La quarantaine, territoire de l’attente : quelques remarques épistémologiques (I)

Si le territoire de la quarantaine suscite peur et effroi dans les imaginaires sociaux, ce dernier reste néanmoins rarement appréhendé dans sa pluralité. En effet, la quarantaine revêt des formes et des acceptions très diverses : bâtiment, navire, cité, maison, prison, île etc. L’histoire de ce territoire __ à la fois pratique sanitaire et espace architectural (lazaret) __ est assez connue. On estime en effet que c’est au XIVe siècle, à la suite de l’épidémie de peste qui ravage un tiers de la population européenne, que certaines cités mettent en place des procédures d’isolement des populations à risque (étrangers, voyageurs, équipages maritimes), afin de prévenir ou limiter les risques de contagion. La quarantaine apparaît aussi liée de façon consubstantielle à cet « étrange étranger », figure autour de laquelle de nombreuses paniques épidémiques vont se constituer. La quarantaine a ceci d’ambigüe qu’elle est à la fois l’en-dedans (ce qui est censé nous protéger) et la mise au ban (ce qu’on cherche à éloigner de nous). Bazin, dans son récit de l’apparition du choléra à Paris en 1832, n’écrit pas autre chose lorsqu’il livre ses sensations sur les murmures et angoisses du peuple de la capitale : « On nous l’avait cependant annoncé bien longtemps à l’avance ; on nous avait fait suivre sur la carte sa marche rapide et menaçante. Le fléau voyageur n’était plus séparé de nous que par cette mer étroite qui nous ramène et nous remporte, avec la mobilité de ses flots, nos rois rétablis ou déchus […] Chaque minutie du régime préventif ramène incessamment la pensée sur le danger qu’on veut éviter. Le moyen, je vous prie, de ne pas se troubler, lorsqu’on vous recommande surtout d’être calme ? le moyen de ne pas trembler, quand on vous assure que la frayeur tue ? C’est l’action qui distrait ; mais toute l’action de ce moment se reportait sur l’horrible fléau. Chez soi, l’on avait à remplir toutes les prescriptions médicales. Il fallait empuantir sa maison pour la désinfectée, démeubler sa chambre pour l’assainir[1]. » La quarantaine propose donc une attente pesante, aussi bien pour celui qui s’y trouve que pour celui qui la perçoit quotidiennement, guettant avec angoisse le moment où cette dernière sera enfin levée. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles les autorités portuaires utilisent souvent les îles pour les installer[2]. L’insularité offre à l’œil du citadin un éloignement, gage de sécurité sanitaire accrue. Pour ceux qui y sont enfermés, en revanche, l’île peut accroître la détresse et la frayeur. Le territoire de la quarantaine dispense donc des formes d’attente réversibles. Pour les personnes placées aux lazarets, l’attente se manifeste par la proximité latente de la contagion et l’ennui profond que génère cette claustration. Pour les personnes qui se trouvent à l’extérieur, la quarantaine doit tenter d’apparaitre comme le territoire d’une gestion maitrisée de la menace épidémique. Il faut donc essayer au maximum de limiter les contacts entre ces deux espaces, même si certains exemples démontrent que la réalité est parfois plus alambiquée[3].

Étrangement, la thématique de l’attente dans les territoires de quarantaine n’a été que très peu abordée. Si l’histoire des lazarets ou celle des épidémies fait l’objet d’une abondante littérature en histoire et plus généralement en sciences sociales[4], le caractère organique de l’enfermement du corps dans un lazaret, les sentiments souvent exacerbés qui jalonnent l’histoire de ces lieux ainsi que la place prégnante du temps dans la structuration biopolitique de ces micro-sociétés, restent encore des champs d’exploration naissants pour les historiens. Les sources demeurent très éparses pour appréhender ces différentes thématiques. Néanmoins, les récits de voyage constituent un premier biais intéressant pour « soutirer » des informations sur les évènements qui se trament dans les lazarets. Par ailleurs, les archives judiciaires, ainsi que les correspondances entre les populations et les pouvoirs publics permettent de mieux saisir les effets du temps sur les représentations sociales des quarantaines. Cette série d’articles vise à rendre compte de l’avancement de mes recherches sur cette thématique des territoires de quarantaine comme lieu et récit d’une attente organique. Parmi les différents termes attenants à la notion d’attente, ceux d’ennui et de déréliction apparaissent d’emblée comme centraux. Néanmoins, en tant qu’élément inséré dans une géostratégie médicale, la quarantaine doit également être appréhendée dans une perspective qui déborde largement de son espace architectural. Nous cherchons donc à faire la proxémie de la quarantaine en s’inspirant ici de la définition donnée par l’éthologie au territoire, à savoir un « espace d’étendue variable dont un animal, un couple, un groupe interdit l’accès à ses congénères et parfois à d’autres espèces, pendant une période plus ou moins longue selon les activités qui y sont déployées[5]. »

Il reste que les territoires américains apparaissent également propices à l’étude des quarantaines comme lieu d’attente. La place de l’émigration et les considérations médicales du XIXe siècle autour de l’épidémiologie conditionnent des pratiques de régulations des hommes qui s’articulent autour de dispositifs de « sas ». Ces techniques mettent le migrant aux prises avec une temporalité pesante, durant laquelle ce dernier se voit surimposer différentes strates d’attente : celle du verdict médical, celle de la décision politique d’entrée sur le territoire, celle des soins etc. Il s’agit donc pour nous d’analyser ces « strates », de tenter de déterminer en quoi les dispositifs de quarantaine aux Amériques participent d’une déstructuration __ ou d’une restructuration __ de la physiologie du migrant, et de fait de son identité. Par ailleurs, si nos recherches se concentrent essentiellement sur le XIXe siècle, il demeure impossible de ne pas évoquer des quarantaines plus contemporaines, dans lesquelles l’attente fait l’objet de procédures biopolitiques extrêmement pesantes : Guantanamo et le statut juridique de detainees des terroristes présumés[6], le système des maquilladoras à la frontière mexicano-américaine[7], ou encore l’usage des quarantaines dans les stratégies politiques de la peur autour de l’émergence du bio-terrorisme. A travers une série de billets, je me propose donc de dresser sur ce blog un état informel de mes recherches autour de ces différents éléments. De plus, les « télescopages » entre l’histoire et l’actualité, nous conduiront à opérer un travail d’analyse critique plus ample, afin de démontrer d’une part l’utilité contemporaine de l’histoire, et d’autre part la profonde actualité d’un sujet tel que celui des territoires de l’attente.


[1] Anaïs de Raucou dit Bazin, Le choléra-morbus à Paris (1832), La Revue des ressources : L’étrange – XIXe siècle, pdf.

[2] Alison Bashford et Carolyn Strange, Isolation. Places and Practices of Exclusion, London/New-York, Routledge, 2003 ; Alison Bashford, Medicine at the Border: Disease, globalization and security, 1850 to the present, London/New-York, Palgrave, 2006

[3] John Booker, Maritime quarantine : the British experience, c.1650-1900, Aldershot, England ; Burlington, VT, Ashgate, coll. «The history of medicine in context», 2007

[4] Claire Carlin, Imagining Contagion In Early Modern Europe, Palgrave/MacMillan, Basingstoke, Palgrave/MacMillan, 2005 ; Annie Duprat, «David, de la polémique à la gloire. Autour du Saint Roch du bureau de la santé de Marseille (1780)», Sociétés et représentations, 2, 26 (2008); Carolyn Strange et Alison Bashford, Isolation. Places and Practices of Exclusion, London/New-York, Routledge, 2003  Dominique Aicardi-Chevé, Les corps de la contagion : étude anthropologique des représentations de la peste (XVIème-XXème siècles en Europe), Anthropologie biologique, Université de la Méditerranée – Aix Marseille II, 2003; Claire Hooker et Alison Bashford  , Contagion. Historical and Cultural Studies, London, Routledge, 2001

[5] http://www.cnrtl.fr/definition/territoire

[6] Giorgio Agamben, Homo sacer II, 1. État d’exception, Paris, Seuil, 2003

[7] http://www.geographie-sociale.org/mexique-usa-frontiere.htm


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *