Pour commencer à réfléchir sur le bon usage de l’expression « territoires de l’attente » et sa différence avec la notion de « lieux d’attente ».

Voici un texte de Paulo Gomes (UFRJ – Brésil) pour susciter débat et discussion :

L’expression Territoires de l’attente est très bien justifiée dans le cadre des recherches qui sont en train d’être faites dans ce projet, car l’expression est utilisée pour décrire un espace dominé entièrement par les enjeux rattachés à l’activité de l’attente.  D’ailleurs, plutôt que de parler d’un simple rattachement, il faut parler d’une appropriation, le mode de l’attente s’approprie l’espace et détermine toutes les autres activités. Cela veut dire que tout ce qui se passe sur cet espace est en prise directe avec une situation d’attente. Celle-ci est la valeur hégémonique qui oriente tous les autres mouvements et activités. Cet espace est donc entièrement mobilisé par le pouvoir issu de cette activité qui s’impose et organise la configuration physique et les pratiques environnantes.

On pourrait continuer ce raisonnement et dire avec SACK (1986) que les différentes territorialités sont autant de stratégies spatiales créées pour infliger ou faire subir le mode de l’attente à l’ensemble d’une aire qui devient alors un territoire, c’est-à-dire que c’est par l’intermède du contrôle d’un espace qu’il devient possible d’imposer une activité et donc d’exercer un pouvoir.

Évidemment, les territoires de l’attente sont apparemment, dans la plupart des cas, créés en détournement de la fonction originale de l’espace où l’attente s’impose – les embouteillages, par exemple. Ces espaces peuvent aussi contenir d’autres activités reliées à la situation de l’attente (le commerce ambulant qui profite du ralentissement de la circulation, par exemple). Cela veut bien dire que si l’attente s’impose comme mode de fonctionnement hégémonique sur cet espace elle n’est pas pour autant la seule activité présente, et toutes les personnes ne sont pas non plus dans la même situation. L’idée d’un territoire veut bien signifier une domination de l’attente sur les autres choses qui existent ou existaient sur cet espace et qui sont désormais soumises aux intérêts de l’attente, mais cette situation n’est ni exclusive ni nécessairement permanente.

Pour ce qui est de la notion de Lieux de l’attente, ils sont, peut-être, au contraire, des endroits créés spécifiquement avec le but d’abriter l’attente. Leurs configurations sont dès le début conçues pour mettre en place les enjeux qui concernent l’attente et imposer un ordre général dominé par ce but : équipements, organisation des routines et des objets, hiérarchies, contrôles etc. Tout est soumis à l’intérêt de l’activité de l’attente dès le départ – de l’aménagement de l’espace aux prévisions de mobilité et de comportements. Dans ce cas, l’attente est sédentaire, elle demeure comme l’activité centrale pendant de longues périodes, il n‘y a pas d’intermittence, le lieu est consacré dès le début à cette fonction. Ce sont les cas des hospedarias de imigrantes, des dispensaires, des pénitentiaires etc.  Cela nous permet donc de faire la généalogie et l’évolution de ces lieux, de voir comment ils ont changé, comment cette fonction d’attente se matérialise sur un espace et sur l’organisation des objets et des comportements (Santos, 1998). C’est de cette manière que l’on peut parler des dispositifs, des artefacts, créés par le régime de l’attente, car il y a une intentionnalité et fonctionnalité explicites dans le projet et dans l’usage de ces espaces.

Les territoires de l’attente, au contraire, n’ont pas toujours d’emblée l’intentionnalité et la fonctionnalité établies, ce sont des espaces qui  sont « parasités », par des circonstances diverses et par des périodes parfois très courtes et discontinues (des intervalles) soumis aux intérêts de l’attente.

Compte-rendu de la 3ème journée d’études ANR TERRIAT « Jalons pour un ouvrage de synthèse » (4 juillet 2012)

 

Présents : N. Green, M. Symington, D. Vidal, A. Dewaele, V. Correa, L. Vidal, T. Plançon, S. Balloud, A. Chesnel, D. Poton, D. Jarak, T. Rocha, P. Gomes, R. Lucas, I. Chrysostomo, T. Peixoto, B. Van Ruymbeke, T. Villerbu, G. Bériet, A. Martig, L. Maffre.

Excusé : A. Musset

1. Après des informations générales sur les activités et publications à venir, la matinée a été consacrée à un tour de table des différents cas d’étude en cours d’analyse.

 

G. Bériet (historien) : La quarantaine comme dispositif

D. Poton (historien): Les « îles d’attente » : territorialisation insulaire des huguenots « fugitifs » dans l’Atlantique.

Avertissement : L’édit de Fontainebleau interdit aux protestants français (sauf les pasteurs qui sont bannis) de sortir du royaume de France. Cette loi doit être replacée dans un ensemble législatif qui dès les années 1660 entend strictement contrôler les sorties du royaume, les marins étant particulièrement surveillés par les autorités (police, armée, justice). Or dans quelques provinces (Normandie, Aunis, Saintonge) beaucoup de marins sont de confession réformée. Ce contexte politique introduit une dimension particulière à l’émigration des huguenots : la clandestinité du départ et  d’une partie variable du voyage selon les routes empruntées et les conditions internationales du moment.

Les îles : un territoire d’attente subie. Les îles du littoral atlantique sont des lieux d’embarquement privilégiés car elles possèdent trois atouts pour le « fugitif » :

–      Un contrôle moindre que dans les ports continentaux. La mise en fortification (Vauban) et le renforcement et mise en cohérence de la surveillance militaire du littoral (garnisons, milices-gardes-côte) est postérieure à la grande vague des départs.

–      Une nature désertique et changeante favorisant la cache (marais, dunes, estran etc.)

–      La possibilité d’embarquer dans un navire « de passage » (pour des capitaines compte tenu de l’ampleur du mouvement, le « fugitif » s’avère plus un complément de revenus qu’un « réfugié » à sauver par solidarité confessionnelle)

  • Dans les îles où résident des protestants (Ré, Oléron par ex.) ces derniers sont à la fois des « fugitifs » mais aussi des « passeurs » qui mettent leur expérience de l’île et leurs connaissances maritimes (havres, marées, météorologie, routes empruntées par les navires, relations professionnelles avec des équipages étrangers etc…) au service de coreligionnaires du continent.
  • Mais, l’île est pour des centaines (milliers ?) de  « fugitifs »

–      Une « l’île-prison » : ex. des citadelles d’Oléron, de Ré, de Belle-Île ou le Château d’If pour les condamnés aux galères particulièrement « opiniâtres ».

–      Une « l’île-sépulture » : ex. de « fugitifs » abandonnés sur des îlots de Bretagne après avoir été dépouillés) ou victimes de naufrage de navires pris dans la tempête (ex. Martinique, mars 1686)

Les îles : un territoire d’attente-opportunité ou attente-ressources. Les îles du littoral atlantique peuvent entrer comme dans la catégorie du territoire d’attente-opportunité (opportunité d’embarquement). Mais, il me semble plus pertinent de placer dans cette catégorie l’ « île d’accueil » qui va prendre la forme plutôt d’un « archipel d’accueil » dans le cas des marins, marchands, artisans composant les équipages de navires qui décident dans la vingtaine d’années qui précèdent la révocation de l’édit de Nantes de rester dans les îles françaises du monde caraïbéen avec lesquelles les ports de la métropole sont en relation. Le nombre de ces « désertions » croît au cours des années 1670 pour attendre un pic dans les premières années de la décennie 1680. A partir de 1685, beaucoup auront quitté ces îles pour se rendre dans les îles anglaises, néerlandaises (flux difficile à évaluer) et dans les colonies anglaises d’Amérique, l’espoir de revenir dans leurs provinces natales tombe avec l’édit de Fontainebleau.

Ces îles « d’accueil » peuvent être classées dans être classées dans la catégorie des territoires « d’attente-opportunité »   car :

–      Ces hommes arrivent en plein cycle de croissance des Antilles françaises qui doit beaucoup à la proximité du système néerlandais d’exploitation et de production agricole

–      Ces hommes s’insèrent dans le commerce maritime entre les îles françaises, néerlandaises et anglaises. Pour des hommes qui ne souhaitent pas rentrer en métropole, ce commerce a besoin de navires et d’équipages. Pour ces centaines de marins, c’est une opportunité professionnelle d’autant que bon nombre d’entre eux ont acquis une expérience maritime qui leur donne les connaissances et les compétences recherchées par les armateurs et capitaines français engagés dans l’interlope mais par aussi les compagnies de commerce néerlandaises et anglaises.

  • La sédentarisation des « fugitifs » dans les colonies anglaises et néerlandaises d’Amérique a pour origine une décision politique : la révocation de l’édit de Nantes.

 « d’attente-ressources » car :

–      Ces hommes ont construit des réseaux dans cet archipel d’accueil

–      Ces hommes ont fait émerger des flux qui se sont pérennisés avec le temps

–      Ces hommes ont acquis des expériences maritimes, commerciales, financières

  • Ressources : atouts individuels et collectifs pour mécanisme d’intégration professionnelle dans les sociétés portuaires anglaises (New York)

Les îles : « attente rêvée »

 Les îles représentent des moments attendus d’escale dans bon nombre de voyages transatlantiques. Pour les « fugitifs » elles sont des refuges. Elles peuvent être aussi des lieux de rédemption :

–      La recherche d’un pasteur pour « faire réparation » d’une abjuration consentie avant le départ (ex. Relations d’Etienne Serre et Lettres Pastorales de Jurieu)

–      Un lieu de rédemption (ex. Elie Néau au Château d’If)

  • Relire les relations de fugitifs, déportés pour extraire les représentations des îles

 

B. Van Ruymbeke (historien): La déportation des Acadiens : leur mise en quarantaine sur des bateaux ou des îles

A. Martig (anthropologue) : Les campements de sans-terre au Brésil

I. Chrysostomo (géographe) : l’évolution des dispositifs d’accueil des immigrants à Rio au cours du 19° siècle

J’ai découvert que les premières structures utilisées étaient celles utilisées pour la quarantaine des esclaves (dans les années 1820) – c’est le résultat d’une improvisation.

La discussion sur la manière d’organiser un espace pour l’accueil des immigrants commence dès les années 1830 : on invente des dépôts, qui sont un mélange entre prison et hôpital. Mais à ce moment-là, il n’y a que quelques milliers d’immigrants qui arrivent chaque année.

Quand les premières épidémies arrivent, dans les années 1840, on réutilise des lazarets ou des hôpitaux… souvent situés sur les îles de la baie de Guanabara.

Avec la très forte augmentation du flux d’immigrants à Rio, à la fin des années 1870, la question est à nouveau posée. C’est à ce moment-là qu’est créée l’hospedaria (hôtellerie) des immigrants de l’île das Flores (en 1883) qui comprend un bâtiment pour les services administratifs, un hôpital pour soigner les malades, une zone de quarantaine, mais aussi un bureau pour le placement des immigrants.

En même temps, je regarde comment se diffuse au Brésil le modèle de l’hospedaria (surtout dans les ports d’arrivée)

Je regarde aussi comment à l’intérieur du territoire, un autre réseau prend forme : le long des voies de chemin de fer, c’est à dire les voies par lesquelles les immigrants pénètrent dans le territoire, des dépôts sont créés pour l’accueil temporaire des immigrants (pour l’instant je travaille sur la région de Minas Gerais pour essayer de cartographier ce réseau).

J’ai observé que les Etats de Rio, São Paulo et Minas Gerais se livrent une véritable guerre pour l’accueil des immigrants. La présence d’hospedarias et de dépôts joue un rôle dans cette compétition géoéconomique.

R. Lucas (Littérature) : les espaces d’attente des émigrantes pour le Brésil dans la littérature ; la misère sexuelle des immigrants.

P. Gomes (géographe) : les corps en attente dans les trains de banlieue de Rio de Janeiro

T. Rocha (géographe) : la représentation de l’attente dans les paroles de chansons populaires du Nordeste au Brésil

D. Jarak (Civilisation) : La vie dans les conventillos de Buenos Aires à la fin du XIX siècle. Entre le passé (d’immigrant) et le futur (de créole), l’espace pesant du présent

Dans ce travail nous allons nous plonger dans la quotidienneté des habitants des quelques « conventillos » de Buenos Aires à la fin du XIX siècle. Pour cela, nous allons étudier quelques journaux de l’époque (notamment lors de l’épidémie de fièvre jaune en 1871 et les mois qui ont précédé la grève des locataires du 1907), les rapports de la police, mais aussi quelques pièces de théâtre (les « sainetes ») crées par les mêmes gens qui subissaient l’apesanteur de l’attente…l’attente d’une vie et d’un destin meilleur.

T. Peixoto (architecture) : la favela comme lieu d’attente

A. Chesnel (histoire) : la minorité tsigane à Séville

S. Balloud (histoire) : patrimonialisation des objets de l’attente (les postes frontières)

T. Plançon (histoire et littérature) : les camps de déplacés dans la littérature américaine du XXe siècle

V. Correa (géographe) : Trajectoires de migrantes en attente à Santiago

A. Dewaele (géographe) : L’attente des migrantes dans un refuge de Tijuana

La « línea », ou ligne frontalière entre le Mexique et les Etats-Unis, devient depuis les années 1990 de plus en plus difficile et périlleuse à franchir, en particulier au niveau de Tijuana.  Cette ville constituait depuis les années 1950 une porte d’entrée au rêve américain,  un véritable sas d’attente des migrants en transit. Ainsi, les flux de migrants mexicains venant du Sud se sont ralentis, et les routes migratoires se sont déplacées plus à l’Est, vers le désert du Sonora et les alentours d’El Sásabe et d’Agua Prieta. Tijuana voit passer désormais plus de « deportados » que de migrants en transit, qu’on appelle aussi « transmigrants ». Ces refoulés ont souvent vécu plus de dix ans aux Etats-Unis, sans papiers, et ont construit leur nouvelle vie « del otro lado ».
    Mon étude ethnographique s’est centrée sur un refuge pour femmes migrantes de Tijuana, tenu par la congrégation des Scalabrinis, l’Instituto Madre Assunta. Plus des trois quarts des migrantes reçues sont des « deportadas » qui séjournent en moyenne 16 jours dans ce lieu calme et reposant. Ce temps d’attente leur permet de définir et de préparer la suite de leur parcours: retenter la traversée clandestine de la frontière ou retourner temporairement ou définitivement dans leur lieu d’origine au Mexique. Les expériences de l’attente de ces femmes en transit renvoie à la fois à leurs expériences du temps et de l’espace hors et dans le refuge, ainsi qu’aux interactions entre migrantes. Cette migration subie est souvent considérée comme l’occasion de prendre un nouveau départ, surtout lorsque les migrantes ont purgé une peine carcérale sur le sol américain, pour des délits divers. Ces migrantes, qui se trouvent dans une situation de grande vulnérabilité, tentent d’ « aller de l’avant », malgré la douloureuse séparation du reste de leur famille.

D. Vidal (sociologie) : l’attente du métro et du train à São Paulo (séquençage de l’attente ; sa dimension genrée) ; la narration de soi dans les salle d’attente de services administratifs pour les domestiques.

Deux références utiles pour mener à bien ces enquêtes :

Donna Goldstein, Laughter out of place : race, class, violence, and sexuality in a Rio shantytown. Préface de Nancy Scheper-Hughes et Philippe Bourgois. Berkeley and Los Angeles, University of California Press (California Series in Public Anthropology; 9), 2003

Javier Auyero, « Patients of the State. An ethnographic account of poor people’s waiting », Latin American Research Review, vol. 46, n°1, 2011. Il contient notamment une bibliographie très intéressante.

M. Symington (littérature) : Les territoires d’attente de l’émigrant irlandais dans la littérature ; le roman d’aéroport.

N. Green (histoire) : les catégories mobilités/attente dans une perspective des débats sur la transnationalisme et les migrations

Un ouvrage utile : Susan J. Matt, Homesickness: an American Story, Oxford University Press, 2011. Le chapitre 5 porte sur l’immigration

L. Vidal (histoire) : les hôtelleries d’immigrants comme territoire de l’attente ; des musiques nées dans les territoires de l’attente (jazz, tango, samba, rumba).

Voir les papiers postés sur le blog : http://terriat.hypotheses.org/246  et http://terriat.hypotheses.org/403

2. L’après-midi a été consacrée à une première réflexion autour du livre de synthèse.

Passer des cas d’études à l’ouvrage de synthèse, voilà tout l’enjeu de la discussion.

L’idée est de faire de l’ouvrage non pas une collection de cas d’études, mais un ensemble cohérent autour de thématiques complémentaires.

Il s’agissait donc de soumettre à la discussion une ébauche de plan, mais aussi une méthode de travail et un calendrier.

Ebauche de plan :

L’ouvrage s’articule en 5 principales parties : Généalogie et enjeux des situations d’attente ; quand l’attente définit le territoire ; pratiques sociales et jeux spatiaux dans les territoires de l’attente ; des identités (sociales et culturelles) nées dans les territoires de l’attente ; patrimonialisation et muséalisation des territoires de l’attente.

 Une partie est composée d’articles de synthèse (le nombre reste à définir dans chacune – entre 2 et 4) d’environ 10 à 15 pages, et de cas d’études – qui peuvent être présentés sous forme d’encadrés (1 page maxi) ou de petits articles (entre 2 et 5 pages maxi).

Le plan est déposé sur une dropbox pour être amendé, étoffé…

Méthode :

Chaque partie est coordonnée par 2 ou 3 personnes. Les coordonateurs définissent l’intitulé et le nombre exact des articles de synthèse, et veillent à l’attribution des articles et cas d’étude à un ou deux rédacteurs.

Le ou les rédacteurs d’un article de synthèse adresse(nt) ½ page à 1 page de résumé aux coordonateurs de partie.

Calendrier :

Juillet 2012 – mise en ligne du projet de plan sur la dropbox, et propositions d’ajouts… Distribution des coordinations de parties – les coordinateurs prennent contact avec les auteurs potentiels des articles et cas d’étude (discussion autour des contenus…).

Octobre 2012 – lors de la IVème journée d’études à Mexico, distribution des articles de synthèse et cas d’études. Mise en ligne progressive sur le blog des cas d’études.

Printemps 2013 – pour la Vème journée d’études, présentation et discussion des premières ébauches d’articles de synthèse.

Automne 2013 – pour la VIème journée d’études (au Brésil), suite des présentations et discussions.

Printemps 2014 – Réception définitive des articles de synthèse et cas d’étude. Préparation des chapeaux de parties.

Eté 2014 – Envoi de l’ouvrage à l’éditeur.

3. Dans la deuxième partie de l’après-midi, Laurent Maffre a présenté sa bande-dessinée « Demain, demain » et commenté le webdocumentaire « 127 rue de la Garenne : Le bidonville de la Folie, Nanterre » (http://bidonville-nanterre.arte.tv/). Entre 1950 et 1971, le bidonville de la Folie, à Nanterre, a accueilli jusqu’à 10 000 personnes, pour l’essentiel venues d’Algérie et du Maroc pour travailler dans le bâtiment ou l’automobile, en attente d’un logement.

Les files d’attente devant l’unique fontaine pour les corvées d’eau, les files d’attente dans les services administratifs, l’installation dans la durée et le refus de la police de laisser construire en dur, les petites combines pour tuer le temps… tout cela est évoqué par Laurent Maffre qui offre ici un excellent cas d’étude.

Proust et les horreurs de l’attente

L’émission de France Culture, « Les nouveaux chemins de la connaissance » vient de consacrer une émission à l’expérience de l’attente dans l’œuvre de Proust. S’il est avant tout question d’une dimension de la vie intérieure, plusieurs réflexions de Proust peuvent être utilement mises à profit pour notre réflexion : « Dans l’attente, le temps n’est pas linéaire, il ne se déroule pas vers une direction, un but, mais il s’épaissit, se gonfle d’une texture nouvelle, lourde, malléable. Le temps de l’attente ne passe pas, ne s’écoule pas, il est multiforme, tantôt bloc, tantôt gouffre, il est objet ennemi ».

https://www.franceculture.fr/emission-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance-au-temps-pour-moi-24-proust-et-les-horreurs-de-l-at

D’Europe aux Amériques, les territoires d’attente de l’émigrant – compte-rendu de la deuxième journée d’études

Compte-rendu de la 2ème journée d’études (EHESS, 23 novembre 2011)

Résumé réalisé à partir des compte-rendus d’Antoine Robert et Mariya Chernikova (étudiants de Master 2 RIHMA – Université de La Rochelle).

Présents : Laurent Vidal, Alain Musset, Grégory Bériet, Dominique Vidal, Nancy Green, Tangi Villerbu, Didier Poton, Miceala Symington, Lucile Médina, Bertrand Van Ruymbeke, des doctorants Thiago Souza, Veronica Correa, André Chesnel, Grégory Corps, Ambre Dewaele, Mikael Dumont et des étudiants de master Maryia Chernikova, Anne Sheedy, Julie Guitard, Antoine Robert.

Le but de cette nouvelle journée d’études était de tester un questionnaire sur les territoires de l’attente à partir du cas d’études du parcours atlantique d’un émigrant, en réfléchissant aussi à la question des sources à mobiliser.

A l’appui de cette réflexion, le dessin d’un enfant juif de 13 ans, fuyant l’Allemagne nazie pour Montévidéo. Intitulé Von der alten Heimat zu der neuen Heimat (De l’ancienne maison à la nouvelle maison), il illustre un déplacement ponctué de nombreuses escales (Hambourg, Anvers, Le Havre, Lisbonne, Casablanca, Rio et Santos) – étonnante illustration des lieux et temps d’attente qui ponctuent le parcours de l’émigrant.

Rappelons que la notion d’attente telle qu’elle est envisagée sous la forme des territoires de l’attente relève de trois dimensions distinctes :

  1. l’attente subie – celle de l’émigrant qui dans son déplacement est obligé, pour des raisons techniques, administratives…, de faire un pause (elle est donc, dans un premier temps du moins, synonyme d’immobilité)
  2. l’attente rêvée : amenant les individus à se diriger vers un lieu désiré, elle suscite la mobilité.
  3. l’attente-opportunité ou attente-ressource, qui relève d’une lecture stratégique des situations d’attente pour développer une activité spécifique (ainsi le vendeur ambulant attendant un embouteillage).

Celle qui sera en jeu aujourd’hui est plutôt la première : l’attente-subie. Il s’agit de prendre la mesure de ce qui se passe, dans ces interstices, en termes de jeux sociaux, spatiaux et identitaires, et en quoi cela peut affecter/modifier le projet migratoire, le capital culturel…

*

Une première hypothèse de travail consiste à s’interroger sur le sens des territoires de l’attente dès lors qu’ils relèvent de la sphère du public ou de la sphère du privé : dans les territoires publics (à l’exemple du port de départ et d’arrivée, de la station d’immigrants), l’organisation sous-entend l’existence d’un système ordonné pour la circulation des flux migratoires. Quant aux territoires privés (à l’exemple des auberges et hôtels, du pont du navire), ils ne sont pas destinés, initialement, à l’accueil des émigrants – c’est donc un usage supplémentaire qui est effectué lors d’une situation d’attente. Cette distinction de statuts peut influer sur la perception des lieux par les passagers. Ils sont  parfois des lieux d’arnaque (notamment pour les lieux privés) ou d’angoisse (Ellis Island était surnommée : l’île des larmes).

La période d’attente avant de départ peut être hypothétiquement plus longue qu’après d’arrivée. Cela s’expliquera par le déplacement jusqu’au port (avec des arrêts dans des auberges, tenues par des tenanciers peu scrupuleux), l’attente de l’amarrage du navire, la préparation de l’accueil des passagers sur le navire, l’enregistrement et l’embarquement des bagages, le contrôle des documents des passagers et autres facteurs. Sur cette attente initiale, soulignons aussi le choc, technologique et sonore, que représente pour un migrant, notamment s’il est issu de milieu rural, l’arrivée dans un port. Cet événement vient en effet bouleverser sa culture du son (Alain Corbin). Le silence du port de Cork fut par exemple évoqué. Le temps de transit et d’attente, s’il est un temps d’adaptation, est aussi souvent un temps de réflexion et d’apprentissage sur soi-même.

En ce qui concerne le temps de la traversée, la difficulté est de mobiliser des sources susceptibles de nous renseigner, car celles-ci privilégient généralement le départ et l’arrivée, éclipsant souvent les étapes. D’où la nécessité de recourir à d’autres sources. C’est ici que la littérature peut s’avérer nécessaire pour mieux comprendre comment ces lieux étaient vécus, ressentis, par ces individus en transit. La littérature s’insérant dans les failles de l’histoire, elle constitue en cela une pièce importante pour révéler les émotions, l’ordinaire et le quotidien, les rêves et les angoisses des émigrants à bord des navires. Ajoutons à cela les correspondances, les journaux de bord ou les journaux intimes des émigrants, qui permettent d’approcher l’expérience vécue des traversées, l’organisation de  micro-territoires et micro-sociétés, l’émergence de solidarités entre les passagers passant par les mêmes épreuves, subissant parfois l’autorité d’un capitaine seul maître à bord.

L’approche sensorielle de la migration peut-être aussi poursuivie dans le port d’arrivée. Un immigrant arrivant dans une station ou hôtel d’immigrant se retrouvera au sein d’une atmosphère très bruyante, au milieu de milliers d’émigrants parlant des langues différentes.

Si aux Etats-Unis on parlera de « station », on utilisera plutôt le terme « auberge » du côté de Buenos Aires et d’hôtellerie (hospedaria) au Brésil. La première forme d’hôtellerie des immigrants apparaît en 1883 au Brésil. L’emploi du terme « hôtellerie » signifie que l’on dispose d’un lieu spécifiquement conçu pour l’accueil des immigrants : l’espace y est donc pensé et compartimenté en fonction des enjeux sociaux de l’accueil d’immigrants dans le pays.

*

Ces lieux, d’abord construits sur des îles (à l’exemple de l’Ilha das Flores, face à Rio), disposent de services administratifs (où sont réalisés les contrôles et relevés d’identités), de services médicaux (pour les contrôles sanitaires et la lutte contre les épidémies), mais aussi de dortoirs (car les gens y passent en moyenne une semaine), ainsi qu’une zone de quarantaine. A l’âge de la vapeur, la chaîne migratoire est constituée du train, du cargo vapeur et de l’hôtellerie d’immigrant, en bout de ligne : située à proximité d’un port et/ou d’une voie ferrée, dans la perspective d’un nouveau départ des immigrants vers l’intérieur des terres, elle témoigne d’une industrialisation du temps de transport.

Dans l’hospedaria de São Paulo, tous les immigrés passent par une désinfection – des corps et des vêtements. Ils passent ensuite par une inspection médicale réalisée un médecin et des infirmiers, avant d’être amenés dans une salle dans laquelle on fait l’appel et l’on récolte des informations sur eux (qui est la personne, d’où vient-elle, de quel bateau ?). Notons aussi que les immigrants doivent déposer leurs bagages à l’entrée de ce lieu, et qu’ils ne les récupéreront qu’au moment de partir. Cet élément est hautement symbolique, puisqu’ils auront souvent regroupé dans l’espace restreint de leur valise les biens matériels qu’ils considèrent comme les plus essentiels. Cette confiscation, justifiée par le contrôle sanitaire, achève en quelque sorte le processus de dépersonnalisation subie par le migrant au cours de son transit.

Après attribution au chef de famille d’une carte permettant de vivre une semaine au sein de l’hôtellerie, chaque famille reçoit des draps propres et bénéficie d’un certain nombre de repas. Des conférences sur l’emploi dans l’état sont ensuite organisées, et la famille ne pourra ressortir que lorsqu’un contrat de travail aura été signé en bonne et due forme (des plaintes pour séquestration sont d’ailleurs parfois déposées auprès de l’administration). La vie collective s’organise notamment dans la cours où l’on lave son linge, où on le fait sécher. Ces lieux d’abord prévus pour le passage deviennent donc des lieux de vie. Ceux qui ne devaient qu’y passer finissent parfois par les habiter.

Ces hôtelleries peuvent être considérées comme des lieux où les émigrants sont transformés en immigrants, des lieux ou l’on fabrique des immigrants désirables, de manière industrielle.

*

Les politiques publiques de l’attente  peuvent aussi être observées de nos jours dans les gares, mais aussi dans les aéroports, les stations de métro, de bus : ici, l’attente suppose l’organisation du mouvement, par la mise en œuvre d’un dispositif spécifique comprenant des agents, un ordonnancement spatial et une architecture adéquate.

Prendre le métro à São Paulo aux heures de pointe relève d’un art d’une certaine manière, avec des techniques du corps qui sont genrées, et diffèrent aussi en fonction de l’âge. Il y a des choses qu’on peut faire, qu’on ne peut pas faire, des façons d’en plaisanter ou de s’en plaindre. Elles renvoient à la façon dont est conçue la civilité au Brésil et comment les pouvoirs publics cherchent à normer les comportements d’attente. Dans le métro parisien, il faut « rester civil », au Brésil il faut « respecter » avec des variantes selon les villes. Selon les heures et les flux, des employés peuvent être là pour pousser les gens vers des endroits ou la concentration est moindre. Tout cela est pensé, réfléchi, avec des calculs du nombre de personnes au mètre carré à tel heure, en fonction du sentiment de confort, des normes internationales… Ces choses ne sont pas laissées au hasard. On peut aussi se questionner sur la possible formation des employés à la gestion de l’attente, de même que sur l’architecture de ces lieux et l’adaptation du mobilier urbain.

 *

On observe dans ces lieux une intériorisation du territoire par les individus en situation d’attente, en fonction de leur culture : le savoir migrer, qui peut être transmis entre individus, signifie l’acquisition d’un capital migratoire, qui inclut aussi l’expérience de l’attente. Ce capital qui permet de gérer le temps et le lieu, fait partie du capital culturel qui modèle notre rapport au temps et augmentera la capacité de l’individu à être, tel que Lazzarotti reprenant Foucault l’énonce, l’auteur de son lieu ou, dans le cas contraire, de le subir en permanence. La culture semble donc jouer un rôle essentiel dans le rapport à l’attente, sa gestion et son intériorisation.

Il importe également de porter une attention particulière aux questions d’échelle. Il semble en effet intéressant de descendre d’une échelle mezzo à une échelle micro pour comprendre la manière dont les interactions sociales prennent place dans ces lieux, la manière dont des micro-territoires sont constitués (Erving Goffman), et quels sont les facteurs intervenants dans les séparations ou les rapprochements entre les personnes. On note ainsi que des techniques existent pour organiser son lebensraum dans les lieux d’attente : poser ses bagages sur le siège voisin par exemple.

Un autre problème à soulever est celui du sens attribué au point de départ et au point d’arrivée. Les approches de la step migration (où points de départ et d’arrivée sont sans cesse réinventés par la modification du projet migratoire) invitent à relativiser la portée fondatrice de ces lieux et moments.

Ajoutons aussi, à l’échelle spatiale, celle de temporalité, et des appréciations culturelles de la durée : qu’est ce qui compte comme une attente ? « How long does it take » ? Combien de minutes faut-il pour que l’on considère quelque chose comme de l’attente ?

Autant de questions…

 

3ème journée d’études (4 juillet 2012) : « Jalons pour un ouvrage de synthèse »

La troisième journée d’études de l’ANR TERRIAT (« Jalons pour un ouvrage de synthèse ») aura lieu le mercredi 4 juillet 2012 à l’Université de La Rochelle, CRHIA, 4 juillet 2012 (Salle de Réunion – FLASH 2)

Après une année et demi de travail, cette journée d’études permettra de faire le point sur les différents travaux en cours, et d’envisager la forme que pourra prendre l’ouvrage de synthèse qui doit paraître pour 2014.

10h30 : Informations générales (L. Vidal, A. Musset)
11h-12h30 : Etat des lieux des différentes recherches (individuelles) et activités (collectives) en cours (doctorants et enseignants-chercheurs)

14h-16h : « Vers un ouvrage de synthèse ». Discussion générale sur le plan et les grandes orientations de l’ouvrage.

16h15 : 17h30 : Alain Musset présente Laurent Maffre, auteur de la bande-dessinée « Demain, demain » (Actes Sud, 2012), en présence de Thomas Gabison (Actes Sud).

Liste des participants de l’ANR : Grégory Bériet, Alain Musset, Nancy L. Green, Didier Poton, Tangi Villerbu, Miceala Symington, Rémy Lucas, Grégory Corps, André Chesnel, Raimundo Pereira Alencar Arrais, Maria Isabel de Jesus Chrysostomo, Tania Regina de Luca, Paulo César da Costa Gomes, Bertrand van Ruymbeke, Diego Jarak Dominique Vidal, Ambre Dewaele, Veronica Correa, Adele Sutre, Julie Hernandez, Lucile Médina, Alexis Martig, Thiago Rocha, Thomas Plancon, Leticia Parente Ribeiro, Simon Balloud, Fraya Frehse, Yves Bergeron, Alicia Lindon, Rebecca Kobrin, Erica Durante.

Entretien radio

Laurent Vidal a été interrogé par Thierry Garcin dans l’émission « Les enjeux internationaux » sur France Culture, le 1er juin 2012. Le thème de l’émission portait sur « Le Brésil, un pays encore en attente de lui-même ? »

https://www.franceculture.fr/emission-les-enjeux-internationaux-bresil-le-pays-reste-t-il-en-attente-de-lui-meme-2012-06-01

Conférence

Laurent Vidal et Maria Isabel de Jesus Chrysostomo présenteront une conférence dans le séminaire : « Preservação e Gestão do Patrimônio Cultural das Ciências e da Saúde » de la Fondation Institut Oswaldo Cruz (Rio de Janeiro) sur le thème : « As hospedarias de imigrantes. Um dispositivo esquecido no caminho da emigração para o Brasil (1880’s – 1910’s) », le mercredi 13 juin 2012 à 10h.

Un compte-rendu (en portugais) est disponible sur le lien suivant : http://www.coc.fiocruz.br/index.php?option=com_content&view=article&id=464

Conférence

Laurent Vidal a été invité à l’Université Fédérale du Rio Grande do Norte (Natal – Brésil) pour prononcer la conférence de clôture du Vème colloque « Espaces et territoires » organisé par le programme doctoral en histoire, le jeudi 17 mai 2012.
Sa conférence s’intitulait : « Os territórios da espera – uma outra história americana » (Les territoires de l’attente : une autre histoire américaine).

Publication Article

Laurent Vidal a publié dans de dossier spécial de la revue « Questions internationales », consacré au Brésil, un article intitulé : « Le pays de l’attente » (n°55, mai-juin 2012, pp ; 45-52).
Voici un extrait d’ l’introduction : « je voudrais proposer ou émettre l’hypothèse d’une clé de lecture possible pour comprendre le Brésil, la formation historique de son territoire et de sa société. Cette clé est l’attente. Définie comme espérance, elle permet de décrire l’invention et la structuration d’un territoire aux dimensions continentales. Définie comme temps mort, arrêt dans un parcours, elle permet de rendre compte du rôle singulier des formes architecturales contraignantes (haltes, camps et autres campements) dans la structuration spatiale de la société. Il ne s’agit pas de relever une contradiction, mais au contraire essayer de comprendre la coexistence, la complémentarité et parfois les subtils entrelacs de ces deux formes d’attente (l’espérance et la pause contrainte), tout comme les comportements spatiaux qu’elles induisent (mobilité et immobilité). »

Step Migration

Pour faire suite à nos discussions de novembre à l’EHESS, sur la step migration, voici une référence très intéressante qui date de 1977 :

D.B.Grigg, « E.G.Ravenstein and the ‘Laws of Migration’ « , Journal of Historical Geography,  » (1977), pp; 41-54

Dans un article de 1885 (!!) Ravenstein défendait l’idée selon laquelle les migrations se font par étapes et non d’un seul bond. « The Laws of Migration » Journal of the Statistical Society of London, Vol. 48, No. 2 (Jun., 1885), pp. 167-235

Mais la difficulté principale des historiens pour mettre à l’épreuve cette hypothèse demeure la question des sources.
D’où le fait que, paradoxalement, se soit imposé, sans jamais le discuter, le modèle de la migration comme résultat d’un seul bond.

Voici de quoi nous obliger à reprendre le cadre conceptuel qui sous-tend la description et l’analyse des territoires de l’attente dès lors qu’ils concernent un processus migratoire.

Assaf Shoshan – territoires de l’attente

Le photographe et vidéaste Assaf Shoshan qui est venu nous montrer trois vidéos lors de la deuxième journée d’études de l’ANR Terriat (Barrier, Taaban, Unknown Village), a décidé de les présenter désormais comme un ensemble unique intitulé : « territoires de l’attente ».
Il sera accueilli au Centre Intermondes et à l’Université de La Rochelle au début du mois de janvier 2012.

Voici une photo du montage.

publication article

La revue CONFINS a publié une version portugaise de l’article que nous avons rédigé avec Alain Musset et Dominique Vidal, qui présente les grandes hypothèses de notre projet ANR, et propose trois états de l’art sur la question (en histoire, géographie et sociologie) :

Référence électronique

Laurent Vidal, Alain Musset et Dominique Vidal, « Sociedades, mobilidades, deslocamentos: os territórios da espera. O caso dos mundos americanos (de ontem a hoje) », Confins [En ligne], 13 | 2011, mis en ligne le 30 novembre 2011, consulté le 09 décembre 2011. URL : http://confins.revues.org/7274 ; DOI : 10.4000/confins.7274