Compte-rendu de la 3ème journée d’études ANR TERRIAT « Jalons pour un ouvrage de synthèse » (4 juillet 2012)

 

Présents : N. Green, M. Symington, D. Vidal, A. Dewaele, V. Correa, L. Vidal, T. Plançon, S. Balloud, A. Chesnel, D. Poton, D. Jarak, T. Rocha, P. Gomes, R. Lucas, I. Chrysostomo, T. Peixoto, B. Van Ruymbeke, T. Villerbu, G. Bériet, A. Martig, L. Maffre.

Excusé : A. Musset

1. Après des informations générales sur les activités et publications à venir, la matinée a été consacrée à un tour de table des différents cas d’étude en cours d’analyse.

 

G. Bériet (historien) : La quarantaine comme dispositif

D. Poton (historien): Les « îles d’attente » : territorialisation insulaire des huguenots « fugitifs » dans l’Atlantique.

Avertissement : L’édit de Fontainebleau interdit aux protestants français (sauf les pasteurs qui sont bannis) de sortir du royaume de France. Cette loi doit être replacée dans un ensemble législatif qui dès les années 1660 entend strictement contrôler les sorties du royaume, les marins étant particulièrement surveillés par les autorités (police, armée, justice). Or dans quelques provinces (Normandie, Aunis, Saintonge) beaucoup de marins sont de confession réformée. Ce contexte politique introduit une dimension particulière à l’émigration des huguenots : la clandestinité du départ et  d’une partie variable du voyage selon les routes empruntées et les conditions internationales du moment.

Les îles : un territoire d’attente subie. Les îles du littoral atlantique sont des lieux d’embarquement privilégiés car elles possèdent trois atouts pour le « fugitif » :

–      Un contrôle moindre que dans les ports continentaux. La mise en fortification (Vauban) et le renforcement et mise en cohérence de la surveillance militaire du littoral (garnisons, milices-gardes-côte) est postérieure à la grande vague des départs.

–      Une nature désertique et changeante favorisant la cache (marais, dunes, estran etc.)

–      La possibilité d’embarquer dans un navire « de passage » (pour des capitaines compte tenu de l’ampleur du mouvement, le « fugitif » s’avère plus un complément de revenus qu’un « réfugié » à sauver par solidarité confessionnelle)

  • Dans les îles où résident des protestants (Ré, Oléron par ex.) ces derniers sont à la fois des « fugitifs » mais aussi des « passeurs » qui mettent leur expérience de l’île et leurs connaissances maritimes (havres, marées, météorologie, routes empruntées par les navires, relations professionnelles avec des équipages étrangers etc…) au service de coreligionnaires du continent.
  • Mais, l’île est pour des centaines (milliers ?) de  « fugitifs »

–      Une « l’île-prison » : ex. des citadelles d’Oléron, de Ré, de Belle-Île ou le Château d’If pour les condamnés aux galères particulièrement « opiniâtres ».

–      Une « l’île-sépulture » : ex. de « fugitifs » abandonnés sur des îlots de Bretagne après avoir été dépouillés) ou victimes de naufrage de navires pris dans la tempête (ex. Martinique, mars 1686)

Les îles : un territoire d’attente-opportunité ou attente-ressources. Les îles du littoral atlantique peuvent entrer comme dans la catégorie du territoire d’attente-opportunité (opportunité d’embarquement). Mais, il me semble plus pertinent de placer dans cette catégorie l’ « île d’accueil » qui va prendre la forme plutôt d’un « archipel d’accueil » dans le cas des marins, marchands, artisans composant les équipages de navires qui décident dans la vingtaine d’années qui précèdent la révocation de l’édit de Nantes de rester dans les îles françaises du monde caraïbéen avec lesquelles les ports de la métropole sont en relation. Le nombre de ces « désertions » croît au cours des années 1670 pour attendre un pic dans les premières années de la décennie 1680. A partir de 1685, beaucoup auront quitté ces îles pour se rendre dans les îles anglaises, néerlandaises (flux difficile à évaluer) et dans les colonies anglaises d’Amérique, l’espoir de revenir dans leurs provinces natales tombe avec l’édit de Fontainebleau.

Ces îles « d’accueil » peuvent être classées dans être classées dans la catégorie des territoires « d’attente-opportunité »   car :

–      Ces hommes arrivent en plein cycle de croissance des Antilles françaises qui doit beaucoup à la proximité du système néerlandais d’exploitation et de production agricole

–      Ces hommes s’insèrent dans le commerce maritime entre les îles françaises, néerlandaises et anglaises. Pour des hommes qui ne souhaitent pas rentrer en métropole, ce commerce a besoin de navires et d’équipages. Pour ces centaines de marins, c’est une opportunité professionnelle d’autant que bon nombre d’entre eux ont acquis une expérience maritime qui leur donne les connaissances et les compétences recherchées par les armateurs et capitaines français engagés dans l’interlope mais par aussi les compagnies de commerce néerlandaises et anglaises.

  • La sédentarisation des « fugitifs » dans les colonies anglaises et néerlandaises d’Amérique a pour origine une décision politique : la révocation de l’édit de Nantes.

 « d’attente-ressources » car :

–      Ces hommes ont construit des réseaux dans cet archipel d’accueil

–      Ces hommes ont fait émerger des flux qui se sont pérennisés avec le temps

–      Ces hommes ont acquis des expériences maritimes, commerciales, financières

  • Ressources : atouts individuels et collectifs pour mécanisme d’intégration professionnelle dans les sociétés portuaires anglaises (New York)

Les îles : « attente rêvée »

 Les îles représentent des moments attendus d’escale dans bon nombre de voyages transatlantiques. Pour les « fugitifs » elles sont des refuges. Elles peuvent être aussi des lieux de rédemption :

–      La recherche d’un pasteur pour « faire réparation » d’une abjuration consentie avant le départ (ex. Relations d’Etienne Serre et Lettres Pastorales de Jurieu)

–      Un lieu de rédemption (ex. Elie Néau au Château d’If)

  • Relire les relations de fugitifs, déportés pour extraire les représentations des îles

 

B. Van Ruymbeke (historien): La déportation des Acadiens : leur mise en quarantaine sur des bateaux ou des îles

A. Martig (anthropologue) : Les campements de sans-terre au Brésil

I. Chrysostomo (géographe) : l’évolution des dispositifs d’accueil des immigrants à Rio au cours du 19° siècle

J’ai découvert que les premières structures utilisées étaient celles utilisées pour la quarantaine des esclaves (dans les années 1820) – c’est le résultat d’une improvisation.

La discussion sur la manière d’organiser un espace pour l’accueil des immigrants commence dès les années 1830 : on invente des dépôts, qui sont un mélange entre prison et hôpital. Mais à ce moment-là, il n’y a que quelques milliers d’immigrants qui arrivent chaque année.

Quand les premières épidémies arrivent, dans les années 1840, on réutilise des lazarets ou des hôpitaux… souvent situés sur les îles de la baie de Guanabara.

Avec la très forte augmentation du flux d’immigrants à Rio, à la fin des années 1870, la question est à nouveau posée. C’est à ce moment-là qu’est créée l’hospedaria (hôtellerie) des immigrants de l’île das Flores (en 1883) qui comprend un bâtiment pour les services administratifs, un hôpital pour soigner les malades, une zone de quarantaine, mais aussi un bureau pour le placement des immigrants.

En même temps, je regarde comment se diffuse au Brésil le modèle de l’hospedaria (surtout dans les ports d’arrivée)

Je regarde aussi comment à l’intérieur du territoire, un autre réseau prend forme : le long des voies de chemin de fer, c’est à dire les voies par lesquelles les immigrants pénètrent dans le territoire, des dépôts sont créés pour l’accueil temporaire des immigrants (pour l’instant je travaille sur la région de Minas Gerais pour essayer de cartographier ce réseau).

J’ai observé que les Etats de Rio, São Paulo et Minas Gerais se livrent une véritable guerre pour l’accueil des immigrants. La présence d’hospedarias et de dépôts joue un rôle dans cette compétition géoéconomique.

R. Lucas (Littérature) : les espaces d’attente des émigrantes pour le Brésil dans la littérature ; la misère sexuelle des immigrants.

P. Gomes (géographe) : les corps en attente dans les trains de banlieue de Rio de Janeiro

T. Rocha (géographe) : la représentation de l’attente dans les paroles de chansons populaires du Nordeste au Brésil

D. Jarak (Civilisation) : La vie dans les conventillos de Buenos Aires à la fin du XIX siècle. Entre le passé (d’immigrant) et le futur (de créole), l’espace pesant du présent

Dans ce travail nous allons nous plonger dans la quotidienneté des habitants des quelques « conventillos » de Buenos Aires à la fin du XIX siècle. Pour cela, nous allons étudier quelques journaux de l’époque (notamment lors de l’épidémie de fièvre jaune en 1871 et les mois qui ont précédé la grève des locataires du 1907), les rapports de la police, mais aussi quelques pièces de théâtre (les « sainetes ») crées par les mêmes gens qui subissaient l’apesanteur de l’attente…l’attente d’une vie et d’un destin meilleur.

T. Peixoto (architecture) : la favela comme lieu d’attente

A. Chesnel (histoire) : la minorité tsigane à Séville

S. Balloud (histoire) : patrimonialisation des objets de l’attente (les postes frontières)

T. Plançon (histoire et littérature) : les camps de déplacés dans la littérature américaine du XXe siècle

V. Correa (géographe) : Trajectoires de migrantes en attente à Santiago

A. Dewaele (géographe) : L’attente des migrantes dans un refuge de Tijuana

La « línea », ou ligne frontalière entre le Mexique et les Etats-Unis, devient depuis les années 1990 de plus en plus difficile et périlleuse à franchir, en particulier au niveau de Tijuana.  Cette ville constituait depuis les années 1950 une porte d’entrée au rêve américain,  un véritable sas d’attente des migrants en transit. Ainsi, les flux de migrants mexicains venant du Sud se sont ralentis, et les routes migratoires se sont déplacées plus à l’Est, vers le désert du Sonora et les alentours d’El Sásabe et d’Agua Prieta. Tijuana voit passer désormais plus de « deportados » que de migrants en transit, qu’on appelle aussi « transmigrants ». Ces refoulés ont souvent vécu plus de dix ans aux Etats-Unis, sans papiers, et ont construit leur nouvelle vie « del otro lado ».
    Mon étude ethnographique s’est centrée sur un refuge pour femmes migrantes de Tijuana, tenu par la congrégation des Scalabrinis, l’Instituto Madre Assunta. Plus des trois quarts des migrantes reçues sont des « deportadas » qui séjournent en moyenne 16 jours dans ce lieu calme et reposant. Ce temps d’attente leur permet de définir et de préparer la suite de leur parcours: retenter la traversée clandestine de la frontière ou retourner temporairement ou définitivement dans leur lieu d’origine au Mexique. Les expériences de l’attente de ces femmes en transit renvoie à la fois à leurs expériences du temps et de l’espace hors et dans le refuge, ainsi qu’aux interactions entre migrantes. Cette migration subie est souvent considérée comme l’occasion de prendre un nouveau départ, surtout lorsque les migrantes ont purgé une peine carcérale sur le sol américain, pour des délits divers. Ces migrantes, qui se trouvent dans une situation de grande vulnérabilité, tentent d’ « aller de l’avant », malgré la douloureuse séparation du reste de leur famille.

D. Vidal (sociologie) : l’attente du métro et du train à São Paulo (séquençage de l’attente ; sa dimension genrée) ; la narration de soi dans les salle d’attente de services administratifs pour les domestiques.

Deux références utiles pour mener à bien ces enquêtes :

Donna Goldstein, Laughter out of place : race, class, violence, and sexuality in a Rio shantytown. Préface de Nancy Scheper-Hughes et Philippe Bourgois. Berkeley and Los Angeles, University of California Press (California Series in Public Anthropology; 9), 2003

Javier Auyero, « Patients of the State. An ethnographic account of poor people’s waiting », Latin American Research Review, vol. 46, n°1, 2011. Il contient notamment une bibliographie très intéressante.

M. Symington (littérature) : Les territoires d’attente de l’émigrant irlandais dans la littérature ; le roman d’aéroport.

N. Green (histoire) : les catégories mobilités/attente dans une perspective des débats sur la transnationalisme et les migrations

Un ouvrage utile : Susan J. Matt, Homesickness: an American Story, Oxford University Press, 2011. Le chapitre 5 porte sur l’immigration

L. Vidal (histoire) : les hôtelleries d’immigrants comme territoire de l’attente ; des musiques nées dans les territoires de l’attente (jazz, tango, samba, rumba).

Voir les papiers postés sur le blog : http://terriat.hypotheses.org/246  et http://terriat.hypotheses.org/403

2. L’après-midi a été consacrée à une première réflexion autour du livre de synthèse.

Passer des cas d’études à l’ouvrage de synthèse, voilà tout l’enjeu de la discussion.

L’idée est de faire de l’ouvrage non pas une collection de cas d’études, mais un ensemble cohérent autour de thématiques complémentaires.

Il s’agissait donc de soumettre à la discussion une ébauche de plan, mais aussi une méthode de travail et un calendrier.

Ebauche de plan :

L’ouvrage s’articule en 5 principales parties : Généalogie et enjeux des situations d’attente ; quand l’attente définit le territoire ; pratiques sociales et jeux spatiaux dans les territoires de l’attente ; des identités (sociales et culturelles) nées dans les territoires de l’attente ; patrimonialisation et muséalisation des territoires de l’attente.

 Une partie est composée d’articles de synthèse (le nombre reste à définir dans chacune – entre 2 et 4) d’environ 10 à 15 pages, et de cas d’études – qui peuvent être présentés sous forme d’encadrés (1 page maxi) ou de petits articles (entre 2 et 5 pages maxi).

Le plan est déposé sur une dropbox pour être amendé, étoffé…

Méthode :

Chaque partie est coordonnée par 2 ou 3 personnes. Les coordonateurs définissent l’intitulé et le nombre exact des articles de synthèse, et veillent à l’attribution des articles et cas d’étude à un ou deux rédacteurs.

Le ou les rédacteurs d’un article de synthèse adresse(nt) ½ page à 1 page de résumé aux coordonateurs de partie.

Calendrier :

Juillet 2012 – mise en ligne du projet de plan sur la dropbox, et propositions d’ajouts… Distribution des coordinations de parties – les coordinateurs prennent contact avec les auteurs potentiels des articles et cas d’étude (discussion autour des contenus…).

Octobre 2012 – lors de la IVème journée d’études à Mexico, distribution des articles de synthèse et cas d’études. Mise en ligne progressive sur le blog des cas d’études.

Printemps 2013 – pour la Vème journée d’études, présentation et discussion des premières ébauches d’articles de synthèse.

Automne 2013 – pour la VIème journée d’études (au Brésil), suite des présentations et discussions.

Printemps 2014 – Réception définitive des articles de synthèse et cas d’étude. Préparation des chapeaux de parties.

Eté 2014 – Envoi de l’ouvrage à l’éditeur.

3. Dans la deuxième partie de l’après-midi, Laurent Maffre a présenté sa bande-dessinée « Demain, demain » et commenté le webdocumentaire « 127 rue de la Garenne : Le bidonville de la Folie, Nanterre » (http://bidonville-nanterre.arte.tv/). Entre 1950 et 1971, le bidonville de la Folie, à Nanterre, a accueilli jusqu’à 10 000 personnes, pour l’essentiel venues d’Algérie et du Maroc pour travailler dans le bâtiment ou l’automobile, en attente d’un logement.

Les files d’attente devant l’unique fontaine pour les corvées d’eau, les files d’attente dans les services administratifs, l’installation dans la durée et le refus de la police de laisser construire en dur, les petites combines pour tuer le temps… tout cela est évoqué par Laurent Maffre qui offre ici un excellent cas d’étude.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *