés de ségrégation des corps, et comment ces derniers peuvent éventuellement réagir à ces formes de traitement socio-sanitaire. Dans ce cas précis, les populations de soldats et de migrants constituent des archétypes privilégiés tant ces derniers __ pour des raisons différentes __ ont fait l’objet de procédures spécifiques d’isolement. De surcroît, soldats et migrants apparaissent prédisposés à la contraction de maladies endémiques. La galle, le typhus, la tuberculose ou encore dans certaines aires géographiques la fièvre jaune, constituent des maux récurrents et particulièrement mortifères. De plus, si les soins prodigués aux soldats restent de meilleure qualité que ceux dont bénéficient la majeure partie des émigrés, les modalités de quarantaine apparaissent dans un cas comme dans l’autre extrêmement préjudiciables, tant au niveau organique que psychologique. Cette dernière dimension se révèle d’ailleurs primordial pour aborder la question de l’attente et des sentiments que cette dernière peut éventuellement drainer. En effet, la quarantaine instille la crainte de la maladie dans le psychisme des personnes qui y sont assignées. Les médecins et chirurgiens de la marine constatent ainsi avec quelle efficacité  la pesanteur du temps influe sur la déliquescence des facultés mentales des équipages. Dans le même ordre d’idée, durant la guerre de Sécession américaine, les quarantaines ont souvent engendré des phénomènes de désertion et de mutineries au sein des troupes nordiste et sudiste. Ces évènements, souvent anecdotiques, méritent néanmoins notre attention dans le sens où ils trahissent des appréhensions sociales du temps, de même qu’ils remplissent __ du point de vue de l’historien __ ces durées en apparence « vides » des lazarets.

En définitive, étudier les quarantaines sous l’angle de l’attente consiste également à analyser les évolutions culturelle et économique de nos sociétés industrielles dans les techniques de rationalisation du temps. Non pas le temps « plein » de la production, largement étudiée, mais celui, plus négligé, de l’inertie. Comment la rétention en quarantaine est vécue par les populations : les émigrés qui espèrent enfin fouler le sol pour lequel ils ont tout abandonné ? Les soldats qui observent ou constatent leur état maladif après avoir survécu à des combats souvent violents ? Les équipages maritimes pour lesquels parfois le navire devient le lieu de la quarantaine, et qui ne peuvent rien faire d’autre que d’observer la côte qu’ils aimeraient tant fouler, si près en distance et pourtant si loin en temps ? Pour appréhender ces questions, il faudra notamment se révéler attentif à toute la littérature médicale, et plus particulièrement aux feuilles de clinique lesquels, par les informations symptomatologiques qu’elles distillent, nous informent sur l’état d’esprit des malades et leurs appréhensions corporelles de l’attente.

U.S Quarantine Station, Honolulu, Hawaï, Meningtis patient in bed, NLM

Je joins également à ce texte une première bibliographie, qui constitue le fruit d’un travail de recherche dont les bases sont désormais posées.

Biblio_Terriat_Quarantaine(1) 


[1] Lemoine, Réjean, « Grosse Île : cimetière des immigrants au XIXe siècle », Revue d’histoire du Québec, Vol 1, n°2, 1985, pp. 9-12.

[2] Témoignage d’époque, cité par Howard, Zinn, Une histoire populaire des Etats-Unis de 1492 à nos jours, Paris, Agone, 2002 [1980], pp. 262-263.

[3] Giorgio, Agamben, Etat d’exception : Homo sacer, II, 1, Paris, Seuil, 2003, p. 63.

[4] Patrice, Bourdelais & André, Dodin, Visages du choléra, Paris, Belin, 1987, pp. 92-93.

[5] Sur cette question, voir notamment les excellentes analyses de Dominique Chevé-Aicardi, Les corps de la contagion : Etude anthropologique des représentations iconographiques de la peste (XVIe-XXe siècles en Europe), thèse soutenue le 30 octobre 2003, sous la dir. de Gilles Boëtsch, Université de Marseille 3.

[6] London, Jack, « Koolau le lépreux », Histoire des îles, Paris, Phebus, 2007, pp. 47-66.

Terriat : Etat de l’art (1)

Vous trouverez dans le fichier pdf mis en ligne dans ce billet, une première mouture de la bibliographie du projet ANR Terriat. Le découpage thématique étant une entreprise délicate, Laurent Vidal m’a suggéré d’opter pour une articulation chronologique très simple, en deux parties, à savoir : 1. Sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de l’attente d’hier… 2. … à aujourd’hui. Je ferai en sorte de publier le plus régulièrement possible un état de l’art sur ce blog. Par ailleurs, il serait intéressant que chacun des auteurs de ce blog mettent à disposition une partie de leurs recherches bibliographiques et de leurs considérations épistémologiques. Le projet ANR Terriat étant pluridisciplinaire, la bibliographie générale ne peut que s’enrichir grandement d’une telle démarche. De plus, des présentations thématiques de recherche permettent de mettre en relief de façon plus pertinente les grandes tendances de la production scientifique en sciences humaines et sociales concernant les sociétés, les migrations et les processus identitaires qui se jouent dans des territoires de l’attente si protéiformes. Je posterai très prochainement un nouvel article à vocation épistémologique et historiographique autour des quarantaines, en espérant que celui-ci soit suivi ou précédé de beaucoup d’autres.

ANR_Territoires de l’Attente :_Bibliographie (1)

Les territoires de l’attente : de quelques éléments de réflexion

Laurent Vidal
Historien – Professeur à l’université de La Rochelle
Directeur-adjoint du CRHIA (EA 1163)
Coordonateur de l’ANR TERRIAT

Texte présenté lors de la première journée d’étude de l’ANR TERRIAT
« Ecrire, décrire les lieux de l’attente et les identités en transit »
(Université de La Rochelle, 3 février 2011)

Pour citer ce texte : Laurent Vidal, « Les territoires de l’attente : de quelques éléments de réflexion » (http://terriat.hypotheses.org/)

Ce projet part d’un constat : les phénomènes de mobilité et de déplacement s’affirment comme des caractéristiques majeures de nos sociétés contemporaines. Pour autant, loin d’être fluides, homogènes ou linéaires, ces déplacements sont ponctués de temps, plus ou moins longs, d’attente. Qu’ils aient pour origine des raisons techniques, administratives ou politiques, de tels moments trouvent bien souvent une traduction spatiale : des territoires accueillent ces sociétés en attente.

Ce projet souhaite examiner ces territoires de l’attente et la multiplicité de formes qu’ils revêtent, en établir leurs dimensions, comprendre leurs statuts juridiques, leurs articulations avec l’espace environnant, leurs temporalités spécifiques, ainsi que la variété des jeux économiques et sociaux qui s’y déploient.

1. Définitions préalables

Commençons d’abord par la définition des termes. En français, nous trouvons un seul mot : « attente ». Il en va de même pour l’espagnol et le portugais : « espera ». Et ce mot, quelque soit la langue, recouvre deux sens nettement distincts – l’immobilité d’un côté, et l’espérance de l’autre. La langue anglaise offre en revanche une gamme bien plus large pour appréhender la variété des sens que peut recouvrir l’attente. On trouve pas moins de trois mots ou expressions :

–       To hold on: indique une coupure, un « temps mort », une suspension, un entre-deux, mais laisse entrevoir une promesse de reprise. Le fameux « please hold-on » (et l’on sait aujourd’hui qu’un on hold marketing se met en place).

–       To wait for : indique une projection, un but à atteindre, un horizon d’attente. L’attente renvoie ici à une prédisposition psychologique, à un affect. Elle crée une tension, projetant vers le but à atteindre. « Le mot “waitier” [est] une variante normande de “guaitier” en ancien français. Attendre, c’est aussi “guaitier” ou guetter » (Edwards).

–       Standstill : situation dans laquelle quelque chose arrête de bouger ou de se passer. (point mort). S’ajoute à cela aussi, une dimension juridique : délai suspensif dans les procédures juridiques.

Relevons que ces différentes définitions de l’attente contiennent en germe, de manière implicite ou explicite, des dimensions spatiales.

L’immobilité est nécessairement localisée : elle renvoie donc au lieu où se vit cette attente (qu’il soit clos, saturé ou contraignant). Ici, l’homme fait souvent l’expérience de la tyrannie de l’espace. L’espérance, quant à elle, se cristallise souvent autour d’un lieu désiré, imaginé, rêvé (depuis la fameuse cité de Dieu de Saint-Augustin, en passant par l’île d’utopie de Thomas More jusqu’aux avatars contemporains des pays d’abondance pour les migrants des pays pauvres). Ce lieu distant envahit le présent en le phagocytant en quelque sorte, c’est-à-dire en le vidant de sa substance temporelle et spatiale (Thomas Mann, évoquant un homme attendant la distribution hebdomadaire du courrier, notait : « On dit que l’attente est toujours longue. Mais elle est aussi bien ou même plus exactement courte, parce qu’elle dévore des quantités de temps, sans qu’on les vie, ni les utilise pour elles-mêmes. On pourrait dire que celui-qui-ne-fait-qu’attendre ressemble à un gros mangeur dont le tube digestif chasserait la nourriture en quantité sans en tirer la valeur nutritive »).

On mesure dès lors combien ces territoires de l’attente induisent ou contraignent des possibilités d’action : rêvés, ils engendrent la mobilité ; subis, ils imposent l’immobilité.

Si l’on détaille désormais de manière plus précise la notion de « territoire », non pas d’une façon générale, mais telle qu’elle est utilisée dans l’expression « territoires de l’attente », ces territoires apparaissent, au premier regard, sous deux formes nettement distinctes :

L’espace clos : il est séparé, distinct, possède une forte visibilité. Il est marqué par un usage social quasi exclusif qu’encadre un dispositif juridique spécifique. Il est pensé pour la mise en attente temporaire de groupes en déplacement – qu’il s’agisse de raisons administratives ou politiques, médicales ou humanitaires – mais aussi pour séparer les groupes en attente du reste de la société environnante. Citons ici : le lazaret, l’hospice d’immigrants, la zone d’attente, le camp d’exilés ou de réfugiés.

S’il fallait ici retenir une forme qui incarne ces territoires, ce pourrait être l’île (« objet nomade » Lestringant). En effet, dans un premier temps, ce sont les îles qui sont privilégiées pour l’installation de lazarets ou d’hospices d’immigrants. L’île présente l’avantage d’être spatialement distincte du continent. Elle crée donc l’illusion d’un territoire séparé, extérieur, sorte de sas pour trier les candidats à l’entrée sur le territoire national.

Et beaucoup de ces territoires clos de l’attente se vivent sur le mode de l’insularité. Ainsi le camp (de réfugiés, de transit) se présente-t-il et s’administre-t-il sous la forme d’une île, distincte juridiquement des règles de droit ordinaires. Aujourd’hui, les zones d’attente sont encore des fictions juridiques, puisqu’elles permettent de traiter une personne qui se trouve physiquement dans le pays comme si elle était à l’extérieur du pays.

– L’autre forme que prennent ces territoires, c’est celle d’un espace ouvert mais pourtant contraignant ou saturé : celui des clandestins ou des embouteillés, par exemple.

La situation de l’attente crée un usage inattendu de cet espace, qui vient se superposer (transitoirement) à son usage ordinaire. L’attente est l’une des modalités d’usage de ces espaces : elle ne les définit pas. Par ailleurs, elle n’est encadrée par aucun dispositif juridique spécifique.

Il est difficile de donner une liste exhaustive de ces formes territoriales plus ouvertes qui, pour un temps occasionnel ou répétitif, accueillent des groupes en attente : hier, l’auberge et le port, mais aussi le pont du navire de l’émigrant, aujourd’hui, la gare routière ou l’aéroport, le check point. Cela va des villes de frontière où les clandestins cherchent un moyen pour franchir le mur ou les barbelés, jusqu’à la voie rapide ou l’autoroute urbaine embouteillée ou la salle d’attente d’un service administratif, où naissent des solidarités éphémères et s’installe une économie de l’attente.

Si cette notion n’avait été quelque peu galvaudée, il serait possible d’inscrire cette analyse dans la perspective de l’étude des « espaces autres », les fameuses hétérotopies dont Michel Foucault signalait l’importance dès 1967, puisque bien souvent ce sont des espaces ordinaires qui pour un temps (d’attente) sont investis d’un autre sens, social et symbolique.

Tous ces territoires, clos ou ouverts, vivent l’attente sur le mode du transitoire. Et c’est justement dans ces transitions, dans ces entre-deux, que prennent forme, de manière inopinée, inattendue, des coalescences (pour reprendre ici un concept de Durkheim) : et ces coalescences, qui échappent la plupart du temps à toute tentative de contrôle,  définissent de nouvelles lectures de l’espace et de ses potentialités, de nouveaux rapports au temps, de nouvelles solidarités… en somme, de nouvelles identités.

Aujourd’hui, ces territoires de l’attente (en dehors des espaces embouteillés et des aéroports) sont majoritairement occupés par les hommes lents (Milton Santos), c’est-à-dire les pauvres de la planète, les exclus de la vitesse que la globalisation impose à tous et à toute chose. Evidemment, il ne s’agit pas d’opposer l’attente à la vitesse, ce serait une grave erreur. En revanche, dans ce monde globalisé, caractérisé par un « temps désorienté », les espaces de l’attente, nous l’avons dit, sont des lieux de reformulation du rapport au temps, et l’expérimentation d’un rythme spécifique dans le quotidien (cf. Essai de rythmanalyse d’Henri Lefebvre).

2. Un fait social total

L’attente, telle qu’elle se vit, se déroule, se pratique, dans les territoires de l’attente doit être appréciée comme un « fait social total ». Elle met en effet en jeu de multiples dimensions :

psychiques : l’attente peut être inhibitrice ou exaltante,

– physiologiques : l’attente s’expérimente à travers le corps : soit ce dernier est un mal nécessaire qu’il faut masquer, cacher – l’espace du clandestin – soit il est comprimé, maltraité, dans des espaces clos. L’expérience de l’attente est donc corporelle.

– sociales : l’attente est créatrice de coalescences, d’expériences sociales inattendues,

– économiques : des activités sont pensées en fonction des temps d’attente : vendeurs ambulants sur les autoroutes urbains embouteillées, aubergistes, passeurs… sans parler du « on hold marketing ».

juridiques : nous retrouvons ici le standstill, comme délai suspensif, ou la notion d’état d’exception (G. Agamben).

sensibles : l’attente provoque une autre perception du temps par l’appréciation de sa durée – celle-ci, nous rappelle Bergson, est du temps vécu, temps élastique qui s’étire, s’accélère ou se contracte selon les situations. Dans ces espaces confinés, passé, présent et futur sont définis d’une autre manière. En effet, loin d’être un temps mort, le temps de l’attente est un temps de réinvention de la temporalité : la situation de crise qui a conduit à la mise en attente oblige l’individu, le groupe, la communauté, à repenser les catégories de temps qui lui permettent d’agir sur le présent et de se projeter dans le futur.

culturelles : l’attente est aussi un moment d’acculturation,

géographiques : celui qui attend fait l’expérience de la tyrannie de l’espace, mais aussi d’une enclave d’inattendus et de métamorphoses.

politiques : dans les zones d’exception, le pouvoir s’exerce d’une autre manière, notamment par le contrôle des corps et du rythme quotidien.

De ce point de vue-là, rendre compte de l’attente, c’est dire ce qu’il se passe quand il ne se passe rien (ou qu’il n’est censé rien se passer), et ici je souhaiterais en profiter pour rappeler le nom de Jean Duvignaud auquel ce questionnement est redevable.

Mais il importe aussi de lever un doute sur un écueil possible. En effet, l’attente peut être une métaphore facile pour décrire bon nombre de situations sociales. Or, tout n’est pas attente, et tout n’est pas territoire de l’attente – attention à l’usage abusif de métaphores autour de l’attente ! Dans le cadre de ce projet, intitulé : « sociétés, mobilités, déplacements », les territoires de l’attente désignent spécifiquement les espaces destinés volontairement ou servant involontairement à la mise en attente de populations déplacées ou en déplacement. Il y a donc une dimension collective nécessaire (et même le clandestin n’est pas seul, puisqu’il va chercher à activer un réseau…).

En conclusion

Le défi est ici celui d’un changement de paradigme analytique. Aborder les territoires de l’attente, c’est prendre le parti d’un regard en creux, qui privilégie l’observation des situations liminaires, où s’éprouvent les limites de la société, de l’exercice du pouvoir d’Etat, aujourd’hui, les limites de la modernité. Mais n’oublions pas toutefois que ce regard nous place au centre de l’écart – en somme, où se fabriquent les sociétés, la modernité, les Etats.

J’insiste enfin sur 3 nécessités qui devraient nous guider :

– partir d’une définition opératoire restreinte de l’attente et des territoires de l’attente.

– toujours croiser les dimensions sociales et spatiales.

– adopter une démarche comparée dans le temps et l’espace, afin d’éviter le risque de la monographie. Car si notre démarche repose sur des cas d’étude (hier, l’on parlait des case studies, aujourd’hui, c’est la « casuistique » qui est à la mode – qu’importe !), ces derniers doivent prendre place dans une réflexion comparative.

1ere journée d’étude de l’ANR Terriat : Le programme

L’objet principal de cette première journée d’études de l’ANR Terriat (Sociétés, mobilités et déplacements : les territoires de l’attente : le cas des mondes américains, d’hier à aujourd’hui), consiste à dresser un bilan historiographique et épistémologique de la thématique des territoires de l’attente dans les différentes disciplines des sciences humaines et sociales. Cette rencontre se veut principalement comme un lieu d’échanges et de débats, au sein duquel l’ensemble des membres du projet, mais également toutes les personnes intéressées par cette thématique, sont invités à participer.

Programme :

10h30-12h30 : Introduction par Laurent Vidal, responsable du projet ANR.

Problématique générale. Etat de l’art par discipline :

  • Histoire : Laurent Vidal (professeur, histoire, Université de La Rochelle).
  • Géographie : Alain Musset (professeur, géographie, EHESS).
  • Sociologie : Dominique Vidal (professeur, sociologie, Université Paris 7).
  • Littérature : Miceala Symington (professeur, littérature, Université de La Rochelle).

14h30-15h30 : Méthodes de travail, débat collectif.

15h30-16h30 : Programmes de travail.

16h30-17h 30 : Réflexions et débats autour d’un film documentaire : « Les espaces publics à Rio » (Réal : Paulo Cesar da Costa Gomes, professeur de géographie, Université fédérale de Rio de Janeiro, durée 21 minutes).

Cette manifestation aura lieu le 3 février à la faculté des lettres, langues, arts et sciences humaines de La Rochelle (salle D 203).

Contact mail :berietg@gmail.com ; laurent.vidal@univ-lr.fr

Ecrire, décrire les lieux de l’attente et les identités en transit : pour un état de l’art interdisciplinaire. 1ere journée d’étude, 3 février 2011, Université de La Rochelle

Dans le cadre du projet ANR-TERRIAT, Sociétés, mobilités et déplacements : les territoires de l’attente (le cas des mondes américains, d’hier à aujourd’hui), nous organisons une première journée d’études destinée à mettre en place un cadre de réflexion méthodologique entre les différents participants au projet. Cette journée d’étude intitulée « Ecrire, décrire les lieux d’attente et les identités en transit : pour un état de l’art interdisciplinaire » proposera notamment de dresser un bilan épistémologique et historiographique de la question, afin de déterminer les grands enjeux scientifiques du projet, mais également d’identifier les champs de recherche en émergence autour de la thématique de l’attente et de ses territoires. Cette journée d’étude vise notamment à créer un espace au sein duquel les différents protagonistes de l’ANR-TERRIAT pourront échanger leurs points de vue. Néanmoins, elle est ouverte à toutes celles et tous ceux que ces questions intéressent, l’objectif étant également que nous puissions élargir le débat, afin d’enrichir les problématiques nombreuses que ce projet de recherche ne manquera pas de susciter.

Cette journée d’étude aura lieu le 3 février 2011 à l’université de La Rochelle (Faculté de lettres, langues, arts et sciences humaines), et si son programme scientifique n’est pas encore fixé, ce dernier sera très prochainement publié sur le carnet de recherche de l’ANR-TERRIAT.

Contact mail
berietg@gmail.com
laurent.vidal@univ-lr.fr