Sur les musiques nées dans les territoires de l’attente (2)

Tout comme le jazz et la samba, dont nous avons parlé, tout comme le tango de Buenos Aires dont nous parlerons peut-être bientôt, la rumba naît dans les territoires de l’attente.

Nous sommes à Cuba, au XIXe siècle, et plus particulièrement à La Havane et Matanzas. Dans les patios des solares (immeubles populaires), sur les docks du port, les travailleurs noirs se réunissent pour chanter et prier, accompagnés de percussions. Tout est bon pour scander le rythme : tiroirs des armoires, cageots de morue, caisses de voiles des navires, boîtes de cigares, frappées à mains nues ou au moyen de petites cuillères en bois (cucharas), mais aussi, bien entendu, congas.

Cet extrait de documentaire cubain de 1978 nous en donne une belle illustration :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *