La queue. Ce qui s’y disait, ce qu’on y pensait

Les éditions mille et une nuits viennent de rééditer un ouvrage de Paul Achard, publié en 1945, mais rédigé entre 1941 et 1943, à partir de l’observation concrète des queues et files d’attente qui ont pris possession de la capitale. Devant la boucherie, l’épicerie, la pharmacie, mais aussi le théâtre… Paul Achard a recueilli propos et scènes, qu’avec délectation il restitue ici.

p. 9 : « La France, Paris, en cette année 1941, plus encore pendant les années 1942 et 1943 (…) il n’y a plus de salons, plus de cercles, plus de chapelles, plus de cafés, plus de mail; il y a la queue.
La queue, c’est Paris. La queue, c’est la France. On entend de tout dans la queue, car il y a de tout dans la queue. C’est le choeur antique, l’opinion publique, la grande voix du pays, vox populi, vox Dei.
Certes, elle n’aborde ni les grands sujets ni les questions périlleuses, sauf par des boutades, mais souvent ses traits, reflétant les pensées suggérées par les basses nécessités d’une humanité soumise à la faim, à la soif et au froid, s’élèvent plus haut que n’ont coutume de le faire les propos échangés à la devanture des boutiquiers en temps normal »

p. 122 : « La queue fut et demeure une nécessité. Pour beaucoup elle est devenue une habitude, même un besoin, car chez les êtres qui n’ont pas la force de réagir contre les servitudes quotidiennes, l’accoutumance crée une sorte d’état normal dont la cessation provoque une perturbation, un dépaysement, presque une souffrance. Sans aller jusqu’à prévoir que la fin de la queue puisse un jour attrister les nombreux maniaques de la queue, disons que l’homme est capable de se soumettre à toutes les consignes et parfois de trouver, dans cette docilité, comme une délectation morose. C’est qu’elle est une forme, inférieure mais réelle, de la vie sociale. La queue est un coude à coude, une immense fraternité, un vaste opéra de quat’sous avec choeur antique (…) »

Sur les musiques nées dans les territoires de l’attente (2)

Tout comme le jazz et la samba, dont nous avons parlé, tout comme le tango de Buenos Aires dont nous parlerons peut-être bientôt, la rumba naît dans les territoires de l’attente.

Nous sommes à Cuba, au XIXe siècle, et plus particulièrement à La Havane et Matanzas. Dans les patios des solares (immeubles populaires), sur les docks du port, les travailleurs noirs se réunissent pour chanter et prier, accompagnés de percussions. Tout est bon pour scander le rythme : tiroirs des armoires, cageots de morue, caisses de voiles des navires, boîtes de cigares, frappées à mains nues ou au moyen de petites cuillères en bois (cucharas), mais aussi, bien entendu, congas.

Cet extrait de documentaire cubain de 1978 nous en donne une belle illustration :

Tatihou : le lazaret

Créé en 1720 pour protéger les côtes nord de la France d’une éventuelle propagation de la peste qui sévit à ce moment-là en Provence, le lazaret de Tatihou représente un exemple intéressant pour appréhender l’étude des quarantaines. Le fait qu’il se situe sur une île corrobore le fait que ces espaces constituent des lieux stratégiques en matière d’isolation sanitaire et de régulation sociale. L’île crée une barrière spatiale entre les habitants et la menace étrangère, en l’occurrence ici celle venue de la mer. De plus, la récurrence de l’usage des îles comme lieu de quarantaine finit par façonner un imaginaire social de ces espaces, dans lequel l’île renvoie au naufragé, au désert. La quarantaine, en figeant l’homme dans un lieu dont il ne peut théoriquement pas s’échapper, le mène aussi peut-être à l’introspection, une attente propice à une expérience où les sentiments, les méditations, se confrontent à la radicalité de l’isolement géographique mais également __ comme le pensait le philosophe Gilles Deleuze __ mythologique : « L’élan de l’homme qui l’entraine vers les îles reprend le double mouvement qui produit les îles en elles-mêmes. Rêver des îles, avec angoisse ou joie peu importe, c’est rêver qu’on se sépare, qu’on est déjà séparé, loin des continents, qu’on est seul et perdu __ ou bien c’est rêver qu’on repart à zéro, qu’on recrée, qu’on recommence1. ».

Ce court documentaire diffusé sur France 3 Normandie nous permet d’arpenter les lieux du lazaret de Tatihou et, par conséquent, de nous faire une idée du « quotidien de l’attente » dans cette île de quarantaine.

  1. Gilles Deleuze, « Causes et raisons des îles désertes », L’île déserte et autres textes : textes et entretiens 1953-1974, Paris, Editions de Minuit, 2002, p. 12. []

Les « nanas » dans l’attente : Le cas des immigrantes latino-américaines à Santiago du Chili

Je voudrais, dans ce texte, partager quelques notes et informations obtenues pendant le travail de terrain réalisé pour ma thèse, en mars et avril de l’année 2011. Mon propos sera de montrer un des territoires de l’attente que compte la ville de Santiago (du Chili), localisé dans le secteur centre-est, zone privilégiée (où vivent des personnes à hauts revenus). C’est un territoire qui naît et se reproduit dans l’objectif d’accueillir la population immigrante, principalement latino-américaine, qui est arrivée dans la capitale ces deux dernières décennies à la recherche de nouvelles opportunités de travail. Je parle ici du Centro Integrado de Atencion al Migrante (Centre Intégré de l’Assistance au Migrant), plus connu comme CIAMI ou Maison d’Accueil, qui fait partie de l’Institut Catholique Chilien de Migration (INCAMI). Cette organisation m’a « ouvert ses portes» pour participer comme volontaire et ainsi, avec leur consentement, développer un travail ethnographique pour ma thèse. Mon objectif, dans ces lignes, est de décrire le travail que cette institution réalise, et d’exposer les aspects qui m’ont amené à la caractériser comme un territoire d’attente à l’intérieur de cette grande métropole.

CIAMI naît en 2002 sous le soutien de la Congrégation des Missionnaires Scalabrinianos (qui aide les immigrants et réfugiés de 25 pays localisés en Afrique, Asie, Europe et Amérique), dans le but de répondre à la croissante demande de services de formation et d’insertion sociale de l’immigrante[1]. Jusqu’à présent, il existe 22 490 inscrites ce qui représente 35,6% du total de femmes immigrantes qui vivent dans la Région Métropolitaine[2].

L’organisation réalise différentes activités pour l’aide de la femme immigrante – principalement péruviennes, colombiennes, boliviennes, équatoriennes, haïtiennes, dominicaines – qui arrivent au pays dans des conditions très précaires et dans l’urgence de trouver un emploi. Les principaux axes développés par CIAMI sont : bourse de l’emploi, fondamentalement comme intermédiaire entre les employeurs et les employées domestique (voir photographie Nº1) ; service de cantine ; service d’hébergement provisoire (maximum un mois) ; stages de formation des femmes de ménage, ce qui inclut des cours de gastronomie, de cuisine, de formation religieuse, des conseils administratifs pour la régularisation; et assistance psychologique.

Photographie Nº1. Bourse d’emploi CIAMI. Centre d’insertion professionnelle, comme intermédiaire entre employeurs et employées de maison

Source personnelle, photo prise en mars, 2011. Santiago, Chili.

Voici la dynamique de fonctionnement de cette institution. La majorité des femmes immigrantes accueillies viennent au CIAMI dès qu’elles arrivent à la capitale, car c’est un point d’ancrage central dans la première étape de résidence. Elles connaissent l’institution à travers leur réseau amical et familial. En grande partie, il s’agit de femmes seules qui laissent leurs familles – maris et enfants dans leurs pays d’origine -, avec l’engagement de trouver un travail et de leur envoyer de l’argent le plus rapidement possible. Elles viennent au Chili avec des attentes importantes : pouvoir faire des économies et, dans un délai moyen (d’un minimum un an), retrouver leur famille, soit en les faisant venir au Chili ou en retournant dans leurs pays d’origine. De plus, certaines arrivent endettées à cause des hauts prix des moyens de transports (avion, car), du prix du visa et de la bourse de voyage. De plus, il y a des cas, où elles sont victimes des passeurs de frontières qui fournissent des faux documents.

Face à cette situation, CIAMI devient pour de nombreuses femmes immigrantes le premier contact avec la réalité chilienne, un lieu d’accueil et de sécurité, qui leur assure de trouver un logement, un emploi et, par la suite, de régulariser leurs situations de résidences (obtenir un visa de travail, administrativement appelé visa sujeta a contrato). Plusieurs d’entre elles décident de se loger à la Maison d’Accueil, les autres choisissent d’être hébergées chez un membre de la famille ou un(e) ami(e), cependant, à peine la journée commencée, autour des 10h du matin, elles se réunissent au centre dans l’attente d’une offre de travail.

Parallèlement, pendant la journée, les employeurs arrivent. Pour la plus part d’entre elles, ce sont des femmes chiliennes, provenant de secteurs socio-économiques moyens et hauts. Comme leurs future employées, elles sont sous une contrainte urgente : trouver une nana[3]. Une grande partie des patrons cherchent des puertas adentro[4], qui seront en charge du ménage de la maison, de la cuisine et de la garde des enfants des employeurs pendant qu’ils/elles travaillent. Plusieurs employeurs m’ont expliqué, qu’il serait impossible pour eux de travailler sans cette aide.

Une fois le rendez-vous (par téléphone) pris, les futurs patrons arrivent à CIAMI pour exprimer leurs besoins par rapport à la personne qu’ils cherchent. Ensuite, dans la cour du CIAMI, à haute voix, on annonce l’offre (voir la photographie Nº2). En troisième phase, les intéressées se présentent pour avoir un entretien personnel avec l’employeur (voir la photographie Nº5). Finalement, environ après d’une heure d’entretien, l’employeur choisit la personne plus appropriée pour le poste. Une fois que l’employeur a fait sa sélection, on demande à l’immigrante si elle est intéressée pour travailler avec cette personne.

Parmi les critères qui ont le plus de poids dans l’élection de l’employeur se trouvent : le fait d’être puertas adentro ou puertas afuera (la majorité des employeurs demande puertas adentro), le salaire (le CIAMI établit un minimum), l’empathie, l’expérience de travail, la langue (les haïtiennes ont plus de difficultés à être « élues » puisqu’elles ne parlent pas espagnol) et l’apparence physique (un rejet peut exister envers les plus jolies nanas car elles peuvent être considérées comme une « tentation » pour les maris ou les enfants des employeurs; de même pour celles qui sont noires, étant un nouveau groupe social dans le pays[5]).

Photographie Nº2 : Attentives à une offre d’emploi

Source personnelle. Photo prise en mars, 2011. Santiago, Chili

Photographie Nº3: Entretien de travail

Source personnelle. Photo prise en mars, 2011. Santiago, Chili

Si les étrangères ont de «la chance», elles peuvent trouver un emploi dans un intervalle de deux ou quatre jours; les autres, celles qui ont «moins de chance», peuvent rester dans l’attente entre une semaine et un mois. Si la personne n’a pas réussi à trouver un travail dans un délai d’un mois, les travailleurs du CIAMI lui recommanderont de baisser ses exigences par rapport au salaire et les caractéristiques de la famille. Celles qui préfèrent travailler avec des personnes âgées ou avec peu d’enfants auront plus de difficultés à trouver un emploi.

Selon ce que j’ai pu observer et ce que les travailleurs du CIAMI m’ont dit, il y a beaucoup d’immigrantes qui commencent à être plus exigeantes. Elles pensent que face à l’offre importante d’emplois, elles peuvent rendre plus flexibles les attentes des employeurs. Dans ce contexte, il est intéressant d’étudier comment dans cette attente pour trouver un travail, il existe une instance de socialisation entre les immigrantes (dans la cantine et la cour du CIAMI), où elles échangent des informations liées à ce qu’il faut demander à l’employeur et comment arriver à une meilleure négociation. Selon l’un des travailleurs du CIAMI, au début elles arrivent très ouvertes et flexibles, prêtes à accepter n’importe quelle offre, cependant, dès qu’elles commencent à échanger des conseils avec d’autres étrangères, les exigences des conditions de travail augmentent.

Par rapport au point antérieur, le CIAMI réalise un important travail de formation autour de sujets liés aux droits sociaux et du travail au Chili (salaire minimal, heures de travail, etc..) et des mécanismes existants pour les demander. De même, ils les préviennent quand ils observent qu’elles exigent plus que leur dû et que ça pourrait être un désavantage pour trouver un emploi. Cette recommandation se base sur le principe de rotation des employées de l’organisation, dont le but est de pouvoir aider les personnes pendant une courte période, quand l’immigrante traverse une situation de vulnérabilité extrême. Le CIAMI réalise quelques exceptions, en accueillant certaines personnes pour une période plus longue, particulièrement quand le motif du chômage est indépendant de leurs volontés.

Quelles activités réalisent-elles dans l’attente de trouver un emploi ? Elles attendent dans la cour de la maison, en se groupant par nationalité (Voir photographie N º 4). Dans ces moments, où le temps se dilate, elles en profitent pour se connaître les unes les autres, bavarder sur leur projet migratoire, les causes de leur émigration, leur situation familiale et économique, l’employeur qu’elles ont vu entrer au bureau … et surtout les diverses histoires et expériences qu’elles ont vécu comme femmes de ménages.

Photographie Nº4 : Soleil et ombre dans l’attente

Source: Réalisation propre. Photo prise en mars, 2011. Santiago, Chili

Pour « alléger » cette attente, le CIAMI propose des stages, en leur livrant un diplôme qui garantit leur formation d’employée de maison. Ce diplôme leur permettra de gagner la confiance de l’employeur. Voir les photographies suivantes.

Photographie Nº5 : Apprentissage de la cuisine

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili

Photographie Nº6 : comment bien faire un lit ?

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili

Photographie Nº7: Diplôme CIAMI

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili. Photographie anonyme

De plus, on leur offre un petit cours pour leur expliquer comment se comporter dans l’entretien personnel avec l’employeur.

Photographie N º 8 : comment devons-nous nous comporter dans un entretien? (Traduction de la photographie : avoir bonne présentation, saluer l’employeur, être sûres de soi, montrer une bonne éducation et attendre que l’employeur dise de s’asseoir)

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili

Elles peuvent profiter au CIAMI de déjeuner à très bas prix (900 pesos chiliens c’est-à-dire 1,30 euros).

Photographie Nº9 : Manger ensemble, crée le sourire

Source: Réalisation propre. Photo prise en Mars, 2011. Santiago, Chili

Quelques activités surgissent d’elles-mêmes, entre autres : couper et peigner les cheveux, tisser, coudre, dormir et regarder la télévision (qui se trouve dans une salle du CIAMI).

Photographie N º 10 : La transmission du savoir

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili

Photographie º11: Tuer le temps

Source: Réalisation propre. Prise en Mars, 2011. Santiago, Chili.

Chacune vit différemment les périodes d’attente. La perception de cette expérience dépend de chaque immigrante, c’est un temps subjectif. Quand l’étape de recherche de travail a été accomplie, il arrive une deuxième étape d’attente, encore très difficile : la régularisation de leurs documents. Combien de temps doivent-elles attendre pour pouvoir obtenir un numéro d’identité nationale ? Où doivent-elles aller pour le demander ? Quelles procédures doivent-elles effectuer ? Comment et où cette attente est-elle vécue ? Ce sont quelques questions auxquelles j`espère répondre dans un prochain travail de terrain pour la thèse, dans un nouveau territoire de l’attente.

Pour lire le texte en espagnol


[1] CIAMI. Estudio Exploratorio sobre la inmigración femenina en Santiago de Chile. Santiago : Septiembre, 2010.

[2] D’après le total des étrangères au dernier recensement, 2002

[3] C’est le nom qui est attribué à l’employée domestique au Chili

[4] C’est l’expression qui est utilisée au Chili pour l’employée domestique qui habite dans le lieu de travail, à l’exception des dimanches

[5] Dans les cinq dernières années, on a observé l’arrivée d’une nouvelle population noire vers le Chili. Il s’agit des personnes provenant de la Colombie (des villes comme Palmira et Cali, et ses environs), Haïti (lors du tremblement de terre), République Dominicaine et nord du Pérou.