Territorios de la espara : Movilidad, Migraciones, Desplazamientos : petit bilan du colloque international de Mexico (UAM, 4-5 octobre)

Le colloque international Territorios de la espara : Movilidad, Migraciones, Desplazamientos qui s’est tenu à l’UAM de Mexico (4-5 octobre), a permis une réflexion dense sur la pluralité des régimes d’attente et le caractère protéiformes des territoires dans lesquels se jouent les « entre-deux » de la mobilité. La dimension pluridisciplinaire des travaux s’est manifestée notamment par une appréhension à la fois pratique et théorique, corporelle et symbolique de l’attente. Ainsi, plusieurs intervenants se sont appuyés sur les travaux de Michel Foucault (Javier Avila, Edgar Ávalos Soto) pour souligner la dimension biopolitique de l’attente. Les territoires de l’attente s’établissent comme des espaces privilégiés de sujétion en vue d’un dressage hygiénique et social des corps. D’autres intervenants ont en revanche privilégié l’aspect subversif des territoires de l’attente. Ainsi, Alicia Lindon a très justement souligné que les territoires de l’attente se formaient parfois dans les interstices de la société, pour mieux résister à l’accélération productiviste des sociétés urbaines. Alain Musset quant à lui a privilégié la notion « d’habiter[1] », pour montrer que les personnes mises – de gré ou de force – au sein de ces territoires de transit se montrent également capable de se les réapproprier. La dimension eschatologique de l’attente a également été évoquée par le biais des communications d’Alejandro Olarte et Ana Maria Fernández Poncela, ayant chacun à leur manière rappelé que l’attente se conjugue au futur. Il reste que les territoires de l’attente se nichent également au cœur de la littérature, pour mieux dévoiler la réalité sociale extrêmement sombre des migrants de Tijuana par exemple (Mario Bassols).

La matérialité de ces territoires fut bien entendu au cœur des communications. Nancy Green a ainsi souligné que ces derniers ont été pendant longtemps occultés par l’histoire des migrations. C’est cette « chaine manquante » que constituent les lieux de passage que l’ANR Terriat se propose de combler. Comme en écho à son intervention, Margarita Theesz Poschner proposa une analyse des expériences de l’attente dans les camps de réfugiés hongrois après la Seconde Guerre mondiale. Mais les territoires de l’attente se caractérisent également par leur dualité. Il y a ainsi ceux qui partent dans l’attente d’un monde meilleur et ceux qui restent. Ce fut le sens de l’intervention de Rocio Quintal López, qui s’attacha à décrire le désordre des familles mayas du Yucatan, face à la recrudescence du Sida provoquée notamment par l’émigration des hommes en direction des Etats-Unis. En ce sens, les territoires de l’attente sont également des lieux d’acculturation, ce qui suppose une approche psychosociale du phénomène (Magdalena Varelo Macedo). Ce phénomène d’acculturation ne peut se comprendre sans une appréhension globale et parfois paradoxale des expériences de l’attente. En effet, certains espaces se posent explicitement comme des lieux de coercition ; tel est le cas des hospices d’immigrants (hospedarias de emigrantes) du XIXe siècle étudiés par Isabel Chrysostomo et Laurent Vidal. Dans le même temps, ces derniers se présentent comme des lieux de conditionnement à la modernité, incarnés notamment par les protocoles de médicalisation. Autre lieu, autres mœurs, le métro de Mexico étudié par Miguel Ángel Aguilar renferme bien des paradoxes. Ce dernier déploie toute une série de répressions formelle (caméras de surveillance, policiers etc.) et informelle (foule, harcèlement sexuel, bruit etc.), cependant il apparait comme un lieu d’interaction et d’acculturation urbaine essentielle. On peut également évoquer la situation des femmes migrantes de Santiago du Chili étudiée par Veronica Correa, pour soutenir l’idée que l’attente apparait comme une source essentielle de socialisation, voire dans ce cas précis d’une forme de réappropriation féministe de son destin.

En définitive, ce colloque s’est révélé extrêmement fécond. Il faut ici remercier le travail d’organisation de Ramón Alvardo, Sergio Perez et Alain Musset. En mobilisant des chercheurs dans l’ensemble des disciplines de sciences humaines et sociales, en mêlant des approches théorique et empirique, ils ont permis d’enrichir et d’affiner considérablement les problématiques inhérentes au projet ANR Terriat.



[1] Olivier Lazarroti, Habiter : la condition géographique, Paris, Belin (Mappemonde), 2006.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *