La mort et l’ennui : une attente instantanée

« Peut-être ne suis-je pas la seule personne en ce bas monde à s’ennuyer » Sherlock Holmes [à propos de Moriarty], in. Sherlock, Saison 1, épisode 3, BBC.

L’histoire des récits d’expériences en quarantaine renvoient souvent à des images de terreur, d’angoisse, de mort et d’effroi. Le lazaret demeure une expérience durant laquelle l’attente prend parfois une tournure délétère. Les suppliques des médecins de marine constatant, presque impuissants, la mort imminente de certains patients attestent de ce sentiment morbide, de ce récit où l’individu, dont le corps se trouve aux prises avec des dispositifs coercitifs face auxquels sa vie semble comme suspendue, dérisoire, attend le moment où enfin il pourra s’affranchir de son statut de patient. Pourtant, sans exclure le caractère anxiogène de l’expérience de quarantaine, il existe un trait significatif qu’il convient également de ne pas occulter : l’ennui. Au sein des lazarets, la pesanteur des procédures imprime des sensations diffuses sur le psychisme et l’organisme des patients. Il faut s’occuper, se distraire, réinventer voire recréer des formes de vie et d’activités normées. C’est au prix de la réinvention de normes que les personnes en quarantaine peuvent également se réapproprier leur identité. Dans cette configuration, l’ennui peut faciliter l’aiguisement des sens, la faculté d’observation, et favoriser l’acquisition d’un certain art de jouir :

« Je végétais ainsi quatorze jours, me couchant tôt, me levant tard, restant le plus longtemps possible à ma toilette et à mes repas, fumant beaucoup, observant plus que jamais […] tuant le temps de mon mieux, habitué à ma nouvelle existence, sans épouvante, sans étonnement, et même sans curiosité, attendant qu’on voulût bien m’éclairer sur mon crime et sur ma peine, rêvant éveillé, rêvant endormi, lisant quelquefois, jouant au piquet avec Floribomba quand je n’avais rien de mieux à faire et riant, chantant, goguenardant plus que jamais, lorsque Vincenzo vint me dire qu’un médecin m’attendait1. »

Tuer le temps avant que ce dernier ne vous tue. L’iconographie des lazarets peine souvent à représenter cette dimension psychosomatique de la station médicale. Quelques photographies néanmoins, à l’instar de celle présente ci-dessous, atteste de la pénibilité du temps et de son étirement. Ici, c’est par la lisibilité de la souffrance de ce soldat américain, stationné dans un lazaret flottant et victime de fièvre jaune, que se fige l’attente.

Cette mise en perspective du récit et de la photographie, de l’écrit a posteriori et de l’instantané, nous conduit à questionner cette expérience de la quarantaine en la mettant en perspective avec le texte de Gaston Bachelard L’intuition de l’instant.

En effet, dans ce dernier, Bachelard pose notamment la difficulté du rapport entre la mémoire de l’instant et la durée de ce dernier : « C’est par l’élection aussi insignifiante que celle d’un Président de la République que nous localisons avec rapidité et précision tel souvenir intime, n’est-ce point la preuve que nous n’avons pas conservé la moindre trace des durées défuntes ? La mémoire, gardienne du temps, ne garde que l’instant ; elle ne conserve rien, absolument rien, de notre sensation compliquée et factice qu’est la durée2. ». Si le récit de la quarantaine semble prendre en considération cette notion de durée, Bachelard nous rappelle à juste titre que la durée du récit ne correspond sans doute en rien à celle de la réalité. Le simple fait de dire « tuer le temps » – expression utilisée par l’auteur du récit cité auparavant – atteste à n’en pas douter de ce paradoxe : trois mots qui sous-tendent explicitement une durée extrêmement longue et accablante. Dès lors, l’image peut ici apporter un élément d’information et de sensation supplémentaire. Cette dernière, en ne présentant qu’une représentation brève, un moment d’existence de quelques centièmes de secondes, parvient parfois à imprimer une pesanteur de l’attente que les mots peinent à rendre intelligible. Dans la photo représentant ce patient souffrant de fièvre jaune durant la guerre hispano-américaine, l’attente se dessine dans la posture corporelle. L’homme apparaît ici statufié, et c’est précisément cette léthargie qui nous donne à penser la lenteur de son supplice. L’attente n’est donc pas qu’une affaire de durée, car celle-ci se trouve assujettie à des cadences dont l’appréciation reste éminemment subjective. Le territoire de la quarantaine nous montre également que cette notion et ses corollaires (ennui, peur, distraction…) peuvent se figer. Tout autant qu’une affaire de durée, l’attente s’imprime, se décrit et se photographie à travers des rythmes existentiels : « un individu pris dans la somme de ses qualités et de son devenir correspond à une harmonie de rythmes temporels3. » Il nous semble qu’ici, les analyses de Bachelard permettent de mieux appréhender l’étude textuelle et iconographique des expériences de quarantaine.

  1. Mes Prisons, à Madame Anna G…, Revue Suisse et chronique littéraire, tome XIII, 1850, pp. 85-86.
  2.  Bachelard, Gaston, L’intuition de l’instant suivi de L’Introduction à la poétique de Bachelard, Paris, Editions Gonthier, 1971 [1932], p. 35.
  3. Ibidem, p. 68.

Tatihou : le lazaret

Créé en 1720 pour protéger les côtes nord de la France d’une éventuelle propagation de la peste qui sévit à ce moment-là en Provence, le lazaret de Tatihou représente un exemple intéressant pour appréhender l’étude des quarantaines. Le fait qu’il se situe sur une île corrobore le fait que ces espaces constituent des lieux stratégiques en matière d’isolation sanitaire et de régulation sociale. L’île crée une barrière spatiale entre les habitants et la menace étrangère, en l’occurrence ici celle venue de la mer. De plus, la récurrence de l’usage des îles comme lieu de quarantaine finit par façonner un imaginaire social de ces espaces, dans lequel l’île renvoie au naufragé, au désert. La quarantaine, en figeant l’homme dans un lieu dont il ne peut théoriquement pas s’échapper, le mène aussi peut-être à l’introspection, une attente propice à une expérience où les sentiments, les méditations, se confrontent à la radicalité de l’isolement géographique mais également __ comme le pensait le philosophe Gilles Deleuze __ mythologique : « L’élan de l’homme qui l’entraine vers les îles reprend le double mouvement qui produit les îles en elles-mêmes. Rêver des îles, avec angoisse ou joie peu importe, c’est rêver qu’on se sépare, qu’on est déjà séparé, loin des continents, qu’on est seul et perdu __ ou bien c’est rêver qu’on repart à zéro, qu’on recrée, qu’on recommence1. ».

Ce court documentaire diffusé sur France 3 Normandie nous permet d’arpenter les lieux du lazaret de Tatihou et, par conséquent, de nous faire une idée du « quotidien de l’attente » dans cette île de quarantaine.

  1. Gilles Deleuze, « Causes et raisons des îles désertes », L’île déserte et autres textes : textes et entretiens 1953-1974, Paris, Editions de Minuit, 2002, p. 12. []

La quarantaine, territoire de l’attente : quelques réflexions épistémologiques (2)

Après six mois de recherches autour de la thématique de l’attente dans les zones de quarantaine de l’espace atlantique, il apparaît important de dresser un bilan historiographique et, surtout, de poser quelques orientations épistémologiques. En effet, si le lien entre sentiment d’attente et claustration sanitaire apparaît évident, il n’en demeure pas moins que celui-ci n’a été que très sporadiquement étudié par les historiens. La quarantaine et les différents lazarets qui jonchent les villes-ports de l’espace atlantique demeurent des objets d’études relevant essentiellement de l’histoire maritime et épidémiologique. Certains auteurs évoquent tout de même les implications politico-diplomatiques de l’attente dans les procédures de quarantaine, à l’instar de John Booker dans son ouvrage Maritime Quarantine : the British Expérience 1650-1900. Néanmoins, la question des conditions d’attente, des sentiments divers et variés qui traversent les populations, notamment les plus pauvres, au sein d’espaces sanitaires de plus en plus sophistiqués _ et déshumanisés ? _ ne semblent pas constituer des éléments d’analyse centraux dans l’historiographie des lazarets.

On trouve pourtant quelques textes évoquant cette dimension dramaturgique de la quarantaine. Le lazaret de Grosse Ile au Québec, qui servit de station de quarantaine pour des milliers d’émigrants entre 1832 et 1937, a fait l’objet d’analyses dans lesquelles la dimension socio-historique ne fut pas négligée. L’un des premiers à évoquer cet immense lazaret dans cette perspective fut Réjean Lemoine, qui n’hésita pas à le qualifier de « Cimetière des immigrants au XIXe siècle[1] ». Dans son Histoire populaire des Etats-Unis de 1492 à nos jours, Howard Zinn évoque également le récit morbide de plusieurs milliers d’émigrants irlandais dans le lazaret québécois : « Le 18 mai 1847, l’Urania, originaire de Cork, avec à son bord quelques centaines d’immigrants dont la plupart étaient malades ou mourant de la fièvre, fut mis en quarantaine à Grosse Isle. Il s’agissait du premier de ces navires infestés par les épidémies qui remontèrent cette année-là le Saint-Laurent […] L’équipage, que le désespoir avait abruti et rendu brutal, était paralysé par la peur de contracter la maladie. Les misérables passagers étaient incapables de se soutenir eux-mêmes ou d’accorder la moindre attention à leurs compagnons. Il arrivait qu’un quart, qu’un tiers, la moitié, voire la totalité des passagers fussent différents stades de la maladie. Les uns mourant, les autres déjà mort[2]. » L’hécatombe humaine qui fut celle des migrants irlandais stationnés à Grosse Ile en 1847 doit nous interpeller sur l’intérêt d’une étude historique des lazarets sous l’angle de l’attente en tant que processus de régulation politique des hommes et des choses.  On pense immédiatement ici à Michel Foucault et ses écrits sur la biopolitique. En effet, c’est bien entre le XVIIIe et le XIXe siècle que la quarantaine subit de profondes mutations techniques, conditionnant un redéploiement plus précis des procédures de gestion sanitaire des mobilités économique et sociale. De nombreux règlements et traités vont instaurer des durées et protocoles variant en fonction de la provenance du bateau, de sa marchandise etc. Par ailleurs, la généralisation des patentes de santé, documents destinés à attester de l’état sanitaire de l’équipage au départ du navire, tend à effacer le distinguo entre normal et exceptionnel, ou, pour reprendre l’expression de Giorgio Agamben : « l’opposition entre normes du droit et normes de réalisation du droit, entre la norme et son application concrète[3]. » En effet, c’est à cause de la normalisation des procédures de quarantaine que les émigrants irlandais de 1847 subissent une réclusion mortifère dans laquelle la santé publique apparaît supérieure à toute forme de dignité humaine. L’attente demeure ici un moyen commode de contrôler une menace épidémique, en transformant le migrant en agent pathogène. Il sera donc essentiel de mesurer la place des procédures de quarantaine dans la construction d’un imaginaire social vis-à-vis duquel l’émigrant est perçu comme une menace. L’étude iconographique de Patrice Bourdelais et André Dodin[4] intitulée Visages du choléra, peut nous éclairer sur les ressorts psychologiques qui conditionnent l’émergence d’un racialisme scientifique dans lequel les quarantaines portuaires ont joué un rôle significatif, dans le sens où elles ordonnancent de nouvelles frontières entre l’émigrant et le résident. Dans le même ordre d’idées, il convient également de se pencher sur les discours médiatiques autour de ces évènements, notamment dans la presse outre-atlantique, dont les écrits autour des lazarets de migrants se révèlent nombreux durant les épidémies de choléra qui jalonnent le XIXe siècle.

Dans les zones de quarantaine, l’attente constitue donc une technique d’expertise biopolitique. C’est autour de cette première dimension que notre étude a tenté de se constituer. Dès lors, la sophistication des lazarets (Grosse Ile, mais également Brest, ou encore Ellis Island), les stratégies de réclusion et l’intensification des protocoles de mise en station des navires et des hommes, constituent autant d’indices nous permettant de questionner cette juxtaposition des peurs primales et de la volonté croissante de rationalité technique dans la gestion des crises sanitaire et sociale[5]. Par ailleurs, cet élément ne doit pas éluder d’autres dimensions tout aussi essentielles. Ainsi, l’attente en zone de quarantaine rime aussi souvent avec ennui, puisque derrière les grandes tragédies migratoires des lazarets, se dissimulent des petites histoires d’équipages « bien portant » et tentant de « tuer le temps » avant que de pouvoir jouir des bienfaits de la terre ferme. Il faut également analyser comment les hiérarchies sociales peuvent être redistribuées dans les espaces de quarantaine. L’attente tend-t-elle à effacer certaines distinctions, favorise-t-elle également l’émergence de nouvelles solidarités, amitiés, amours ? Autant de questionnements sur lesquels les archives, quoique peu prolixes, fournissent néanmoins quelques pistes utiles pour l’historien.

Notre objet d’étude se situe donc à la croisée de l’histoire sociale et de l’histoire matérielle. En effet, les quarantaines sont des lieux, très divers au demeurant (navires, îles, bâtiments etc.) et de ce fait ces derniers peuvent être porteurs d’une histoire très spécifique, à l’instar des bâtiments de quarantaine d’Angel Island qui accueillirent un nombre considérable de migrants asiatiques venus tenter leur chance sur la côte pacifique des Etats-Unis. Cette donnée architecturale nous conduit également à élargir notre étude à d’autres formes de réclusion sanitaire. Ainsi, qu’en est-il des léproseries, nombreuses sur le continent américain. Ces lazarets sont en effet des quarantaines définitives pour leurs occupants, qui se voient ainsi enjoindre de se réinventer une vie, loin de ceux qui les rejettent. Très souvent dépeints comme des espaces moribonds, les léproseries peuvent également se révéler être des lieux de vie, voire de libération si l’on se fie au récit imaginaire de Jack London lorsque ce dernier visita la léproserie tahitienne de l’île de Molokaï[6].

Angel Station, Quarantine Station, 1925, photoprint, San Francisco Bay, NLM

Par ailleurs, le XIXe siècle se caractérise par une remise en cause médicale de la quarantaine. Les médecins, et plus particulièrement ceux qui exercent dans la marine, critiquent fortement la pertinence des procédures de lazarets, au motif que ces espaces ne feraient qu’aggraver la santé des équipages, en jetant indistinctement les hommes sains avec les malades. Par ailleurs, l’inefficacité des quarantaines face à certaines pathologies tropicales comme la fièvre jaune, conduit certains d’entre eux à  la conclusion que la plupart des maladies ont une origine infectieuse et non contagieuse, ceux qui rend l’usage des quarantaines inefficace. Il sera intéressant de mesurer la résonance de ce discours scientifique des deux côtés de l’atlantique ainsi que d’appréhender sa réception par les équipages maritimes tout au long du XIXe siècle, ces derniers étant souvent soumis au lazaret.

Enfin, notre analyse s’appuie également sur les événements épidémiologiques, en tant que ces derniers permettent à la fois une mise en récit des expériences de quarantaine, ainsi qu’une approche plus organique des expériences humaines au sein de ces espaces. De ce point de vue, les épidémies de fièvre jaune et de choléra constituent des phénomènes pathologiques privilégiés pour étudier les évolutions pratiques des quarantaines. De nombreuses études ont en effet souligné des divergences profondes entre les états et les villes dans les manières de gérer ces évènements. Il sera intéressant de prolonger cette étude en analysant plus précisément en quoi les pratiques de quarantaine structurent de nouveaux procédés de ségrégation des corps, et comment ces derniers peuvent éventuellement réagir à ces formes de traitement socio-sanitaire. Dans ce cas précis, les populations de soldats et de migrants constituent des archétypes privilégiés tant ces derniers __ pour des raisons différentes __ ont fait l’objet de procédures spécifiques d’isolement. De surcroît, soldats et migrants apparaissent prédisposés à la contraction de maladies endémiques. La galle, le typhus, la tuberculose ou encore dans certaines aires géographiques la fièvre jaune, constituent des maux récurrents et particulièrement mortifères. De plus, si les soins prodigués aux soldats restent de meilleure qualité que ceux dont bénéficient la majeure partie des émigrés, les modalités de quarantaine apparaissent dans un cas comme dans l’autre extrêmement préjudiciables, tant au niveau organique que psychologique. Cette dernière dimension se révèle d’ailleurs primordial pour aborder la question de l’attente et des sentiments que cette dernière peut éventuellement drainer. En effet, la quarantaine instille la crainte de la maladie dans le psychisme des personnes qui y sont assignées. Les médecins et chirurgiens de la marine constatent ainsi avec quelle efficacité  la pesanteur du temps influe sur la déliquescence des facultés mentales des équipages. Dans le même ordre d’idée, durant la guerre de Sécession américaine, les quarantaines ont souvent engendré des phénomènes de désertion et de mutineries au sein des troupes nordiste et sudiste. Ces évènements, souvent anecdotiques, méritent néanmoins notre attention dans le sens où ils trahissent des appréhensions sociales du temps, de même qu’ils remplissent __ du point de vue de l’historien __ ces durées en apparence « vides » des lazarets.

En définitive, étudier les quarantaines sous l’angle de l’attente consiste également à analyser les évolutions culturelle et économique de nos sociétés industrielles dans les techniques de rationalisation du temps. Non pas le temps « plein » de la production, largement étudiée, mais celui, plus négligé, de l’inertie. Comment la rétention en quarantaine est vécue par les populations : les émigrés qui espèrent enfin fouler le sol pour lequel ils ont tout abandonné ? Les soldats qui observent ou constatent leur état maladif après avoir survécu à des combats souvent violents ? Les équipages maritimes pour lesquels parfois le navire devient le lieu de la quarantaine, et qui ne peuvent rien faire d’autre que d’observer la côte qu’ils aimeraient tant fouler, si près en distance et pourtant si loin en temps ? Pour appréhender ces questions, il faudra notamment se révéler attentif à toute la littérature médicale, et plus particulièrement aux feuilles de clinique lesquels, par les informations symptomatologiques qu’elles distillent, nous informent sur l’état d’esprit des malades et leurs appréhensions corporelles de l’attente.

U.S Quarantine Station, Honolulu, Hawaï, Meningtis patient in bed, NLM

Je joins également à ce texte une première bibliographie, qui constitue le fruit d’un travail de recherche dont les bases sont désormais posées.

Biblio_Terriat_Quarantaine(1) 


[1] Lemoine, Réjean, « Grosse Île : cimetière des immigrants au XIXe siècle », Revue d’histoire du Québec, Vol 1, n°2, 1985, pp. 9-12.

[2] Témoignage d’époque, cité par Howard, Zinn, Une histoire populaire des Etats-Unis de 1492 à nos jours, Paris, Agone, 2002 [1980], pp. 262-263.

[3] Giorgio, Agamben, Etat d’exception : Homo sacer, II, 1, Paris, Seuil, 2003, p. 63.

[4] Patrice, Bourdelais & André, Dodin, Visages du choléra, Paris, Belin, 1987, pp. 92-93.

[5] Sur cette question, voir notamment les excellentes analyses de Dominique Chevé-Aicardi, Les corps de la contagion : Etude anthropologique des représentations iconographiques de la peste (XVIe-XXe siècles en Europe), thèse soutenue le 30 octobre 2003, sous la dir. de Gilles Boëtsch, Université de Marseille 3.

[6] London, Jack, « Koolau le lépreux », Histoire des îles, Paris, Phebus, 2007, pp. 47-66.

La quarantaine, territoire de l’attente : quelques remarques épistémologiques (I)

Si le territoire de la quarantaine suscite peur et effroi dans les imaginaires sociaux, ce dernier reste néanmoins rarement appréhendé dans sa pluralité. En effet, la quarantaine revêt des formes et des acceptions très diverses : bâtiment, navire, cité, maison, prison, île etc. L’histoire de ce territoire __ à la fois pratique sanitaire et espace architectural (lazaret) __ est assez connue. On estime en effet que c’est au XIVe siècle, à la suite de l’épidémie de peste qui ravage un tiers de la population européenne, que certaines cités mettent en place des procédures d’isolement des populations à risque (étrangers, voyageurs, équipages maritimes), afin de prévenir ou limiter les risques de contagion. La quarantaine apparaît aussi liée de façon consubstantielle à cet « étrange étranger », figure autour de laquelle de nombreuses paniques épidémiques vont se constituer. La quarantaine a ceci d’ambigüe qu’elle est à la fois l’en-dedans (ce qui est censé nous protéger) et la mise au ban (ce qu’on cherche à éloigner de nous). Bazin, dans son récit de l’apparition du choléra à Paris en 1832, n’écrit pas autre chose lorsqu’il livre ses sensations sur les murmures et angoisses du peuple de la capitale : « On nous l’avait cependant annoncé bien longtemps à l’avance ; on nous avait fait suivre sur la carte sa marche rapide et menaçante. Le fléau voyageur n’était plus séparé de nous que par cette mer étroite qui nous ramène et nous remporte, avec la mobilité de ses flots, nos rois rétablis ou déchus […] Chaque minutie du régime préventif ramène incessamment la pensée sur le danger qu’on veut éviter. Le moyen, je vous prie, de ne pas se troubler, lorsqu’on vous recommande surtout d’être calme ? le moyen de ne pas trembler, quand on vous assure que la frayeur tue ? C’est l’action qui distrait ; mais toute l’action de ce moment se reportait sur l’horrible fléau. Chez soi, l’on avait à remplir toutes les prescriptions médicales. Il fallait empuantir sa maison pour la désinfectée, démeubler sa chambre pour l’assainir[1]. » La quarantaine propose donc une attente pesante, aussi bien pour celui qui s’y trouve que pour celui qui la perçoit quotidiennement, guettant avec angoisse le moment où cette dernière sera enfin levée. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles les autorités portuaires utilisent souvent les îles pour les installer[2]. L’insularité offre à l’œil du citadin un éloignement, gage de sécurité sanitaire accrue. Pour ceux qui y sont enfermés, en revanche, l’île peut accroître la détresse et la frayeur. Le territoire de la quarantaine dispense donc des formes d’attente réversibles. Pour les personnes placées aux lazarets, l’attente se manifeste par la proximité latente de la contagion et l’ennui profond que génère cette claustration. Pour les personnes qui se trouvent à l’extérieur, la quarantaine doit tenter d’apparaitre comme le territoire d’une gestion maitrisée de la menace épidémique. Il faut donc essayer au maximum de limiter les contacts entre ces deux espaces, même si certains exemples démontrent que la réalité est parfois plus alambiquée[3].

Étrangement, la thématique de l’attente dans les territoires de quarantaine n’a été que très peu abordée. Si l’histoire des lazarets ou celle des épidémies fait l’objet d’une abondante littérature en histoire et plus généralement en sciences sociales[4], le caractère organique de l’enfermement du corps dans un lazaret, les sentiments souvent exacerbés qui jalonnent l’histoire de ces lieux ainsi que la place prégnante du temps dans la structuration biopolitique de ces micro-sociétés, restent encore des champs d’exploration naissants pour les historiens. Les sources demeurent très éparses pour appréhender ces différentes thématiques. Néanmoins, les récits de voyage constituent un premier biais intéressant pour « soutirer » des informations sur les évènements qui se trament dans les lazarets. Par ailleurs, les archives judiciaires, ainsi que les correspondances entre les populations et les pouvoirs publics permettent de mieux saisir les effets du temps sur les représentations sociales des quarantaines. Cette série d’articles vise à rendre compte de l’avancement de mes recherches sur cette thématique des territoires de quarantaine comme lieu et récit d’une attente organique. Parmi les différents termes attenants à la notion d’attente, ceux d’ennui et de déréliction apparaissent d’emblée comme centraux. Néanmoins, en tant qu’élément inséré dans une géostratégie médicale, la quarantaine doit également être appréhendée dans une perspective qui déborde largement de son espace architectural. Nous cherchons donc à faire la proxémie de la quarantaine en s’inspirant ici de la définition donnée par l’éthologie au territoire, à savoir un « espace d’étendue variable dont un animal, un couple, un groupe interdit l’accès à ses congénères et parfois à d’autres espèces, pendant une période plus ou moins longue selon les activités qui y sont déployées[5]. »

Il reste que les territoires américains apparaissent également propices à l’étude des quarantaines comme lieu d’attente. La place de l’émigration et les considérations médicales du XIXe siècle autour de l’épidémiologie conditionnent des pratiques de régulations des hommes qui s’articulent autour de dispositifs de « sas ». Ces techniques mettent le migrant aux prises avec une temporalité pesante, durant laquelle ce dernier se voit surimposer différentes strates d’attente : celle du verdict médical, celle de la décision politique d’entrée sur le territoire, celle des soins etc. Il s’agit donc pour nous d’analyser ces « strates », de tenter de déterminer en quoi les dispositifs de quarantaine aux Amériques participent d’une déstructuration __ ou d’une restructuration __ de la physiologie du migrant, et de fait de son identité. Par ailleurs, si nos recherches se concentrent essentiellement sur le XIXe siècle, il demeure impossible de ne pas évoquer des quarantaines plus contemporaines, dans lesquelles l’attente fait l’objet de procédures biopolitiques extrêmement pesantes : Guantanamo et le statut juridique de detainees des terroristes présumés[6], le système des maquilladoras à la frontière mexicano-américaine[7], ou encore l’usage des quarantaines dans les stratégies politiques de la peur autour de l’émergence du bio-terrorisme. A travers une série de billets, je me propose donc de dresser sur ce blog un état informel de mes recherches autour de ces différents éléments. De plus, les « télescopages » entre l’histoire et l’actualité, nous conduiront à opérer un travail d’analyse critique plus ample, afin de démontrer d’une part l’utilité contemporaine de l’histoire, et d’autre part la profonde actualité d’un sujet tel que celui des territoires de l’attente.


[1] Anaïs de Raucou dit Bazin, Le choléra-morbus à Paris (1832), La Revue des ressources : L’étrange – XIXe siècle, pdf.

[2] Alison Bashford et Carolyn Strange, Isolation. Places and Practices of Exclusion, London/New-York, Routledge, 2003 ; Alison Bashford, Medicine at the Border: Disease, globalization and security, 1850 to the present, London/New-York, Palgrave, 2006

[3] John Booker, Maritime quarantine : the British experience, c.1650-1900, Aldershot, England ; Burlington, VT, Ashgate, coll. «The history of medicine in context», 2007

[4] Claire Carlin, Imagining Contagion In Early Modern Europe, Palgrave/MacMillan, Basingstoke, Palgrave/MacMillan, 2005 ; Annie Duprat, «David, de la polémique à la gloire. Autour du Saint Roch du bureau de la santé de Marseille (1780)», Sociétés et représentations, 2, 26 (2008); Carolyn Strange et Alison Bashford, Isolation. Places and Practices of Exclusion, London/New-York, Routledge, 2003  Dominique Aicardi-Chevé, Les corps de la contagion : étude anthropologique des représentations de la peste (XVIème-XXème siècles en Europe), Anthropologie biologique, Université de la Méditerranée – Aix Marseille II, 2003; Claire Hooker et Alison Bashford  , Contagion. Historical and Cultural Studies, London, Routledge, 2001

[5] http://www.cnrtl.fr/definition/territoire

[6] Giorgio Agamben, Homo sacer II, 1. État d’exception, Paris, Seuil, 2003

[7] http://www.geographie-sociale.org/mexique-usa-frontiere.htm