Web documentaire – De l’autre côté

Association Osons Savoir

Le site internet de Courrier International héberge de nombreux liens menant à des web documentaires. L’un d’eux, intitulé De l’autre côté, est le fruit d’un projet ambitieux mené par l’association Osons Savoir . Ce dernier, divisé en quatre épisodes, a pour objectif d’éclairer et d’informer l’opinion publique au sujet des politiques migratoires européennes. L’enquête,  menée en France et au sein de pays clefs pour la mise en place de politiques migratoires en Europe (Italie, Grèce, Turquie), cherche à mettre en exergue les dispositifs de contrôle mis en place pour réguler la mobilité des migrants.

Web documentaire – De l’Autre Côté

Épisode I : Lampedusa, symbole d’une démesure

Épisode II : Le contrôle des corps

Épisode III : La peur des autres

Épisode IV : Pour un droit à la mobilité

Lien Courrier International : http://www.courrierinternational.com/webdoc/dlac

Lien Osons Savoir : http://osons-savoir.com/

 

 

Simon Balloud

Doctorant allocataire en histoire contemporaine Université de La Rochelle Université du Québec à Montréal

More Posts

Exposition Assaf Shoshan – Territoires de l’attente (La Rochelle)

Depuis notre première rencontre avec Assaf Shoshan, l’idée d’une exposition de certaines de ses photographies, relues à partir de la perspective des territoires de l’attente, a fait son chemin. Après avoir été reçu à plusieurs reprises en résidence au Centre InterMondes, l’inauguration de l’exposition a été marquée pour le 14 mars (18h30 au Carré Amelot – La Rochelle). Aff. expo shoshan-1

A cette occasion, un livre sera lancé (editions Diaphanes, 2013) avec une sélection de photos et un article introductif de Laurent Vidal (suivi d’articles des critiques d’art Ellie Azoulay et Gil Pasternak). Voici un extrait de l’article de Laurent Vidal :

 

« Dans une vallée pierreuse et encaissée, avec pour seule compagnie un arbuste bien trop maigre pour offrir une ombre réconfortante, Taaban court. Sa foulée semble d’abord légère, son regard clair, fixé vers l’avant ; puis la sueur gagne son front, le souffle lui manque, et la foulée s’alourdit. Le temps défile, le soleil se lève, pointe au zénith, puis se couche. Taaban court, mais n’avance pas.

Devant la rue Théodore Herzl, un passage piéton et un feu de signalisation. Des hommes et des femmes attendent que le flot des automobiles s’écoule, puis passent lorsque le signal est au vert. De signal en signal, les piétons passent, sauf quelques-uns qui forment bientôt une masse compacte. Eux attendent, et, ainsi que Taaban, n’avancent pas, comme retenus par une invisible barrière.

Saisies en un long plan fixe, ces courses immobiles ou interrompues disent l’attente des migrants – celle avide et focalisée, aux abords des frontières nationales, et celle résignée et absente de ces mêmes migrants, à l’intérieur du pays tant désiré, lorsqu’ils se trouvent confrontés à d’autres frontières, autrement plus infranchissables.

Assaf Shoshan, l’auteur de ces deux photographies filmées, a grandi dans le désert du Néguev. C’est là qu’il a posé son appareil photo ; c’est là dans l’observation du passage des hommes et des cristallisations de leurs traces, qu’il a découvert les modernes Sisyphe, accomplissant leur peine, poussés par l’énergie de l’espérance et résignés à refaire sans cesse un chemin sans issue.

Le désert du Néguev est une enclave entre Europe, Afrique et péninsule arabique. Traversé, il y a bien longtemps de cela, par la route de l’encens, il n’a depuis cessé d’être un lieu de passage – nomades, migrants et réfugiés s’y côtoient, aux prises avec une frontière mouvante, où veillent, soupçonneuses, les armées de tous pays, depuis que des nations ont voulu y tracer des lignes de séparation.

Dans cette enclave, Assaf Shoshan photographie les hommes en attente et les paysages marqués par l’attente – les territoires de l’attente, leurs naissances, leurs survivances et leurs chorégraphies singulières dans les paysages désertiques du Néguev.

Sous son regard, réfugiés et migrants sont en famille, prenant la pose, comme oubliant un instant leur condition. Mais bientôt une sensation force le regard : l’épouse toujours surplombe le mari, comme si elle avait pris le relais de l’énergie après tant d’épreuves. Le couple et les enfants se tiennent par la main ou du regard, formant un cercle, rempart contre les agressions du monde extérieur. C’est ici le Shakespeare d’Antoine et Cléopâtre qui vient à l’esprit : « L’éternité était dans nos lèvres et nos yeux ». Or, quand l’épouse manque, les regards se dispersent, les blessures semblent plus vives. C’est par petites touches, par fines nuances que procède Assaf Shoshan, racontant l’attente extraordinaire qui met en marche et projette dans l’avenir, mais aussi l’attente angoissée qui naît de l’immobilité, d’une vie installée dans un présent immuable. On devine, dans ce qui déborde de ces photos, des trajets d’infortune et de chagrin, une cartographie de la détresse et de l’espoir, des murs invisibles dressés contre les indésirables.

Aux blessures des hommes répondent celles de la terre, mutilée par les frontières, lignes du doute et du deuil. Quand les frontières sont déplacées, leurs paysages absurdes s’imposent au regard. Ici, un village abandonné, que personne n’a jamais réinvesti, là un poste de garde qui ne garde plus rien, ou un hôtel qui n’accueille plus de clients, une prison délaissée. La vie, soudain, s’est retirée, ne laissant que des carcasses éventrées, peu à peu ravalées par la nature. Est-ce un hasard si, dans ces paysages d’ennui et d’entre-deux, Assaf Shoshan a découvert pour toute vie, un chien, un chien qui veille ? Cerbère gardant le royaume des morts…

Mais il n’y a pas, dans le désert du Néguev, que les hommes traversant les frontières, il y a ceux dont les frontières traversent l’univers de vie – ce sont les nomades, les Bédouins. Hommes du déplacement, à la grammaire de terre, les voici pourtant forcés à l’arrêt, installés aux abords des villes. Sous les pylônes électriques qui transportent à haute vitesse l’électricité vers la métropole frémissante, ils ont dressé d’étranges campements, faits de bric et de broc avec les restes de la ville. Leurs campements sont comme des enclaves pour survivre en attendant que les frontières soient à nouveau ouvertes et les déplacements à nouveau autorisés. Hommes des restes, hommes lents, ils inventent, à leur mesure, des territoires de l’attente.

Dans l’univers d’Assaf Shoshan, l’homme est traversé par le paysage comme le paysage est traversé par l’homme : ils se fondent et se confondent pour donner naissance à des concrétions hybrides. Et c’est par une attention aux fragments qui demeurent à la surface des choses après leur abandon, qu’il en saisit les contours, sous la forme de « dormances » (Bailly) ou de cristallisations inattendues, pour révéler « l’espace sans ciel et le temps sans profondeur » (Camus) des hommes déplacés – ombres volées à des instants fragiles. «