La quarantaine, territoire de l’attente : quelques réflexions épistémologiques (2)

Après six mois de recherches autour de la thématique de l’attente dans les zones de quarantaine de l’espace atlantique, il apparaît important de dresser un bilan historiographique et, surtout, de poser quelques orientations épistémologiques. En effet, si le lien entre sentiment d’attente et claustration sanitaire apparaît évident, il n’en demeure pas moins que celui-ci n’a été que très sporadiquement étudié par les historiens. La quarantaine et les différents lazarets qui jonchent les villes-ports de l’espace atlantique demeurent des objets d’études relevant essentiellement de l’histoire maritime et épidémiologique. Certains auteurs évoquent tout de même les implications politico-diplomatiques de l’attente dans les procédures de quarantaine, à l’instar de John Booker dans son ouvrage Maritime Quarantine : the British Expérience 1650-1900. Néanmoins, la question des conditions d’attente, des sentiments divers et variés qui traversent les populations, notamment les plus pauvres, au sein d’espaces sanitaires de plus en plus sophistiqués _ et déshumanisés ? _ ne semblent pas constituer des éléments d’analyse centraux dans l’historiographie des lazarets.

On trouve pourtant quelques textes évoquant cette dimension dramaturgique de la quarantaine. Le lazaret de Grosse Ile au Québec, qui servit de station de quarantaine pour des milliers d’émigrants entre 1832 et 1937, a fait l’objet d’analyses dans lesquelles la dimension socio-historique ne fut pas négligée. L’un des premiers à évoquer cet immense lazaret dans cette perspective fut Réjean Lemoine, qui n’hésita pas à le qualifier de « Cimetière des immigrants au XIXe siècle[1] ». Dans son Histoire populaire des Etats-Unis de 1492 à nos jours, Howard Zinn évoque également le récit morbide de plusieurs milliers d’émigrants irlandais dans le lazaret québécois : « Le 18 mai 1847, l’Urania, originaire de Cork, avec à son bord quelques centaines d’immigrants dont la plupart étaient malades ou mourant de la fièvre, fut mis en quarantaine à Grosse Isle. Il s’agissait du premier de ces navires infestés par les épidémies qui remontèrent cette année-là le Saint-Laurent […] L’équipage, que le désespoir avait abruti et rendu brutal, était paralysé par la peur de contracter la maladie. Les misérables passagers étaient incapables de se soutenir eux-mêmes ou d’accorder la moindre attention à leurs compagnons. Il arrivait qu’un quart, qu’un tiers, la moitié, voire la totalité des passagers fussent différents stades de la maladie. Les uns mourant, les autres déjà mort[2]. » L’hécatombe humaine qui fut celle des migrants irlandais stationnés à Grosse Ile en 1847 doit nous interpeller sur l’intérêt d’une étude historique des lazarets sous l’angle de l’attente en tant que processus de régulation politique des hommes et des choses.  On pense immédiatement ici à Michel Foucault et ses écrits sur la biopolitique. En effet, c’est bien entre le XVIIIe et le XIXe siècle que la quarantaine subit de profondes mutations techniques, conditionnant un redéploiement plus précis des procédures de gestion sanitaire des mobilités économique et sociale. De nombreux règlements et traités vont instaurer des durées et protocoles variant en fonction de la provenance du bateau, de sa marchandise etc. Par ailleurs, la généralisation des patentes de santé, documents destinés à attester de l’état sanitaire de l’équipage au départ du navire, tend à effacer le distinguo entre normal et exceptionnel, ou, pour reprendre l’expression de Giorgio Agamben : « l’opposition entre normes du droit et normes de réalisation du droit, entre la norme et son application concrète[3]. » En effet, c’est à cause de la normalisation des procédures de quarantaine que les émigrants irlandais de 1847 subissent une réclusion mortifère dans laquelle la santé publique apparaît supérieure à toute forme de dignité humaine. L’attente demeure ici un moyen commode de contrôler une menace épidémique, en transformant le migrant en agent pathogène. Il sera donc essentiel de mesurer la place des procédures de quarantaine dans la construction d’un imaginaire social vis-à-vis duquel l’émigrant est perçu comme une menace. L’étude iconographique de Patrice Bourdelais et André Dodin[4] intitulée Visages du choléra, peut nous éclairer sur les ressorts psychologiques qui conditionnent l’émergence d’un racialisme scientifique dans lequel les quarantaines portuaires ont joué un rôle significatif, dans le sens où elles ordonnancent de nouvelles frontières entre l’émigrant et le résident. Dans le même ordre d’idées, il convient également de se pencher sur les discours médiatiques autour de ces évènements, notamment dans la presse outre-atlantique, dont les écrits autour des lazarets de migrants se révèlent nombreux durant les épidémies de choléra qui jalonnent le XIXe siècle.

Dans les zones de quarantaine, l’attente constitue donc une technique d’expertise biopolitique. C’est autour de cette première dimension que notre étude a tenté de se constituer. Dès lors, la sophistication des lazarets (Grosse Ile, mais également Brest, ou encore Ellis Island), les stratégies de réclusion et l’intensification des protocoles de mise en station des navires et des hommes, constituent autant d’indices nous permettant de questionner cette juxtaposition des peurs primales et de la volonté croissante de rationalité technique dans la gestion des crises sanitaire et sociale[5]. Par ailleurs, cet élément ne doit pas éluder d’autres dimensions tout aussi essentielles. Ainsi, l’attente en zone de quarantaine rime aussi souvent avec ennui, puisque derrière les grandes tragédies migratoires des lazarets, se dissimulent des petites histoires d’équipages « bien portant » et tentant de « tuer le temps » avant que de pouvoir jouir des bienfaits de la terre ferme. Il faut également analyser comment les hiérarchies sociales peuvent être redistribuées dans les espaces de quarantaine. L’attente tend-t-elle à effacer certaines distinctions, favorise-t-elle également l’émergence de nouvelles solidarités, amitiés, amours ? Autant de questionnements sur lesquels les archives, quoique peu prolixes, fournissent néanmoins quelques pistes utiles pour l’historien.

Notre objet d’étude se situe donc à la croisée de l’histoire sociale et de l’histoire matérielle. En effet, les quarantaines sont des lieux, très divers au demeurant (navires, îles, bâtiments etc.) et de ce fait ces derniers peuvent être porteurs d’une histoire très spécifique, à l’instar des bâtiments de quarantaine d’Angel Island qui accueillirent un nombre considérable de migrants asiatiques venus tenter leur chance sur la côte pacifique des Etats-Unis. Cette donnée architecturale nous conduit également à élargir notre étude à d’autres formes de réclusion sanitaire. Ainsi, qu’en est-il des léproseries, nombreuses sur le continent américain. Ces lazarets sont en effet des quarantaines définitives pour leurs occupants, qui se voient ainsi enjoindre de se réinventer une vie, loin de ceux qui les rejettent. Très souvent dépeints comme des espaces moribonds, les léproseries peuvent également se révéler être des lieux de vie, voire de libération si l’on se fie au récit imaginaire de Jack London lorsque ce dernier visita la léproserie tahitienne de l’île de Molokaï[6].

Angel Station, Quarantine Station, 1925, photoprint, San Francisco Bay, NLM

Par ailleurs, le XIXe siècle se caractérise par une remise en cause médicale de la quarantaine. Les médecins, et plus particulièrement ceux qui exercent dans la marine, critiquent fortement la pertinence des procédures de lazarets, au motif que ces espaces ne feraient qu’aggraver la santé des équipages, en jetant indistinctement les hommes sains avec les malades. Par ailleurs, l’inefficacité des quarantaines face à certaines pathologies tropicales comme la fièvre jaune, conduit certains d’entre eux à  la conclusion que la plupart des maladies ont une origine infectieuse et non contagieuse, ceux qui rend l’usage des quarantaines inefficace. Il sera intéressant de mesurer la résonance de ce discours scientifique des deux côtés de l’atlantique ainsi que d’appréhender sa réception par les équipages maritimes tout au long du XIXe siècle, ces derniers étant souvent soumis au lazaret.

Enfin, notre analyse s’appuie également sur les événements épidémiologiques, en tant que ces derniers permettent à la fois une mise en récit des expériences de quarantaine, ainsi qu’une approche plus organique des expériences humaines au sein de ces espaces. De ce point de vue, les épidémies de fièvre jaune et de choléra constituent des phénomènes pathologiques privilégiés pour étudier les évolutions pratiques des quarantaines. De nombreuses études ont en effet souligné des divergences profondes entre les états et les villes dans les manières de gérer ces évènements. Il sera intéressant de prolonger cette étude en analysant plus précisément en quoi les pratiques de quarantaine structurent de nouveaux procédés de ségrégation des corps, et comment ces derniers peuvent éventuellement réagir à ces formes de traitement socio-sanitaire. Dans ce cas précis, les populations de soldats et de migrants constituent des archétypes privilégiés tant ces derniers __ pour des raisons différentes __ ont fait l’objet de procédures spécifiques d’isolement. De surcroît, soldats et migrants apparaissent prédisposés à la contraction de maladies endémiques. La galle, le typhus, la tuberculose ou encore dans certaines aires géographiques la fièvre jaune, constituent des maux récurrents et particulièrement mortifères. De plus, si les soins prodigués aux soldats restent de meilleure qualité que ceux dont bénéficient la majeure partie des émigrés, les modalités de quarantaine apparaissent dans un cas comme dans l’autre extrêmement préjudiciables, tant au niveau organique que psychologique. Cette dernière dimension se révèle d’ailleurs primordial pour aborder la question de l’attente et des sentiments que cette dernière peut éventuellement drainer. En effet, la quarantaine instille la crainte de la maladie dans le psychisme des personnes qui y sont assignées. Les médecins et chirurgiens de la marine constatent ainsi avec quelle efficacité  la pesanteur du temps influe sur la déliquescence des facultés mentales des équipages. Dans le même ordre d’idée, durant la guerre de Sécession américaine, les quarantaines ont souvent engendré des phénomènes de désertion et de mutineries au sein des troupes nordiste et sudiste. Ces évènements, souvent anecdotiques, méritent néanmoins notre attention dans le sens où ils trahissent des appréhensions sociales du temps, de même qu’ils remplissent __ du point de vue de l’historien __ ces durées en apparence « vides » des lazarets.

En définitive, étudier les quarantaines sous l’angle de l’attente consiste également à analyser les évolutions culturelle et économique de nos sociétés industrielles dans les techniques de rationalisation du temps. Non pas le temps « plein » de la production, largement étudiée, mais celui, plus négligé, de l’inertie. Comment la rétention en quarantaine est vécue par les populations : les émigrés qui espèrent enfin fouler le sol pour lequel ils ont tout abandonné ? Les soldats qui observent ou constatent leur état maladif après avoir survécu à des combats souvent violents ? Les équipages maritimes pour lesquels parfois le navire devient le lieu de la quarantaine, et qui ne peuvent rien faire d’autre que d’observer la côte qu’ils aimeraient tant fouler, si près en distance et pourtant si loin en temps ? Pour appréhender ces questions, il faudra notamment se révéler attentif à toute la littérature médicale, et plus particulièrement aux feuilles de clinique lesquels, par les informations symptomatologiques qu’elles distillent, nous informent sur l’état d’esprit des malades et leurs appréhensions corporelles de l’attente.

U.S Quarantine Station, Honolulu, Hawaï, Meningtis patient in bed, NLM

Je joins également à ce texte une première bibliographie, qui constitue le fruit d’un travail de recherche dont les bases sont désormais posées.

Biblio_Terriat_Quarantaine(1) 


[1] Lemoine, Réjean, « Grosse Île : cimetière des immigrants au XIXe siècle », Revue d’histoire du Québec, Vol 1, n°2, 1985, pp. 9-12.

[2] Témoignage d’époque, cité par Howard, Zinn, Une histoire populaire des Etats-Unis de 1492 à nos jours, Paris, Agone, 2002 [1980], pp. 262-263.

[3] Giorgio, Agamben, Etat d’exception : Homo sacer, II, 1, Paris, Seuil, 2003, p. 63.

[4] Patrice, Bourdelais & André, Dodin, Visages du choléra, Paris, Belin, 1987, pp. 92-93.

[5] Sur cette question, voir notamment les excellentes analyses de Dominique Chevé-Aicardi, Les corps de la contagion : Etude anthropologique des représentations iconographiques de la peste (XVIe-XXe siècles en Europe), thèse soutenue le 30 octobre 2003, sous la dir. de Gilles Boëtsch, Université de Marseille 3.

[6] London, Jack, « Koolau le lépreux », Histoire des îles, Paris, Phebus, 2007, pp. 47-66.

En Pologne – La file d’attente ? Un jeu d’enfant !

Dans cet article de Pavlína Kourová, paru dans le n°1075 du Courrier International (09.06.2011), une intéressante réflexion sur la vie dans les files d’attente, au temps de la République populaire de Pologne… une histoire réactivée à l’occasion du lancement (par l’Institut de la mémoire nationale) d’un jeu de société permettant aux jeunes de revivre l’époque où faire la queue était une astreinte quotidienne.

Comment joue-t-on à Kolejka [la File] ? En fonction d’une liste de produits qu’il tire au sort, chaque joueur doit, au fil de la partie, faire acheter à des figurines, qui représentent les membres de sa famille, dix produits différents dans divers magasins. Le gagnant est celui qui y parvient le plus rapidement. Au cours du jeu, les participants tirent différentes cartes, qui facilitent ou compliquent leurs achats. La carte “Mère avec un enfant dans les bras” donne le droit de placer sa figurine en tête de la file. La carte “Critique du gouvernement” fait reculer de deux cases. La carte “Relations au Comité central” permet d’obtenir deux produits. Les membres du Parti disposaient en effet d’informations exclusives sur les lieux et les dates de livraison de telle ou telle marchandise.
Pour des produits particulièrement rares, les gens étaient capables de faire la queue des jours et des nuits entières. Une culture originale de la file d’attente est ainsi née. On y jurait contre le Parti et le gouvernement. Des “comités de file” appa:système de règles de numérotation permettant à chacun de ne rester dans la file qu’une à deux heures au maximum. Dans les queues, les gens échangeaient des ­ anecdotes. La pénurie de viande avait, par exemple, donné lieu à cette fameuse blague : “Avant la guerre il était écrit BOUCHERIE sur la devanture, et dans la boutique il y avait de la viande. Aujourd’hui il est écrit VIANDE, et à l’intérieur il y a le boucher.”
L’anecdote suivante montre assez bien quel était le statut de ceux qui géraient les magasins : “Dans un tramway de Varsovie, un passager marche sur le pied d’un vieil homme distingué. Ce dernier l’apostrophe brutalement : ‘Vous ne savez pas qui je suis ? Je suis gérant d’une boucherie !’ Le coupable, blême, s’excuse. Un autre passager se tourne alors vers lui et dit : ‘Ne vous inquiétez pas, ce n’est qu’un professeur d’université qui veut faire l’important…’”
Les gens ne disaient pas qu’ils allaient faire des courses, mais qu’ils allaient tenter d’attraper quelque chose. Ils n’achetaient pas ce qu’ils voulaient mais ce qui était disponible, même s’ils n’en avaient pas besoin. Ils pouvaient toujours ensuite échanger le produit acheté – un tapis contre une machine à laver, un mixeur contre un vélo, des cigarettes contre de la viande, etc.
Outre un plateau de jeu, des figurines et des cartes, la boîte du jeu de société Kolejka comporte un livret avec des données à caractère historique, accompagné de photographies d’époque et d’anecdotes sur le thème de la file d’attente et des magasins polonais socialistes. Elle contient également un DVD, un court documentaire, Chacun sait derrière qui il se tient, ainsi qu’un film, Le Quotidien de la file d’attente dans la république populaire de Pologne, dans lequel des historiens et des témoins de l’époque décrivent et se souviennent de la “Pologne populaire”.

Terriat : Etat de l’art (1)

Vous trouverez dans le fichier pdf mis en ligne dans ce billet, une première mouture de la bibliographie du projet ANR Terriat. Le découpage thématique étant une entreprise délicate, Laurent Vidal m’a suggéré d’opter pour une articulation chronologique très simple, en deux parties, à savoir : 1. Sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de l’attente d’hier… 2. … à aujourd’hui. Je ferai en sorte de publier le plus régulièrement possible un état de l’art sur ce blog. Par ailleurs, il serait intéressant que chacun des auteurs de ce blog mettent à disposition une partie de leurs recherches bibliographiques et de leurs considérations épistémologiques. Le projet ANR Terriat étant pluridisciplinaire, la bibliographie générale ne peut que s’enrichir grandement d’une telle démarche. De plus, des présentations thématiques de recherche permettent de mettre en relief de façon plus pertinente les grandes tendances de la production scientifique en sciences humaines et sociales concernant les sociétés, les migrations et les processus identitaires qui se jouent dans des territoires de l’attente si protéiformes. Je posterai très prochainement un nouvel article à vocation épistémologique et historiographique autour des quarantaines, en espérant que celui-ci soit suivi ou précédé de beaucoup d’autres.

ANR_Territoires de l’Attente :_Bibliographie (1)

Sur le pont des navires (1) : une saisissante attente

La cathédrale Saint-Louis, à La Rochelle, abrite dans ses collatéraux une riche collection d’ex-votos marins. Ils proviennent pour la plupart de l’église Saint-Jean du Perrot : aujourd’hui disparue, elle était autrefois le siège de la paroisse des marins du vieux-port.
Parmi ces toiles votives, celle du Saphir est la plus célèbre. Ce navire négrier, parti de La Rochelle en novembre 1739, a mis 136 jours pour effectuer la traversée entre la côte de Guinée et Saint-Domingue, soit près du double du temps habituel. On imagine sans peine que ni l’eau, ni les vivres embarqués ne furent suffisants pour faire face à une si longue navigation. Dans de telles conditions, c’est donc un miracle que le navire ait pu arriver à bon port. Faut-il y voir une intercession du Christ ? Assurément, si l’on en croit le capitaine Henry Rossal. C’est d’ailleurs en accomplissement d’un vœu qu’il a fait réaliser ce tableau, dès son retour à La Rochelle, en mai 1741. Sûrement de confession protestante, tout comme l’armateur Elie Giraudeau, c’est au Christ et non à la Vierge qu’il s’est adressé. Le coin supérieur droit de l’ex-voto représente ainsi le Christ le regard empli de compassion, tenant de la main gauche une croix, et paraissant de la main droite vouloir rassurer l’équipage et les captifs – à moins qu’il ne cherche à faire se lever les vents…

Mais regardons de plus près cet étonnant tableau.
Sur une mer étale, la toile saisie, le Saphir est encalminé : les garcettes de ris pendent mollement, tout comme les oriflammes. Nulle brise pour rompre la stupeur qui semble s’être emparée du trois mâts au profil effilé. Il n’y a pourtant pas si longtemps qu’il est sorti des chantiers bordelais (1737), mais reconnaissons qu’ainsi englué dans les eaux vertes des tropiques, il n’a plus rien de sa superbe. Les fleurs de lys sur la dunette, le soldat romain en figure de proue, tout comme les canons sur le côté, semblent incapables de repousser le danger. Il faut dire qu’aucun navire ennemi ne guette le Saphir. Non, le danger est ailleurs : c’est la faim et la soif qui s’installent, taraudent les corps, pourrissent le climat à bord, suscitant haines et tensions. Et c’est justement ce que va représenter le peintre dont le nom ne nous est malheureusement pas parvenu.
A l’avant, juchés à califourchon (probablement sur un tangon, préparé pour établir le bas de la grand voile en cas de vent), trois captifs africains implorent le ciel ou le Christ (c’est du moins ce que veut prétendre le peintre) : les bras tendus, la bouche ouverte, ils semblent crier de désespoir ou se lamenter. Plus en avant, au pied du mât de misaine, un marin habillé de bleu tend lui aussi les bras vers le Christ. Son attitude est plus digne : il ne crie pas, mais se recueille et paraît attendre un signe : une risée, une brise qui arracheraient le navire à ces eaux qui paraissent coller à la coque. A leurs pieds, allongés sur le pont, à bout de forces, un captif et un marin tendent eux aussi, mais à grand peine, les bras vers le ciel. Sur le gaillard d’arrière, une autre scène est représentée. On y voit un groupe de captifs, assis et palabrant. Le premier tourne le dos au Christ : s’il lève les bras, c’est pour participer à une discussion animée et non pour implorer le Christ. Du coup le marin habillé de rouge assis au pied du mât d’artimon (il pourrait bien s’agir du capitaine) pourrait tout aussi bien participer à la conversation. Mais que veulent dire ces bras tendus ? Qu’il est impuissant face au manque de vent ? Ou que le seul recours dans une situation aussi désespérée est divin ?
Un étrange climat d’instabilité émane de ce tableau. Instabilité sociale, d’abord : dans une telle épreuve, la hiérarchie à bord du navire risque d’être remise en cause, ce que pourrait bien vouloir indiquer la scène sur le gaillard d’arrière, où les règles du commandement semblent avoir été bafouées : ainsi, la rambarde qui sépare la dunette du reste du navire n’est-elle pas représentée à sa place logique, comme si les normes avaient été déplacées. Instabilité du navire ensuite : avec une ligne de flottaison aussi élevée, indiquant que les cales à eau et à vivres doivent être vides, le Saphir nous apparaît en équilibre précaire. Instabilité des corps également : debout, assis, couchés, on les imagine épuisés par la faim et malades du lent balancement du navire. Instabilité des codes enfin. Si certains captifs prient le Christ, doit-on en déduire qu’ils sont christianisés ou est-ce un effet de représentation voulu par le peintre ? Mais alors, à quelle fin ? Par ailleurs, les captifs discutent-ils avec les marins ou palabrent-ils entre eux ? Autant de questions…
Loin d’être un simple témoignage de piété populaire, cet ex-voto nous met au défi de raconter ce qui s’est vraiment passé à bord du Saphir durant ces longues journées d’attente – tant du côté des marins que de celui des captifs. Seules les archives permettront, le jour où elles seront enfin exhumées, de comprendre les raisons qui ont poussé le peintre à représenter ces étonnantes scènes.

Sur les musiques nées dans les territoires de l’attente (1)

La Nouvelle Orléans – Congo Square
Rio de Janeiro – Pedra do Sal

Dans deux villes noires, des lieux à l’écart : une place à proximité du French Quarter; un morne près du marché aux esclaves de Rio.

Le soir souvent ou le dimanche parfois, des esclaves et des noirs libres se retrouvent pour prier. Percussions, chants et danses évoquent des dieux venus d’Afrique, invoquent un retour dans la terre de leurs ancêtres, une libération – ici, l’attente est d’ordre eschatologique.

Bientôt, naîtront le jazz et la samba, musiques dont les origines sont étroitement liées à ces territoires de l’attente.

A Congo Square, on danse la Bamboula (un tableau d’Honoré Gamin, exposé au Musée du Nouveau Monde de La Rochelle, nous donne une belle idée de l’intensité émotionnelle de ces rencontres nocturnes)