Attente, attentes : entre « etic » et « emic »

Si l’on reprend la distinction proposée par le linguiste K. Pike, entre le niveau de langage employé par les acteurs dans une culture donnée (le côté emic, mot calqué sur phonemics) -, et le niveau de langage distancié de l’observateur ou du chercheur (le côté etic, qui renvoie à phonetics), comment alors interroger l’attente ? L’attente constatée au niveau etic est-elle ainsi vécue et ressentie au niveau emic ? Ce qui est constaté au niveau etic doit nous servir d’aiguillon pour comprendre la façon dont la singularité de la composition spatio-temporelle de l’attente est éprouvée par les acteurs (niveau emic). Nomment-ils ces moments ? Et si oui, comment ? En revanche, s’ils ne les nomment pas, peut-on observer un comportement social et spatial différent de l’ordinaire ? L’enjeu est donc de comprendre le passage d’un niveau à l’autre, de l’attente constatée aux attentes vécues (et parfois non nécessairement perçues comme telles).

Si l’on ajoute à cette distinction etic/emic, la notion de régime d’historicité proposée par François Hartog, pour qualifier la façon dont une société articule, à un moment de son histoire, les catégories du passé, du présent et du futur, alors, l’attente constatée dans un régime d’historicité, peut très bien ne pas être perçue ainsi dans un autre. On peut formuler une telle hypothèse pour des sociétés où la succession passé/présent/futur est rompue, soit par l’invasion d’une forme de présent perpétuel, soit par une omniprésence du futur (pour des sociétés utopiques) – si tout est attente, alors il n’y a plus d’attente.

De même, si l’on retient la notion d’« habitus mobilitaire » (Stock, 2001), qui définirait un certain mode d’habiter, un savoir-faire avec les lieux, il importe alors de souligner que certaines catégories sociales ont développé plus que d’autres cet habitus – des nomades et migrants saisonniers d’hier aux métropolitains d’aujourd’hui. Ce faisant, ils ont aussi développé ce que l’on pourrait appeler un habitus de l’attente, à savoir un ensemble de compétences (comportementales, sociales…) liées aux situations d’attente qui ponctuent leur mobilité. Mais, d’hier à d’aujourd’hui, un tel habitus n’est pas uniformément partagé. Pour certains, la mobilité demeure exceptionnelle : l’attente devient alors un événement, une rupture, un choc.

Entre l’attente-habitus et l’attente-événement, c’est un large éventail de situations et comportements qu’il convient de repérer pour comprendre la manière dont les hommes et les femmes, dans un régime d’historicité donné, s’approprient un espace de temps dans la mesure (et à la mesure) de leurs capacités.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *