Tatihou : le lazaret

Créé en 1720 pour protéger les côtes nord de la France d’une éventuelle propagation de la peste qui sévit à ce moment-là en Provence, le lazaret de Tatihou représente un exemple intéressant pour appréhender l’étude des quarantaines. Le fait qu’il se situe sur une île corrobore le fait que ces espaces constituent des lieux stratégiques en matière d’isolation sanitaire et de régulation sociale. L’île crée une barrière spatiale entre les habitants et la menace étrangère, en l’occurrence ici celle venue de la mer. De plus, la récurrence de l’usage des îles comme lieu de quarantaine finit par façonner un imaginaire social de ces espaces, dans lequel l’île renvoie au naufragé, au désert. La quarantaine, en figeant l’homme dans un lieu dont il ne peut théoriquement pas s’échapper, le mène aussi peut-être à l’introspection, une attente propice à une expérience où les sentiments, les méditations, se confrontent à la radicalité de l’isolement géographique mais également __ comme le pensait le philosophe Gilles Deleuze __ mythologique : « L’élan de l’homme qui l’entraine vers les îles reprend le double mouvement qui produit les îles en elles-mêmes. Rêver des îles, avec angoisse ou joie peu importe, c’est rêver qu’on se sépare, qu’on est déjà séparé, loin des continents, qu’on est seul et perdu __ ou bien c’est rêver qu’on repart à zéro, qu’on recrée, qu’on recommence1. ».

Ce court documentaire diffusé sur France 3 Normandie nous permet d’arpenter les lieux du lazaret de Tatihou et, par conséquent, de nous faire une idée du « quotidien de l’attente » dans cette île de quarantaine.

  1. Gilles Deleuze, « Causes et raisons des îles désertes », L’île déserte et autres textes : textes et entretiens 1953-1974, Paris, Editions de Minuit, 2002, p. 12. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *