Pour commencer à réfléchir sur le bon usage de l’expression « territoires de l’attente » et sa différence avec la notion de « lieux d’attente ».

Voici un texte de Paulo Gomes (UFRJ – Brésil) pour susciter débat et discussion :

L’expression Territoires de l’attente est très bien justifiée dans le cadre des recherches qui sont en train d’être faites dans ce projet, car l’expression est utilisée pour décrire un espace dominé entièrement par les enjeux rattachés à l’activité de l’attente.  D’ailleurs, plutôt que de parler d’un simple rattachement, il faut parler d’une appropriation, le mode de l’attente s’approprie l’espace et détermine toutes les autres activités. Cela veut dire que tout ce qui se passe sur cet espace est en prise directe avec une situation d’attente. Celle-ci est la valeur hégémonique qui oriente tous les autres mouvements et activités. Cet espace est donc entièrement mobilisé par le pouvoir issu de cette activité qui s’impose et organise la configuration physique et les pratiques environnantes.

On pourrait continuer ce raisonnement et dire avec SACK (1986) que les différentes territorialités sont autant de stratégies spatiales créées pour infliger ou faire subir le mode de l’attente à l’ensemble d’une aire qui devient alors un territoire, c’est-à-dire que c’est par l’intermède du contrôle d’un espace qu’il devient possible d’imposer une activité et donc d’exercer un pouvoir.

Évidemment, les territoires de l’attente sont apparemment, dans la plupart des cas, créés en détournement de la fonction originale de l’espace où l’attente s’impose – les embouteillages, par exemple. Ces espaces peuvent aussi contenir d’autres activités reliées à la situation de l’attente (le commerce ambulant qui profite du ralentissement de la circulation, par exemple). Cela veut bien dire que si l’attente s’impose comme mode de fonctionnement hégémonique sur cet espace elle n’est pas pour autant la seule activité présente, et toutes les personnes ne sont pas non plus dans la même situation. L’idée d’un territoire veut bien signifier une domination de l’attente sur les autres choses qui existent ou existaient sur cet espace et qui sont désormais soumises aux intérêts de l’attente, mais cette situation n’est ni exclusive ni nécessairement permanente.

Pour ce qui est de la notion de Lieux de l’attente, ils sont, peut-être, au contraire, des endroits créés spécifiquement avec le but d’abriter l’attente. Leurs configurations sont dès le début conçues pour mettre en place les enjeux qui concernent l’attente et imposer un ordre général dominé par ce but : équipements, organisation des routines et des objets, hiérarchies, contrôles etc. Tout est soumis à l’intérêt de l’activité de l’attente dès le départ – de l’aménagement de l’espace aux prévisions de mobilité et de comportements. Dans ce cas, l’attente est sédentaire, elle demeure comme l’activité centrale pendant de longues périodes, il n‘y a pas d’intermittence, le lieu est consacré dès le début à cette fonction. Ce sont les cas des hospedarias de imigrantes, des dispensaires, des pénitentiaires etc.  Cela nous permet donc de faire la généalogie et l’évolution de ces lieux, de voir comment ils ont changé, comment cette fonction d’attente se matérialise sur un espace et sur l’organisation des objets et des comportements (Santos, 1998). C’est de cette manière que l’on peut parler des dispositifs, des artefacts, créés par le régime de l’attente, car il y a une intentionnalité et fonctionnalité explicites dans le projet et dans l’usage de ces espaces.

Les territoires de l’attente, au contraire, n’ont pas toujours d’emblée l’intentionnalité et la fonctionnalité établies, ce sont des espaces qui  sont « parasités », par des circonstances diverses et par des périodes parfois très courtes et discontinues (des intervalles) soumis aux intérêts de l’attente.