affiche colloque_resultat

Les phénomènes de mobilité et de déplacement s’affirment comme des caractéristiques majeures de nos sociétés contemporaines. Pour autant, loin d’être fluides, homogènes ou linéaires, ces déplacements sont ponctués de temps, plus ou moins longs, d’attente. Qu’ils aient pour origine des raisons techniques, administratives ou politiques, de tels moments trouvent bien souvent une traduction spatiale : des territoires accueillent ces sociétés en attente.

Ce colloque, qui vient clore le projet ANR TERRIA T (« sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de l’attente », 2011-2014), souhaite examiner ces territoires de l’attente et la multiplicité de formes qu’ils revêtent, en établir leurs dimensions, comprendre leurs statuts juridiques, leurs articulations avec l’espace environnant, leurs temporalités spécifiques, ainsi que la variété des jeux économiques et sociaux qui s’y déploient.

Pour une telle enquête, les mondes américains, nés du déplacement (volontaire ou forcé) de populations d’origines diverses qui ont marqué de leur empreinte les territoires qu’elles se sont appropriées, s’offrent comme un terrain d’étude particulièrement adapté. Longtemps terre de refuge pour les persécutés de toutes confessions, puis Eldorado rêvé pour des millions d’immigrants, le continent américain est aujourd’hui encore le théâtre de nombreux déplacements humains : migrants quittant (ou fuyant) les campagnes pour des villes tentaculaires, clandestins franchissant les murs de la peur, réfugiés climatiques s’entassant dans des camps de la sécheresse ou des installations précaires (comme après Katrina). Ces déplacements, quelque soit leur origine, ont engendré des temps d’attente, donnant également naissance à des lieux spécifiques ou à des territoires inattendus (hôtelleries d’immigrants, pont du navire, ports d’arrivée du Nouveau Monde, camps de sans terre ou de la sécheresse, favelas…). Aujourd’hui, à l’image de nombreuses régions du monde, le continent américain connaît de nouveaux phénomènes de mobilité et de déplacement, qui engendrent d’autres territoires de l’attente, dont il convient aussi de prendre la mesure et de définir les spécificités. Près des frontières, où des dispositifs empêchent la traversée des clandestins (murs, barbelés, zones d’attente dans les aéroports), dans les immenses métropoles nées des nouvelles et gigantesques vagues de migrations urbaines, imposant de nouvelles formes spatiales de l’attente, comme les autoroutes urbaines embouteillées, où une véritable économie de l’attente prend forme (des vendeurs à la sauvette proposent boissons et aliments aux conducteurs embouteillés)…

Les études inspirées des Mobilities turn n’ont souvent pas suffisamment pris en compte le fait que l’attente puisse être « un état de la mobilité ». En nous appuyant sur la démarche de l’« exceptionnel normal », expérimentée par la micro-histoire, à savoir que l’exception nous renseigne sur la norme, l’ambition affirmée est que l’analyse de l’attente nous informe sur le mouvement. Mais notre propos serait incomplet si en filigrane de cette question d’une attente au sein de la mobilité, ne surgissait pas également une mise en perspective de ce phénomène avec son « territoire ». En effet, le choix de ce terme apparaît pleinement justifié, bien qu’il faille également définir en quoi il y a territoire et qu’est-ce qu’un « territoire de l’attente ». S’il est assez aisé d’identifier des « lieux d’attente », à savoir des dispositifs architecturaux conçus pour la mise en attente temporaire des personnes en déplacement (camps de réfugiés ou de migrants, centres de rétention, lazarets…), la mise en évidence de « territoires de l’attente » est plus complexe, puisqu’il s’agit de lire la façon dont un espace se transforme et se façonne, temporairement, pour accueillir ou réguler une situation d’attente, alors que cette dernière n’avait été que peu ou pas appréhendée par les acteurs eux-mêmes. C’est au regard de cette ubiquité que le terme « territoire » prend tout son sens. L’attente devient ainsi un prisme permettant de questionner et d’éprouver le territoire, et inversement.

Ce colloque a pour objectif d’enrichir la réflexion en sciences humaines et sociales par le biais de différentes réflexions thématiques concernant les territoires de l’attente : Les interactions et jeux sociaux, la mise à l’épreuve des pratiques sociales et culturelles ou encore les configurations identitaires et patrimoniales produites et/ou altérées par ces territoires de l’attente.

Enfin, ce colloque international  se veut aussi l’occasion d’élargir les réflexions menées par les chercheurs du projet, en accueillant des enseignants-chercheurs, docteurs et doctorants intéressés par ces problématiques et aptes à apporter des éclairages et des réflexions nouvelles.

 

Colloque international

 

 

 

Sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de l’attente d’hier à aujourd’hui 

 

(le cas des mondes américains, XIXe – XXe siècle)

 

 

 

Université de La Rochelle, 9-11 décembre 2014

 

Programme 

 

  • Mardi 9 décembre

 

10h30 : Accueil des participants

 

11h00 : Allocutions de bienvenue : M. le Président de l’université de La Rochelle, M. le doyen de la FLASH, M. le directeur du CRHIA

 

11h15 : Introduction (organisateurs)

 

11h30 : La frontière, comme territoire de l’attente (président : Grégory Bériet ; discutant : Alain Musset)

 

– Letícia Nunez Almeida (Université de São Paulo – Brésil), « Les frontières comme territoires de l’attente : l’expérience des Palestiniens dans le sud du Brésil. »

 

– Olga Odgers Ortiz, Gloria Galavitz (Collège de la Frontière Nord – Mexique), « Entre l’attente et l’espérance. Analyse du processus de construction de l’espérance dans les centres de rétention et de réhabilitation pour les usagers de drogue. »

 

12h30 – Débat

 

13h00 – Déjeuner

 

14h30 : Villes et lieux d’attente des migrants d’aujourd’hui (président : Alain Musset; discutant : Grégory Bériet)

 

– Hélène Simon Lorière, « Conakry, antichambre de Philadelphie pour les réfugiés libériens ? »

 

– Marcia Ardila, « L’attente en ambassades, centres de rétention et villes de passage. Trois moments du processus migratoire colombien »

 

15h30 : Débats

 

16h00 : Pause

 

16h30 : Des villes nées pour et de l’attente (Président : Paulo Gomes : Discutante : Maria Isabel de Jesus Chrysostomo)

 

– Eduardo Maia (Université Fédérale de Rio de Janeiro – Brésil) : Espera Feliz, une ville construite pour l’Heureuse Attente

 

– Charles Joseph (Université du Maine – Le Mans), « Los Angeles, une attente culturelle ? »

 

17h30 : Débats

 

18h00 : Fin de la 1ère journée

 

  • Mercredi 10 décembre

 

09h00 : Lieux et pratiques de l’attente en ville (présidente : Maria Isabel de Jesus Chrysostomo ; discutant : Paulo César da Costa Gomes)

 

– Letícia Parente (Université Fédérale de Rio de Janeiro – Brésil) : « Attente dans les lieux, lieux d’attente : observations à propos de la sociabilité publique »

 

– Elodie Chazalon (Université de La Rochelle) : « ‘Landless, groundless and proud of it’ : pratiques et poétiques urbaines aux Etats-Unis »

 

10h00 : Débats

 

10h30 : Pause
11h00 : Lieux de transit et de quarantaine, XIXe-XXe siècle (Président : Laurent Vidal; discutante : Nancy Green)

 

– Anne Bosser, « Evolution architecturale des lieux de transit portuaires pour les émigrants de l’entrepont »

 

– Jan Lamberz (Washington), « Quarantaine de Guerre Froide : détention sur « l’île des larmes » »

 

12h00-12h30 : Débats

 

14h00 : Les territoires de l’attente des migrations forcées et volontaires (Présidente : Nancy Green ; discutant : Laurent Vidal)

 

– Luana Teixeira (Université Fédérale du Pernambuco – Brésil), « Le commerce interprovincial des esclaves dans les dernières décennies de l’esclavage (1850-1881) »

 

– Simon Balloud (Université de La Rochelle), « L’immigration des religieux français vers le Canada (1880-1914) : territoires de l’attente et spiritualité de l’exil »

 

15h00 : Débats

 

15h30 : Pause

 

16h00 : Pauvreté urbaine et territoires de l’attente (président : Dominique Vidal ; discutante : Fraya Frehse)

 

– Daiana Azevedo Falcon, Teresa Peixoto Faria (Université d’Etat du Nord Fluminense – Brésil) : « Les politiques publiques créent-elle des territoires de l’attente ? Le cas du programme municipal Morar Feliz à Campos dos Goytacazes, Brésil »

 

– Ana Maria Alvarez Rojas, Hector Cavieres (Université Catholique Sílvia Henriques, Chili) « El Castillo : expression de l’attente structurelle des pauvres urbains et de la diversité des attentes selon les générations et les identités sociales »

 

17h00 – Débat

 

17h30 : Projection et discussion-débat grand public : Art et territoires de l’attente. En présence d’Assaf Shoshan (photographe) et Laurent Maffre (dessinateur), animée par Laurent Vidal et Alain Musset.

 

  •  Jeudi 11 décembre (FLLASH – Université de La Rochelle)

 

09h00Mémoire, patrimoine et muséalisation des territoires de l’attente (président : D. Poton ; discutant : Yves Bergeron).

 

– André Charbonneau (Parcs Canada), « Patrimonialisation et enjeux mémoriels à Grosse-île, Québec »

 

– Annick Notter, « Peut-on exposer, dans un musée, les territoires de l’attente ? »

 

10h00 : Débat

 

10h30 : Pause

11h00-12h00 : Conclusions (par les 8 discutants)

 

 

Renseignements-inscriptions :

 

Isabelle Marchesseau (CRHIA)

 

isabelle.marchesseau@univ-lr.fr

 

05 46 45 85 59

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *