Les camps de migrants : une réalité australienne

En juillet dernier, dans la petite république insulaire de Nauru, au large des côtes australiennes, des émigrants ont incendié un centre de détention (detention facilities) et s’en sont évadés, protestant contre les conditions d’internement mises en place par le gouvernement australien pour réguler les venues d’étrangers(1).

aw-Nauru-detention-centre--20121121234214329711-620x349

Si ce fait divers est aussi vite reparti qu’il n’était venu, il a mis en avant, suffisamment longtemps pour que l’on s’y intéresse, la question migratoire australienne. Pour répondre aux nombreuses arrivées illégales, le gouvernement australien autorise l’internement des migrants entrés illégalement dans le pays par le Migration Act de 1958. Dans les années 90, sous l’impulsion de Paul Keating, deviennent passibles d’internement toutes les personnes n’ayant pas de visa valide, dans l’attente d’une régularisation de la situation, ou bien le retour dans le pays d’origine.

010459-120922-inquirer-nauru

Il existe de nombreux camps sur le territoire australien, connus sous différentes appellations :

– les Immigration Detention Centres (IDCs), construits tout au long du 20ème siècle, voire du début du 21ème siècle (Maribyrnong à Melbourne, 1966 ; Wickham Point à Darwin, 2010 ; Yongah Hill près de Northam en Australie-Occidentale, 2012) ;

Baxtersign

– les Immigration Residential Housing Centers où certaines familles en attente d’autorisation peuvent vivre dans des conditions décentes (Perth, Sydney, Port Augusta) ;

– les Immigration Transit Accommodation Centres, ouverts plus récemment (le Brisbane Immigration Transit Accommodation date de novembre 2007 tandis que le Melbourne Immigration Transit Accommodation en juin 2008), dont le but est de maintenir à court terme les émigrants les moins à-risques ;Manus_Island_regional_processing_facility_2012

– les Alternatives Places of Detention (APOD) sont des lieux capables d’accueillir toute personne en situation d’immigration. Cela peut être des hôtels, des écoles, des hôpitaux (on les trouve plutôt à Darwin, Inverbrackie, Leonora, Christmas Island) ;

800px-Woomera-irpc

– enfin les Pacific Solution Facilities, ouverts en 2001 suite à la politique de Pacific solutions du gouvernement australien, consistant à ouvrir des centres de rétention sur les micro-îles autour de l’Australie (dont Nauru, mais aussi Manus Island en Papouasie Nouvelle-Guinée). Ces centres ont pour la plupart été fermés en 2007-2008, mais rouverts au cours des années 2010.

Cette petite présentation des différents types de centres de rétention nous permet de penser la mise en attente des migrants en Australie. En suivant la proposition de Laurent Vidal, il apparaît que ces centres sont en grande partie des lieux de l’attente, c’est-à-dire des dispositifs spécialement conçus et construits pour la mise en attente temporaire de populations en déplacement. Les camps sont construits avec des objectifs précis, avec des infrastructures particulières. Dans de rares cas, des établissements spéciaux sont construits pour permettre de meilleurs conditions de vie.

 800px-Northern_Immigration_Detention_Facility_in_April_2010

Le but est véritablement de restreindre le nombre d’arrivées sur le territoire australien, mais aussi de sélectionner, de faire un tri parmi les émigrants en situation irrégulière en attente de visa (la majeure partie des arrivants viennent de l’Afghanistan). L’évolution de la volonté de filtrer l’immigration aussi nous conduit à penser la mise en attente, car si la majeure partie des camps se trouvent sur le sol australien, la Pacific Solution  conduit à la création de centre de détention sur des îles de plus en plus éloignées (Manus Island se trouve à plus de 3000 km de Sydney). Certes elle s’est interrompue en 2007, mais connait un regain d’intérêt depuis quelques années. Cette politique perdure et surtout se justifie comme faisant partie intégrante de l’identité politique australienne – il suffit de regarder le site australien de l’immigration, qui répertorie les différents camps(2) -, car certaines associations critiquent cet internement forcé. Il serait intéressant, en plus de comprendre la mise en attente à l’intérieur de ces camps, de travailler sur les émigrants, leurs motivations et leurs ressentis.

800px-Asylum_seekers_on_the_roof_of_Villawood_Immigration_Detention_Centre_2

Les questions sont multiples, et cet article ne cherche pas donner une réponse à toutes, mais plutôt de lancer la réflexion et la possibilité d’une plus large étude.

NOTES

(1) Lien pour l’article du monde : http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/07/20/emeutes-et-evasions-dans-un-centre-de-retention-australien-sur-l-ile-de-nauru_3450564_3216.html

(2) http://www.immi.gov.au/managing-australias-borders/detention/about/

Attente, attentes : entre « etic » et « emic »

Si l’on reprend la distinction proposée par le linguiste K. Pike, entre le niveau de langage employé par les acteurs dans une culture donnée (le côté emic, mot calqué sur phonemics) -, et le niveau de langage distancié de l’observateur ou du chercheur (le côté etic, qui renvoie à phonetics), comment alors interroger l’attente ? L’attente constatée au niveau etic est-elle ainsi vécue et ressentie au niveau emic ? Ce qui est constaté au niveau etic doit nous servir d’aiguillon pour comprendre la façon dont la singularité de la composition spatio-temporelle de l’attente est éprouvée par les acteurs (niveau emic). Nomment-ils ces moments ? Et si oui, comment ? En revanche, s’ils ne les nomment pas, peut-on observer un comportement social et spatial différent de l’ordinaire ? L’enjeu est donc de comprendre le passage d’un niveau à l’autre, de l’attente constatée aux attentes vécues (et parfois non nécessairement perçues comme telles).

Si l’on ajoute à cette distinction etic/emic, la notion de régime d’historicité proposée par François Hartog, pour qualifier la façon dont une société articule, à un moment de son histoire, les catégories du passé, du présent et du futur, alors, l’attente constatée dans un régime d’historicité, peut très bien ne pas être perçue ainsi dans un autre. On peut formuler une telle hypothèse pour des sociétés où la succession passé/présent/futur est rompue, soit par l’invasion d’une forme de présent perpétuel, soit par une omniprésence du futur (pour des sociétés utopiques) – si tout est attente, alors il n’y a plus d’attente.

De même, si l’on retient la notion d’« habitus mobilitaire » (Stock, 2001), qui définirait un certain mode d’habiter, un savoir-faire avec les lieux, il importe alors de souligner que certaines catégories sociales ont développé plus que d’autres cet habitus – des nomades et migrants saisonniers d’hier aux métropolitains d’aujourd’hui. Ce faisant, ils ont aussi développé ce que l’on pourrait appeler un habitus de l’attente, à savoir un ensemble de compétences (comportementales, sociales…) liées aux situations d’attente qui ponctuent leur mobilité. Mais, d’hier à d’aujourd’hui, un tel habitus n’est pas uniformément partagé. Pour certains, la mobilité demeure exceptionnelle : l’attente devient alors un événement, une rupture, un choc.

Entre l’attente-habitus et l’attente-événement, c’est un large éventail de situations et comportements qu’il convient de repérer pour comprendre la manière dont les hommes et les femmes, dans un régime d’historicité donné, s’approprient un espace de temps dans la mesure (et à la mesure) de leurs capacités.