La queue. Ce qui s’y disait, ce qu’on y pensait

Les éditions mille et une nuits viennent de rééditer un ouvrage de Paul Achard, publié en 1945, mais rédigé entre 1941 et 1943, à partir de l’observation concrète des queues et files d’attente qui ont pris possession de la capitale. Devant la boucherie, l’épicerie, la pharmacie, mais aussi le théâtre… Paul Achard a recueilli propos et scènes, qu’avec délectation il restitue ici.

p. 9 : « La France, Paris, en cette année 1941, plus encore pendant les années 1942 et 1943 (…) il n’y a plus de salons, plus de cercles, plus de chapelles, plus de cafés, plus de mail; il y a la queue.
La queue, c’est Paris. La queue, c’est la France. On entend de tout dans la queue, car il y a de tout dans la queue. C’est le choeur antique, l’opinion publique, la grande voix du pays, vox populi, vox Dei.
Certes, elle n’aborde ni les grands sujets ni les questions périlleuses, sauf par des boutades, mais souvent ses traits, reflétant les pensées suggérées par les basses nécessités d’une humanité soumise à la faim, à la soif et au froid, s’élèvent plus haut que n’ont coutume de le faire les propos échangés à la devanture des boutiquiers en temps normal »

p. 122 : « La queue fut et demeure une nécessité. Pour beaucoup elle est devenue une habitude, même un besoin, car chez les êtres qui n’ont pas la force de réagir contre les servitudes quotidiennes, l’accoutumance crée une sorte d’état normal dont la cessation provoque une perturbation, un dépaysement, presque une souffrance. Sans aller jusqu’à prévoir que la fin de la queue puisse un jour attrister les nombreux maniaques de la queue, disons que l’homme est capable de se soumettre à toutes les consignes et parfois de trouver, dans cette docilité, comme une délectation morose. C’est qu’elle est une forme, inférieure mais réelle, de la vie sociale. La queue est un coude à coude, une immense fraternité, un vaste opéra de quat’sous avec choeur antique (…) »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *