Les camps de migrants : une réalité australienne

En juillet dernier, dans la petite république insulaire de Nauru, au large des côtes australiennes, des émigrants ont incendié un centre de détention (detention facilities) et s’en sont évadés, protestant contre les conditions d’internement mises en place par le gouvernement australien pour réguler les venues d’étrangers(1).

aw-Nauru-detention-centre--20121121234214329711-620x349

Si ce fait divers est aussi vite reparti qu’il n’était venu, il a mis en avant, suffisamment longtemps pour que l’on s’y intéresse, la question migratoire australienne. Pour répondre aux nombreuses arrivées illégales, le gouvernement australien autorise l’internement des migrants entrés illégalement dans le pays par le Migration Act de 1958. Dans les années 90, sous l’impulsion de Paul Keating, deviennent passibles d’internement toutes les personnes n’ayant pas de visa valide, dans l’attente d’une régularisation de la situation, ou bien le retour dans le pays d’origine.

010459-120922-inquirer-nauru

Il existe de nombreux camps sur le territoire australien, connus sous différentes appellations :

– les Immigration Detention Centres (IDCs), construits tout au long du 20ème siècle, voire du début du 21ème siècle (Maribyrnong à Melbourne, 1966 ; Wickham Point à Darwin, 2010 ; Yongah Hill près de Northam en Australie-Occidentale, 2012) ;

Baxtersign

– les Immigration Residential Housing Centers où certaines familles en attente d’autorisation peuvent vivre dans des conditions décentes (Perth, Sydney, Port Augusta) ;

– les Immigration Transit Accommodation Centres, ouverts plus récemment (le Brisbane Immigration Transit Accommodation date de novembre 2007 tandis que le Melbourne Immigration Transit Accommodation en juin 2008), dont le but est de maintenir à court terme les émigrants les moins à-risques ;Manus_Island_regional_processing_facility_2012

– les Alternatives Places of Detention (APOD) sont des lieux capables d’accueillir toute personne en situation d’immigration. Cela peut être des hôtels, des écoles, des hôpitaux (on les trouve plutôt à Darwin, Inverbrackie, Leonora, Christmas Island) ;

800px-Woomera-irpc

– enfin les Pacific Solution Facilities, ouverts en 2001 suite à la politique de Pacific solutions du gouvernement australien, consistant à ouvrir des centres de rétention sur les micro-îles autour de l’Australie (dont Nauru, mais aussi Manus Island en Papouasie Nouvelle-Guinée). Ces centres ont pour la plupart été fermés en 2007-2008, mais rouverts au cours des années 2010.

Cette petite présentation des différents types de centres de rétention nous permet de penser la mise en attente des migrants en Australie. En suivant la proposition de Laurent Vidal, il apparaît que ces centres sont en grande partie des lieux de l’attente, c’est-à-dire des dispositifs spécialement conçus et construits pour la mise en attente temporaire de populations en déplacement. Les camps sont construits avec des objectifs précis, avec des infrastructures particulières. Dans de rares cas, des établissements spéciaux sont construits pour permettre de meilleurs conditions de vie.

 800px-Northern_Immigration_Detention_Facility_in_April_2010

Le but est véritablement de restreindre le nombre d’arrivées sur le territoire australien, mais aussi de sélectionner, de faire un tri parmi les émigrants en situation irrégulière en attente de visa (la majeure partie des arrivants viennent de l’Afghanistan). L’évolution de la volonté de filtrer l’immigration aussi nous conduit à penser la mise en attente, car si la majeure partie des camps se trouvent sur le sol australien, la Pacific Solution  conduit à la création de centre de détention sur des îles de plus en plus éloignées (Manus Island se trouve à plus de 3000 km de Sydney). Certes elle s’est interrompue en 2007, mais connait un regain d’intérêt depuis quelques années. Cette politique perdure et surtout se justifie comme faisant partie intégrante de l’identité politique australienne – il suffit de regarder le site australien de l’immigration, qui répertorie les différents camps(2) -, car certaines associations critiquent cet internement forcé. Il serait intéressant, en plus de comprendre la mise en attente à l’intérieur de ces camps, de travailler sur les émigrants, leurs motivations et leurs ressentis.

800px-Asylum_seekers_on_the_roof_of_Villawood_Immigration_Detention_Centre_2

Les questions sont multiples, et cet article ne cherche pas donner une réponse à toutes, mais plutôt de lancer la réflexion et la possibilité d’une plus large étude.

NOTES

(1) Lien pour l’article du monde : http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/07/20/emeutes-et-evasions-dans-un-centre-de-retention-australien-sur-l-ile-de-nauru_3450564_3216.html

(2) http://www.immi.gov.au/managing-australias-borders/detention/about/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *