L’attente et l’ennui comme vecteurs d’utopie : « Detroit je t’aime »

« Detroit je t’aime » est le titre d’un webdocumentaire de Nora Mandray et Hélène Bienvenu, qui est actuellement en cours de réalisation. Il propose notamment d’étudier et de filmer le cas d’une ville en déshérence industrielle qui, ayant perdu une grande partie de sa population (de 1 030 000  au début des années 90 à 700 000 actuellement), se tourne vers des formes d’économie parallèle s’exprimant notamment au travers des jardins urbains ou du troc de biens et services. Le travail de ces réalisatrices se focalise tout particulièrement sur l’émergence de formes d’utopie, que la crise économique et ses corolaires (chômage, désertification urbaine, disparition de services publics etc.) ont contribué à façonner. La débrouille se construit autour des sentiments d’abandon et d’ennui, se forgeant ainsi au cœur d’un espace urbain pétri de paradoxes. D’un côté, des usines en friche et une gigantesque gare de Central Station totalement abandonnée. De l’autre, des habitants qui investissent ces lieux déserts pour reprendre à leur compte le crédo yippie des années 70 : Do It Yourself.

Ici l’attente est donc à la fois subie et conjurée. Comme le souligne Hélène Bienvenu dans une article du journal Le Monde : « Ce qu’il y a de bien avec les Detroiters, c’est qu’ils prennent les devants. Ils n’attendent pas que les supermarchés reviennent (car ils sont presque tous partis !), ils choisissent un espace vacant pour y planter un jardin communautaire sans demander l’avis de personne »

Detroit apparait comme l’exemple type d’un espace au sein duquel l’ennui social,  en tissant sa toile au sein de « l’organisme urbain », détermine les habitants à réinventer des jeux sociaux contestant l’organisation capitaliste que les partis politiques et les gouvernements ne cessent de maintenir en soins palliatifs. Les Detroiters sont d’ores et déjà passées outre cet acharnement thérapeutique. Plus globalement, cet exemple nous conforte dans l’idée que l’attente doit être appréhendée comme un temps dynamique et fécond. Comme le remarquait d’ailleurs Boris Vian : « Méfiez-vous des paresseux qui ont des passions… Ils y pensent tout le temps qu’ils se reposent« 

Le blog : http://detroitjetaime.com/fr

Le projet du webdocumentaire : http://www.kickstarter.com/projects/detroitjetaime/detroit-je-taime

(1) http://detroitjetaime.com/fr/2012/07/20/detroit-you-love-it-or-you-leave-it-not-article-published-by-le-monde-english-translation/#.UDgTXaOa8YI

De l’ancienne maison à la nouvelle maison

Lors d’une visite au musée d’histoire juive de Berlin, je trouve ce dessin réalisé par un enfant de 11 ans, Fritz Freudenheims, intitulé : « Von der alten Heimat zu der neuen Heimat ».
Il rend compte des différentes étapes qui ont conduit sa famille d’Allemagne en Uruguay, fuyant l’antisémitisme du régime hitlérien.


Sûrement commencé sur le bateau Jamaïque, il s’agit d’une incroyable illustration des lieux et temps d’attente qui ponctuent le parcours de l’émigrant.
Le dessin commence en 1925, deux années avant la naissance de Fritz. Tout est indiqué : les pays (avec des déformations et exagérations qui témoignent des modalités de perception du monde par un enfant), les lieux de vie, les moyens de transport pour les déplacements, les escales, les dates…
Une illustration de la pertinence d’une analyse qui envisage de rendre compte de ce qui arrive dans les temps et territoires de l’attente.

Tatihou : le lazaret

Créé en 1720 pour protéger les côtes nord de la France d’une éventuelle propagation de la peste qui sévit à ce moment-là en Provence, le lazaret de Tatihou représente un exemple intéressant pour appréhender l’étude des quarantaines. Le fait qu’il se situe sur une île corrobore le fait que ces espaces constituent des lieux stratégiques en matière d’isolation sanitaire et de régulation sociale. L’île crée une barrière spatiale entre les habitants et la menace étrangère, en l’occurrence ici celle venue de la mer. De plus, la récurrence de l’usage des îles comme lieu de quarantaine finit par façonner un imaginaire social de ces espaces, dans lequel l’île renvoie au naufragé, au désert. La quarantaine, en figeant l’homme dans un lieu dont il ne peut théoriquement pas s’échapper, le mène aussi peut-être à l’introspection, une attente propice à une expérience où les sentiments, les méditations, se confrontent à la radicalité de l’isolement géographique mais également __ comme le pensait le philosophe Gilles Deleuze __ mythologique : « L’élan de l’homme qui l’entraine vers les îles reprend le double mouvement qui produit les îles en elles-mêmes. Rêver des îles, avec angoisse ou joie peu importe, c’est rêver qu’on se sépare, qu’on est déjà séparé, loin des continents, qu’on est seul et perdu __ ou bien c’est rêver qu’on repart à zéro, qu’on recrée, qu’on recommence1. ».

Ce court documentaire diffusé sur France 3 Normandie nous permet d’arpenter les lieux du lazaret de Tatihou et, par conséquent, de nous faire une idée du « quotidien de l’attente » dans cette île de quarantaine.

  1. Gilles Deleuze, « Causes et raisons des îles désertes », L’île déserte et autres textes : textes et entretiens 1953-1974, Paris, Editions de Minuit, 2002, p. 12. []

Les Compartiments de l’attente

La structure hospitalière est très souvent pensée dans une logique de quarantaine. Au XIXe siècle, les délais d’alitement des patients mettent l’administration des hôpitaux face à une équation insondable consistant à soigner et héberger. Durant la période du « Civil War » et pour faire face à l’afflux conséquent de malades, le Sedgwick Hospital of Greenville rationalise l’utilisation de son espace. Pour le patient, le temps est éprouvé par une distribution spatiale qui l’oblige à s’insérer dans une densité oppressante : « The ward-space was thus reduced to 115 feet, which, with the two beds between each pair of windows, gave 69 feet of floor-surface and 1,200 cubic feet of space to each of 40 beds. The corridor, 12 feet wide, was provided with a tramway and hand-cars to facilitate the distribution of food » Cet hôpital apparait comme une succession de cubes et au-delà de la logique “benthamienne” de son architecture, il conduit à s’interroger sur la dimension temporelle du soin. La pesanteur de l’espace influe indiscutablement sur la capacité du malade à guérir. Par ailleurs, la logistique architecturale inhérente à la volonté de rationalisation de l’administration néglige totalement la dimension temporelle du soin. Ici, le dispositif sanitaire élude la nécessaire reterritorialisation de l’individu souffrant. Ce dernier est un numéro sur un registre, un lit, une place. Il faut considérer en quoi ces dynamiques architecturales ont influé sur les formes de folie que les médecins militaires recensent régulièrement au XIXe siècle. A l’hôpital, l’attente et ses corollaires (l’ennui, l’effroi etc.), distillent leurs effets tératogènes.  Et on ne peut s’empêcher d’évoquer les Limbes, et ses quelques vers de Verlaine :

Ils y courent comme des fous,

Saignant de n’être pas ailés,

Puis s’en reviennent désolés

De la porte fermée à tous

Verlaine, Dans les limbes, II, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1962, p. 828.

De Lampedusa à San Francisco – des cimetières de bateaux

A l’heure où le gouvernement italien s’apprête à « libérer Lampedusa de ses clandestins », je retrouve un article publié dans l’Express en 2009 (n° du 23 janvier 2009) : « L’île paradisiaque de l’extrême sud de la Sicile, Lampedusa, est devenue ces derniers temps l’un des premiers points de passage des immigrés d’Afrique en Europe. (…) Le 10 janvier dernier, 500 immigrés avait déjà débarqué sur l’île. La marine italienne avait dû intervenir pour sauver un bateau en difficulté, qui contenait à son bord 324 passagers. Au même moment une seconde embarcation de 200 personnes avait rejoint les côtes (…). En général, les clandestins ne restent que très peu de jours sur l’île, car ils sont ensuite, redirigés vers des centres de rétentions sur le continent italien, où les autorités statut de leurs sorts. »

Ce texte est accompagné d’une photo de Tony Gentile (REUTERS) sobrement intitulée : « Cimetière de barques utilisées par les immigrants clandestins, à Lampedusa, l’île sicilienne qu’ils tentent de rejoindre ».

Soudain, me revient en mémoire cette étrange photo des « deserted ships » dans le port de San Francisco, à la grande époque de la ruée vers l’or (dans les années 1850). Le port n’est qu’un immense cimetière de bateaux abandonnés : les équipages ayant eux aussi succombé à l’appel de l’or.

Hier comme aujourd’hui, à San Francisco comme à Lampedusa, ces cimetières marquent le seuil (l’étrange seuil, à vrai dire) d’un territoire de l’attente.

Fukushima, la quarantaine et ses formes d’attente

Image surréaliste : un enfant, évacué de Fukushima, doit passer au détecteur de radiations dans une zone de quarantaine d’une espèce bien particulière. Les mains levés, à l’instar d’un détenu, il regarde inquiet, intrigué, apeuré, l’homme en blanc dont le masque instille l’angoisse dans l’imaginaire collectif. Ce personnage apparaît  en effet comme une figure récurrente de la quarantaine. Son équivalent au XVIIIe siècle se personnifiait à travers ces fossoyeurs  masqués, comme en témoigne ces images de reconstitution d’enlèvements de cadavres lors de la peste provençale du début des années 1720.

Médecin ou scientifique, il incarne celui par qui advient le salut ou la damnation : la liberté ou le lazaret.

La menace nucléaire de Fukushima réactive la quarantaine comme processus de régulation politique de l’attente, en articulant cette dernière autour de différentes temporalités. Une première temporalité se manifeste à travers l’urgence de l’évacuation ou du confinement des populations, donnant lieu à des scènes surréalistes comme celle-ci où un homme, sans doute abasourdi par l’ampleur du désastre, se fige sous l’objectif qui déploie un cadre urbain fantomatique, dévasté par le tsunami et bientôt déserté sous la menace des fuites radioactives.

L’accident nucléaire apparaît propice à cette représentation fantomatique : confinement des populations, cordon de sécurité et mise en quarantaine d’espaces sur de très larges périmètres, file d’attente interminable pour se procurer de l’essence, comme ici sur cette image : le pétrole comme or de la fuite.

A l’attente angoissante de l’immédiat se conjugue une deuxième forme de temporalité, celle parfois inextinguible du désastre environnemental. Celle sans doute que les médias __ trop pressés pour prendre en compte ces dimensions psychosociales de l’attente et d’une quarantaine du « déracinement » __ oublieront un peu trop vite. Comme ici par exemple :

Tchernobyl, Pripyat, 2009

L’étrange géométrie d’une file d’attente

– Sendai (dans le Japon d’après tremblement de terre), 21 mars 2011. Des habitants font la queue pour la distribution d’eau. Au sol, une ligne blanche a été peinte, non pour délimiter la zone à ne pas franchir, mais au contraire pour tirer partie de l’espace et étirer le file. Vue du ciel, cette file impeccable a l’allure d’une farandole.

– Londres, 21 décembre 2010. Les chutes de neige ont bloqué l’aéroport d’Heathrow. Les voyageurs se précipitent vers la gare de Saint-Pancras dans l’espoir de prendre l’Eurostar. En quelques heures, une file d’un kilomètre de long se forme : s’enroulant dans la gare d’abord, puis se déroulant hors du bâtiment, tel le fil que tisse le ver à soie autour de lui, jusqu’à disparaître dans le cocon… et, chrysalide, renaître en papillon.

Cette métaphore de la chrysalide est à considérer à sa juste mesure : dans les territoires de l’attente, de nouvelles configurations spatiales prennent forme, qui donnent naissance ou permettent le déploiement de nouvelles pratiques sociales.

Laurent Vidal

La quarantaine, territoire de l’attente : quelques remarques épistémologiques (I)

Si le territoire de la quarantaine suscite peur et effroi dans les imaginaires sociaux, ce dernier reste néanmoins rarement appréhendé dans sa pluralité. En effet, la quarantaine revêt des formes et des acceptions très diverses : bâtiment, navire, cité, maison, prison, île etc. L’histoire de ce territoire __ à la fois pratique sanitaire et espace architectural (lazaret) __ est assez connue. On estime en effet que c’est au XIVe siècle, à la suite de l’épidémie de peste qui ravage un tiers de la population européenne, que certaines cités mettent en place des procédures d’isolement des populations à risque (étrangers, voyageurs, équipages maritimes), afin de prévenir ou limiter les risques de contagion. La quarantaine apparaît aussi liée de façon consubstantielle à cet « étrange étranger », figure autour de laquelle de nombreuses paniques épidémiques vont se constituer. La quarantaine a ceci d’ambigüe qu’elle est à la fois l’en-dedans (ce qui est censé nous protéger) et la mise au ban (ce qu’on cherche à éloigner de nous). Bazin, dans son récit de l’apparition du choléra à Paris en 1832, n’écrit pas autre chose lorsqu’il livre ses sensations sur les murmures et angoisses du peuple de la capitale : « On nous l’avait cependant annoncé bien longtemps à l’avance ; on nous avait fait suivre sur la carte sa marche rapide et menaçante. Le fléau voyageur n’était plus séparé de nous que par cette mer étroite qui nous ramène et nous remporte, avec la mobilité de ses flots, nos rois rétablis ou déchus […] Chaque minutie du régime préventif ramène incessamment la pensée sur le danger qu’on veut éviter. Le moyen, je vous prie, de ne pas se troubler, lorsqu’on vous recommande surtout d’être calme ? le moyen de ne pas trembler, quand on vous assure que la frayeur tue ? C’est l’action qui distrait ; mais toute l’action de ce moment se reportait sur l’horrible fléau. Chez soi, l’on avait à remplir toutes les prescriptions médicales. Il fallait empuantir sa maison pour la désinfectée, démeubler sa chambre pour l’assainir[1]. » La quarantaine propose donc une attente pesante, aussi bien pour celui qui s’y trouve que pour celui qui la perçoit quotidiennement, guettant avec angoisse le moment où cette dernière sera enfin levée. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles les autorités portuaires utilisent souvent les îles pour les installer[2]. L’insularité offre à l’œil du citadin un éloignement, gage de sécurité sanitaire accrue. Pour ceux qui y sont enfermés, en revanche, l’île peut accroître la détresse et la frayeur. Le territoire de la quarantaine dispense donc des formes d’attente réversibles. Pour les personnes placées aux lazarets, l’attente se manifeste par la proximité latente de la contagion et l’ennui profond que génère cette claustration. Pour les personnes qui se trouvent à l’extérieur, la quarantaine doit tenter d’apparaitre comme le territoire d’une gestion maitrisée de la menace épidémique. Il faut donc essayer au maximum de limiter les contacts entre ces deux espaces, même si certains exemples démontrent que la réalité est parfois plus alambiquée[3].

Étrangement, la thématique de l’attente dans les territoires de quarantaine n’a été que très peu abordée. Si l’histoire des lazarets ou celle des épidémies fait l’objet d’une abondante littérature en histoire et plus généralement en sciences sociales[4], le caractère organique de l’enfermement du corps dans un lazaret, les sentiments souvent exacerbés qui jalonnent l’histoire de ces lieux ainsi que la place prégnante du temps dans la structuration biopolitique de ces micro-sociétés, restent encore des champs d’exploration naissants pour les historiens. Les sources demeurent très éparses pour appréhender ces différentes thématiques. Néanmoins, les récits de voyage constituent un premier biais intéressant pour « soutirer » des informations sur les évènements qui se trament dans les lazarets. Par ailleurs, les archives judiciaires, ainsi que les correspondances entre les populations et les pouvoirs publics permettent de mieux saisir les effets du temps sur les représentations sociales des quarantaines. Cette série d’articles vise à rendre compte de l’avancement de mes recherches sur cette thématique des territoires de quarantaine comme lieu et récit d’une attente organique. Parmi les différents termes attenants à la notion d’attente, ceux d’ennui et de déréliction apparaissent d’emblée comme centraux. Néanmoins, en tant qu’élément inséré dans une géostratégie médicale, la quarantaine doit également être appréhendée dans une perspective qui déborde largement de son espace architectural. Nous cherchons donc à faire la proxémie de la quarantaine en s’inspirant ici de la définition donnée par l’éthologie au territoire, à savoir un « espace d’étendue variable dont un animal, un couple, un groupe interdit l’accès à ses congénères et parfois à d’autres espèces, pendant une période plus ou moins longue selon les activités qui y sont déployées[5]. »

Il reste que les territoires américains apparaissent également propices à l’étude des quarantaines comme lieu d’attente. La place de l’émigration et les considérations médicales du XIXe siècle autour de l’épidémiologie conditionnent des pratiques de régulations des hommes qui s’articulent autour de dispositifs de « sas ». Ces techniques mettent le migrant aux prises avec une temporalité pesante, durant laquelle ce dernier se voit surimposer différentes strates d’attente : celle du verdict médical, celle de la décision politique d’entrée sur le territoire, celle des soins etc. Il s’agit donc pour nous d’analyser ces « strates », de tenter de déterminer en quoi les dispositifs de quarantaine aux Amériques participent d’une déstructuration __ ou d’une restructuration __ de la physiologie du migrant, et de fait de son identité. Par ailleurs, si nos recherches se concentrent essentiellement sur le XIXe siècle, il demeure impossible de ne pas évoquer des quarantaines plus contemporaines, dans lesquelles l’attente fait l’objet de procédures biopolitiques extrêmement pesantes : Guantanamo et le statut juridique de detainees des terroristes présumés[6], le système des maquilladoras à la frontière mexicano-américaine[7], ou encore l’usage des quarantaines dans les stratégies politiques de la peur autour de l’émergence du bio-terrorisme. A travers une série de billets, je me propose donc de dresser sur ce blog un état informel de mes recherches autour de ces différents éléments. De plus, les « télescopages » entre l’histoire et l’actualité, nous conduiront à opérer un travail d’analyse critique plus ample, afin de démontrer d’une part l’utilité contemporaine de l’histoire, et d’autre part la profonde actualité d’un sujet tel que celui des territoires de l’attente.


[1] Anaïs de Raucou dit Bazin, Le choléra-morbus à Paris (1832), La Revue des ressources : L’étrange – XIXe siècle, pdf.

[2] Alison Bashford et Carolyn Strange, Isolation. Places and Practices of Exclusion, London/New-York, Routledge, 2003 ; Alison Bashford, Medicine at the Border: Disease, globalization and security, 1850 to the present, London/New-York, Palgrave, 2006

[3] John Booker, Maritime quarantine : the British experience, c.1650-1900, Aldershot, England ; Burlington, VT, Ashgate, coll. «The history of medicine in context», 2007

[4] Claire Carlin, Imagining Contagion In Early Modern Europe, Palgrave/MacMillan, Basingstoke, Palgrave/MacMillan, 2005 ; Annie Duprat, «David, de la polémique à la gloire. Autour du Saint Roch du bureau de la santé de Marseille (1780)», Sociétés et représentations, 2, 26 (2008); Carolyn Strange et Alison Bashford, Isolation. Places and Practices of Exclusion, London/New-York, Routledge, 2003  Dominique Aicardi-Chevé, Les corps de la contagion : étude anthropologique des représentations de la peste (XVIème-XXème siècles en Europe), Anthropologie biologique, Université de la Méditerranée – Aix Marseille II, 2003; Claire Hooker et Alison Bashford  , Contagion. Historical and Cultural Studies, London, Routledge, 2001

[5] http://www.cnrtl.fr/definition/territoire

[6] Giorgio Agamben, Homo sacer II, 1. État d’exception, Paris, Seuil, 2003

[7] http://www.geographie-sociale.org/mexique-usa-frontiere.htm