« Vestiges des frontières européennes«  : vers la patrimonialisation des territoires de l’attente ?

« Il n’est pas de limite, de frontière, de garde-fou que l’on puisse imposer au temps »

Morgan Sportès, extrait de Solitudes

                                                                                       

             Cette réflexion est basée sur une série de photos intitulée « Vestiges des frontières européennes« , réalisée par le photographe Joseph Schulz. Ce dernier a voulu saisir les restes abandonnés aux frontières des pays européens, incarnés ici par les postes frontières[1].

            Le phénomène de mondialisation, avec comme conséquence principale une augmentation et une accélération des échanges de toutes natures, semble entraîner une irrémédiable ouverture des frontières. Ces dernières sont devenues, principalement d’un point de vue économique, un obstacle à la mise en place d’échanges internationaux. Les mots « frontière«  et « développement«  s’avèrent être devenus de parfaits antonymes. L’exemple qui illustre le mieux ce processus est l’Union Européenne, notamment à travers l’espace Schengen mis en place à partir de 1985, puis appliqué à l’échelle européenne en 1997 par le traité d’Amsterdam. Les frontières, véritables expressions physiques des politiques étatiques, n’ont plus leur place dans un espace européen qui favorise la libre circulation des biens et des personnes. Cependant, on constate qu’elles n’ont pas été supprimées mais seulement repoussées à la marge de l’Europe. Symbole du déplacement des frontières européennes, l’île italienne de Lampedusa en mer Méditerranée accueille chaque jour des dizaines de migrants venus notamment d’Afrique.

            La disparition des frontières au sein même de l’Europe a eu un impact sur l’aménagement du territoire des différents pays membres. Pour les villes frontalières, elles représentaient la garantie d’une activité économique rendue pérenne par la fréquentation constante de ces dernières par les populations en mouvement. La disparition de celles-ci a entrainé une dévitalisation du tissu économique et l’abandon d’un grand nombre de bâtiments publics dédié au contrôle des voyages transfrontaliers. Il s’agit surtout des postes frontières, entités emblématiques de la politique de contrôle mise en place par les états européens avant l’introduction d’une politique basée sur le libre-échange.

            Ces édifices n’ont plus de fonction. Véritables bâtiments fantômes, ils gisent ici et là comme les cicatrices apparentes d’une ancienne blessure et leur unique présence suffit à rappeler la présence passée d’une frontière. Ce patrimoine bâti est aussi et surtout le témoin d’expériences humaines, individuelles ou collectives, dans un contexte de transition spatiale et humaine. Celui-ci est particulièrement créateur d’attente pour les hommes et femmes qui l’expérimentent. Attente du contrôle douanier, angoisse du refus, cette transition spatiale est aussi une transition psychologique. Le corps cesse d’être en mouvement et laisse place à l’attente de l’autorisation de retrouver cet état premier. C’est donc un espace de contrainte où le corps ne jouit pas d’une totale liberté de mouvement. Ce « temps mort«  dans un processus de mobilité peut être facteur d’altération, par exemple sur l’imaginaire et les représentations d’un espace qui va être éprouvé après cette transition.

            La présence de ces bâtiments à l’abandon pose la question de la patrimonialisation des témoins de politiques étatiques passées. À l’image des récentes politiques mises en place pour la conservation du patrimoine industriel, on peut s’interroger sur la manière de mettre en valeur ce patrimoine bâti, expression de  l’architecture moderne et postmoderne. Depuis quelques années en Europe, les frontières sont devenues un support artistique, comme en témoigne la « frontière artistique du monde« . Cette œuvre réalisée par le sculpteur allemand J. Dörflinger en 2006, érige quelques vingt-deux sculptures de 8 m de haut qui représentent des figures du jeu de tarot entre Constance en Allemagne et Kreuzlingen en Suisse, en remplacement d’un grillage long de 220 mètres.

 

La « frontière artistique du monde«  réalisée par Joannes Dörflinger

Source : http://www.bodensee-woche.de/tarot-stele-der-weltweit-ersten-kunstgrenze-wird-internationaler-preis-010309-2594/

 

            Qu’elles soient physiques ou virtuelles, les frontières sont en mutation permanente car elles restent associées aux différentes politiques gouvernementales. La mondialisation ne les efface pas autant qu’on pourrait le croire, elle ne fait que les repousser ou les modifier. On assiste à des restructurations territoriales qui font émerger de nouveaux espaces transfrontaliers. Ces derniers sont autant de terrains de recherche pour tenter de comprendre les différentes logiques qui s’y opèrent. L’étude des frontières transcende l’histoire politique, elle s’intègre tout autant dans l’histoire socio-culturelle.

            Il y a eu des premières expériences de valorisation d’espaces transfrontaliers dans les années 1990, notamment avec l’exposition « L’homme et les Alpes« , réalisée par le Musée dauphinois de Grenoble en 1992. Depuis, d’autres projets dédiés à des territoires transfrontaliers, « conçus dans une optique résolument transnationale et reposant souvent sur la notion de frontière comme barrière mais aussi comme lieu d’échanges«  ont été mis en place[2]. Citons l’exemple du musée de la vie frontalière à Godewaersvelde, à la frontière franco-belge. Cependant, ces tentatives ne s’attardent pas réellement sur la question des rapports homme/territoire frontalier. Elles se penchent davantage sur les activités humaines (douanes, contrebandes, etc.) liées à ce dernier.

            La question patrimoniale doit donc être un corollaire à l’étude des territoires de l’attente. Il s’agit d’identifier ces derniers et de s’interroger sur le rôle qu’ils peuvent jouer sur le territoire. Dans le cas des frontières, la série de photos de Joseph Schulz nous révèle qu’il existe un grand nombre de bâtiments dédiés à la régulation et au contrôle des frontières en Europe, qui sont aujourd’hui à l’abandon. Peut-on envisager la conservation et la patrimonialisation de ces derniers ? Si oui, de quelle manière ? Nous pensons qu’à cette fin, il serait utile et pertinent de s’inspirer de l’exemple du patrimoine industriel. De nombreuses associations, comme l’Association québécoise pour le patrimoine industriel, militent et œuvrent pour une politique de conservation et de mise en valeur de ce patrimoine à caractère historique[3].

 

 

Simon Balloud

Doctorat I Histoire

Université de La Rochelle

Université du Québec à Montréal

 


[1] http://www.laboiteverte.fr/vestiges-des-frontieres-europeennes/

[2] JOLY Marie-Hélène, « Les musées d’histoire et l’Europe« , in Direction des musées de France, Publics et projets culturels. Un enjeu des musées en Europe, collection Patrimoines et Sociétés, L’Harmattan, 2000, p.44

[3] http://www.aqpi.qc.ca/

 

Repères bibliographiques :

A.-L. AMILHAT SZARY & FOURNY M.-C., (dir.): Après les frontières, avec la frontière. Nouvelles dynamiques transfrontalières en Europe, La Tour d’Aigues, Ed. de l’Aube, 2006, 170 p.

JOLY Marie-Hélène, « Les musées d’histoire et l’Europe« , in Direction des musées de France, Publics et projets culturels. Un enjeu des musées en Europe, collection Patrimoines et Sociétés, L’Harmattan, 2000, pp.38-52.

 

Annexes :

Photographies de Joseph Schulz intitulées « Vestiges de l’Europe« .

Source : http://www.laboiteverte.fr/vestiges-des-frontieres-europeennes/

 

Simon Balloud

Doctorant allocataire en histoire contemporaine Université de La Rochelle Université du Québec à Montréal

More Posts

Les « nanas » dans l’attente : Le cas des immigrantes latino-américaines à Santiago du Chili

Je voudrais, dans ce texte, partager quelques notes et informations obtenues pendant le travail de terrain réalisé pour ma thèse, en mars et avril de l’année 2011. Mon propos sera de montrer un des territoires de l’attente que compte la ville de Santiago (du Chili), localisé dans le secteur centre-est, zone privilégiée (où vivent des personnes à hauts revenus). C’est un territoire qui naît et se reproduit dans l’objectif d’accueillir la population immigrante, principalement latino-américaine, qui est arrivée dans la capitale ces deux dernières décennies à la recherche de nouvelles opportunités de travail. Je parle ici du Centro Integrado de Atencion al Migrante (Centre Intégré de l’Assistance au Migrant), plus connu comme CIAMI ou Maison d’Accueil, qui fait partie de l’Institut Catholique Chilien de Migration (INCAMI). Cette organisation m’a « ouvert ses portes» pour participer comme volontaire et ainsi, avec leur consentement, développer un travail ethnographique pour ma thèse. Mon objectif, dans ces lignes, est de décrire le travail que cette institution réalise, et d’exposer les aspects qui m’ont amené à la caractériser comme un territoire d’attente à l’intérieur de cette grande métropole.

CIAMI naît en 2002 sous le soutien de la Congrégation des Missionnaires Scalabrinianos (qui aide les immigrants et réfugiés de 25 pays localisés en Afrique, Asie, Europe et Amérique), dans le but de répondre à la croissante demande de services de formation et d’insertion sociale de l’immigrante[1]. Jusqu’à présent, il existe 22 490 inscrites ce qui représente 35,6% du total de femmes immigrantes qui vivent dans la Région Métropolitaine[2].

L’organisation réalise différentes activités pour l’aide de la femme immigrante – principalement péruviennes, colombiennes, boliviennes, équatoriennes, haïtiennes, dominicaines – qui arrivent au pays dans des conditions très précaires et dans l’urgence de trouver un emploi. Les principaux axes développés par CIAMI sont : bourse de l’emploi, fondamentalement comme intermédiaire entre les employeurs et les employées domestique (voir photographie Nº1) ; service de cantine ; service d’hébergement provisoire (maximum un mois) ; stages de formation des femmes de ménage, ce qui inclut des cours de gastronomie, de cuisine, de formation religieuse, des conseils administratifs pour la régularisation; et assistance psychologique.

Photographie Nº1. Bourse d’emploi CIAMI. Centre d’insertion professionnelle, comme intermédiaire entre employeurs et employées de maison

Source personnelle, photo prise en mars, 2011. Santiago, Chili.

Voici la dynamique de fonctionnement de cette institution. La majorité des femmes immigrantes accueillies viennent au CIAMI dès qu’elles arrivent à la capitale, car c’est un point d’ancrage central dans la première étape de résidence. Elles connaissent l’institution à travers leur réseau amical et familial. En grande partie, il s’agit de femmes seules qui laissent leurs familles – maris et enfants dans leurs pays d’origine -, avec l’engagement de trouver un travail et de leur envoyer de l’argent le plus rapidement possible. Elles viennent au Chili avec des attentes importantes : pouvoir faire des économies et, dans un délai moyen (d’un minimum un an), retrouver leur famille, soit en les faisant venir au Chili ou en retournant dans leurs pays d’origine. De plus, certaines arrivent endettées à cause des hauts prix des moyens de transports (avion, car), du prix du visa et de la bourse de voyage. De plus, il y a des cas, où elles sont victimes des passeurs de frontières qui fournissent des faux documents.

Face à cette situation, CIAMI devient pour de nombreuses femmes immigrantes le premier contact avec la réalité chilienne, un lieu d’accueil et de sécurité, qui leur assure de trouver un logement, un emploi et, par la suite, de régulariser leurs situations de résidences (obtenir un visa de travail, administrativement appelé visa sujeta a contrato). Plusieurs d’entre elles décident de se loger à la Maison d’Accueil, les autres choisissent d’être hébergées chez un membre de la famille ou un(e) ami(e), cependant, à peine la journée commencée, autour des 10h du matin, elles se réunissent au centre dans l’attente d’une offre de travail.

Parallèlement, pendant la journée, les employeurs arrivent. Pour la plus part d’entre elles, ce sont des femmes chiliennes, provenant de secteurs socio-économiques moyens et hauts. Comme leurs future employées, elles sont sous une contrainte urgente : trouver une nana[3]. Une grande partie des patrons cherchent des puertas adentro[4], qui seront en charge du ménage de la maison, de la cuisine et de la garde des enfants des employeurs pendant qu’ils/elles travaillent. Plusieurs employeurs m’ont expliqué, qu’il serait impossible pour eux de travailler sans cette aide.

Une fois le rendez-vous (par téléphone) pris, les futurs patrons arrivent à CIAMI pour exprimer leurs besoins par rapport à la personne qu’ils cherchent. Ensuite, dans la cour du CIAMI, à haute voix, on annonce l’offre (voir la photographie Nº2). En troisième phase, les intéressées se présentent pour avoir un entretien personnel avec l’employeur (voir la photographie Nº5). Finalement, environ après d’une heure d’entretien, l’employeur choisit la personne plus appropriée pour le poste. Une fois que l’employeur a fait sa sélection, on demande à l’immigrante si elle est intéressée pour travailler avec cette personne.

Parmi les critères qui ont le plus de poids dans l’élection de l’employeur se trouvent : le fait d’être puertas adentro ou puertas afuera (la majorité des employeurs demande puertas adentro), le salaire (le CIAMI établit un minimum), l’empathie, l’expérience de travail, la langue (les haïtiennes ont plus de difficultés à être « élues » puisqu’elles ne parlent pas espagnol) et l’apparence physique (un rejet peut exister envers les plus jolies nanas car elles peuvent être considérées comme une « tentation » pour les maris ou les enfants des employeurs; de même pour celles qui sont noires, étant un nouveau groupe social dans le pays[5]).

Photographie Nº2 : Attentives à une offre d’emploi

Source personnelle. Photo prise en mars, 2011. Santiago, Chili

Photographie Nº3: Entretien de travail

Source personnelle. Photo prise en mars, 2011. Santiago, Chili

Si les étrangères ont de «la chance», elles peuvent trouver un emploi dans un intervalle de deux ou quatre jours; les autres, celles qui ont «moins de chance», peuvent rester dans l’attente entre une semaine et un mois. Si la personne n’a pas réussi à trouver un travail dans un délai d’un mois, les travailleurs du CIAMI lui recommanderont de baisser ses exigences par rapport au salaire et les caractéristiques de la famille. Celles qui préfèrent travailler avec des personnes âgées ou avec peu d’enfants auront plus de difficultés à trouver un emploi.

Selon ce que j’ai pu observer et ce que les travailleurs du CIAMI m’ont dit, il y a beaucoup d’immigrantes qui commencent à être plus exigeantes. Elles pensent que face à l’offre importante d’emplois, elles peuvent rendre plus flexibles les attentes des employeurs. Dans ce contexte, il est intéressant d’étudier comment dans cette attente pour trouver un travail, il existe une instance de socialisation entre les immigrantes (dans la cantine et la cour du CIAMI), où elles échangent des informations liées à ce qu’il faut demander à l’employeur et comment arriver à une meilleure négociation. Selon l’un des travailleurs du CIAMI, au début elles arrivent très ouvertes et flexibles, prêtes à accepter n’importe quelle offre, cependant, dès qu’elles commencent à échanger des conseils avec d’autres étrangères, les exigences des conditions de travail augmentent.

Par rapport au point antérieur, le CIAMI réalise un important travail de formation autour de sujets liés aux droits sociaux et du travail au Chili (salaire minimal, heures de travail, etc..) et des mécanismes existants pour les demander. De même, ils les préviennent quand ils observent qu’elles exigent plus que leur dû et que ça pourrait être un désavantage pour trouver un emploi. Cette recommandation se base sur le principe de rotation des employées de l’organisation, dont le but est de pouvoir aider les personnes pendant une courte période, quand l’immigrante traverse une situation de vulnérabilité extrême. Le CIAMI réalise quelques exceptions, en accueillant certaines personnes pour une période plus longue, particulièrement quand le motif du chômage est indépendant de leurs volontés.

Quelles activités réalisent-elles dans l’attente de trouver un emploi ? Elles attendent dans la cour de la maison, en se groupant par nationalité (Voir photographie N º 4). Dans ces moments, où le temps se dilate, elles en profitent pour se connaître les unes les autres, bavarder sur leur projet migratoire, les causes de leur émigration, leur situation familiale et économique, l’employeur qu’elles ont vu entrer au bureau … et surtout les diverses histoires et expériences qu’elles ont vécu comme femmes de ménages.

Photographie Nº4 : Soleil et ombre dans l’attente

Source: Réalisation propre. Photo prise en mars, 2011. Santiago, Chili

Pour « alléger » cette attente, le CIAMI propose des stages, en leur livrant un diplôme qui garantit leur formation d’employée de maison. Ce diplôme leur permettra de gagner la confiance de l’employeur. Voir les photographies suivantes.

Photographie Nº5 : Apprentissage de la cuisine

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili

Photographie Nº6 : comment bien faire un lit ?

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili

Photographie Nº7: Diplôme CIAMI

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili. Photographie anonyme

De plus, on leur offre un petit cours pour leur expliquer comment se comporter dans l’entretien personnel avec l’employeur.

Photographie N º 8 : comment devons-nous nous comporter dans un entretien? (Traduction de la photographie : avoir bonne présentation, saluer l’employeur, être sûres de soi, montrer une bonne éducation et attendre que l’employeur dise de s’asseoir)

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili

Elles peuvent profiter au CIAMI de déjeuner à très bas prix (900 pesos chiliens c’est-à-dire 1,30 euros).

Photographie Nº9 : Manger ensemble, crée le sourire

Source: Réalisation propre. Photo prise en Mars, 2011. Santiago, Chili

Quelques activités surgissent d’elles-mêmes, entre autres : couper et peigner les cheveux, tisser, coudre, dormir et regarder la télévision (qui se trouve dans une salle du CIAMI).

Photographie N º 10 : La transmission du savoir

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili

Photographie º11: Tuer le temps

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili.

Chacune vit différemment les périodes d’attente. La perception de cette expérience dépend de chaque immigrante, c’est un temps subjectif. Quand l’étape de recherche de travail a été accomplie, il arrive une deuxième étape d’attente, encore très difficile : la régularisation de leurs documents. Combien de temps doivent-elles attendre pour pouvoir obtenir un numéro d’identité nationale ? Où doivent-elles aller pour le demander ? Quelles procédures doivent-elles effectuer ? Comment et où cette attente est-elle vécue ? Ce sont quelques questions auxquelles j`espère répondre dans un prochain travail de terrain pour la thèse, dans un nouveau territoire de l’attente.

Pour lire le texte en espagnol


[1] CIAMI. Estudio Exploratorio sobre la inmigración femenina en Santiago de Chile. Santiago : Septiembre, 2010.

[2] D’après le total des étrangères au dernier recensement, 2002

[3] C’est le nom qui est attribué à l’employée domestique au Chili

[4] C’est l’expression qui est utilisée au Chili pour l’employée domestique qui habite dans le lieu de travail, à l’exception des dimanches

[5] Dans les cinq dernières années, on a observé l’arrivée d’une nouvelle population noire vers le Chili. Il s’agit des personnes provenant de la Colombie (des villes comme Palmira et Cali, et ses environs), Haïti (lors du tremblement de terre), République Dominicaine et nord du Pérou.

« Ceux » qui attendent. Ellis Island (1)

Entre 1892 et 1924, 12 millions d’émigrants sont passés par Ellis Island – une île, face à Manhattan, accueillant un ensemble de dispositifs administratifs et médicaux pour contrôler, vérifier l’adéquation de l’émigrant aux critères nationaux de l’immigrant désiré. C’est à la greffe d’un nouvel élément au corps de la nation auquel on assiste à Ellis Island, qui assure le passage des corps individuels des émigrants (aux multiples histoires, aux différents projets de vie…) au corps collectif des immigrants. Listés, catalogués, mis en tableaux, ils composent une nouvelle catégorie sociale. A l’heure des statistiques sociales naissantes, voici un groupe aisément identifiable, parfaitement uniformisé – tel un produit industriel.

C’est ce que relevait George Perec : Ellis Island est « une usine à transformer des émigrants en immigrants, une usine à l’américaine, aussi rapide et efficace qu’une charcuterie de Chicago : à un bout de la chaîne, on met un Irlandais, un Juif d’Ukraine ou un Italien des Pouilles, à l’autre bout – après inspection des yeux, inspection des poches, désinfection, vaccination – il en ressort un Américain. »

Deux photos en témoigneront. La première a été prise à Ellis Island : on y voit des émigrants assis sur un banc, attendant d’être appelés par l’administration. Dans cette immense salle d’attente, les émigrants sont pris dans un entrelacs de grillages et barrières dessinant des alvéoles : on les imagine avancer d’une alvéole à l’autre au fur et à mesure du traitement de leur demande d’entrée. Et ces alvéoles font justement penser aux stockyards de Chicago, où le bétail, en attente d’être transformé en corned-beef, était stocké (deuxième photo). Dans les deux structures, l’attente est dynamique : elle est orientée vers un objectif à atteindre : la transformation industrielle de « ceux » qui attendent.

De Lampedusa à San Francisco – des cimetières de bateaux

A l’heure où le gouvernement italien s’apprête à « libérer Lampedusa de ses clandestins », je retrouve un article publié dans l’Express en 2009 (n° du 23 janvier 2009) : « L’île paradisiaque de l’extrême sud de la Sicile, Lampedusa, est devenue ces derniers temps l’un des premiers points de passage des immigrés d’Afrique en Europe. (…) Le 10 janvier dernier, 500 immigrés avait déjà débarqué sur l’île. La marine italienne avait dû intervenir pour sauver un bateau en difficulté, qui contenait à son bord 324 passagers. Au même moment une seconde embarcation de 200 personnes avait rejoint les côtes (…). En général, les clandestins ne restent que très peu de jours sur l’île, car ils sont ensuite, redirigés vers des centres de rétentions sur le continent italien, où les autorités statut de leurs sorts. »

Ce texte est accompagné d’une photo de Tony Gentile (REUTERS) sobrement intitulée : « Cimetière de barques utilisées par les immigrants clandestins, à Lampedusa, l’île sicilienne qu’ils tentent de rejoindre ».

Soudain, me revient en mémoire cette étrange photo des « deserted ships » dans le port de San Francisco, à la grande époque de la ruée vers l’or (dans les années 1850). Le port n’est qu’un immense cimetière de bateaux abandonnés : les équipages ayant eux aussi succombé à l’appel de l’or.

Hier comme aujourd’hui, à San Francisco comme à Lampedusa, ces cimetières marquent le seuil (l’étrange seuil, à vrai dire) d’un territoire de l’attente.

L’étrange géométrie d’une file d’attente

– Sendai (dans le Japon d’après tremblement de terre), 21 mars 2011. Des habitants font la queue pour la distribution d’eau. Au sol, une ligne blanche a été peinte, non pour délimiter la zone à ne pas franchir, mais au contraire pour tirer partie de l’espace et étirer le file. Vue du ciel, cette file impeccable a l’allure d’une farandole.

– Londres, 21 décembre 2010. Les chutes de neige ont bloqué l’aéroport d’Heathrow. Les voyageurs se précipitent vers la gare de Saint-Pancras dans l’espoir de prendre l’Eurostar. En quelques heures, une file d’un kilomètre de long se forme : s’enroulant dans la gare d’abord, puis se déroulant hors du bâtiment, tel le fil que tisse le ver à soie autour de lui, jusqu’à disparaître dans le cocon… et, chrysalide, renaître en papillon.

Cette métaphore de la chrysalide est à considérer à sa juste mesure : dans les territoires de l’attente, de nouvelles configurations spatiales prennent forme, qui donnent naissance ou permettent le déploiement de nouvelles pratiques sociales.

Laurent Vidal

Les territoires de l’attente : de quelques éléments de réflexion

Laurent Vidal
Historien – Professeur à l’université de La Rochelle
Directeur-adjoint du CRHIA (EA 1163)
Coordonateur de l’ANR TERRIAT

Texte présenté lors de la première journée d’étude de l’ANR TERRIAT
« Ecrire, décrire les lieux de l’attente et les identités en transit »
(Université de La Rochelle, 3 février 2011)

Pour citer ce texte : Laurent Vidal, « Les territoires de l’attente : de quelques éléments de réflexion » (http://terriat.hypotheses.org/)

Ce projet part d’un constat : les phénomènes de mobilité et de déplacement s’affirment comme des caractéristiques majeures de nos sociétés contemporaines. Pour autant, loin d’être fluides, homogènes ou linéaires, ces déplacements sont ponctués de temps, plus ou moins longs, d’attente. Qu’ils aient pour origine des raisons techniques, administratives ou politiques, de tels moments trouvent bien souvent une traduction spatiale : des territoires accueillent ces sociétés en attente.

Ce projet souhaite examiner ces territoires de l’attente et la multiplicité de formes qu’ils revêtent, en établir leurs dimensions, comprendre leurs statuts juridiques, leurs articulations avec l’espace environnant, leurs temporalités spécifiques, ainsi que la variété des jeux économiques et sociaux qui s’y déploient.

1. Définitions préalables

Commençons d’abord par la définition des termes. En français, nous trouvons un seul mot : « attente ». Il en va de même pour l’espagnol et le portugais : « espera ». Et ce mot, quelque soit la langue, recouvre deux sens nettement distincts – l’immobilité d’un côté, et l’espérance de l’autre. La langue anglaise offre en revanche une gamme bien plus large pour appréhender la variété des sens que peut recouvrir l’attente. On trouve pas moins de trois mots ou expressions :

–       To hold on: indique une coupure, un « temps mort », une suspension, un entre-deux, mais laisse entrevoir une promesse de reprise. Le fameux « please hold-on » (et l’on sait aujourd’hui qu’un on hold marketing se met en place).

–       To wait for : indique une projection, un but à atteindre, un horizon d’attente. L’attente renvoie ici à une prédisposition psychologique, à un affect. Elle crée une tension, projetant vers le but à atteindre. « Le mot “waitier” [est] une variante normande de “guaitier” en ancien français. Attendre, c’est aussi “guaitier” ou guetter » (Edwards).

–       Standstill : situation dans laquelle quelque chose arrête de bouger ou de se passer. (point mort). S’ajoute à cela aussi, une dimension juridique : délai suspensif dans les procédures juridiques.

Relevons que ces différentes définitions de l’attente contiennent en germe, de manière implicite ou explicite, des dimensions spatiales.

L’immobilité est nécessairement localisée : elle renvoie donc au lieu où se vit cette attente (qu’il soit clos, saturé ou contraignant). Ici, l’homme fait souvent l’expérience de la tyrannie de l’espace. L’espérance, quant à elle, se cristallise souvent autour d’un lieu désiré, imaginé, rêvé (depuis la fameuse cité de Dieu de Saint-Augustin, en passant par l’île d’utopie de Thomas More jusqu’aux avatars contemporains des pays d’abondance pour les migrants des pays pauvres). Ce lieu distant envahit le présent en le phagocytant en quelque sorte, c’est-à-dire en le vidant de sa substance temporelle et spatiale (Thomas Mann, évoquant un homme attendant la distribution hebdomadaire du courrier, notait : « On dit que l’attente est toujours longue. Mais elle est aussi bien ou même plus exactement courte, parce qu’elle dévore des quantités de temps, sans qu’on les vie, ni les utilise pour elles-mêmes. On pourrait dire que celui-qui-ne-fait-qu’attendre ressemble à un gros mangeur dont le tube digestif chasserait la nourriture en quantité sans en tirer la valeur nutritive »).

On mesure dès lors combien ces territoires de l’attente induisent ou contraignent des possibilités d’action : rêvés, ils engendrent la mobilité ; subis, ils imposent l’immobilité.

Si l’on détaille désormais de manière plus précise la notion de « territoire », non pas d’une façon générale, mais telle qu’elle est utilisée dans l’expression « territoires de l’attente », ces territoires apparaissent, au premier regard, sous deux formes nettement distinctes :

L’espace clos : il est séparé, distinct, possède une forte visibilité. Il est marqué par un usage social quasi exclusif qu’encadre un dispositif juridique spécifique. Il est pensé pour la mise en attente temporaire de groupes en déplacement – qu’il s’agisse de raisons administratives ou politiques, médicales ou humanitaires – mais aussi pour séparer les groupes en attente du reste de la société environnante. Citons ici : le lazaret, l’hospice d’immigrants, la zone d’attente, le camp d’exilés ou de réfugiés.

S’il fallait ici retenir une forme qui incarne ces territoires, ce pourrait être l’île (« objet nomade » Lestringant). En effet, dans un premier temps, ce sont les îles qui sont privilégiées pour l’installation de lazarets ou d’hospices d’immigrants. L’île présente l’avantage d’être spatialement distincte du continent. Elle crée donc l’illusion d’un territoire séparé, extérieur, sorte de sas pour trier les candidats à l’entrée sur le territoire national.

Et beaucoup de ces territoires clos de l’attente se vivent sur le mode de l’insularité. Ainsi le camp (de réfugiés, de transit) se présente-t-il et s’administre-t-il sous la forme d’une île, distincte juridiquement des règles de droit ordinaires. Aujourd’hui, les zones d’attente sont encore des fictions juridiques, puisqu’elles permettent de traiter une personne qui se trouve physiquement dans le pays comme si elle était à l’extérieur du pays.

– L’autre forme que prennent ces territoires, c’est celle d’un espace ouvert mais pourtant contraignant ou saturé : celui des clandestins ou des embouteillés, par exemple.

La situation de l’attente crée un usage inattendu de cet espace, qui vient se superposer (transitoirement) à son usage ordinaire. L’attente est l’une des modalités d’usage de ces espaces : elle ne les définit pas. Par ailleurs, elle n’est encadrée par aucun dispositif juridique spécifique.

Il est difficile de donner une liste exhaustive de ces formes territoriales plus ouvertes qui, pour un temps occasionnel ou répétitif, accueillent des groupes en attente : hier, l’auberge et le port, mais aussi le pont du navire de l’émigrant, aujourd’hui, la gare routière ou l’aéroport, le check point. Cela va des villes de frontière où les clandestins cherchent un moyen pour franchir le mur ou les barbelés, jusqu’à la voie rapide ou l’autoroute urbaine embouteillée ou la salle d’attente d’un service administratif, où naissent des solidarités éphémères et s’installe une économie de l’attente.

Si cette notion n’avait été quelque peu galvaudée, il serait possible d’inscrire cette analyse dans la perspective de l’étude des « espaces autres », les fameuses hétérotopies dont Michel Foucault signalait l’importance dès 1967, puisque bien souvent ce sont des espaces ordinaires qui pour un temps (d’attente) sont investis d’un autre sens, social et symbolique.

Tous ces territoires, clos ou ouverts, vivent l’attente sur le mode du transitoire. Et c’est justement dans ces transitions, dans ces entre-deux, que prennent forme, de manière inopinée, inattendue, des coalescences (pour reprendre ici un concept de Durkheim) : et ces coalescences, qui échappent la plupart du temps à toute tentative de contrôle,  définissent de nouvelles lectures de l’espace et de ses potentialités, de nouveaux rapports au temps, de nouvelles solidarités… en somme, de nouvelles identités.

Aujourd’hui, ces territoires de l’attente (en dehors des espaces embouteillés et des aéroports) sont majoritairement occupés par les hommes lents (Milton Santos), c’est-à-dire les pauvres de la planète, les exclus de la vitesse que la globalisation impose à tous et à toute chose. Evidemment, il ne s’agit pas d’opposer l’attente à la vitesse, ce serait une grave erreur. En revanche, dans ce monde globalisé, caractérisé par un « temps désorienté », les espaces de l’attente, nous l’avons dit, sont des lieux de reformulation du rapport au temps, et l’expérimentation d’un rythme spécifique dans le quotidien (cf. Essai de rythmanalyse d’Henri Lefebvre).

2. Un fait social total

L’attente, telle qu’elle se vit, se déroule, se pratique, dans les territoires de l’attente doit être appréciée comme un « fait social total ». Elle met en effet en jeu de multiples dimensions :

psychiques : l’attente peut être inhibitrice ou exaltante,

– physiologiques : l’attente s’expérimente à travers le corps : soit ce dernier est un mal nécessaire qu’il faut masquer, cacher – l’espace du clandestin – soit il est comprimé, maltraité, dans des espaces clos. L’expérience de l’attente est donc corporelle.

– sociales : l’attente est créatrice de coalescences, d’expériences sociales inattendues,

– économiques : des activités sont pensées en fonction des temps d’attente : vendeurs ambulants sur les autoroutes urbains embouteillées, aubergistes, passeurs… sans parler du « on hold marketing ».

juridiques : nous retrouvons ici le standstill, comme délai suspensif, ou la notion d’état d’exception (G. Agamben).

sensibles : l’attente provoque une autre perception du temps par l’appréciation de sa durée – celle-ci, nous rappelle Bergson, est du temps vécu, temps élastique qui s’étire, s’accélère ou se contracte selon les situations. Dans ces espaces confinés, passé, présent et futur sont définis d’une autre manière. En effet, loin d’être un temps mort, le temps de l’attente est un temps de réinvention de la temporalité : la situation de crise qui a conduit à la mise en attente oblige l’individu, le groupe, la communauté, à repenser les catégories de temps qui lui permettent d’agir sur le présent et de se projeter dans le futur.

culturelles : l’attente est aussi un moment d’acculturation,

géographiques : celui qui attend fait l’expérience de la tyrannie de l’espace, mais aussi d’une enclave d’inattendus et de métamorphoses.

politiques : dans les zones d’exception, le pouvoir s’exerce d’une autre manière, notamment par le contrôle des corps et du rythme quotidien.

De ce point de vue-là, rendre compte de l’attente, c’est dire ce qu’il se passe quand il ne se passe rien (ou qu’il n’est censé rien se passer), et ici je souhaiterais en profiter pour rappeler le nom de Jean Duvignaud auquel ce questionnement est redevable.

Mais il importe aussi de lever un doute sur un écueil possible. En effet, l’attente peut être une métaphore facile pour décrire bon nombre de situations sociales. Or, tout n’est pas attente, et tout n’est pas territoire de l’attente – attention à l’usage abusif de métaphores autour de l’attente ! Dans le cadre de ce projet, intitulé : « sociétés, mobilités, déplacements », les territoires de l’attente désignent spécifiquement les espaces destinés volontairement ou servant involontairement à la mise en attente de populations déplacées ou en déplacement. Il y a donc une dimension collective nécessaire (et même le clandestin n’est pas seul, puisqu’il va chercher à activer un réseau…).

En conclusion

Le défi est ici celui d’un changement de paradigme analytique. Aborder les territoires de l’attente, c’est prendre le parti d’un regard en creux, qui privilégie l’observation des situations liminaires, où s’éprouvent les limites de la société, de l’exercice du pouvoir d’Etat, aujourd’hui, les limites de la modernité. Mais n’oublions pas toutefois que ce regard nous place au centre de l’écart – en somme, où se fabriquent les sociétés, la modernité, les Etats.

J’insiste enfin sur 3 nécessités qui devraient nous guider :

– partir d’une définition opératoire restreinte de l’attente et des territoires de l’attente.

– toujours croiser les dimensions sociales et spatiales.

– adopter une démarche comparée dans le temps et l’espace, afin d’éviter le risque de la monographie. Car si notre démarche repose sur des cas d’étude (hier, l’on parlait des case studies, aujourd’hui, c’est la « casuistique » qui est à la mode – qu’importe !), ces derniers doivent prendre place dans une réflexion comparative.