Publication du livre « Les territoires de l’attente : migrations et mobilités dans les Amériques (XIXe – XXIe siècle) »

L’ouvrage de synthèse du programme TERRIAT a été publié fin juin aux Presses Universitaires de Rennes.
Vous trouverez ci-joint l’introduction générale, l’introduction de la première partie et le plan.

TerritoiresAttente

Une version anglaise sera publiée dans le courant de l’année 2016 (Cambridge Scholars Press)

 

 

Colloque Territoires de l’attente (en ligne)

Le colloque « Territoires de l’attente » qui s’est tenu en décembre 2014, est maintenant en ligne sur le portail vidéo de l’Université de La Rochelle à l’adresse suivante :

http://portail-video.univ-lr.fr/Societes-mobilites-deplacements

Il est également disponible au téléchargement sur itunesU.

 

affiche colloque_resultat

Les phénomènes de mobilité et de déplacement s’affirment comme des caractéristiques majeures de nos sociétés contemporaines. Pour autant, loin d’être fluides, homogènes ou linéaires, ces déplacements sont ponctués de temps, plus ou moins longs, d’attente. Qu’ils aient pour origine des raisons techniques, administratives ou politiques, de tels moments trouvent bien souvent une traduction spatiale : des territoires accueillent ces sociétés en attente.

Ce colloque, qui vient clore le projet ANR TERRIA T (« sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de l’attente », 2011-2014), souhaite examiner ces territoires de l’attente et la multiplicité de formes qu’ils revêtent, en établir leurs dimensions, comprendre leurs statuts juridiques, leurs articulations avec l’espace environnant, leurs temporalités spécifiques, ainsi que la variété des jeux économiques et sociaux qui s’y déploient.

Pour une telle enquête, les mondes américains, nés du déplacement (volontaire ou forcé) de populations d’origines diverses qui ont marqué de leur empreinte les territoires qu’elles se sont appropriées, s’offrent comme un terrain d’étude particulièrement adapté. Longtemps terre de refuge pour les persécutés de toutes confessions, puis Eldorado rêvé pour des millions d’immigrants, le continent américain est aujourd’hui encore le théâtre de nombreux déplacements humains : migrants quittant (ou fuyant) les campagnes pour des villes tentaculaires, clandestins franchissant les murs de la peur, réfugiés climatiques s’entassant dans des camps de la sécheresse ou des installations précaires (comme après Katrina). Ces déplacements, quelque soit leur origine, ont engendré des temps d’attente, donnant également naissance à des lieux spécifiques ou à des territoires inattendus (hôtelleries d’immigrants, pont du navire, ports d’arrivée du Nouveau Monde, camps de sans terre ou de la sécheresse, favelas…). Aujourd’hui, à l’image de nombreuses régions du monde, le continent américain connaît de nouveaux phénomènes de mobilité et de déplacement, qui engendrent d’autres territoires de l’attente, dont il convient aussi de prendre la mesure et de définir les spécificités. Près des frontières, où des dispositifs empêchent la traversée des clandestins (murs, barbelés, zones d’attente dans les aéroports), dans les immenses métropoles nées des nouvelles et gigantesques vagues de migrations urbaines, imposant de nouvelles formes spatiales de l’attente, comme les autoroutes urbaines embouteillées, où une véritable économie de l’attente prend forme (des vendeurs à la sauvette proposent boissons et aliments aux conducteurs embouteillés)…

Les études inspirées des Mobilities turn n’ont souvent pas suffisamment pris en compte le fait que l’attente puisse être « un état de la mobilité ». En nous appuyant sur la démarche de l’« exceptionnel normal », expérimentée par la micro-histoire, à savoir que l’exception nous renseigne sur la norme, l’ambition affirmée est que l’analyse de l’attente nous informe sur le mouvement. Mais notre propos serait incomplet si en filigrane de cette question d’une attente au sein de la mobilité, ne surgissait pas également une mise en perspective de ce phénomène avec son « territoire ». En effet, le choix de ce terme apparaît pleinement justifié, bien qu’il faille également définir en quoi il y a territoire et qu’est-ce qu’un « territoire de l’attente ». S’il est assez aisé d’identifier des « lieux d’attente », à savoir des dispositifs architecturaux conçus pour la mise en attente temporaire des personnes en déplacement (camps de réfugiés ou de migrants, centres de rétention, lazarets…), la mise en évidence de « territoires de l’attente » est plus complexe, puisqu’il s’agit de lire la façon dont un espace se transforme et se façonne, temporairement, pour accueillir ou réguler une situation d’attente, alors que cette dernière n’avait été que peu ou pas appréhendée par les acteurs eux-mêmes. C’est au regard de cette ubiquité que le terme « territoire » prend tout son sens. L’attente devient ainsi un prisme permettant de questionner et d’éprouver le territoire, et inversement.

Ce colloque a pour objectif d’enrichir la réflexion en sciences humaines et sociales par le biais de différentes réflexions thématiques concernant les territoires de l’attente : Les interactions et jeux sociaux, la mise à l’épreuve des pratiques sociales et culturelles ou encore les configurations identitaires et patrimoniales produites et/ou altérées par ces territoires de l’attente.

Enfin, ce colloque international  se veut aussi l’occasion d’élargir les réflexions menées par les chercheurs du projet, en accueillant des enseignants-chercheurs, docteurs et doctorants intéressés par ces problématiques et aptes à apporter des éclairages et des réflexions nouvelles.

 

Colloque international

 

 

 

Sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de l’attente d’hier à aujourd’hui 

 

(le cas des mondes américains, XIXe – XXe siècle)

 

 

 

Université de La Rochelle, 9-11 décembre 2014

 

Programme 

 

  • Mardi 9 décembre

 

10h30 : Accueil des participants

 

11h00 : Allocutions de bienvenue : M. le Président de l’université de La Rochelle, M. le doyen de la FLASH, M. le directeur du CRHIA

 

11h15 : Introduction (organisateurs)

 

11h30 : La frontière, comme territoire de l’attente (président : Grégory Bériet ; discutant : Alain Musset)

 

– Letícia Nunez Almeida (Université de São Paulo – Brésil), « Les frontières comme territoires de l’attente : l’expérience des Palestiniens dans le sud du Brésil. »

 

– Olga Odgers Ortiz, Gloria Galavitz (Collège de la Frontière Nord – Mexique), « Entre l’attente et l’espérance. Analyse du processus de construction de l’espérance dans les centres de rétention et de réhabilitation pour les usagers de drogue. »

 

12h30 – Débat

 

13h00 – Déjeuner

 

14h30 : Villes et lieux d’attente des migrants d’aujourd’hui (président : Alain Musset; discutant : Grégory Bériet)

 

– Hélène Simon Lorière, « Conakry, antichambre de Philadelphie pour les réfugiés libériens ? »

 

– Marcia Ardila, « L’attente en ambassades, centres de rétention et villes de passage. Trois moments du processus migratoire colombien »

 

15h30 : Débats

 

16h00 : Pause

 

16h30 : Des villes nées pour et de l’attente (Président : Paulo Gomes : Discutante : Maria Isabel de Jesus Chrysostomo)

 

– Eduardo Maia (Université Fédérale de Rio de Janeiro – Brésil) : Espera Feliz, une ville construite pour l’Heureuse Attente

 

– Charles Joseph (Université du Maine – Le Mans), « Los Angeles, une attente culturelle ? »

 

17h30 : Débats

 

18h00 : Fin de la 1ère journée

 

  • Mercredi 10 décembre

 

09h00 : Lieux et pratiques de l’attente en ville (présidente : Maria Isabel de Jesus Chrysostomo ; discutant : Paulo César da Costa Gomes)

 

– Letícia Parente (Université Fédérale de Rio de Janeiro – Brésil) : « Attente dans les lieux, lieux d’attente : observations à propos de la sociabilité publique »

 

– Elodie Chazalon (Université de La Rochelle) : « ‘Landless, groundless and proud of it’ : pratiques et poétiques urbaines aux Etats-Unis »

 

10h00 : Débats

 

10h30 : Pause
11h00 : Lieux de transit et de quarantaine, XIXe-XXe siècle (Président : Laurent Vidal; discutante : Nancy Green)

 

– Anne Bosser, « Evolution architecturale des lieux de transit portuaires pour les émigrants de l’entrepont »

 

– Jan Lamberz (Washington), « Quarantaine de Guerre Froide : détention sur « l’île des larmes » »

 

12h00-12h30 : Débats

 

14h00 : Les territoires de l’attente des migrations forcées et volontaires (Présidente : Nancy Green ; discutant : Laurent Vidal)

 

– Luana Teixeira (Université Fédérale du Pernambuco – Brésil), « Le commerce interprovincial des esclaves dans les dernières décennies de l’esclavage (1850-1881) »

 

– Simon Balloud (Université de La Rochelle), « L’immigration des religieux français vers le Canada (1880-1914) : territoires de l’attente et spiritualité de l’exil »

 

15h00 : Débats

 

15h30 : Pause

 

16h00 : Pauvreté urbaine et territoires de l’attente (président : Dominique Vidal ; discutante : Fraya Frehse)

 

– Daiana Azevedo Falcon, Teresa Peixoto Faria (Université d’Etat du Nord Fluminense – Brésil) : « Les politiques publiques créent-elle des territoires de l’attente ? Le cas du programme municipal Morar Feliz à Campos dos Goytacazes, Brésil »

 

– Ana Maria Alvarez Rojas, Hector Cavieres (Université Catholique Sílvia Henriques, Chili) « El Castillo : expression de l’attente structurelle des pauvres urbains et de la diversité des attentes selon les générations et les identités sociales »

 

17h00 – Débat

 

17h30 : Projection et discussion-débat grand public : Art et territoires de l’attente. En présence d’Assaf Shoshan (photographe) et Laurent Maffre (dessinateur), animée par Laurent Vidal et Alain Musset.

 

  •  Jeudi 11 décembre (FLLASH – Université de La Rochelle)

 

09h00Mémoire, patrimoine et muséalisation des territoires de l’attente (président : D. Poton ; discutant : Yves Bergeron).

 

– André Charbonneau (Parcs Canada), « Patrimonialisation et enjeux mémoriels à Grosse-île, Québec »

 

– Annick Notter, « Peut-on exposer, dans un musée, les territoires de l’attente ? »

 

10h00 : Débat

 

10h30 : Pause

11h00-12h00 : Conclusions (par les 8 discutants)

 

 

Renseignements-inscriptions :

 

Isabelle Marchesseau (CRHIA)

 

isabelle.marchesseau@univ-lr.fr

 

05 46 45 85 59

 

 

 

Programme du colloque (9-11 décembre 2014)

Colloque international

 

Sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de l’attente d’hier à aujourd’hui 

(le cas des mondes américains, XIXe – XXe siècle)

*

Université de La Rochelle, 9-11 décembre 2014

 

*

 

Mardi 9 décembre

 

10h30 : Accueil des participants

11h00 : Allocutions de bienvenue : M. le Président de l’université de La Rochelle, M. le doyen de la FLASH, M. le directeur du CRHIA

 

11h15 : Introduction (organisateurs)

 

11h30 : La frontière, comme territoire de l’attente (président : Grégory Bériet ; discutant : Alain Musset)

 

– Letícia Nunez Almeida (Université de São Paulo – Brésil), « Les frontières comme territoires de l’attente : l’expérience des Palestiniens dans le sud du Brésil. »

– Olga Odgers Ortiz, Gloria Galavitz (Collège de la Frontière Nord – Mexique), « Entre l’attente et l’espérance. Analyse du processus de construction de l’espérance dans les centres de rétention et de réhabilitation pour les usagers de drogue. »

 

12h30 – Débat

13h00 – Déjeuner

 

14h30 : Villes et lieux d’attente des migrants d’aujourd’hui (président : Alain Musset; discutant : Grégory Bériet)

 

– Hélène Simon Lorière, « Conakry, antichambre de Philadelphie pour les réfugiés libériens ? »

– Marcia Ardila, « L’attente en ambassades, centres de rétention et villes de passage. Trois moments du processus migratoire colombien »

 

15h30 : Débats

16h00 : Pause

 

16h30 : Des villes nées pour et de l’attente (Président : Paulo Gomes : Discutante : Maria Isabel de Jesus Chrysostomo)

 

– Eduardo Maia (Université Fédérale de Rio de Janeiro – Brésil) : Espera Feliz, une ville construite pour l’Heureuse Attente

– Charles Joseph (Université du Maine – Le Mans), « Los Angeles, une attente culturelle ? »

 

17h30 : Débats

18h00 : Fin de la 1ère journée

 

Mercredi 10 décembre

 

09h00 : Lieux et pratiques de l’attente en ville (présidente : Maria Isabel de Jesus Chrysostomo ; discutant : Paulo César da Costa Gomes)

 

– Letícia Parente (Université Fédérale de Rio de Janeiro – Brésil) : « Attente dans les lieux, lieux d’attente : observations à propos de la sociabilité publique »

– Elodie Chazalon (Université de La Rochelle) : « ‘Landless, groundless and proud of it’ : pratiques et poétiques urbaines aux Etats-Unis »

 

10h00 : Débats

10h30 : Pause
11h00 : Lieux de transit et de quarantaine, XIXe-XXe siècle (Président : Laurent Vidal; discutante : Nancy Green)

 

– Anne Bosser, « Evolution architecturale des lieux de transit portuaires pour les émigrants de l’entrepont »

– Jan Lamberz (Washington), « Quarantaine de Guerre Froide : détention sur « l’île des larmes » »

 

12h00-12h30 : Débats

 

14h00 : Les territoires de l’attente des migrations forcées et volontaires (Présidente : Nancy Green ; discutant : Laurent Vidal)

 

– Luana Teixeira (Université Fédérale du Pernambuco – Brésil), « Le commerce interprovincial des esclaves dans les dernières décennies de l’esclavage (1850-1881) »

– Simon Balloud (Université de La Rochelle), « L’immigration des religieux français vers le Canada (1880-1914) : territoires de l’attente et spiritualité de l’exil »

 

15h00 : Débats

15h30 : Pause

 

16h00 : Pauvreté urbaine et territoires de l’attente (président : Dominique Vidal ; discutante : Fraya Frehse)

 

– Daiana Azevedo Falcon, Teresa Peixoto Faria (Université d’Etat du Nord Fluminense – Brésil) : « Les politiques publiques créent-elle des territoires de l’attente ? Le cas du programme municipal Morar Feliz à Campos dos Goytacazes, Brésil »

– Ana Maria Alvarez Rojas, Hector Cavieres (Université Catholique Sílvia Henriques, Chili) « El Castillo : expression de l’attente structurelle des pauvres urbains et de la diversité des attentes selon les générations et les identités sociales »

 

17h00 – Débat

 

17h30 : Projection et discussion-débat grand public : Art et territoires de l’attente. En présence d’Assaf Shoshan (photographe) et Laurent Maffre (dessinateur), animée par Laurent Vidal et Alain Musset.

 

Jeudi 11 décembre (FLLASH – Université de La Rochelle)

 

09h00 – Mémoire, patrimoine et muséalisation des territoires de l’attente (président : D. Poton ; discutant : Yves Bergeron).

 

– André Charbonneau (Parcs Canada), « Patrimonialisation et enjeux mémoriels à Grosse-île, Québec »

– ? , « ? »

 

10h00 : Débat

10h30 : Pause
11h00-12h00 : Conclusions (par les 8 discutants)

 

 

*

 

Renseignements-inscriptions :

Isabelle Marchesseau (CRHIA)

isabelle.marchesseau@univ-lr.fr

05 46 45 85 59

 

Séminaire international (les hôtelleries d’immigrants)

Le 2 décembre 2013, Luiz Reznik (historien à l’Université d’Etat de Rio de Janeiro, et responsable du projet de muséification de l’Ilha das Flores – centre d’accueil des émigrants, fondé en 1883 dans la baie de Guanabara – Rio de Janeiro) organise un séminaire international sur les hôtelleries d’immigrants dans les Amériques. Nous avions eu l’occasion de visiter l’Ilha das Flores, guidés par Luiz Reznik lui-même, lors de la V° journée d’études de l’ANR TERRIAT (plus d’informations sur le projet de musée sur le site : http://www.hospedariailhadasflores.com.br/)

Maria Isabel de Jesus Chrysostomo, membre du projet ANR TERRIAT, présentera une communication sur la généalogie des lieux d’attente des émigrants dans la province de Rio de Janeiro au XIXe siècle.

seminario_ilha_das_flores

 

Attente, attentes : entre « etic » et « emic »

Si l’on reprend la distinction proposée par le linguiste K. Pike, entre le niveau de langage employé par les acteurs dans une culture donnée (le côté emic, mot calqué sur phonemics) -, et le niveau de langage distancié de l’observateur ou du chercheur (le côté etic, qui renvoie à phonetics), comment alors interroger l’attente ? L’attente constatée au niveau etic est-elle ainsi vécue et ressentie au niveau emic ? Ce qui est constaté au niveau etic doit nous servir d’aiguillon pour comprendre la façon dont la singularité de la composition spatio-temporelle de l’attente est éprouvée par les acteurs (niveau emic). Nomment-ils ces moments ? Et si oui, comment ? En revanche, s’ils ne les nomment pas, peut-on observer un comportement social et spatial différent de l’ordinaire ? L’enjeu est donc de comprendre le passage d’un niveau à l’autre, de l’attente constatée aux attentes vécues (et parfois non nécessairement perçues comme telles).

Si l’on ajoute à cette distinction etic/emic, la notion de régime d’historicité proposée par François Hartog, pour qualifier la façon dont une société articule, à un moment de son histoire, les catégories du passé, du présent et du futur, alors, l’attente constatée dans un régime d’historicité, peut très bien ne pas être perçue ainsi dans un autre. On peut formuler une telle hypothèse pour des sociétés où la succession passé/présent/futur est rompue, soit par l’invasion d’une forme de présent perpétuel, soit par une omniprésence du futur (pour des sociétés utopiques) – si tout est attente, alors il n’y a plus d’attente.

De même, si l’on retient la notion d’« habitus mobilitaire » (Stock, 2001), qui définirait un certain mode d’habiter, un savoir-faire avec les lieux, il importe alors de souligner que certaines catégories sociales ont développé plus que d’autres cet habitus – des nomades et migrants saisonniers d’hier aux métropolitains d’aujourd’hui. Ce faisant, ils ont aussi développé ce que l’on pourrait appeler un habitus de l’attente, à savoir un ensemble de compétences (comportementales, sociales…) liées aux situations d’attente qui ponctuent leur mobilité. Mais, d’hier à d’aujourd’hui, un tel habitus n’est pas uniformément partagé. Pour certains, la mobilité demeure exceptionnelle : l’attente devient alors un événement, une rupture, un choc.

Entre l’attente-habitus et l’attente-événement, c’est un large éventail de situations et comportements qu’il convient de repérer pour comprendre la manière dont les hommes et les femmes, dans un régime d’historicité donné, s’approprient un espace de temps dans la mesure (et à la mesure) de leurs capacités.

VI° journée d’études ANR TERRIAT (7 novembre 2013)

La VI° journée d’études de l’ANR TERRIAT aura lieu le jeudi 7 novembre 2013 à l’Université de La Rochelle

Elle permettra d’avancer sur la préparation de l’ouvrage collectif (avec une lecture critique de l’ensemble des résumés extensifs des articles et encadrés) et l’organisation du colloque PNGterminal d’octobre 2014.

 

 

 

Da esperança e suas ilusões

O que há em comum entre Élisée Reclus, Milton Nascimento e Fernando Brant? A nosso ver, uma das respostas possíveis passa pelo imaginário criado em torno da imigração para as terras brasileiras. Sendo assim, na tentativa de conferir sustentação a este argumento, iniciaremos o debate a partir das considerações de Reclus (1862). Em sua obra “O Brasil e a Colonização”, o geógrafo francês demonstra que, em meados do século XIX, o imigrante era visto por muitos políticos brasileiros como uma força-de-trabalho imprescindível na promoção do desenvolvimento econômico do país[1]Não por acaso, a propaganda imigrantista era um dos recursos mobilizados na tentativa de atrair tais trabalhadores. 

Segundo o autor, os agentes recrutadores enviados a Europa desempenhavam um importante papel persuasivo:

Suas circulares, suas brochuras, disseminadas em profusão, faziam brilhar nos olhos dos cultivadores oprimidos pela necessidade a perspectiva de uma terra generosa onde a bananeira, a laranjeira, o limoeiro florescem quase sem cultura, onde a miséria é aproximadamente desconhecida, onde a abastança vem recompensar os esforços de todos aqueles que consentem empregar suas mãos no trabalho (RECLUS, 1862, p.97).

Nota-se, portanto, que a propaganda realizada se apresentava de forma tão sedutora aos europeus ao ponto de fazê-los sonhar animadamente com um auspicioso futuro no Brasil. Em nossa análise, é justamente sobre esta sedução que os brasileiros Milton Nascimento e Fernando Brant discorrem através do poema “Sonho Imigrante”:

A terra do sonho é distante
e seu nome é Brasil
plantarei a minha vida
debaixo de céu anil.

Minha Itália, Alemanha
Minha Espanha, Portugal
talvez nunca mais eu veja
minha terra natal.

Aqui sou povo sofrido
lá eu serei fazendeiro
terei gado, terei sol.

O mar de lá é tão lindo
natureza generosa
que faz nascer sem espinho
o milagre da rosa.

O frio não é muito frio
nem o calor é muito quente
e falam que quem lá vive é maravilha de gente.

Conforme verificamos, os três autores mencionados no início deste texto versam sobre um mesmo sonho. Eles nos ajudam a refletir sobre como determinadas imagens e palavras aguçavam em alguns europeus a esperança de vivenciar dias mais prósperos. Diante dessa possibilidade, eles cogitavam deixar suas pátrias com a expectativa de se tornarem proprietários nas terras brasileiras. Ou seja, assim como o título do poema sugestiona, tratava-se de um sonho que estava relacionado ao movimento: ele nascia no território de um país europeu e se deslocava para o Brasil, tendo como transporte as mentes e os corações dos imigrantes.

Parecia ser um negócio irrecusável: trocar o sofrimento por uma porção de terra na qual jorraria uma riqueza sem tamanho. A dúvida pela certeza de uma vida plena de possibilidades. É difícil imaginar um pobre cultivador europeu que não desejasse ir para um país onde haveria fartura, temperaturas agradáveis e natureza generosa. Quem não gostaria de ir para o paraíso, não é mesmo?

Afinal, pelo que percebemos, os discursos e a iconografia utilizados para estimular a imigração contribuíam para esculpir uma visão paradisíaca do Brasil. Neste paraíso, além do deleite causado pela possibilidade de se obter uma propriedade, verificamos alguns dos outros encantadores atributos que deslumbrariam os europeus: o clima, os habitantes pacíficos e a fertilidade dos solos. Como averiguamos, a propaganda empreendida pelo governo brasileiro fazia ecoar na Europa notícias que davam conta da existência de um território agraciado por inúmeros e belos predicados. Por esses motivos, especulamos que as palavras e imagens utilizadas neste contexto contribuíam para converter o Brasil em um território da espera. Tratava-se de um território no qual eram projetados os anseios e ambições dos imigrantes. Portanto, quando usamos a palavra espera, nos referimos, principalmente, à esperança. A esperança de uma nova vida que floresceria sob o céu anil.

O embrião dessa nova vida parecia mesmo encontrar terreno fértil em um paraíso feito o Brasil. Isto, por si só, poderia tornar inevitável não desejar a mudança para um lugar tão afortunado. Mas além das gentis representações elaboradas em favor do « país de natureza generosa », devemos ainda nos lembrar de algumas perturbações que atingiram o Velho Continente em meados do século XIX – como os movimentos revolucionários de cunho liberal iniciados em 1848 (DIÉGUES JÚNIOR, 1964). Com efeito, não era de se espantar que homens e mulheres deixassem suas terras natais carregando pouco mais do que malas e sonhos.

Mas, ao chegar em solo brasileiro estes sonhos poderiam se transformar em realidade ou pesadelo. E, segundo análise de Reclus (1862), não era raro a segunda opção se efetivar. De acordo com ele, havia uma grande distância entre as imagens propagadas e a realidade. Os cultivadores europeus que deixavam seus países acalentando a certeza de se tornarem proprietários, descobriam essa distância quando de fato já estavam imersos em um verdadeiro infortúnio no qual as condições eram precárias e suas dívidas só aumentavam. Em outras palavras: as aspirações dos imigrantes se chocavam contra a realidade cujos rumos eram traçados, sobretudo, pelos interesses dos grandes proprietários brasileiros.

Acolhidos por um senhor suspeitoso que via neles um capital exposto às diversas condições de morte, doença ou deserção, esmagados de dívidas antes de terem cortado um único galho ou revolvido um torrão de terra, punham-se ao trabalho com a consciência de não trabalharem para si próprios […]. Logo as febres da aclimatação vinham assaltá-los; e se o sofrimento, somado à nostalgia e à novidade de sua situação, diminuía sua coragem, corriam fortemente o risco de perecer miseravelmente. (RECLUS, 1862, p.97-98)

Embora houvesse casos de imigrantes que fizeram fortuna no Brasil, existiam também experiências malsucedidas. A ilusão parecia estar travestida na forma de promessas. Em muitos casos não havia milagre e tampouco rosa. Em contrapartida, nesse admirável Mundo Novo sobravam espinhos. Talvez distante não fosse somente a « terra do sonho », mas, sobretudo, o próprio sonho.

Em muitas das situações os imigrantes não alcançavam o que tanto queriam: um pedaço de terra repleto de vacas, bois e porcos. E no fim das contas, devido às dificuldades que se avolumavam, a existência dos sonhadores estrangeiros simbolicamente os aproximava muito mais dos animais que eles desejavam adquirir do que dos fazendeiros que eles desejavam se tornar. A luta pela sobrevivência no novo e desconhecido país lhes impunha uma vida por diversas vezes amarga e marcada pela submissão. Uma vida de gado[2].

No entanto, indiferente dos desfechos das histórias, notamos que ao contemplarem a condição onírica associada aos imigrantes, Elisée Reclus, Milton Nascimento e Fernando Brant chamam atenção para uma relevante dimensão presente nos territórios da espera: a dimensão da esperança. Nesse feixe de ideias, se o imigrante está diretamente relacionado ao deslocamento, podemos inferir que o sonho é um dos componentes do motor que propulsiona este movimento[3].

 Higor Mozart

Notas

[1] Não é nosso objetivo abordar as motivações que fortaleceram os debates sobre imigração. Mas, entre outros aspectos, mencionamos a escassez de força-de-trabalho atrelada, sobretudo, pelo fim do tráfico transatlântico de escravos (1850). Mencionamos ainda a Lei de Terras (1850) e a existência de discursos que propunham o branqueamento da população. (LAZZARI, 1980). Para informações pormenorizadas consultar: LAZZARI, Beatriz Maria. Imigração e ideologia: reação do parlamento brasileiro à política de colonização e imigração. Porto Alegre: EST; Caxias do Sul: UCS, 1980.

[2] Utilizamos a expressão vida de gado em alusão à música Admirável Gado Novo, gravada em 1979 pelo cantor paraibano Zé Ramalho. O título de tal canção, por seu turno, evoca a obra Admirável Mundo Novo, de autoria do inglês Aldous Huxley, publicada em 1932. (HUXLEY, Aldous. Brave new world. New York: Harper Perennial Modern Classics, 1998; RAMALHO, Zé. Admirável Gado Novo. In: A peleja do Diabo com o dono do céu. Epic, Rio de Janeiro, 1979.)

[3] Conforme se verificou, este texto representou apenas uma tentativa para que fizéssemos uma reflexão inicial sobre algumas questões inerentes à propaganda imigratória. Tomamos como ponto de partida as considerações elaboradas por Reclus (1862) a respeito da imigração para as terras brasileiras em meados do século XIX. No entanto, sublinhamos que há outras tantas questões a serem abordadas e ângulos a serem visualizados, neste e em outros períodos.

 

Referências

DIÉGUES JÚNIOR, Manuel. Imigração, Urbanização, Industrialização. Rio de Janeiro: Ministério de Educação e Cultura, 1964.

LAZZARI, Beatriz Maria. Imigração e ideologia: reação do parlamento brasileiro à política de colonização e imigração. Porto Alegre: EST; Caxias do Sul: UCS, 1980

NASCIMENTO, Milton e BRANT, Fernando. Sonho Imigrante. In: RIBEIRO, M. V.; ALENCAR, C.; CECCON, Claudius. Brasil Vivo: uma nova história da nossa gente. Rio de Janeiro: Vozes, 1988. p. 110.

RECLUS, Elysée. Le Brésil et la colonisation. Revue des Deux Mondes, 15 juin/15 juillet 1862.

 

 

 

 

 

 

Atelier « Ecrire les territoires de l’attente » 22-23 juillet 2013 (Congrès de l’Association Internationale de Littérature Comparée)

Dans le cadre du Congrès de l’AILC- ICLA, Paris, 18 au 24 juillet 2013, Micéala Symington et Laurent Vidal coordonnent un atelier intitulé : « écrire les territoires de l’attente » . Il se tiendra, au 108, Bd Malhesberbe (75017 Paris).

Le programme général du congrès est en ligne : http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/AILC_programme.pdf

Le programme de l’atelier est le suivant :

 

22 July 2013, 9am ; 22 juillet 2013, 9h

Introduction

– Micéala Symington et Laurent Vidal, Nr: #1124, « Introduction : Ecrire les territoires de l’attente »

1. Frontières et traversées : l’écriture des middle passages (coordinateur : Laurent Vidal)

–        Jonathan Hart, University of Alberta, Nr: #1782 , « Boundaries, Borders and Liminal Spaces »

–        Jean Bessière, Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3, « La chaîne des territoires de l’attente — thématique du territoire de l’attente et réseau de récits et de témoignages: vers une écriture globale – Driss Chraïïbi, Nabokov, Mabanckou, Ying Chen, Edwige Danticat, García Canclini N, Diana Abu-Jaber »

–        Maria Luiza Berwanger da Silva, Universidade Federal do Rio Grande do Sul, Nr # 2262, « Le Territoire de l´Enfant dans la Littérature et Culture Brésiliennes »

 

22 July 2013, 1.30pm ; 22 juillet 2013, 13h30

2. L’aéroport, ou des formes (post-)modernes de l’attente (coordinateur : David Damrosh) 

– Erica Durante, Université Catholique de Louvain, Nr: #227, « Le Roman d’aéroport comme un récit du temps multiple »

– Ana Filipa Prata, Universidade de Lisboa, Nr #772, « Une journée à l’aéroport: Le Voyage au Portugal, de Sérgio Tréfaut »

– John Boening, University of Todedo (USA), Nr #1025,  « Excavating the PrePostmodern Waiting Space: Towards a Literary Archeology of the Airport »

 

23 July 2013, 9am ; 23 juillet 2013, 9h

3. Écrire le confinement en attente (coordinatrice : Micéala Symington)

– Evelyn Cobley, University of Victoria (Canada), Nr # 712, « Territories, Social Engineering, and Efficiency: The Case of Auschwitz »

–   Marianna Daganutti, University of Oxford, Nr #2215 « The disruptive narrative of Marisa Madieri and David Grossman’s refugee camps »

–   Fiona McIntosh-Varjabédian, Université de Lille 3, Nr: #1918, « Champs de batailles et terres gastes/Battle Fields as wastelands »

 

23 July 2013, 1.30pm ; 23 juillet 2013, 13h30

4. Représentation des territoires de l’attente (Coordinateur : Jean Bessière)

 – Au Chung To, Hong Kong Institute of Education, Nr # 1966, « The Borrowed Time and Space: A Study of temporality and spatiality in Hong Kong modern fiction before 1997 »

– Joanny Moulin, Université d’Aix-Marseille, Nr: #1924, « Entre histoire et littérature: les lieux de la biographie »

– Laurent Vidal (Univ. de La Rochelle) et Maria Isabel de Jesus Chrysostomo (Univ. Federale de Viçosa, Brésil), Nr: #208 « Musique et territoires de l’attente dans la littérature – de quelques hypothèses de travail »

 

Les territoires de l’attente en 10 propositions

Laurent Vidal – 20 juin 2013 – Version provisoire

1/ La notion de territoire de l’attente recoupe une double dimension de la vie sociale.

– Lorsqu’une situation d’attente (de pause) s’impose dans un espace, jusqu’à en modifier le sens et l’usage, de manière éphémère ou plus durable, nous parlons de territoires de l’attente.

– Lorsqu’un dispositif est spécialement conçu et construit pour la mise en attente temporaire de populations en déplacement, nous parlons de lieux de l’attente.

2/ Les territoires et lieux de l’attente naissent de la mobilité et dans la mobilité – cette mobilité pouvant être ordinaire ou exceptionnelle, et répondre à des motivations diverses (depuis l’espérance, qui met en marche des milliers de migrants vers des pays d’abondance, jusqu’aux mobilités métropolitaines).

– Résultant des pauses éphémères (qu’elles soient cycliques ou inattendues) dans les déplacements (notamment métropolitains), ils résultent d’arrangements spatiaux pour vivre l’attente ou en tirer profit. Sans institution pour les organiser, on peut néanmoins observer le recours à des principes ordinaires de justice (E. Goffman) pour leur auto-régulation.

– Organisés pour la mise en attente (notamment pour les migrants ou les réfugiés), ils s’imposent comme des dispositifs dotés d’une matérialité physique (bâtiments, murs…). Marqués par la présence et l’action d’une institution, ils fonctionnent sur le modèle d’un « espace orienté » (J. Le Goff), avec un parcours (réel ou symbolique) à effectuer entre le début et la fin de l’attente.

3/ Plutôt que la lecture classique d’une  articulation entre société et territoire, cette enquête doit aborder les « territoires en étant utilisés » (M. Santos) par les groupes en attente. Le gérondif insiste sur un processus en train de se dérouler, et donc soumis à des variations dans le temps, selon les cultures et les genres.

4/ L’identification des territoires et lieux, ainsi que l’agencement spécifique qui prend forme dans les multiples situations d’attente, entre espace, temps et société, suppose l’adoption d’un regard attentif aux intensités faibles, aux « transformations silencieuses » (F. Jullien), et une description (dense) de type micro-social.

*

5/ Les territoires de l’attente doivent être conçus comme autant d’événements, puisque fruits d’une rupture de la mobilité ou imposant une rupture dans la mobilité. Ils disposent ainsi d’une historicité qu’il faut interroger (la genèse comme la fin d’un territoire de l’attente doivent être appréhendés).

6/ Les territoires de l’attente se présentent comme des espaces interstitiels (entre-deux dans le temps et dans l’espace).

– Entre-deux, ils induisent une altérité territoriale.

– Espaces de contrainte et/ou d’opportunité, ils invitent à penser la territorialité sous l’angle du provisoire et l’incertitude.

7/ Les territoires de l’attente sont habités – transitoirement ou plus durablement. Ils sont une illustration de la problématique de l’habiter rencontrée par les personnes en situation de mobilité.

– Certains de ces habitants sont les « hommes lents » identifiés par Milton Santos (les exclus de la vitesse). Leur lenteur n’étant pas un handicap, mais parfois ce qui fait leur force (leur résistance comme ré-éxistence).

8/ Les territoires de l’attente disposent d’un langage propre.

– ils sont dotés d’un rythme propre marqué par la rencontre de plusieurs temporalités

– comme langage, fait de gestes, de comportements, de mots et d’expressions, il engage le corps et l’esprit des personnes en attente.

– ce langage varie selon les cultures et le genre.

9/ Les territoires de l’attente produisent de l’identité sociale.

– pouvant être le support d’un possible espace public, ils ne sont donc pas des « non-lieux » comme l’envisageait Marc Augé.

– s’ils produisent de l’identité, ils produisent donc aussi une mémoire (qui peut être un élément d’identification et de distinction sociale).

10/ Les territoires de l’attente imposent un paysage de l’attente dans un paysage de la mobilité (éphémère ou plus durable, fait d’arrangements ou d’interventions architecturales).

 

Vient de paraître, aux éditions Diaphane,  le catalogue de l’exposition du photographe Assaf Shoshan, intitulée : « Territoires de l’attente ». Des textes de Laurent Vidal, Gil Pasternak et Ellie Armon Azoulay accompagnent la sélection photographique. Une présentation est accessible sur le lien suivant :

http://www.diaphane-editions.com/index.php?page=catalogue

Couv Assaf une

 

LANZAMIENTO DEL LIBRO

“Geografías de la espera. Migrar, habitar y trabajar en la ciudad de Santiago, Chile. 1990-2012”

Verónica Correa, Idenilso Bortolotto y Alain Musset. Uqbar editores. Santiago, Chile. 2013. 

Bajo el patrocinio de TERRIAT, INCAMI y Fundación Scalabrini

espera 1

Fecha y lugar de lanzamiento:

Viernes 1 de Marzo, a las 18.00 horas en la Universidad Católica Silva Henríquez. Para más información del encuentro: http://www.revistasur.cl/2013/03/lanzamiento-de-libros-sobre-migracion/

IMG_0878

IMG_0867

Resumen libro:

En medio de la soledad, el miedo ante la incertidumbre y los desafíos que impone la ciudad de Santiago, miles de migrantes provenientes principalmente de América Latina se acercan año a año al Centro Integrado de Atención al Migrante, CIAMI (perteneciente a los misiones scalabrinianos), en búsqueda de hospedaje y trabajo.

Esperar es parte constitutiva de la condición humana, tanto a nivel individual como colectivo. Sin embargo, pocos son los estudios que han abordado de manera sistemática los tiempos, lugares y territorios de la espera. Este es precisamente el desafio que se plantea GEOGRAFÍAS DE LA ESPERA. MIGRAR, HABITAR Y TRABAJAR EN LA CIUDAD DE SANTIAGO, CHILE. 1990-2012. Esta obra conformada por investigadores chilenos y extranjeros, estudia empíricamente a través de diversos ejes temáticos –geopolítico, cultural, espacial y religioso-, el estado de espera del inmigrante latinoamericano que habita en la capital chilena y aborda otra faceta del fenómeno migración “de sur a sur”, recordándonos que son personas que se encuentran acorraladas entre la espera y esperanza.

Índice:

PREFACIO.

Lelio Mármora.

INTRODUCCIÓN.

Santiago y sus migrantes: entre espera y esperanza. Alain Musset, Verónica Correa e Idenilso Bortolotto.

PARTE I. GEO-POLITICA Y MOBILIDAD

  1. Efectos de la ratificación de los Tratados Internacionales de
    Derechos Humanos y Acuerdos Regionales, en la Legislación Migratoria
    Chilena. Patricia Donaire.
  2. Una aproximación descriptiva y sociodemográfica de las mujeres inmigrantes en Santiago de Chile, desde el registro de CIAMI. Jorge Martínez y Magdalena Soffia
  3. “Atravesar” la frontera: La huella perpetua en la experiencia migratoria. Florencia Jensen.
  4. Novedad Migratoria: Refugiados colombianos en Chile. Carlos Mauricio Ortegón

PARTE II. CULTURA Y MOBILIDAD

5. Dinámicas globales y de género en la migración de las mujeres asentadas en la ciudad de Santiago. Sara Salvatori.

6. Fe y catolicismo popular de los migrantes latinoamericanos en Santiago de Chile. Apuntes para la comprensión de la fe itinerante desde la perspectiva de Incami en la Parroquia Personal para los  Migrantes Latinoamericanos de Santiago. José Delio Cubides e Idenilso Bortolotto

PARTE III. CIUDAD Y DESPLAZAMIENTO

7. Urbanidades en pugna: Usos y memorias del espacio en la migración peruana en Santiago de Chile. Alejandro Garcés.

8. Geografía de la crisis del cuidado en Santiago: Una aproximación centrada en la demanda de mano de obra extranjera. Verónica Correa y Dominique VidaL.

9. Una dimensión espacio-temporal de la espera: El patrón residencial de las inmigrantes latinoamericanas en la última década en Santiago de Chile. Verónica Correa, Jean-Claude Raynal y Alain Musset.

Compra libro:

Oficina de INCAMI en  Avenida Bustamante 180 – Providencia – Santiago, Chile. Teléfono:(56-2) 2 2226440/8571

¡VERSION DIGITAL GRATUITA! libro en pdf

Exposition Assaf Shoshan – Territoires de l’attente (La Rochelle)

Depuis notre première rencontre avec Assaf Shoshan, l’idée d’une exposition de certaines de ses photographies, relues à partir de la perspective des territoires de l’attente, a fait son chemin. Après avoir été reçu à plusieurs reprises en résidence au Centre InterMondes, l’inauguration de l’exposition a été marquée pour le 14 mars (18h30 au Carré Amelot – La Rochelle). Aff. expo shoshan-1

A cette occasion, un livre sera lancé (editions Diaphanes, 2013) avec une sélection de photos et un article introductif de Laurent Vidal (suivi d’articles des critiques d’art Ellie Azoulay et Gil Pasternak). Voici un extrait de l’article de Laurent Vidal :

 

« Dans une vallée pierreuse et encaissée, avec pour seule compagnie un arbuste bien trop maigre pour offrir une ombre réconfortante, Taaban court. Sa foulée semble d’abord légère, son regard clair, fixé vers l’avant ; puis la sueur gagne son front, le souffle lui manque, et la foulée s’alourdit. Le temps défile, le soleil se lève, pointe au zénith, puis se couche. Taaban court, mais n’avance pas.

Devant la rue Théodore Herzl, un passage piéton et un feu de signalisation. Des hommes et des femmes attendent que le flot des automobiles s’écoule, puis passent lorsque le signal est au vert. De signal en signal, les piétons passent, sauf quelques-uns qui forment bientôt une masse compacte. Eux attendent, et, ainsi que Taaban, n’avancent pas, comme retenus par une invisible barrière.

Saisies en un long plan fixe, ces courses immobiles ou interrompues disent l’attente des migrants – celle avide et focalisée, aux abords des frontières nationales, et celle résignée et absente de ces mêmes migrants, à l’intérieur du pays tant désiré, lorsqu’ils se trouvent confrontés à d’autres frontières, autrement plus infranchissables.

Assaf Shoshan, l’auteur de ces deux photographies filmées, a grandi dans le désert du Néguev. C’est là qu’il a posé son appareil photo ; c’est là dans l’observation du passage des hommes et des cristallisations de leurs traces, qu’il a découvert les modernes Sisyphe, accomplissant leur peine, poussés par l’énergie de l’espérance et résignés à refaire sans cesse un chemin sans issue.

Le désert du Néguev est une enclave entre Europe, Afrique et péninsule arabique. Traversé, il y a bien longtemps de cela, par la route de l’encens, il n’a depuis cessé d’être un lieu de passage – nomades, migrants et réfugiés s’y côtoient, aux prises avec une frontière mouvante, où veillent, soupçonneuses, les armées de tous pays, depuis que des nations ont voulu y tracer des lignes de séparation.

Dans cette enclave, Assaf Shoshan photographie les hommes en attente et les paysages marqués par l’attente – les territoires de l’attente, leurs naissances, leurs survivances et leurs chorégraphies singulières dans les paysages désertiques du Néguev.

Sous son regard, réfugiés et migrants sont en famille, prenant la pose, comme oubliant un instant leur condition. Mais bientôt une sensation force le regard : l’épouse toujours surplombe le mari, comme si elle avait pris le relais de l’énergie après tant d’épreuves. Le couple et les enfants se tiennent par la main ou du regard, formant un cercle, rempart contre les agressions du monde extérieur. C’est ici le Shakespeare d’Antoine et Cléopâtre qui vient à l’esprit : « L’éternité était dans nos lèvres et nos yeux ». Or, quand l’épouse manque, les regards se dispersent, les blessures semblent plus vives. C’est par petites touches, par fines nuances que procède Assaf Shoshan, racontant l’attente extraordinaire qui met en marche et projette dans l’avenir, mais aussi l’attente angoissée qui naît de l’immobilité, d’une vie installée dans un présent immuable. On devine, dans ce qui déborde de ces photos, des trajets d’infortune et de chagrin, une cartographie de la détresse et de l’espoir, des murs invisibles dressés contre les indésirables.

Aux blessures des hommes répondent celles de la terre, mutilée par les frontières, lignes du doute et du deuil. Quand les frontières sont déplacées, leurs paysages absurdes s’imposent au regard. Ici, un village abandonné, que personne n’a jamais réinvesti, là un poste de garde qui ne garde plus rien, ou un hôtel qui n’accueille plus de clients, une prison délaissée. La vie, soudain, s’est retirée, ne laissant que des carcasses éventrées, peu à peu ravalées par la nature. Est-ce un hasard si, dans ces paysages d’ennui et d’entre-deux, Assaf Shoshan a découvert pour toute vie, un chien, un chien qui veille ? Cerbère gardant le royaume des morts…

Mais il n’y a pas, dans le désert du Néguev, que les hommes traversant les frontières, il y a ceux dont les frontières traversent l’univers de vie – ce sont les nomades, les Bédouins. Hommes du déplacement, à la grammaire de terre, les voici pourtant forcés à l’arrêt, installés aux abords des villes. Sous les pylônes électriques qui transportent à haute vitesse l’électricité vers la métropole frémissante, ils ont dressé d’étranges campements, faits de bric et de broc avec les restes de la ville. Leurs campements sont comme des enclaves pour survivre en attendant que les frontières soient à nouveau ouvertes et les déplacements à nouveau autorisés. Hommes des restes, hommes lents, ils inventent, à leur mesure, des territoires de l’attente.

Dans l’univers d’Assaf Shoshan, l’homme est traversé par le paysage comme le paysage est traversé par l’homme : ils se fondent et se confondent pour donner naissance à des concrétions hybrides. Et c’est par une attention aux fragments qui demeurent à la surface des choses après leur abandon, qu’il en saisit les contours, sous la forme de « dormances » (Bailly) ou de cristallisations inattendues, pour révéler « l’espace sans ciel et le temps sans profondeur » (Camus) des hommes déplacés – ombres volées à des instants fragiles. « 

De l’art d’attendre dans un embouteillage

Cette photo prise sur le vif le 18 octobre 2012 dans un embouteillage de l’avenue Presidente Vargas, à Rio de Janeiro, montre toute l’inventivité, le pouvoir de création qui se niche dans ces temps et lieux d’attente. Ici, un chauffeur de taxi, qui n’a pourtant chargé aucun client, se saisit d’un cavaquinho et, fenêtre ouverte, joue et chante une samba (photo publiée dans le journal O Globo, le 19 octobre 2012).