Les camps de migrants : une réalité australienne

En juillet dernier, dans la petite république insulaire de Nauru, au large des côtes australiennes, des émigrants ont incendié un centre de détention (detention facilities) et s’en sont évadés, protestant contre les conditions d’internement mises en place par le gouvernement australien pour réguler les venues d’étrangers(1).

aw-Nauru-detention-centre--20121121234214329711-620x349

Si ce fait divers est aussi vite reparti qu’il n’était venu, il a mis en avant, suffisamment longtemps pour que l’on s’y intéresse, la question migratoire australienne. Pour répondre aux nombreuses arrivées illégales, le gouvernement australien autorise l’internement des migrants entrés illégalement dans le pays par le Migration Act de 1958. Dans les années 90, sous l’impulsion de Paul Keating, deviennent passibles d’internement toutes les personnes n’ayant pas de visa valide, dans l’attente d’une régularisation de la situation, ou bien le retour dans le pays d’origine.

010459-120922-inquirer-nauru

Il existe de nombreux camps sur le territoire australien, connus sous différentes appellations :

– les Immigration Detention Centres (IDCs), construits tout au long du 20ème siècle, voire du début du 21ème siècle (Maribyrnong à Melbourne, 1966 ; Wickham Point à Darwin, 2010 ; Yongah Hill près de Northam en Australie-Occidentale, 2012) ;

Baxtersign

– les Immigration Residential Housing Centers où certaines familles en attente d’autorisation peuvent vivre dans des conditions décentes (Perth, Sydney, Port Augusta) ;

– les Immigration Transit Accommodation Centres, ouverts plus récemment (le Brisbane Immigration Transit Accommodation date de novembre 2007 tandis que le Melbourne Immigration Transit Accommodation en juin 2008), dont le but est de maintenir à court terme les émigrants les moins à-risques ;Manus_Island_regional_processing_facility_2012

– les Alternatives Places of Detention (APOD) sont des lieux capables d’accueillir toute personne en situation d’immigration. Cela peut être des hôtels, des écoles, des hôpitaux (on les trouve plutôt à Darwin, Inverbrackie, Leonora, Christmas Island) ;

800px-Woomera-irpc

– enfin les Pacific Solution Facilities, ouverts en 2001 suite à la politique de Pacific solutions du gouvernement australien, consistant à ouvrir des centres de rétention sur les micro-îles autour de l’Australie (dont Nauru, mais aussi Manus Island en Papouasie Nouvelle-Guinée). Ces centres ont pour la plupart été fermés en 2007-2008, mais rouverts au cours des années 2010.

Cette petite présentation des différents types de centres de rétention nous permet de penser la mise en attente des migrants en Australie. En suivant la proposition de Laurent Vidal, il apparaît que ces centres sont en grande partie des lieux de l’attente, c’est-à-dire des dispositifs spécialement conçus et construits pour la mise en attente temporaire de populations en déplacement. Les camps sont construits avec des objectifs précis, avec des infrastructures particulières. Dans de rares cas, des établissements spéciaux sont construits pour permettre de meilleurs conditions de vie.

 800px-Northern_Immigration_Detention_Facility_in_April_2010

Le but est véritablement de restreindre le nombre d’arrivées sur le territoire australien, mais aussi de sélectionner, de faire un tri parmi les émigrants en situation irrégulière en attente de visa (la majeure partie des arrivants viennent de l’Afghanistan). L’évolution de la volonté de filtrer l’immigration aussi nous conduit à penser la mise en attente, car si la majeure partie des camps se trouvent sur le sol australien, la Pacific Solution  conduit à la création de centre de détention sur des îles de plus en plus éloignées (Manus Island se trouve à plus de 3000 km de Sydney). Certes elle s’est interrompue en 2007, mais connait un regain d’intérêt depuis quelques années. Cette politique perdure et surtout se justifie comme faisant partie intégrante de l’identité politique australienne – il suffit de regarder le site australien de l’immigration, qui répertorie les différents camps(2) -, car certaines associations critiquent cet internement forcé. Il serait intéressant, en plus de comprendre la mise en attente à l’intérieur de ces camps, de travailler sur les émigrants, leurs motivations et leurs ressentis.

800px-Asylum_seekers_on_the_roof_of_Villawood_Immigration_Detention_Centre_2

Les questions sont multiples, et cet article ne cherche pas donner une réponse à toutes, mais plutôt de lancer la réflexion et la possibilité d’une plus large étude.

NOTES

(1) Lien pour l’article du monde : http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/07/20/emeutes-et-evasions-dans-un-centre-de-retention-australien-sur-l-ile-de-nauru_3450564_3216.html

(2) http://www.immi.gov.au/managing-australias-borders/detention/about/

Compte rendu des ateliers « Écrire les territoires de l’attente » (Congrès de l’Association Internationale de Littérature Comparée, Paris – 22 et 23 juillet)

20130723_142107Les ateliers « Writing waiting territories », coordonnés par Micéala Symington et Laurent Vidal, et qui se sont tenus au cours du congrès AILC-ICLA organisé par l’Université Paris-Sorbonne IV, ont permis d’appréhender plusieurs problématiques liées aux territoires de l’attente. Le lien avec la littérature renvoie aux spécificités de la vie dans ces territoires, aux nouvelles identités que l’on trouve à l’intérieur de ces « entre-deux » et dont les romans ont été les témoins et les acteurs bien avant les sciences sociales. Les attentes exceptionnelles ou quotidiennes y sont décrites, d’où l’enjeu de saisir assez de sources pour entrevoir une écriture des territoires de l’attente.

Le premier atelier s’est intéressé à l’écriture des « middle passages », de ces frontières et traversées qui peuplent la littérature. Dans cette optique, il est apparu évident que c’est au cours des déplacements que l’attente nait. Le territoire devient à la fois géographique et temporel, un lieu où le temps ne bouge pas et ne change pas. Mais il est aussi personnel, puisque le temps dépend de la façon dont nous attendons (Jonathan Hart). Mais comme l’expliqua Jean Bessière, penser les territoires de l’attente, c’est poser la question de la recomposition des deux notions et de leur usage. C’est aussi mettre en avant la propriété historique des territoires de l’attente ; cela appelle à mettre en évidence le double jeu temporel et spatial, le déplacement amenant à une double attente. L’exposé de Maria Luiza Berwanger da Silva abonda en ce sens et présente le territoire de l’enfant dans la littérature et la culture brésilienne comme un lieu de double attente, à la fois remémoration mélancolique d’un côté et renversement de cette mémoire de l’autre.20130723_142746

Le deuxième atelier a placé au cœur des réflexions les lieux de l’attente. L’aéroport, par exemple, est source de questionnements, d’interrogations sur sa fonction première. Pour Erica Durante, ce « non-lieu » comme le définit Marc Augé doit conserver une image de mobilité dans le sens où il n’est que transitoire et une image de solitude. C’est dans ce sens que les romans (voire même les films, comme le montre Ana Filipa Prata en parlant du Voyage au Portugal de Sérgio Tréfaut) utilisent l’aéroport comme lieu transitoire. Les passagers attendent de ce lieu qu’il soit transitoire et bref. Mais quand les situations imprévisibles modifient la fonction du lieu, l’attente n’est plus vécue de la même manière. Comme en écho à son intervention, John Boening expliqua la raison de ce changement de perception par la présentation d’une archéologie de l’aéroport. Il amène à reconsidérer l’architecture même de ces lieux pour comprendre la manière dont ils ont été pensés. La présence des « duty-free » n’est pas anodine, cela dans le but d’amener à rendre lucrative l’attente et de rendre la fonction de l’aéroport encore plus transitoire, quotidienne.

Dans la continuité du deuxième atelier et de la représentation du lieu, les échanges se sont concentrés sur écrire le confinement en attente. Les camps répondent à des volontés politiques, des objectifs particuliers. Il doit servir un but. Dans le cas d’Auschwitz (à travers le récit de Primo Levi et d’autres témoins), il est prévu pour l’extermination de masse, le travail forcé n’est que secondaire. L’intention n’est pas d’asservir pour produire de la matière, mais bien d’éradiquer les personnes (Evelyn Cobley). Les camps qu’ils soient dans l’Italie du Nord de Marisa Madieri ou dans l’Israël de David Grossman répondent à des besoins différents, celui d’accueillir les réfugiés. Ils sont surtout les témoignages d’une histoire parfois méconnue et oubliée, à qui seule la littérature peut redonner vie (Marianna Daganutti). Enfin Fiona McIntosh-Varjabédian nous présenta les champs de bataille comme autant de territoires de l’attente, par le biais des auteurs antiques, où l’incertitude y est rendue de manière dramatique.

20130723_150747En guise de conclusion, mais aussi d’ouverture à d’autres réflexions, le dernier atelier porta sur la représentation des territoires de l’attente. Cette dernière n’est pas vécue de la même façon en fonction de la culture d’origine. C’est le cas de la fiction de Hong-Kong, que nous présenta Au Chung To. Son statut particulier de ville coloniale a longtemps influencé la littérature locale, plutôt tournée vers l’Ouest et les puissances européennes. La perception du temps et de l’espace s’en trouva dès lors modifiée. Cela se retrouve dans la recherche biographique, comme le démontra Joanny Moulin. La biographie comme non-fiction, comme forme littéraire, est à la frontière entre la littérature et la recherche scientifique. Enfin, Maria Isabel de Jesus Chrysostomo et Laurent Vidal ont présenté une ébauche de recherches sur la musique et la littérature. À la fin du 19ème naissent dans quatre villes des Amériques (la Nouvelle-Orléans, Rio, La Havane, Buenos Aires) quatre styles musicaux contemporains (jazz, salsa, rumba, tango) similaires dans le rythme bien qu’aucun échange ne se soit fait entre eux. Ces musiques viennent des migrants (qui ont tous des influences communes) et sont le reflet d’une double attente : quotidienne (l’attente du travail) et eschatologique (le retour au pays). Mais comment rendre compte de ces formes musicales, sachant qu’aucune source n’y fait référence ? Il faut s’appuyer sur la littérature qui parfois malheureusement ne mentionne ces naissances qu’a posteriori.