Fukushima, la quarantaine et ses formes d’attente

Image surréaliste : un enfant, évacué de Fukushima, doit passer au détecteur de radiations dans une zone de quarantaine d’une espèce bien particulière. Les mains levés, à l’instar d’un détenu, il regarde inquiet, intrigué, apeuré, l’homme en blanc dont le masque instille l’angoisse dans l’imaginaire collectif. Ce personnage apparaît  en effet comme une figure récurrente de la quarantaine. Son équivalent au XVIIIe siècle se personnifiait à travers ces fossoyeurs  masqués, comme en témoigne ces images de reconstitution d’enlèvements de cadavres lors de la peste provençale du début des années 1720.

Médecin ou scientifique, il incarne celui par qui advient le salut ou la damnation : la liberté ou le lazaret.

La menace nucléaire de Fukushima réactive la quarantaine comme processus de régulation politique de l’attente, en articulant cette dernière autour de différentes temporalités. Une première temporalité se manifeste à travers l’urgence de l’évacuation ou du confinement des populations, donnant lieu à des scènes surréalistes comme celle-ci où un homme, sans doute abasourdi par l’ampleur du désastre, se fige sous l’objectif qui déploie un cadre urbain fantomatique, dévasté par le tsunami et bientôt déserté sous la menace des fuites radioactives.

L’accident nucléaire apparaît propice à cette représentation fantomatique : confinement des populations, cordon de sécurité et mise en quarantaine d’espaces sur de très larges périmètres, file d’attente interminable pour se procurer de l’essence, comme ici sur cette image : le pétrole comme or de la fuite.

A l’attente angoissante de l’immédiat se conjugue une deuxième forme de temporalité, celle parfois inextinguible du désastre environnemental. Celle sans doute que les médias __ trop pressés pour prendre en compte ces dimensions psychosociales de l’attente et d’une quarantaine du « déracinement » __ oublieront un peu trop vite. Comme ici par exemple :

Tchernobyl, Pripyat, 2009


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *